Apparition de la bonne faim tardive - le 07/11/2011

GsiK.
Abonné

Bonjour Dr Zermati,

Etant actuellement à l'écoute de mes sensations alimentaires et utilisant la RPC, et souhaitant attendre d'avoir une bonne faim pour manger, je peux facilement sauter le petit déjeuner et le déjeuner et me contenter du repas du soir (du coup je mange assez tôt).

Est-ce normal de pouvoir manger qu'un seul repas par jour? Le souci c'est que 3 jours par semaine j'ai du sport en fin de journée après le travail, et je dois donc manger mon déjeuner dans l'après midi car j'ai peur de me sentir mal lors des mes séances sportives.

Merci pour votre réponse.

Jessica

Commentaires

jpzermati
Votre coach

Bonjour Jessica,

Pour autant que vous ayez maintenant appris à bien détecter votre Bonne Faim, il n'y a pas de contre indication à ne consommer qu'un repas par jour.

Nous découvrons chaque jour qu'il existe un grand nombre de personnes qui présentent de très faibles besoins énergétiques. Ce sont de très petits mangeurs qui se contentent facilement d'un seul repas quotidien. Alors qu'elles se conçoivent depuis toujours comme ayant de gros besoins. Pas étonnant qu'elles grossissent ou qu'elles ne maigrissent pas.

Pour elles, respecter la norme sociale alimentaire reviendrait à grossir aussitôt. Ce décalage avec cette norme sociale est d'ailleurs bien souivent leur véritable difficulté.

Quant à vos jours de sport, le mieux est de faire des essais et de procéder par tâtonnement. Vous pouvez vous munir de boissons sucrés ou d'aliments énergétiques 'barres de céréales, fruits secs) et voir ce que ça donne. Vous verrez bien comment vous réagissez et vous aurez ainsi de quoi palier à une baisse de régime en cas de problème.

A très bientôt.

JP

caramille.
Abonné

Cette réponse me trouble...

En effet Jessica est actuellement en "mode accompagnement dans la méthode" ce qui lui a fait découvrir qu'un seul repas par jour lui suffit. Dr Zermati vous lui dites qu'il n'y a aucun problème à vivre avec un seul repas par jour....

Or on est en général on est pas seul au monde.

Si cela peut s'appliquer sans problème à une personne célibataire et sans enfants je vois difficilement une mère de famille en couple tenir très longtemps en ne mangeant pas à table avec sa famille. La convivialité ça fait partie de la vie et je vois mal Monsieur et les enfants voir mère et compagne faire cavalier seul au moment des repas ad vitam éternam.

Donc cela ne s'apparente t-il pas là aussi à une période de régime, qui va probablement amener une perte de poids (un seul repas par jour et du sport ça parait mathématique) mais va provoquer une reprise sitôt que la personne ne pourra plus suivre cela ?

Cela ne risque -t-il pas de provoquer des troubles alimentaires inverses que le "trop manger" c'est à dire prendre plaisir à de moins en moins manger et conduire vers des conduites proches de l'anorexie ?

Lia.
Abonné

Bonjour Jess, mon mari est un mangeur régulé depuis des années (avant de me rencontrer il était en surpoids en mangeant tout ce que lui préparait sa compagne). Or au fil du temps il s'est mis à ne plus manger le matin, par contre il s'assied avec nous et boit un café. A midi soit il emmène quelques restes de la maison ou il mange un sandwich guère plus. Du coup le soir il a bien faim et nous mangeons assez tôt .

Par contre il n'y pas comme toi la contrainte de 3 fois du sport par semaine. As tu tenté d'emmener quelques fruits secs si une bonne faim apparait?

Laurette2.
Abonné

J'avais déjà pensé moi aussi à la possibilité de remplacer un repas par une simple boisson quand il est rendu nécessaire par la convivialité mais pas par la faim. Évidemment, il ne faut pas avoir peur de s'affirmer comme une originale ! Ou alors, avec le temps, on se met instinctivement à manger en fonction des nécessités...

Moi, depuis quelques jours, je me surprends à avoir le réflexe de moins manger. Ce n'est pas du contrôle (enfin je ne crois pas), c'est juste que j'aime bien passer à table deux fois par jour ! Alors, quand je mange, j'ai tendance à réduire un peu les portions en pensant "comme ça j'aurai faim pour le prochain repas". Bon, ça ne marche pas à tous les coups, hein ! Mais c'est venu tout seul, ça ne me brutalise pas, donc je pense que c'est pas mal...

GsiK.
Abonné

En y reflechissant j'espère que je ne suis pas dans la restriction "inconsciente" car pour moi cela a toujours été une contrainte de me préparer à manger, je ne prends aucun plaisir à devoir cuisiner, et du coup un seul repas par jour m'arrange plutôt.

De plus, je me suis surprise en train de penser que cela me permettrait sûrement de perdre du poids plus facilement...donc ne vais-je pas dans la mauvaise direction? est-ce que je ne biaise pas mes sensations alimentaires...je n'en suis plus sûre... 

waimea.
Abonné

Je pense que ce n'est pas grave de manger un repas par jour si tu n'as pas faim mais par contre je pense que c'est "dangereux" de le voir comme une régle d'hygiène de vie et comme un moyen de perdre plus rapidement du poids.

Ce qui est important c'est de respecter sa faim alors si la faim ne vient que le soir pour toi, pourquoi pas manger qu'un repas.

Ce qui est étonnant c'est que ce soit tous les jours pareil. Il y a certainement des jours ou ta faim est plus grande car tu te dépenses davantage. Veille à ce que ce ne soit pas la la flemme de cuisiner qui te guides et non plus la faim.

Ce travail est basé sur l'écoute de tes sensations et si tu te dit que tu ne mange plus que le soir car ça te suffit, tu t'es donné une nouvelle régle de conduite non plus basé sur tes sensations mais sur ce que tu penses que tu as découvert chez toi : "un repas me suffit" et dont tu en as établit une régle qui peut être est restrictive. 

Voila ce que ta réflexion m'evoque, 

Bonne continuation

jpzermati
Votre coach

Bonjour Caramille,

Bien sûr, nous ne sommes pas seuls au monde. Mais en revanche, nous sommes uniques au monde. (Disons que nous nous plaisons à le croire)

Est-ce une raison pour que chacun mange comme tout le monde. La norme sociale impose ou propose trois repas par jour composés d'une entrée, d'un plat et d'un dessert. C'est bien pour certains, insuffisant ou trop pour d'autres. Chacun va-t-il s'obliger à respecter cette norme quel que soient ses besoins ?

Obligeriez-vous un petit dormeur à rester au lit pendant 8 heures sachant qu'il se sent parfaitement reposé après 4 heures de sommeil.

C'est pourquoi chacun doit apprendre à se connaitre. Il ne s'agit pas de s'affamer et de vivre des situations pénibles. Ce que nous proposons c'est de découvrir ce que nous appelons la Bonne faim. Ni trop forte ni trop faible. Celle qui procure le maximum d'agréments pour le minimum de désagréments.

Pour ceux qui ont perdu leurs repères de faim, le meilleur moyen est de procéder par tâtonnement.

Mais, vous avez raison, attention aux vieux réflexes de régimes ! Certains pourraient être tentés de transformer ces expériences en championnat de la faim. Ce n'est pas le but et cela ne permettra pas de mieux maigrir. Ce ne serait que des efforts de restriction qui se retourneraient contre soi.

Il est donc important de conserver l'esprit de découvrir la  Bonne Faim, celle qu'on supporte sans difficulté et qui nous réjouit à l'idée de ce qui nous attend à table.

Allez, que la Bonne Faim soit avec vous !

Haut de page 
X