famille et vieux réflexes - 02112012

Pélisse.
Abonné

Bonjour à tout le monde,

Aujourd'hui j'ai invité ma grand-mère et ma grand-tante à manger, j'étais très contente de les recevoir, de leur faire à manger; depuis que j'ai commencé LC je prends beaucoup de plaisir à cuisiner. ça fait quelques jours que je suis en vacances, détendue, je me sens avancer dans mon comportement alimentaire. Mais aujourd'hui j'ai eu l'impression que tout s'est effacé et que le fait de me retrouver en famille a fait revenir les vieilles habitudes; je me suis retrouvée à manger sans faim et sans faire attention à la quantité, à avoir envie de manger plein de gateaux alors que je n'avais plus du tout faim, et j'ai même eu des compulsions.

Est-ce que vous avez déjà eu ce sentiment que la famille favorisait le retour des vieilles habitudes, un peu comme si vous deviez agir comme on vous avait toujours vu agir?

Pélisse

Commentaires

Galie.
Abonné

Bonsoir,

Je me retrouve totalement dans ce que tu décris. A chaque fois que je me retrouve chez mes parents, voire même juste après les coups de fil de ma mère, je me rerouve à manger sans faim, à me "remplir". Depuis que je suis la méthode LC, je parviens à écouter (un peu) ma faim lorsque je reçois ma famille chez moi, mais chez mes parents impossible. La seule différence maintenant, c'est que je culpabilise moins et j'attends ensuite d'avoir à nouveau faim pour manger.

J'ai essayé la RPC et en fait j'ai l'impression d'un sentiment de grande colère mais sans comprendre pourquoi. Il doit y avoir quelques noeuds à démeler de ce côté là !

Il y a peut être aussi comme tu le dis les vieilles habitudes qui reviennent, ou peut être le fait de se retrouver dans la position de la petite fille qui ne voulait pas déplaire à ses parents, qui finissait bien son assiette et faisait honneur à la cuisine de sa maman ? (même si objectivement aujourd'hui je cuisine beaucoup mieux qu'elle :-))

Galie

 

lorraine
Marraine

 

Bonsoir Pélisse

Tu écris :

Bonjour à tout le monde,

Aujourd'hui j'ai invité ma grand-mère et ma grand-tante à manger, j'étais très contente de les recevoir, de leur faire à manger; depuis que j'ai commencé LC je prends beaucoup de plaisir à cuisiner. ça fait quelques jours que je suis en vacances, détendue, je me sens avancer dans mon comportement alimentaire. Mais aujourd'hui j'ai eu l'impression que tout s'est effacé et que le fait de me retrouver en famille a fait revenir les vieilles habitudes; je me suis retrouvée à manger sans faim et sans faire attention à la quantité, à avoir envie de manger plein de gateaux alors que je n'avais plus du tout faim, et j'ai même eu des compulsions.

Est-ce que vous avez déjà eu ce sentiment que la famille favorisait le retour des vieilles habitudes, un peu comme si vous deviez agir comme on vous avait toujours vu agir?

Pélisse

 

Est ce que ce n'est pas simplement de partager un bon  repas dans la détente avec le plaisir d'être "bien" entourée qui t'as fait manger plus....Les repas conviviaux (avec la famille ou les amis) sont un problème pour beaucoup à commencer par moi...Il y a beaucoup de tentations, l'attention relâche parce qu'on discute, y a de la joie...
A ce sujet, il y  un outil  émotionnel "ne vous privez pas des repas conviviaux" avec une vidéo du docteur G.A.

Bonne continuation

Lorraine

lorraine
Marraine

Bonsoir Galie,

Tu écris :

"A chaque fois que je me retrouve chez mes parents, voire même juste après les coups de fil de ma mère, je me rerouve à manger sans faim, à me "remplir". Depuis que je suis la méthode LC, je parviens à écouter (un peu) ma faim lorsque je reçois ma famille chez moi, mais chez mes parents impossible. La seule différence maintenant, c'est que je culpabilise moins et j'attends ensuite d'avoir à nouveau faim pour manger.

J'ai essayé la RPC et en fait j'ai l'impression d'un sentiment de grande colère mais sans comprendre pourquoi. Il doit y avoir quelques noeuds à démeler de ce côté là "!"

Quand tu te "remplis" après avoir parlé avec ta mère au téléphone c'est sûrement  pour calmer/endormir une émotion....La colère ?

C'est peut être la même émotion qui te fait manger plus quand tu manges à leur table...Peut être y en a t-il d'autres....Comme ne pas oser refuser un deuxième service, une ambiance tendue ou apaisée une nourriture particulièrement délicieuse.....

Super si tu as pu identifier la colère en te centrant sur toi....Le docteur Apfeldorfer cite de temps en temps un livre très aidant, celui sur la colère de Thich Nhat Hanh  Capuccino  l'a cité aussi dernièrement (cf. la rubrique "questions aux docteurs" sur le forum dans "burnout...." de Zepretender ) Je ne l'ai pas encore lu juste commandé ce jour.......

Bonne continuation et bonne nuit

Lorraine

Pélisse.
Abonné

Bonjour Lorraine,

C'est vrai que la convivialité et le plaisir à partager un moment agréable font manger plus, et quand je suis avec ds amis ça ne me pose pas trop de problème, j'arrive à me centrer que la nourriture et à me faire plaisir, mais là je n'ai pas été dans le plaisir de la dégustation, et c'est pour ça que je me suis demandée s'il n'y avait pas un effet "famille". ça sera à confirmer lors de futurs repas! Merci en tout cas pour ta réponse et je vais jeter un oeil à l'outil dont tu parles.

Pélisse

Pélisse.
Abonné

Bonjour Galie,

C'est vrai que la famille déclenche des émotions très particulières, je trouve. Il y a certainement des noeuds à démêler, pour ma part une façon de rester fidèle à celle que j'ai toujours été. En tout cas c'est bien d'identifier ça pour ne pas être surprise par nos réactions et les accepter!

Bonne continuation à toi

Pélisse

Flowerbomb.
Abonné
Je ressors ce post un peu ancien, mais qui me parle. J'ai toujours uns problème lorsque je mange avec ma famille. Avant que mon papa ne décède, je mangeais pour le faire manger, car il n'avait plus d'appétit. C'était terrible cette façon que j'avais de porter la nourriture à ma bouche en le regardant et en espérant qu'il en fasse autant. Maintenant qu'il n'est plus là, depuis six mois deja, reste ma mère et je fais pareil. Je mange, peut-être pour anesthésier une douleur ou par peur de la tournure que prendrait la conversation,, comme si le fait de manger pouvait empêcher de parler... Vendredi j'ai fait ça, avec ma mère, à table, j'ai mangé nerveusement et probablement trop. Résultat, tout de suite après, coliques intestinales...quelle souffrance...
Haut de page 
X