Manger partout...Sauf à table - 08122011

black-kam.
Abonné

Bonjour Messieurs, bonjours les linecoacheuses,

Mon expérience linecoaching me semble bonne. Plus que pour  perdre du poids, je me suis inscrite pour rétablir un comportement alimentaire sain : arrêter de quasi-jeûner la semaine et me goinfrer le weekend.

Je m'applique à faire les exercices, même si cela reste relativement long car je suis souvent en société.

En revanche, je développe une attitude étrange... Je me refuse à manger à table. Cela me stresse, surtout quand la télévision est éteinte. Je ne me souviens que trop des régimes qui préconisaient cette méthode et cela m'angoisse.

Alors je me nourris d'un bol de petit pois et d'asperge dans mon bain moussant accompagné de "song of japan", je mange dans mon lit une bonne tablette de chocolat avec un bol de lait frais et des dessins animés en fond sonore. Je m'assois par terre (sur un tapis), pour savourer des samousas sur des rythmes cubains.

Je n'aime pas trop la télé, car cela m'absorbe. Pourtant, plus que de simplement me rassasier, je cherche à trouver en moi des sources d'inspirations, de pouvoir m'évader, rêver...

Je suis aujourd'hui exactement au même poids qu'au début du programme, mais quelque chose à changer en moi. Je ne me fais plus la guerre, je me fais la paix. Et je m'emmène en voyage de noce autour du monde par ces instants d'évasion.

Est-ce néfaste? Comment remédier à cette tendance chronophage?

De plus, j'ai également pu noté que je préfère sensiblement manger seule car j'ai encore du mal à faire attention à ma satiété tant que je suis absorbée par les autres...et donc l'ambiance.

 

Au secours ou gloire à moi ?

Commentaires

Rose-PetitBeurre.
Abonné

Bonjour Black-Kam,

 

Au secours ou gloire à toi ? ça dépend de comment tu te sens.

Moi, je trouve plutot sympas tes petits rituels de dégustation/évasion et ça a l'air de te convenir puisque tu te sens "en paix". Peut-être que tu compenses le fait d'être trop souvent absorbée par les autres en t'évadant dans ton monde exotique et douillet bien à toi.

Pour le moment, tu as trouvé ce moyen, avec le temps les deux extremes réussiront à s'équilibrer. La "table" te rappelle sans doute ces diners en société (auquels tu es forcée d'assister ? y a t-il des gens ou des émotions qui te genent ?). Essaye de te centrer sur tes sensations à toi dans ces moments (alimentaires mais aussi : est ce que je suis assise confortablement? j'ai chaud ? j'ai froid ? ça permet de bien se recentrer), quitte à décrocher un peu de la conversation au début...

 

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

Merci Rose-PetitBeurre. Comme ça, je n'ai rien à dire. Ta réponse est parfaite!

black-kam.
Abonné

Comment je me sens? C'est une excellente question.

Je me sens bien quand j'arrive à ritualiser. Je suis calme, détendue et je profite de l'instant. Je m'occupe de moi, j'ai le sentiment de "me respecter" (comme le disait GA dans ses vidéos).

En revanche, ne pas réussir à mettre en place mes facéties m'angoisse. Je mange très souvent en société et je vais bientôt retourner une semaine chez mes parents, puis chez mon petit ami. Le rytme à plusieurs m'astreint justement à des instants repas déterminés, avec des mets imposés.

Tes questions sont d'une justesse étonnante. Car oui, il y a une émotion qui me gêne : j'ai toujours l'impression que l'on "m'observe" manger. Ma famille est très fine et un rien la rassasie. Moi ce n'est pas pareil, j'ai souvent faim (à moins que je sois frénésique...) et je pique dans l'armoire à gateau, le soir, quand je suis seule.

 

Dès que je n'arrive pas à manger à ma stricte satiété, dès que je mange "sans faim", c'est comme si je n'y arrivais pas. De plus, ne pas perdre un gramme me laisse à croire que je ne suis pas sur la bonne voie (même si dès fois je me trouve bien comme cela). Alors, de dépit, je mange mange mange...sans fin, sans faim...

 

Cette réponse brouillon, à la syntaxe imparfaite, surement truffée de faute d'orthographe, je vous la jette pelle-mèle en pâture, car j'en dresserai une bien plus édulcorée si je relisais... Comme si me maintenir les yeux mi-clos (ou plutôt mi-dans-l'eau, comme des lunettes de plongée peu étanche) est inconfortable, mais bien moins que de changer profondément.

 

Merci pour vos bienveillantes attentions à mon égard.

Rose-PetitBeurre.
Abonné

Re-coucou Black-kam,

Et merci M.Apfeldorfer, votre message un honneur pour moi...!

Un petit message parce que tu as dit m'a fait réflechir... Je me dis qu'en fait, dans ton cas, c'est autant une question alimentaire que d'affirmation de soi.

Je crois que ta personnalité a besoin de s'exprimer, tout simplement. C'est ce que tu fais avec tes petits rituels réconfortants. J'ai l'impression que de la personnalité, tu en as beaucoup, sans doute plus que tu ne le crois. J'ai même envie d'aller plus loin : je crois que tu es une personnalité créative.

Je ne sais pas ce que tu as comme travail ou comme loisirs, mais ce serait super pour toi de faire des activités manuelles ou artistiques, peut-être en rapport avec la déco, la "création d'ambiance", bref ce que tu veux, et les cultures du monde puisque tu aimes ça.  Tu pourrais aller faire un tour dans les boutiques de loisirs créatifs.Il y a du choix aujourd'hui.

Personnellement,j'aime bien me faire un nid douillet, m'occuper de mon "intérieur"(le double sens ne t'aura pas échappercheeky) j'ai aussi des activités artistiques et quand je les pratique, je suis connectée au moment présent, je m'évade et surtout, je me rends compte que je ne suis pas "nulle", pas "vide" puisque j'arrive à m'exprimer au travers de quelque chose. A la différence de la nourriture qui ne fait que me remplir et me couper de la réalité, je me sens "nourrie" et j'ai l'impression d'avoir explorer mon monde à moi.

une précision très importante : un artiste ne se juge pas quand il créé, il ne se note pas, il peut avoir des sources d'inspiration, mais il ne se compare pas aux autres (sinon, il se bloque), parce que c'est justement sa différence et l'affirmation de sa personnalité qui fait sa force.

Pour ta famille, je pense que c'est un peu la même chose. Etre différente ne fait pas de toi un vilain petit canard.

J'ai l'impression que comme moi, tu as "le syndrome du loup-garou". On fait un peu semblant... et puis notre vraie nature refait surface et on fonce dans le placard. Pourtant, ton loup, il est quand même bien sympathique...sensuel et globe-trotter, awhoooouuuu !! (flûte!c'est pas facile de faire le cri du loup sur un ordi!!indecision)

alors tu pourrais lui faire prendre l'air plus souvent. Par exemple, en apportant un dessert exotique à un de tes repas en société, en cuisinant un peu chez ta famille (on "t'impose" des menus, mais tu as le droit de "proposer" ) ou un diner romantique à ton chéri sur le thème d'un pays. Ca serait sans doute très apprécié.

Là où ça n'est pas très clair, c'est quand tu te dis que tu te sens observée. Est-ce une impression ou la réalité ? le sais tu toi-même ? il faudrait vérifier parce qu'on ne peut pas accuser sans preuves. Des fois, j'ai l'impression d'être dans la tête des gens ou bien j'interprete le moindre signe... mais en fait, je sais rien. Et après tout, on ne peut pas empêcher les gens de penser ce qu'ils veulent. 

Il me semble que dans "Maigrir c'est dans la tête", M.Apfeldorfer propose l'exercice de déguster un aliment dans un lieu public. Tu pourrais manger une pâtisserie, seule, à la terrasse d'un salon de thé, par exemple. Il y a de bonnes chances pour que les passant s'en fichent...

Si des gens te font des remarques désobligeantes, il faut apprendre à y répondre. C'est dur. Personnellement, je suis assez handicapée question répartie...mais malgré tout,c'est ce qu'il faut faire.

Pour être aussi souvent conviée en société (travail, amis j'imagine), c'est que ta compagnie doit quand même être très appréciée! et que tu n'es certainement pas pour les autres q'une personne en surpoids(je suppose?), mais tout simplement une personne (si si ! même,avec un loup exotique dedans! on n'appellera pas le FBI, promiscool).

Cela dit, tu as aussi le droit de décliner une invitation de temps en temps, non ? t'as le droit de pas avoir envie, d'être fatiguée, d'avoir autre chose à faire... C'est aussi une question de tempérament. Il y a des gens qui ont plus souvent besoin d'être seuls que d'autres. C'est comme ça. Je te conseillerai d'utiliser la même technique que pour refuser de la nourriture : remercier, rester polie... "merci beaucoup de m'inviter, c'est très gentil, j'aurais beaucoup aimé être là mais à cette date, j'ai déjà quelque chose de prévu" quitte a inventer une excuse pour pas vexer. Faut savoir se donner la priorité des fois !

Des bises !kiss

black-kam.
Abonné

Rose,

Et bien, quelle réponse !

Tu m'as permis de beaucoup réfléchir sur moi même... Petite, ma grande soeur me surnommait "la grosse". J'avais acquis la certitude (complètement éronnée) qu'elle avait raison, que je serais forcément grosse, comme ma mère (qui m'a abandonné, et qui est très légèrement en surpoids).

Du coup, ma personnalité s'est enfouit au plus profond de moi même. Depuis que je suis étudiante, j'affirme ma personnalité. Effectivement, elle est très forte, et elle me pousse bien plus loin que je ne l'aurais imaginé. J'écris des chroniques dans le journal, je suis très populaire, et j'ai même décroché un job qui me permet d'être complètement autonome depuis le début de mes études.

Je me surprends de jour en jour, je suis fière de ma répartie, de mon culot, de ma personnalité. Parallèlement, malgré tout ce monde qui m'entoure, je me sens parfois très seule. Comme si je "jouais" un rôle public, et un rôle privée... La nourriture compense.

Pourtant pas en surpoids (1m70 pour 66kg), LC m'aide à réguler ce comportement me semblait malsain (je pesais 58kg très longtemps). Le régime c'était une manière de prendre le contrôle sur cette instabilité que je crée, que je cherche, qui me grise... Je suis un "loup" très solitaire pourtant.

En famille, je me sens observée car on me fait toujours beaucoup de remarque sur ma façon de manger : arrête de trier les aliments, pourquoi t'as pas faim, pourquoi tu grignotte, mange pas ça c'est une attitude de grosse... Du coup je stresse, et je compulse sur le placard à biscuit, la plupart du temps sur des aliments que je n'aime pas... Et chez nous, quand on sert un plat de gateau, celui qui ne se dépêche pas pour en manger n'en a plus... Autant de faits auxquelles il faut que je réfléchisse pour en déduire les conséquences...

Manger en public ne me pose pas de problème puisque j'ai la réputation de manger "ce que je veux" en étant "toute fine"... No comment.

Peux-tu m'en dire plus sur le syndrôme du loup garou ? Ca induit que j'ai des poils qui poussent dans les oreilles? :)

Quant à ma personnalité créative, à méditer...

 

Et toi Miss Petit-Beurre, comment as-tu découvert ce syndrôme ? Peux-tu me parler un peu de toi et de ton expérience avant et depuis le LC?

Rose-PetitBeurre.
Abonné

Re-coucou la miss,

 

Tu m'étonnes que tu sois stressée avec ta famille si elle te fais autant de remarques. N'importe qui le serait. "Fais pas çi, fais pas ça". Je pense qu'il faudrait que tu trouves un moyen de leur dire que tu es adulte maintenant et que tu sais manger toute seule. Et aussi que tu aimerais pouvoir savourer ton repas tranquillement (cette tranquillité, tu la trouves dans tes rituels).

Mon père est très observateur pendant les repas, toujours le regard en coin à surveiller... il a une obsession : le sel, trop en mettre est mauvais pour la santé. Il surveille le sel que tout le monde met parce que "le sel, c'est mortel", c'est son slogan. Un jour, je lui ai gentillement mais fermement fait remarquer que l'eau pétillante qu'il buvait (beaucoup)était bourrée de sodium. Et toc !

"l'attitude de grosse" je ne sais pas ce que ça veut dire.

Je serais curieuse de le savoir;

Surtout de la part de personnes qui  se précipitent sur des parts de gâteaux quitte à ce que les autres n'en aient plus...

Peut-être pourrais-tu leur poser la question de ma part ?

Je sais, je provoque un peu... mais tu vois où je veux en venir.

Sinon, je découvre qu'on a pas mal de similitudes toutes les deux et je te remercie pour tes messages parce que ça me fait beaucoup avancer.

Pareil, quand j'étais petite, je me suis "sentie" grosse suite à certaines reflexions alors que je ne l'étais pas. A l'école, j'étais la grosse de la classe alors qu'en fait j'avais juste un peu plus de ventre et de cuisses que les autres, et j'étais aussi la plus grande. Ta soeur était peut-être un peu jalouse de toi à l'époque... ?

Je suis sincèrement désolée pour ta maman. J'imagine que ça a dû être très dur. La mienne a aussi eu des problèmes de poids. Ou plutot se préoccupait de ça. Alors que franchement, elle avait juste quelques kilos en trop et encore...mais c'était un sujet de conversation assez récurrent... ou alors elle parlait de sa soeur qui avait des problèmes de poids (réels) et on m'a toujours dit que je lui ressemblais beaucoup (peut-être que comme toi avec ta maman, je me suis dit que moi aussi, j'allais être comme çaenlightened)

Je crois qu'on devient ce qu'on croit être et que se "sentir" grosse est déjà un stress et donc provoque des EME; Si je ne m'étais pas sentie grosse, je n'aurais probablement pas eu de TCA.

Aujourd'hui, je fais 1.76m et 76 kilos, ce n'est pas un énorme surpoid. Mais je sais que ce n'est pas mon poids d'équilibre parce que à des périodes où je n'avais pas d'EME, je maigrissais.

Comme toi, j'ai aussi l'impression de jouer un rôle des fois. Drôle, pétillante... alors que je ne suis pas ça, ou pas que ça. Du coup , quand je suis plus sombre ou silencieuse on me demande ce qui ne va pas. C'est pénible parce que j'ai parfois l'impression d'être caricaturée. Le pire, c'est que des fois, je me rends compte que je joue un rôle, ou que je sens que les gens attendent une certaine attitude de moi.

Quand je disais que tu avais une forte personnalité, j'entendais pas forcément ça dans le sens de quelqu'un de haut en couleurs. Je voulais plus dire que tu ne montrais pas ta vraie personnalité aux autres. On est souvent plus subtile que ce qu'on montre. C'est ce que je voulais dire avec le loup-garou : laisser échapper notre vrai moi. Je crois que M.Apfeldorfer parle de caméléon dans son livre. Ca correspond mieux.

Selon les situations, je peux passer pour une fille très marrante et sociable, ou bien timide et maladroite, ou bien renfermée, ou bien séductrice. Alors, moi aussi des fois, je me sens seule...parce que j'ai l'impression que personne ne me connait vraiment. Je sais pas si c'est en lien avec le sentiment d'être "vide". Peur de pas assez intéressante alors on se compose un autre "moi" social? Et d'ailleurs, en ce moment, j'ai envie de voir personne, de me recentrer sur moi.

Par rapport à mon corps, j'ai encore du mal à me définir aussi. Grosse parmi les minces, mince parmi les gros... pulpeuse ? ronde ? jolie ? moche ? on m'a dit tellement de choses différentes...

Concernant LC, je connaissais les bouquins, sinon, j'ai entamé plusieurs fois des thérapies mais qui n'ont jamais abouti soit parce que la personne ne me correspondait pas soit parce que je déménageais pour le boulot ou les études. Là, je vois un psychiatre depuis deux mois et je me suis inscrite à LC avec l'envie d'aller" jusqu'au bout". Pour le moment, j'ai du mal à respecter ma faim. Je sais la reconnaitre mais je ne l'écoute pas forcément. Je suis nerveuse, je me crispe, je stresse pour rien, je suis sans doute aussi trop pressée de changer. D'autres fois, je mange sans faim. Je ne prends pas encore bien le temps de déguster. Mais je n'ai pas eu de grosses crises depuis l'inscription et j'arrive mieux à manger sans télé. C'est déjà ça. J'espère qu'avec le temps, j'arriverai à trouver un équilibre aussi bien avec la nourriture qu'avec les émotions.

ps : j'aimerais bien avoir du poil aux oreilles, fait trop froid en ce moment !!cheeky

 

Haut de page 
X