Pour bien entrer dans la démarche, changer sa façon de penser - 07012019

izabelle
Animatrice forum

Le moins évident, quand on commence Linecoaching, c'est le changement en profondeur de sa façon de penser

façon de penser son alimentation

façon de penser son corps

façon de se penser soi-même

et surtout….. de se ressentir

 

en fait, Linecoaching est réussi quand on passe de la pensée au ressenti

car la pensée sera toujours du contrôle, même si elle porte sur la faim et la satiété, même si on pense sa dégustation

 

ressentir, par contre……   c'est s'autoriser à être soi, c'est laisser véritablement les rênes aux systèmes de régulation de notre corps, c'est vivre aussi plus intensément

 

notre mental est plutôt effrayé à l'idée de laisser les rênes, bah bien sûr il est hyper contrôlant

 

c'est pourquoi il est réellement important d'en prendre conscience afin de ne pas aborder Linecoaching comme un "régime",  ce serait alors un régime de la faim et de la satiété

un régime, c'est  "tout bien faire comme il faut et alors je maigris, je me sens mieux et tout va bien"

une belle illusion de notre mental….

généralement ça ne marche pas, ou ça ne dure pas

parce que c'est une illusion

parce qu'on n'est pas des machines, mais des êtres complexes et multidimmensiionnels

et c'est notre complexité qui fait notre charme…..  et nos émotions aussi, c'est dans le pakage  ;-)

 

 

Pour bien aborder Linecoaching il est essentiel, déjà,  de 

- faire confiance

- lacher nos objectifs de perte de poids pour l'instant,  car cela nous fait rester automatiquement dans le mental et entretient les compulsions

- communiquer, parler, utiliser les forums, ne pas rester seul dans son coin

- apprendre à aimer ses envies, ses impulsions

- se traiter comme on le ferait avec son propre enfant, avec amour, beaucoup d'amour

- se faire du bien, apprendre le plaisir

- s'autoriser à ressentir et se féliciter quand on le fait

- se brancher à la gratitude et tout ce qui nous fait vibrer profondément

 

tout ceci afin d'entamer le changement dans le rapport à nous-même

Commentaires

ventdautomne
Abonné

Je culpabilise encore...Mais après tant d'années à se dire que c'est mal de manger des petits gâteaux au chocolat...Pas évident !

reborn60
Abonné

Cc ventdautomne,

Ca prend du temps de "dédiaboliser" les aliments dits "méchants" (quand on parle régime, évidemment), les aliments-doudous en fait, les gras et/ou sucrés, les seuls à même de nous réconforter, c'est les docs qui le disent : c'est juste normal d'être attirés par eux quand on veut se faire du bien. C'est ce que font aussi les mangeurs régulés, qui écoutent leurs sensations alimentaires et émotionnelles.

La difficulté, c'est quand on culpabilise justement, en tentant de se réconforter, car là on met des pensées négatives, on n'est donc pas dans le plaisir, on n'apprécie pas, on génère des émotions qui nous font manger à nouveau, et on entre dans un cercle vicieux, qui mène droit aux compulsions.

C'est un vrai apprentissage, ça prend du temps de changer ses habitudes, d'où l'importance de s'observer, d'expérimenter finalement, pour avancer.

Voir la démarche comme un chemin, qui n'est pas un long fleuve tranquille mais nous apprend beaucoup sur nous derrière la question alimentaire.

Et bien sûr, c'est douloureux parfois... j'en témoigne .

Bon parcours à toi.

 

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
izabelle
Animatrice forum

coucou les filles

je n'avais pas vu l'activité de ce fil, parfois mon ordi est bizarre...

 

juste pour vous dire : courage!

c'est un chemin aussi

sortir de la restriction cognitive nécessite une chose :  lacher prise sur le plan mental

ce qui peut aider : les bouquins de Zermati, je pense, notamment le dernier

moi franchement c'est en lisant "maigrir sans regrossir est-ce possible?" que j'ai vraiment laché la restriction cognitive

et en lisant le dernier  "libérez vous du controle" (pas terrible le titre par contre, ni le sous-titre), ça aide encore plus à lacher tout cela

 

bien sûr quand on apprend à lacher son mental, ça remet en cause beaucoup l'organisation de notre personnalité, mais c'est vraiment bénéfique

 

et il me semble aussi impératif de lacher les besoins de perdre du poids à court terme, parce que vraiment ça vient se mettre dan snotre chemin

j'ai enfin laché la balance pour de vrai, je ne vous dis pas la différence énorme que ça fait

 

et surtout : plaisir, plaisir, plaisir

le vrai plaisir, la dégustation, faire chavirer vos papilles

pas de la dégustation itnellectuelle, mais une dégustation hédoniste, plaisir, plaisir, plaisir, prendre du plaisir gustatif, dans votre bouche

et répondre à vos désirs

y'a que ça de vrai

reborn60
Abonné

Merci !

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
Fhimo
Abonné

Bonjour Izabelle,

merci pour vos interventions sur ce fil de discussion, elles sont très inspirantes..

lacher la balance, le contrôle, la restriction, les automatismes, pour retrouver le plaisir simple de manger à sa juste faim...en acceptant les écarts, écueils, eme....et en gardant confiance, voilà un chemin qui merite d’être exploré! 
 

izabelle
Animatrice forum

oui et je dois dire qu'au départ on a tendance à se focaliser sur le faim, et si pour certains c'est facile, pour d'autres, moi la première, on se trompe un peu d'objectif, car on oublie notre "faim" d'amour

depuis que je me centre sur mes envies plutôt que sur ma faim, c'est devenu beaucoup plus facile

bien sûr parfois mes envies dépassent ma faim et c'est dur de garder la tête froide

mais en se centrant vraiment sur le plaisir, on finit par obtenir et comprendre le vrai rassasiement, la satisfaction

c'est un apaisement qui se fait progressivement

c'est assez fascinant à observer, par exemple mon mari a entamé une plaque de turron artisanal depuis deux jours ça trone ouvert sur l'ilot de cuisine et je n'ai aucune impulsion ni envie d'en manger

pourtant c'est un aliment rare, qu'on a acheté en espagne et que l'on déguste progressivement, riche et sucré, et en ce moment je stresse à max

et bien nada : ce truc m'est indifférent

il y a vraiment des changements avec cet apaisement

mais le plus dur à apaiser c'est notre cerveau.... l'incertitude

 

en ce moment on est en plein dans l'incertitude, ça nous fait beaucoup travailler le lacher prise

à très vite!

reborn60
Abonné

Un petit coucou d'encouragement à la communauté en ces temps perturbants, pour le moins...

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
Patchimo
Ancien abonné

c'est dur en ce moment, pour tous, et du coup je me focalise moins sur la faim et la satiété, aujourd'hui cela faisait 2 semaines que je n'étais pas monté sur la balance un miracle pour moi, je n'y pensais pas non plus. Vu le contexte, je fais bien attention de répondre à mes EME, je mange donc du chocolat tous les jours, j'en ai besoin (ma belle fille cadre infirmier dans une Ephad, ma meilleure amie auxiliaire de puériculture dans une crèche d'hôpital... et d'autres encore), bref, en montant sur la balance ce matin, en me disant si je n'ai pas grossis c'est parfait, je m'aperçois que j'ai perdu 1kg en 2 semaines. Du coup, je pense que ça commence à devenir naturel de ne pas manger au delà de sa faim, enfin je crois.

Quand on arrive à agir sans une quelconque attente de réussite ou d'échec, l'action nous amène à nous libérer de la souffrance.

ventdautomne
Abonné

Moi je n'ai pas osé monter sur la balance ce matin...peur de voir les kilos recommencer à grimper. J'ai eu l'impression de ne plus trop être en connection avec mes sensations alimentaires depuis 10 jours. Aujourd'hui,  je recommence à les observer. 

izabelle
Animatrice forum

c'est une bonne nouvelle Patchimo, que tu aies répondu à des besoins émotionnels avec du chocolat réconfortant et que tu aies observé que tu as perdu du poids : en effet ça montre que c'est en bon chemin, et c'est d'autant  plus fort dans cette période anxiogène

vend'automne, la balance n'est pas très utile, c'est plutôt l'impression de ne plus être en connexion qui est parlant
Observe les, mais aussi ressens-les bien dans ton corps
C'est important car parfois on peut avoir tendance à rester dans le mental et c'est là où parfois on est perdu et ou le cerveau commence à chauffer
C'est vraiment la sensation qui peut nous aider à changer de système de fonctionnement et à engranger de nouveaux automatismes

à très bientôt

Haut de page 
X