Résistance à la pleine conscience - le 17/04/2012

Tag.
Abonné

Bonjour,

 

J'aimerais comprendre pourquoi je fais autant de résistance à la pleine conscience.

Au début du programme, j'ai eu énormément de mal avec la pleine conscience : dès que je me concentrais sur ma respiration, j'avais l'impression que mon corps et ma chaise se mettaient à tourner. J'ai arrété puis j'ai repris quelque temps plus tard et cette impression de tourner est passée.

J'ai toujours beaucoup de difficulté avec les exercices de pleine conscience : souvent je m'endors ou je pars très loin et longtemps dans mes pensées, et quand j'arrive tant bien que mal à revenir, j'ai au moins 1000 "après je ferai ... ", "il faut que je fasse ..." et quelques "j'aurais du faire ...". Clairement je suis dans le futur, dans le passé mais pas dans le présent.

Hier soir, j'ai découvert sur le site les étirements en pleine conscience. J'ai téléchargé le MP3 pour l'essayer ce matin. Au début tout allait bien et d'un coup, vers  la fin des roulements d'épaules, alors que tout allait bien, j'ai eu subitement envie de vomir, la tête qui tourne, j'ai été obligée de m'asseoir. J'ai fait un peu de RPC pour essayer de me remettre. J'ai observé ma colère : contre moi de m'être laissée avoir, contre le Dr Apfeldorfer de m'avoir eue comme ça et un immense désarroi.
Plus d'une heure après, je ne suis plus en colère mais je suis fatiguée comme si j'avais couru un marathon, alors que j'ai seulement fait quelques étirements.

Bref, j'ai l'impression de résister inconsciemment à la pleine conscience, je ne sais pas pourquoi.. En même temps, j'ai l'impression confuse que la pleine conscience est la clé pour mes problèmes.

Je ne sais pas quoi faire : laisser tomber ou persévérer.

Je précise, au cas où vous ne l'auriez pas compris, que je suis actuellement incapable de pratiquer la pleine conscience quand j'ai un inconfort, une émotion ou autre EME ... déjà quand tout va bien, je n'y arrive pas !

Je clique, je ne clique pas ... je clique ! Advienne que pourra !

Commentaires

belette21.
Abonné

Bonjour Tag alias Claire (ah non c'est l'inverse),

 

Moi aussi j'ai essayé les étirements en plein conscience parce que 10 min de RPC je n'y arrivais pas et j'ai carrément sauté l'étape du body scan.

Et bien je n'ai pas tenu plus de 3 ou 4 minutes je crois. Je n'ai pas eu les mêmes symptôme mais je sentais que l'angoisse montait montait et allait m'engloutir, donc j'ai arrêté.

Je ne me force pas à faire de la PC malgré tout le bien que l'on en dit sur LC car j'apprends à gérer mes émotions autrement (psychothérapie; autohypnose, sophrologie... écriture aussi).

Je pique des trucs par ci par là et je fais ma propre cuisine !

Par exemple quand je suis chez moi et que quelquechose m'énerve je vais sur mon balcon et je pense à la phrase du Dr A : " je respire à l'intérieur de l'émotion ". Et là je me sens comme un petit noyau dans un halo d'émotions, et je me sens mieux...

Voilà pour mon expérience de la PC...

Espérant t'avoir apporté un morceau de réponse

alicegi.
Abonné

Moi j'ai complètement laissé tomber la PC également.

 

D'après moi ce n'est qu'un outil marketing un peu bidon mis à toutes les sauces sur ce site.

 

En effet nulle part dans les ouvrages des Dr Z et A , cette fameuse PC n'était mentionnée. J'ai déjà pratiqué avec succès la méthode sans pratiquer la PC.

 

Voilà pour moi, et je ne pense pas être la seule ;)

petite marie.
Abonné

bonjour,

eh bien pour moi, c'est exactement l'inverse.

pour moi la pleine conscience c'est la clé de la réussite : j'en ai besoin.

OK, je ne sors pas de mes séances en disant "wahou qu'est ce que je me sens bien", l'avantage que j'en retire est plus discret, plus diffus et dure plus longtemps.

quand je fais des séances régulièrement, je gère beaucoup mieux mes émotions, et j'ai beaucoup moins recours à la nourriture pour les soulager.

mais ça me demande de la discipline, j'ai besoin de me forcer pour la faire, j'ai du mal à "quitter" mon environnement pour me centrer simplement sur moi-même, il y a des jours où je reporte tellement le moment que je tombe de sommeil avant d'avoir réussi à m'y mettre...

et d'autre où je fais ma RPC dès le réveil...

La RPC, la méditation, cela me permet de ne pas m'oublier, de ne pas me laisser entrainer dans le flot des activités quotidiennes, le flot des envies et besoins des uns des autres en négligeant mes propres besoins et envies...

La pleine conscience me permet de me sentir acteur de ma vie, de ne plus avoir cette sensation d'être noyée dans un océan de contraintes, de contingences matérielles et de nécessités de bien faire !

Le programme est multiple, chacun y puise ce qui lui permet de progresser, et nous allons tous y arriver, chacun à notre façon

petite marie

mariejo.
Abonné

Bonsoir Tag

J'ai aussi beaucoup de mal avec la pleine conscience, au début j'ai pratiqué les exercices (sur 4 jours !) conscienseusement, et puis j'ai suivi le programme en zappant complètement , me demandant même si ce n'était digne d'une dérive sectaire...

Et puis j'ai lu une réponse du Dr Apfeldorfer, qui écrivait que pour porter ses fruits, la RPC devait être pratiquée 6 à 8 semaines.

Colère contre le site (pourquoi ils ne le disent pas au début ?), colère contre moi (tu es bête, c'est pourtant pas compliqué !)

J'ai donc repris au début, en acceptant les défis PC, je ne dis pas que j'adore et je me rends compte que souvent je suis dans l'après.

Une très belle réponse de la philosophie de la pleine conscience postée par G. Apfeldorfer

"Pour ma part, je ne vois pas d’autre solution que d’aller de moment en moment, de vivre de mon mieux chaque moment, qu’il soit tissé de bonheur ou bien de malheur. Je me dis que c’est cela, d’être vivant et conscient. Voilà : je suis conscient. Je le paie par un surcroît de douleur, parfois. Mais aussi par un surcroît de bonheur. Et je me dis que, quoi qu’il arrive, cette conscience de vivre ce qu’on vit, dans le moment présent, est ce qu’il y a de plus précieux."

Pour les étirements, j'ai très vite abandonné, vertiges, impression de me casser la gueule, et ce n'est pas le but.

Pour ce qui est de pratiquer la PC quand on a un incofort ou une EME, je n'en suis pas encore là, mais dans un coin de ma tête, je sais que j'ai cette possibilité.

Bon courage Tag

Érable.
Abonné

Coucou,

je connais aussi cette sensation de la chaise qui se met à tourner, c'est très spécial!

Mais contrairement à toi, j'adore. Je m'imagine que mon corps vole, j'ai l'impression d'être dans une autre dimension, loin de tous mes problèmes. C'est un moment de pure liberté ou je suis pleinement éveillée. Mais je comprend qu'on puisse trouvé ça désagréable, c'est troublant.

En tous cas, la RPC m'aide beaucoup plus que je ne pensais, je m'en suis rendue compte en l'arrêtant une semaine, qui s'est révélée catastrophique!

danseuse37.
Abonné

Bonjour Tag,

J'espère que tu n'as pas laissé tomber au bout du compte!! Je vais te dire : moi j'ai fait le "programme" il y a plus de 10 ans avec le docteur Zermati à son cabinet et à l'époque ça ne s'appelait pas un "programme" mais une "thérapie" et de Pleine Conscience il n'y avait point ;) Pourtant plus de 10 ans après force est de constater que pour ça a été une vraie réussite, une révolution dans ma vie : plus de régime, à moi la liberté!! Et un poids dans l'ensemble relativement stable malgrè 2 grossesses et 2 allaitements dont un pas terminé.

Sans la pleine conscience pourtant, j'ai fait un éorme travail sur moi même, sur mes sensations alimentaires évidemment, sur l'estime de soi, sur la gestion de mes émotions (même si c'est toujours le plus difficile pour moi!), sur la façon de me regarder et de percevoir mon corps. Corps qui n'a pas changé beaucoup d'ailleurs, je fais toujours une taille 40 plus ou moins serrée en fonction de la saison ;) , mais mon regard est lui beaucoup plus bienveillant et beaucoup moins critique.

Je ne dénigre pas la pleine conscience, et je pense d'ailleurs que c'est ce qu'il me manque effectivement parfois car oui j'ai toujours quelques EME, que je compense en attendant d'avoir faim pour remanger. Je veux juste dire que si tu butes sur elle ce n'est pas pour ça que tu vas foirer la méthode! Continue tranquillement à ton rythme sur ce que ça peut t'apporter de positif, et peut-être qu'à un moment tu auras un déclic pour la PC... ou pas ;) Maisce n'est pas grave, tu as d'autres outils ici qui peuvent t'aider.

Garde confiance, en toi dabord!

lorraine
Marraine

Bonjour Tag, Petite Marie et tout le monde

"La RPC, la méditation, cela me permet de ne pas m'oublier, de ne pas me laisser entrainer dans le flot des activités quotidiennes, le flot des envies et besoins des uns des autres en négligeant mes propres besoins et envies...

La pleine conscience me permet de me sentir acteur de ma vie, de ne plus avoir cette sensation d'être noyée dans un océan de contraintes, de contingences matérielles et de nécessités de bien faire !"

cheekyQu'est ce que je me retrouve dans tes propos Petite Marie,et, c'est tellement bien dit.....

Moi aussi c'est pour tout ça que tout ce qui tout touche à la plein conscience m'intéresse : faire les activivités de la vie quotidienne (cuisiner, prendre une douche, repasser, faire la vaisselle,travailler ........), pour manger, quand je suis énervée, quand je vais bien, pour me poser.....

 

Les exercices de pleine conscience ont commencé à me plaire vers le 4ième mois d'inscription à LineCoaching seulement.

J'ai découvert les étirements tout dernièrement et j'adore, je pratique tous les jours (me fait un peu penser au yoga que je pratique)

A lire certains des posts de GA et JPZ (je ne sais malheureusement plus où et quand) j'ai compris  que la pleine conscience me sert tout simplement à apprendre à accepter tout ce que je vis, ressens, suis, A M'ACCEPTER TELLE QUE JE SUIS EN SOMME, (ne plus me juger, me trouver trop ceci pas assez cela, tout ce qui en fait ne pas pas être changé ) et pour ça la pleine conscience vaut de l'or....

Effectivement, même lorsqu'on utilise qu'une partie des outils, le suivi de LC vaut toujours le coup....On avance chacun différemment

petite marie.
Abonné

Merci Lorraine pour ce compliment, j'en suis toute émue... en pleine conscience naturellement!

petite marie

atchoumy.
Abonné

Bonjour à toutes et à tous,

 

Et bien ça m'a fait beaucoup de bien de lire vos commentaires et réactions et je vous en remercie. J'ai commencé le programme il y a presque 3 semaines et je n'arrive pas à avancer car je butte sur la RPC depuis quelques jours. Je focalisais dessus et je me disais que tant que je n'arrivais pas à en faire deux fois par jour je ne pouvais pas avancer. Me voilà rassurée! C'est très bizarre car les rares fois où j'essaye de la pratiquer j'ai les larmes qui montent aux yeux et j'ai l'impression que je "déborde" d'émotions... Drôle de sensation...Merci Claire d'avoir posté ton message grâce auquel j'ai trouvé des réponses qui me tranquilisent. Bon courage à toi.

Lily.
Abonné

Bonjour Atchoumy, 

Je te cite  ! "Je me disais que tant que je n'arrivais pas à en faire deux fois par jour je ne pouvais pas avancer".

J'adore cette phrase ! Alors comme ça, toi aussi, tu es une perfectionniste ? Ou tu arrives à faire les exercices proposés, ou c'est un échec. Pas d'entre deux, pas de tatonnements. Juste réussir ou tout arrêter par découragement.

Nous sommes toutes un peu comme ça ici... Au fil du temps, on apprend à s'approprier les exercices au mieux, sans systématiquement se sentir en situationd 'échec si on n'y parvient pas... On n'est pas à l'école, ce ne sont pas des exercices scolaires, ce sont juste des outils à notre disposition.

En apprenant à mieux se connaître, on apprend aussi à adapter ces outils à la personne que nous sommes, et on les apprivoise peu à peu, avec BEAUCOUP de temps...

Après 10 mois, j'ai encore du mal avec la RPC, mais je sens que la clé est là, en particulier pour résoudre les problèmes liés à l'impulsivité alimentaire... Alors souvent, même quelques secondes, quelques minutes, je tente la RPC. Et quand ça marche, quel soulagement !

Je le fais aussi quand je me sens débordée par les tâches méangères, les enfants, et que je m'aperçois que je crie trop, que je suis exaspérée par tout et rien, un cri, une demande d'enfant, des jeux bruyants... Et effectivement ça aide beaucoup !

Mais il me faudra du temps pour que cela devienne une habitude, un réflexe, une hygiène de vie.

Bonne route en tous cas !

Lily

Pomdereinette.
Abonné

[quote=Lily]

Je le fais aussi quand je me sens débordée par les tâches méangères, les enfants, et que je m'aperçois que je crie trop, que je suis exaspérée par tout et rien, un cri, une demande d'enfant, des jeux bruyants... Et effectivement ça aide beaucoup !

[/quote]

Oh que oui !

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Bonjour tout le monde et merci pour tous ces posts sur la pleine conscience, qui montrent bien les difficultés de la méthode.

Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un « outil marketing », car Jean-Philippe Zermati et moi, nous croyons profondément aux bienfaits de cette méthode et nous ne vous racontons pas d’histoires à ce sujet.

Si nous n’en parlons pas dans nos précédents livres, c’est parce que cette méthode est d’apparition relativement récente, en particulier en France, et que nous avons d’abord voulu la tester dans notre pratique professionnelle avant de la promouvoir. Convaincus depuis longtemps qu’il était nécessaire de travailler sur ses émotions (les fameuses EME) nous avons testé différents outils, et la pleine conscience nous est apparue comme le plus puissant.

Les techniques de la pleine conscience sont désormais d’ailleurs de plus en plus utilisées par les thérapeutes pratiquant les thérapies cognitivo-comportementales, et le nombre d’articles scientifiques internationaux sur le sujet est impressionnant, avec une utilisation dans de nombreux domaines.

L’objectif, en ce qui concerne les troubles du comportement alimentaire, est selon nous essentiellement de travailler à augmenter la tolérance émotionnelle, c'est-à-dire devenir capable de ressentir et vivre ses émotions sans avoir à faire appel à un mécanisme de défense (en particulier manger, ou se rendre suroccupé, et finir là aussi par manger).

Pour cela, dans les exercices, il s’agit d’accueillir les pensées et émotions que se présentent, quelles qu’elles soient, avec curiosité, avec bienveillance, sans jugement, sans suivre ces pensées (sans les développer). Juste les accueillir, et revenir au focus de l’exercice (par exemple la respiration), c'est-à-dire revenir dans le moment présent.

Bien entendu, c’est difficile. Certaines le disent : ces pensées, ces émotions que l’on refoule, surgissent alors et peuvent nous perturber, parfois intensément. Bien des résistances à la pleine conscience viennent de là: voilà des pensées que je ne veux pas avoir, des émotions que je ne veux pas ressentir. Je les évite, par exemple en mangeant.

 

Bon voilà. Je comprends que certains trouvent cela bien difficile. Je leur propose alors d’essayer de tester juste quelques petites exercices bien simples : quand ça ne va pas, quand quelque chose nous perturbe, quand des soucis sont là, quand on a le spleen, juste se centrer sur son souffle, pendant quelques respirations. Histoire de se souvenir qu’on est vivant, là, maintenant.

Je cite belette : « Par exemple quand je suis chez moi et que quelquechose m'énerve je vais sur mon balcon et je pense à la phrase du Dr A : " je respire à l'intérieur de l'émotion ". Et là je me sens comme un petit noyau dans un halo d'émotions, et je me sens mieux... »

Et je rappelle que, sur le site, nous proposons aussi la technique de l’image-refuge, pour celles et ceux qui trouvent que la pleine conscience n’est pas faite pour eux.

Et bien sûr, de nombreuses personnes font appel à d’autres méthodes psychothérapeutiques permettant de calmer ses émotions, comme la sophrologie, l’auto-hypnose, et en parlent sur le site. D’autres encore, ont fait appel à une forme ou une autre de psychothérapie. Comme dit belette, « je fais ma propre cuisine » !

L’important, n’est-ce pas, est en l’occurrence d’aller mieux, de moins recourir à la nourriture pour calmer ses émotions. Tout est bon du moment qu’on progresse.

Narméa.
Abonné

Bien que toute nouvelle dans la méthode, je me permets d'apporter un petit témoignage sur la pleine conscience. Je n'en n'avais pas jusqu'à présent testé les bienfaits, mais une de mes amies oui.

Comme elle est anglaise, elle a eu accès à beaucoup d'ouvrage américains sur les travaux des neurobiologistes qui ont travaillé avec le Dalaï Lama et d'autres grands méditants bouddhistes.

Les résultats obtenus sont stupéfiants: même pour quelqu'un de novice en méditation, l'amélioration du fonctionnement du corps (systèmme immunitaire etc)  apparait avec une pratique régulière d'une dizaine de minutes par jour.

Elle s'est donc lancé dans la méditation avec des exercices similaires à ceux proposés ici. Et bien, elle a pu, grâce à ça, traverser une maladie invalidante avec courage et en guérir beaucoup plus rapidement que ce que les médecins lui disaient. Il s'agissait d'une ... algoneurodystrophie (je crois que ça s'écrit comme ça).. c'est extrèmement douloureux et long.

C'est donc pour cela que j'ai tout de suite été intéressée quand j'ai vu qu'il était question de travailler sur nos émotions avec ces techniques de Pleine Conscience.

Que ce soit inconfortable ne m'étonne pas, il faut un certain lâcher-prise parce que forcément, on touche à quelque chose de profond...

Voilà, juste pour encourager tout le monde à pratiquer sur une longue période pour que ça puisse porter ses fruits...

positivethinker.
Abonné

Oui la pleine conscience n'est pas une technique marketing mais une pratique d'origine buddhiste ancienne d'environ 2500 ans, mais en occident nous sommes un peu retardes :)

C'est vrai que c'est inconfortable par moment, je pense que c'est plus facile a pratiquer de bon matin, quand le mental est encore relax. Il y a d'autres techniques qui peuvent aider si la rpc ne convient pas (ou meme en complement de la rpc), par exemple le yoga, ou bien mediter en se concentrant sur un mantra.

Ma difficulte est de pratiquer la rpc quand survient une EME car j'ai besoin d'etre un minimum calme pour faire de la rpc. De plus, si je suis dans la rue, je ne peux pas faire de rpc !

tamar.
Abonné

Je crois que l'effet positif vient d'une détente générale, par n'importe quel moyen. Il y a quelques années, j'avais obtenu de bons résultats (à savoir quasi-disparition des EME) en écoutant tous les jours des enregistrements d'hypnose. Les enregistrements portaient sur l'amincissement, mais j'ai la conviction intime que leur effet était dû à la relaxation profonde qu'ils entraînaient beaucoup plus qu'aux propos de l'hypnotiseur, avec lesquels j'étais loin d'être toujours d'accord.

petite marie.
Abonné

pour moi, l'effet positif vient plutôt du fait de rentrer profondément en relation avec soi même : prendre conscience de tout ce qui nous traverse sans en avoir peur : je me suis apercue que le fait de faire de 10 à 20 minutes de RPC par jour me permet  à terme de vivre différemment mon quotidien : avant un coup de stress, une angoisse, se traduisait par une tension des muscles, une réaction de défense en quelque sorte "même pas mal!" et une boule de peur au ventre qui pouvait m'accompagner des journées entières

maintenant, un coup de stress et je ressens physiquement la décharge d'adrénaline, comme quand on est sur un manège où on a l'impression d'avoir le coeur qui file...

ce n'est pas forcément agréable, c'est très intense mais très court et surtout identifiable : ce n'est pas "je ne vais pas bien, je suis angoissée sans savoir pourquoi", je prends juste note que la situation n'est pas très agréable pour moi et qu'il faut que j'y prenne garde

Holimione.
Abonné

Bonjour,

Je suis nouvelle sur le site (une semaine), et je n'en suis pas encore à l'étape des outils de pleine conscience... j'attends cette étape avec impatience...!

Mais je viens d'acheter le livre "manger en pleine conscience", de Jan Chozen Bays, évoqué sur ce site dans l'article "Ecoutez votre estomac et vous perdrez du poids" du dossier "Pleine conscience".

Même si je suis loin de l'avoir fini, il m'a déjà apporté beaucoup de choses…enlightened

D'abord, ce livre est pédagogique et facile à lire. Il regorge d'exercices simples et progressifs pour acquérir des réflexes de "pleine conscience" et, petit à petit, apprendre à découvrir ces fameux signaux de "faim" et de "satiété". (enfin, moi je n'en suis pas encore là !!!)

Surtout, les exercices sont progressifs, illustrés… brefs, je les trouve formateurs, instructifs et profitables dans notre quête du "mieux manger"… En tout cas, moi, ils commencent à m'aider…

Et il me semble que même si "manger en pleine conscience" n'est qu'un "bout de la lorgnette" :

  • D'abord, c'est un bout qui nous intéresse particulièrement puisque nous sommes inscrits sur ce sitesmiley
  • Ensuite ce que j'apprends à faire dans ce contexte précis est transposable plus facilement dans des contextes plus généraux…
  • Et surtout, ce livre est très décomplexant, car la personne explique bien à quel point tout cela est difficile au départ => je me permets de retranscrire ici un passage qui m'a beaucoup "parlé", et qui je pense parlera à d'autres (n'est-ce pas Atchoumy ou Lily, ou les autres !!!!) :

 

"Nous voulons tous être plus libres, mais on ne peut accéder à la liberté du jour au lendemain.

Souvent, nous nous posons de trop grands défis, comme lorsque nous prenons nos résolutions du Nouvel An. Tout ce que nous en retirons alors, c'est de la frustration et une critique encore plus acerbe faite par nos voix intérieures.

Un premier bon pas serait de revoir à la baisse vos exigences envers vous-même, et de commencer la pratique de l'alimentation en pleine conscience en l'appliquant, par exemple, à une seule gorgée de votre thé du matin. Prenez un moment pour contempler la couleur du thé, pour vous imprégner de son parfum. Sentez le liquide dans votre bouche et dans votre gorge. Ouvrez votre conscience à a chaleur du soleil, à la fraicheur de la pluie et à la richesse de la terre présentes dans cette seule gorgée de thé. Tout peut se révéler à vous à partir de cet acte d'une grande simplicité.

Ce court moment de conscience peut sembler un évènement sans importance, mais ne sous-estimez pas la puissance de la pleine conscience. Ce sont ces petits moments qui peuvent changer vos vielles habitudes et amorcer en vous un mouvement vers la santé."

 

Bonne continuation à tous… Nous avançons chacun à notre rythme…

Et le plus difficile sans doute est d'accepter que ce rythme ne soit pas aussi rapide que nous le voudrions…

Mais l'important est d'avancer…. !

lore.
Abonné

Merci Holimione,

ce bouquin m'a l'air bien intéressant et c'est vrai que les petits objectifs font bien plus avancer que les grandes résolutions.

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Merci Holimione de nous citer ce livre "Manger en pleine conscience, redécouvrir la sagesse innée du corps ", de Jan Chozen Bays, que j’aime beaucoup et que, c’est vrai, nous ne citons pas assez.

Bien sûr, positivethinker, vous avez raison de rappeler qu’il existe d’autres techniques de méditation, à partir du yoga, ou de l’utilisation de mantras. Ces techniques et la pleine conscience sont en fait jumelles, et souvent utilisées concomitamment.

En ce qui concerne cette difficulté à utiliser les techniques de pleine conscience dans le moment des EME, on touche là du doigt le problème.

L’objectif de la pleine conscience, pour les personnes en difficulté avec leur poids et leur comportement alimentaire, est d’augmenter sa tolérance émotionnelle, et de différer l’impulsion à manger. C’est ce que nous proposons avec la technique de l’EME-zen : au moment où on ressent une EME, on pratique un espace de respiration de 3 mn, puis on décide de se réconforter en mangeant, ou au contraire de supporter son inconfort. On réitère le schéma autant de fois que nécessaire (voir dans le programme de LC).

Pour y parvenir à chaud, il faut avoir une bonne pratique de la pleine conscience à froid.

Tout cela peut se faire en tous lieux : au travail, durant une réunion, devant un buffet, dans la rue devant une pâtisserie…

Pourquoi pas dans la rue ? Ne respirez-vous pas, même dans la rue ? Ne pouvez-vous pas vous arrêter quelques instants, et respirer ? S’il n’est pas possible de faire un espace de respiration complet, il est toujours possible de se recentrer sur sa respiration durant quelques instants, d’examiner ses pensées, ses émotions, en un mot de différer l’impulsion.

Tag.
Abonné

Bonjour à tous, et merci pour vos réponses qui m'aident à avancer !

 

Je n'ai pas abandonné, je persévère mais je n'arrive toujours pas à faire de la RPC une routine quotidienne.

Je pensais que la RPC était un acte purement cérébral mais en fait non, c'est physique et je crois que c'est ça qui me bloque. Je n'ai pas d'autre choix que de prendre mon corps en considération, alors que depuis toujours j'ai l'habitude de l'ignorer, de ne pas prendre en compte les signaux qu'il m'envoie.

D'autre part, observer ses pensées est très difficile pour moi, je n'observe pas, je décortique, j'analyse, je juge, etc. Et toutes mes pensées automatiques sont des projections, des anticipations de ce que je vais faire, ce que je devrais faire ou des analyses de ce que j'aurai du faire.


Et ces pensées sont là en permanence, en filigrane de tout ce que je fais : je promène mon chien en réfléchissant à la liste des courses, je prends ma douche en préparant mes cours, je range le linge en réfléchissant au courrier administratif que je dois écrire, je joue avec mes enfants en planifiant les vacances de cet été, etc.
Après quand je passe à l'action, je suis d'une efficacité redoutable, évidemment, tout est déjà prêt, écrit dans ma tête !

Mais souvent, trop de réflexion bloque l'action et je me retrouve à chercher sur internet pendant 1 heure des informations sur la RPC au lieu de pratiquer pendant 10 minutes, ou je réfléchis pendant des jours pour savoir si j'ai le niveau pour un examen que je dois passer au lieu de réviser quelques heures, je pèse le pour et le contre de tout ce que je fais pendant des heures, etc. Et, en écrivant ça, je me rends compte qu'au restaurant, j'hésite tellement pour choisir ce que je vais manger que je finis toujours par trancher presque au hasard quand la serveuse a pris toutes les commandes sauf la mienne. C'est anecdotique mais révélateur de ma façon de fonctionner.

Le but de la RPC n'est pas de s'analyser mais, c'est ce que je fais, et ça perturbe tous mes repères!

Alors j'essaye de faire, ce que vous conseillez docteur, respirer en pleine conscience dès que possible, j'essaye aussi de prêter attention à ce que je fais : prendre conscience de l'eau qui coule sur mon corps quand je prend ma douche au lieu de planifier ma journée par exemple. Mais j'ai du mal, énormément de mal, j'y arrive quelques secondes pas plus et le naturel reprend le dessus ... mais pendant ces quelques secondes, où mon cerveau est vraiment débranché, je ressens une impression de légéreté et de liberté. C'est pour ça que persévère !

Mais la route est longue et m'a emmenée bien loin de l'alimentation ...

 

 

FORTUNE.
Abonné

Bonjour à vous toutes,

J'ai lu avec intêret vos différentes posts, moi aussi je n'arrive pas à régulariser mes séances de RPC mais par contre il m'arrive de plus en plus de prendre une ou deux minutes pour me poser, pour arrêter mes pensées et de regarder tranquillement autour de moi.

Dans ces moments là (souvent dans ma voiture) je redécouvre mon environnement, des fois aussi j'entends les différents bruits autour de moi ( je vis à la campagne et je travaille en ville).

Nous sommes souvent tournés vers nos pensées ( je ne suis pas sur de bien m'exprimer) et nous nous refermons.

Des fois le poids est l'arbre qui cache la forêt. J'aime bien cette expression mais de quelle forêt il parle j'ai des doutes !. Bon si vous savez n'hésitez pas à me donner votre avis.

En tout cas une minute de temps en temps je la trouve dans la journée mais les dix minutes j'ai du mal à les monopoliser et le mois prochain peut-être deux minutes et ainsi de suite. A la vue de nos parcours similaire, donnons nous du temps pour changer et pour beaucoup d'entre nous ou le poids est parti, revenu, parti aussi vite qu'il est revenu adoptons la TORTUE comme animal totem POUR TOUT.

Au plaisir de vous lire

Narméa.
Abonné

ah le village de schtroumpfs dans la tête, je connais.....

Penser, penser, penser... à tel point que quand l'amie dont j'ai parlé plus haut me disait qu'on pouvait arriver à ne penser à rien, j'ai halluciné, parce que j'étais dans le "je pense donc je suis"... sauf que... j'ai appris à faire des pauses en essayant juste de ressentir (l'eau sous la douche oui, le parfum d'une fleur....)et finalement j'ai compris et ça fait du bien.

Alors, c'est pour cela que je fais bien ma rpc tous les jours, parce que ça me permet de m'ancrer dans ce que je fais et de ne pas courrir dans ma tête...

FORTUNE.
Abonné

Mais souvent, trop de réflexion bloque l'action et je me retrouve à chercher sur internet pendant 1 heure des informations sur la RPC au lieu de pratiquer pendant 10 minutes, ou je réfléchis pendant des jours pour savoir si j'ai le niveau pour un examen que je dois passer au lieu de réviser quelques heures, je pèse le pour et le contre de tout ce que je fais pendant des heures, etc. Et, en écrivant ça, je me rends compte qu'au restaurant, j'hésite tellement pour choisir ce que je vais manger que je finis toujours par trancher presque au hasard quand la serveuse a pris toutes les commandes sauf la mienne

Tag, je me suis vraiment retrouvée dans trop de réflexion bloque l'action, je n'arrive plus à faire un pas en avant à force de réfléchir. Quel pied vais je avancer en premier, je passe un temps fou à me demander si cela me  correspond et je lis beaucoup avant  de me lançer. Et en fin de compte je m'aperçois dés que je dois m'impliquer: faire les exercices du programme, je bloque. 

 

J'aime bien cette phrase de John Lennon: la vie c'est ce qui s'écoule pendant que vous faites des projets.

Holimione.
Abonné

Bonjour,

 

J'ai commencé il y a quelques jours la respiration Pleine Conscience.

Je pense avoir compris le "principe", à savoir"se centrer délibérément sur le moment présent, à l’exclusion du passé comme du futur"...

 

Est-il possible d'accompagner sa respiration d'une sorte de "mantra" tel que "je me remplis d'une énergie positive" (à l'inspiration) et "j'expulse les énergies polluées, pour qu'elles soient transformées en  énergie positive" (à l'expiration) en imaginant (par exemple !!) absorber un rayon de lumière et rejeter des "nuages gris" (ou tout autre image qui "parle")

 

avantage  => penser à sa respiration et à être centré sur le présent : je suis consciente à la fois du fait d'inspirer et d'expirer, mais aussi des bruits qui m'entourent, etc.. Bref, de ce qui se passe ICI et MAINTENANT...

Inconvénient (peut-être ??) => focaliser l'esprit et empêcher le "lâcher-prise" nécessaire à l'apparition des émotions ou des pensées parasites ???

(personnellement, cela ne les empêche pas d'apparaître... ! mais je peux + facilement "revenir" à la respiration avec cette astuce. En fait pas plus "facilement", mais plus "rapidement", car je m'aperçois plus vite que des pensées sont apparues...)

 

Merci de me dire si je peux employer ou non cette technique dans le cadre du but recherché ici...

Merci !!

Holimione

positivethinker.
Abonné

[quote=G.Apfeldorfer]

 

 

Pour y parvenir à chaud, il faut avoir une bonne pratique de la pleine conscience à froid.

Tout cela peut se faire en tous lieux : au travail, durant une réunion, devant un buffet, dans la rue devant une pâtisserie…

Pourquoi pas dans la rue ? Ne respirez-vous pas, même dans la rue ? Ne pouvez-vous pas vous arrêter quelques instants, et respirer ? S’il n’est pas possible de faire un espace de respiration complet, il est toujours possible de se recentrer sur sa respiration durant quelques instants, d’examiner ses pensées, ses émotions, en un mot de différer l’impulsion.

[/quote]

Pour moi, pour le moment en tout cas, la pleine conscience est quelque chose que j'ai besoin de pratiquer dans le calme, la solitude et le silence, assise par terre les jambes croisees et les yeux fermes. Je la precede souvent par quelques respirations yogiques pour etre encore plus calme. C'est tout un rituel !

Je peux a la rigueur pratiquer debout ou assise sur une chaise mais je ne peux pas faire de la rpc sur commande et n'importe ou quand ca ne va pas et que j'ai une EME. Je ne sais pas si c'est une question d'habitude, je pratique depuis 3 ou 4 semaines environ. 

De plus, mes envie de manger sont rarement emotionelles, elles sont souvent tout betement de la gourmandise car j'aime trop la nourriture.

 

G.Apfeldorfer
Votre coach

Bonjour Positivethinker, je réponds à votre courriel sur l'opposition entre des séances de PCS structurées, et des moments où on se centre sur le moment présent, à tout endroit, à tout moment.

La première est que qu'on appelle la pleine conscience formelle, nécessaire dans l'apprentissage, et continuant à être nécessaire par la suite pour avoir de réels bénéfices de la pratique. La seconde est ce qu'on appelle la PCS informelle, qui repose sur cette idée que la PCS est un état mental à cultiver, en permanence. La première conduit à la seconde, en quelque sorte. Peu à peu. Et vous êtes encore une deb.

Et j'en profte popur répondre sur votre gourmandise: les aliments n'apportent un réel plaisir gustatif que dans la mesure où on a suffisamment faim, et où ces alimenbts correspondent à notre attente du moment. Examinez attentivement, dans ce moment-là, ce que vous recherchez en mangeant sans faim. Est-ce la recherche d'un plaisir papillaire, ou bien autre chose? Par exemple, une tentative d'évitement d'un déplaisir, le camouflage d'un malaise, le besoin d'un réconfort?

 

Et pour holimione, qui écrit: Est-il possible d'accompagner sa respiration d'une sorte de "mantra" tel que "je me remplis d'une énergie positive" (à l'inspiration) et "j'expulse les énergies polluées, pour qu'elles soient transformées en  énergie positive" (à l'expiration) en imaginant (par exemple !!) absorber un rayon de lumière et rejeter des "nuages gris" (ou tout autre image qui "parle")

Il est exact que ce genre d'exercice est recommandé par certains pratiquants de la pleine conscience. J'y vois cependant un piège possible, celui d'une recherche d'efficacité, d'une attente de bien-être. Le fait de vouloir que la séance nous conduise à un état particulier nous fait sortir du moment présent (nous place dans ce futur) et nosu fait juger un état comme préférable à un autre. Nous perdons alors notre position de spectateur de nos processus mentaux, pour devenir acteur.

Je n'aime pas trop cette idée "d'énergie positive", qui sous-entend qu'il y aurait du négatif et que celui-ci n'aurait pas sa place en nous, qu'il faudrait l'évacuer. Mais si on évite ce piège, si on se contente de contempler ce que fait notre souffle sur nos états mentaux, sans attente, sans jugement de valeur, alors pourquoi pas?

Pomdereinette.
Abonné

Il me semble avoir lu chez Thich Nath Han (sorry pour l'orth.) quelque chose du style : penser "j'inspire, j'expire" pour aider à la concentration.

Et pour la PC dans la rue : souvent je fais l'exercice dans le train (ben oui, banlieusarde avec 3 h de ransport par jour, ça bouffe du temps) ou dans les toilettes (3 mn au boulot). Les conditions idéales, sur un zafu, c'est au mieux une fois dans la journée, avant le lever des shtroumpfs ou après leur coucher, quand j'ai pas sombré avec eux !

On en revient au pefectionnisme, non ? Si j'attendais de faire au mieux, je ferais bien peu. Et pourtant, même comme ça, de séance informelle en informelle je ressens les effets.

G.Apfeldorfer
Votre coach

Thich Nhat Hanh: j'insipre, j'expire. Oui bien sûr. Et aussi, compter les respirations.

Mais cela est très différent de "je positive" et "je chasse le négatif". Mais je le répète, c'est ma position, qui consiste à accepter que les choses soient là jusqu'à ce qu'elles partent d'elles-mêmes (pas d'attente, pas de jugement), et je comprends que d'autres voient les choses autrement.

gover13.
Abonné

Bonjour,

 

J'ai un peu pratiqué le reiki avec ma soeur. Pour entrer en méditation elle suggérait de visualiser l'air inspiré/expiré, comme de la lumière par exemple. Cela me permet de me concentrer plus rapidement sur ma respiration.

Tag, je me reconnais dans le souci de productivité de la mère de famille. Ce sont mes enfants qui m'ont appris à vivre l'instant présent. J'admire la façon dont mes filles (3 et 1 ans) sont dans l'instant présent; j'essaie de retrouver cette qualité. Je m'asseois à côté d'elles et je me rends disponible. Je ne leur propose rien de particulier, je suis juste disponible pour un calin, un jeu, un dessin... Je les admire, je découvre les compétences récemment acquises, les nouvelles habitudes, les petits changements. C'est très agréable et finalement j'ai pu observer que cela me permettait d'être ensuite plus efficace quand je leur annonçais un changement : "c'est le moment d'aller prendre le bain" ou autre. J'espère que mon explication est compréhensible !

Bon courage pour la RPC !

G. 

FRED73
Marraine
[quote=Holimione]

Bonjour,

Je suis nouvelle sur le site (une semaine), et je n'en suis pas encore à l'étape des outils de pleine conscience... j'attends cette étape avec impatience...!

Mais je viens d'acheter le livre "manger en pleine conscience", de Jan Chozen Bays, évoqué sur ce site dans l'article "Ecoutez votre estomac et vous perdrez du poids" du dossier "Pleine conscience".

Même si je suis loin de l'avoir fini, il m'a déjà apporté beaucoup de choses…enlightened

D'abord, ce livre est pédagogique et facile à lire. Il regorge d'exercices simples et progressifs pour acquérir des réflexes de "pleine conscience" et, petit à petit, apprendre à découvrir ces fameux signaux de "faim" et de "satiété". (enfin, moi je n'en suis pas encore là !!!)

Surtout, les exercices sont progressifs, illustrés… brefs, je les trouve formateurs, instructifs et profitables dans notre quête du "mieux manger"… En tout cas, moi, ils commencent à m'aider…

Et il me semble que même si "manger en pleine conscience" n'est qu'un "bout de la lorgnette" :

  • D'abord, c'est un bout qui nous intéresse particulièrement puisque nous sommes inscrits sur ce sitesmiley
  • Ensuite ce que j'apprends à faire dans ce contexte précis est transposable plus facilement dans des contextes plus généraux…
  • Et surtout, ce livre est très décomplexant, car la personne explique bien à quel point tout cela est difficile au départ => je me permets de retranscrire ici un passage qui m'a beaucoup "parlé", et qui je pense parlera à d'autres (n'est-ce pas Atchoumy ou Lily, ou les autres !!!!) :

 

"Nous voulons tous être plus libres, mais on ne peut accéder à la liberté du jour au lendemain.

Souvent, nous nous posons de trop grands défis, comme lorsque nous prenons nos résolutions du Nouvel An. Tout ce que nous en retirons alors, c'est de la frustration et une critique encore plus acerbe faite par nos voix intérieures.

Un premier bon pas serait de revoir à la baisse vos exigences envers vous-même, et de commencer la pratique de l'alimentation en pleine conscience en l'appliquant, par exemple, à une seule gorgée de votre thé du matin. Prenez un moment pour contempler la couleur du thé, pour vous imprégner de son parfum. Sentez le liquide dans votre bouche et dans votre gorge. Ouvrez votre conscience à a chaleur du soleil, à la fraicheur de la pluie et à la richesse de la terre présentes dans cette seule gorgée de thé. Tout peut se révéler à vous à partir de cet acte d'une grande simplicité.

Ce court moment de conscience peut sembler un évènement sans importance, mais ne sous-estimez pas la puissance de la pleine conscience. Ce sont ces petits moments qui peuvent changer vos vielles habitudes et amorcer en vous un mouvement vers la santé."

 

Bonne continuation à tous… Nous avançons chacun à notre rythme…

Et le plus difficile sans doute est d'accepter que ce rythme ne soit pas aussi rapide que nous le voudrions…

Mais l'important est d'avancer…. !

[/quote]
FRED73
Marraine
Moi j'ai aussi ce livre et je voudrais savoir si le dernier qui vient de sortir est le même avec un CD en plus ou s'il est vraiment différent ?
FRED73
Marraine
Quelqu'un a t-il une réponse à ma question ? Merci!
izabelle
Animatrice forum

oups....

il me semble avoir lu ailleurs sur le forum  que oui, c'est le même livre, réédité, avec le CD en plus....

Patience
Marraine

Holimione,

Juste un petit mot pour te remercier de cette référence littéraire.
Ce sera mon prochain achat de bouquin ! :-)

FRED73
Marraine
Ok. Merci pour ta réponse Izabelle.
Haut de page 
X