"J'ai dit adieu aux régimes une bonne fois pour toutes et j'ai perdu 10 kilos."

Murielle

Murielle, 43 ans, Nord

Pourquoi Linecoaching?

Murielle:

J'ai commencé les régimes à l'âge de 18 ans. Je n'étais pas du tout en surpoids, j'avais juste 2 ou 3 kilos à perdre, je m'habillais en 36-38 pour 1m70. En fait, j'étais surtout mal dans ma peau. Il aurait juste fallu que quelqu'un me rassure. Je plaisantais facilement au sujet de mon poids, j'en parlais tout le temps en fait, et à force de dire que j'étais grosse, je crois que j'ai réussi à convaincre mon entourage que je l'étais. Quand je revois les photos de l'époque, je ne comprends pas que personne n'ait réussi à me raisonner, je ne voulais pas les écouter probablement. Chaque nouvelle méthode de perte de poids m'intéressait, j'étais prête à tout essayer. Pendant 24 ans, j'ai alterné 3 périodes. Les phases de régime : comme je suis très perfectionniste j'arrivais à les suivre à la lettre. J'esquivais les invitations, à défaut, j'apportais mon plateau repas. J'ai suivi plusieurs méthodes, Weight Watchers en réunion puis en ligne, soupe aux choux, régime mayo, scardale, montignac, insudiet, slimfast, l'homéopathie, l'acupuncture... S'en suivait la période d'euphorie, phase la plus agréable. J'étais fine, je pouvais m'habiller comme je voulais, et je pouvais me goinfrer de tout ce dont je m'étais privée pendant mon régime. Puis, les kilos repris, je vivais la période « dépression », je me laissais aller, je me cachais dans des vêtements noirs amples, je n'avais plus envie de rien, je me dégoûtais... jusqu'au nouveau régime.
J'ai découvert le site sur le blog « Pensées de ronde ». Le jour de mon inscription à Linecoaching je pesais 40 kg de plus qu'à 18 ans, je m'habillais en taille 50. Au début j'étais trop perfectionniste, je me connectais tous les jours, je faisais les exercices sans prendre le temps de les « digérer ». Si un exercice devait être fait pendant 5 jours, je le faisais 5 jours d'affilée, sans répit. En plus, la pleine conscience semblait très importante, et cela m'ennuyait. J'ai donc arrêté et me suis inscrite pour la énième fois à Weight Watchers en ligne. Mais, comme à chaque fois, j'en ai eu marre de compter mes points, marre de passer plus d'une heure dans les magasins à décrypter les étiquettes, marre de peser mes aliments, marre de ne plus savoir apprécier les repas entres amis, marre de manger différemment des autres, j'ai de nouveau arrêté. Le moral au plus bas, je me suis renseignée sur la chirurgie gastrique. Je rentrais dans les critères, mais, par chance, je suis une trouillarde, donc avant de rencontrer le médecin, je me suis laissée une dernière chance. Je me suis ré-inscrite sur Linecoaching.
Cette fois, j'ai pris le temps, je ne me suis pas connectée tous les jours, j'ai fait les exercices à mon rythme, je lisais les bilans, mais avec plus de recul, l'important c'était le bilan personnel que je retirais de mon parcours. Depuis cette expérience, la nourriture n'est plus du tout un problème pour moi. Le programme alimentaire m'a permis de manger ce qui me fait envie, quand j'ai faim parce que j'ai compris que quand j'ai faim c'est vraiment meilleur. Avant, si on me proposait un chocolat, je l'engloutissais et en réclamais un deuxième. Aujourd'hui, je le mange seulement si c'est un chocolat que j'aime. Quand je n'ai pas faim, ça ne me pose aucun problème de sauter un repas. Je me suis surprise à me poser la question qui me trottais dans la tête à chaque régime : « mais si un jour j'arrête? » Mais arrêter quoi ? Puisque je ne fais rien de spécial, je m'écoute simplement ! Et c'est pour ça que je pense que cette non-méthode est efficace, c'est LA solution.
J'ai l'impression qu'on m'a remise à zéro, comme avant, avant tous ces régimes. Je suis libérée et heureuse, je crois que je suis guérie. Je suis contente d'avoir perdu 10 kilos, mais si je n'en avais perdu que 5 ce serait pareil. On me dit que j'ai changé et pas seulement physiquement. Je me suis réconciliée avec moi même. Je suis toujours en surpoids, je sais que je continuerai à perdre du poids, puisque je mange moins et que je fais du sport, mais je m'en fiche en fait, j'ai tout mon temps. J'ai vraiment, vraiment lâché l'affaire au niveau du poids.
Ma sœur voulait entamer un enième régime, je lui ai parlé de Linecoaching et du Dr Zermati. Je l'ai incitée à s'inscrire sur le site. Bizarrement, je n'arrivais pas à lui expliquer en quoi consistait la méthode, pourtant je l'ai suivie jusqu'au bout. Une fois qu'on a compris le principe, ça paraît si simple en fait, la réponse est en nous, il suffit juste de s'écouter. Cependant, je pense que l'inscription sur le site est indispensable pour se comprendre, faire tout le cheminement, c'est une sorte d'analyse en fait.

En quoi cette méthode est-elle différente ?

Murielle:

La méthode est différente, car il n'y a pas de restriction. On apprend simplement à se réconcilier avec son corps, à se connaître, à écouter ses sensations. J'ai découvert à quoi servait la faim, appris l'appétit prévisionnel. J'ai compris qu'il suffit d'écouter son corps, pour savoir ce dont il a besoin, il faut se faire confiance. L'équilibre alimentaire ne se fait pas sur une journée, ni sur une semaine. Je me surprends à avoir envie de légumes si je n'en ai pas mangé depuis longtemps, à refuser un chocolat si je n'ai pas faim.

Quelles sont vos impressions sur le parcours de Linecoaching ?

Murielle:

J'ai beaucoup apprécié l'étape du parcours alimentaire qui consistait à redécouvrir la faim. Cette étape a été une révélation pour moi. J'ai compris que depuis des années je mangeais toujours sans faim (sans fin aussi). J'ai appris, grâce aux exercices, que ce qui est bon est encore meilleur quand on a faim. Aujourd'hui, je ne grignote plus jamais, je ne mange que quand j'ai faim sauf si je suis invitée. Quand je suis invitée, j'accepte toujours l'invitation avec plaisir, je profite de l'instant présent, je mange de tout, sans me priver mais sans exagérer et le lendemain, je ne remange que quand la faim réapparaît. Je repense à cette phrase d'un des médecins, « Une voiture a besoin de carburant pour avancer, si le réservoir est plein, inutile d'en remettre ». Il ne me viendrait même plus à l'idée de manger si je n'ai pas faim. En revanche, à cause ou plutôt grâce aux exercices sur la dégustation, je suis devenue assez difficile, je ne mange que ce que j'aime.
Pour le parcours forme, je n'étais pas très sportive, donc je m'étais inscrite au niveau 2. Pour info, lors de ma première inscription, je n'avais pas du tout utilisé cette partie du programme. Au début, je trouvais les exercices vraiment trop faciles, ça m'ennuyait, mais je me suis accrochée car j'avais vu qu'en fin de programme on pouvait être capable de courir quelques minutes. J'ai sauté quelques étapes. Je suis sortie marcher 30 minutes, puis 1 heure. Puis, j'ai essayé de courir. Au début 1 minute puis 2, puis 5 puis 10. J'ai contacté une copine sportive qui courre avec moi encore aujourd'hui. Nous courrons 12km50 soit 1h30 deux fois par semaine. Je participe à des courses et j'adore ça. J'espère même pouvoir courir un semi marathon avant la fin de l'année. Sur Linecoaching, je n'ai pas fait tous les exercices de pleine conscience parce que je n'aimais pas ça, mais je pense que mes sorties footing m'ont servi d'exercice de pleine conscience. Avant, quand quelque chose m'agaçait, je mangeais, aujourd'hui à la moindre contrariété, je chausse mes baskets.

Vos interactions avec la communauté ?

Murielle:

Je n'ai jamais contacté le coach, par contre, pendant toute la durée de mon inscription, j'ai lu tous les chats et je n'hésitais pas à intervenir si j'avais une question. Les médecins m'ont toujours répondu avec gentillesse et bienveillance. Je n'ai pas du tout utilisé le blog. Concernant le forum, je l'ai plus souvent lu que commenté.

Votre outil favori ?

Murielle:

J'ai quitté le site il y a plus de 3 mois, je ne me souviens plus des outils que j'utilisais.

Votre défi préféré ?

Murielle:

De mémoire, je n'ai pas fait beaucoup de défis.

Par Claire de Line… 0

D'autres témoignages de même profil

Haut de page 
X