« J’ai perdu 9 kilos et je ne me prends plus la tête pour savoir ce que je dois manger ou non »

Hélène

Hélène, 34 ans, Bretagne

Pourquoi Linecoaching?

Hélène:

J'ai commencé à grossir vers 16 ans et j’ai fait mon premier régime à 17 ans. Après,  j'ai pris un kilo tous les ans puis quand je me suis retrouvé au chômage, j'ai grossi d’une dizaine de kilos en quelques mois. Mon poids a atteint 85 kilos pour 1m58, depuis je faisais le yoyo. Je me suis inscrite sur Linecoaching car je connaissais le livre du Dr Zermati, je me suis dit que c'était exactement ce qu'il me fallait. Je pesais alors 78 kilos. Grâce à la méthode, je ne me prends plus la tête pour savoir ce que je dois manger ou non. Je suis plus au clair avec mes émotions et j'essaie d'en tirer parti ; je me fais plaisir en mangeant, je deviens gourmet. Le goût et la satisfaction sont mes seuls guides. J’ai un rapport plus sain avec la nourriture, j’ai moins d'envies de manger émotionnelles et moins de compulsions. J’ai perdu 9 kilos. 

En quoi cette méthode est-elle différente ?

Hélène:

Il n'y a pas photo ! Les autres méthodes sont des régimes déguisés puisque on n’a pas le droit de manger telle ou telle chose, mais des légumes à volonté, etc. Le contrôle est extérieur à nous, au lieu de nous apprendre à nous recentrer sur nos sensations. Ce n'est pas naturel de se contrôler tout le temps. La méthode permet d’explorer chaque domaine qui nous pousse à manger, et chacun peut découvrir ce qui le fait manger plus qu'il ne le faudrait. Pour certains, c'est plus les obligations sociales, pour d'autres, un manque de sensations... Parfois les étapes nous remuent mais ce sont celles-ci qui nous font le plus progresser. Le programme permet aussi d’aller à la découverte de soi pour pacifier son rapport à la nourriture.

Quelles sont vos impressions sur le parcours de Linecoaching ?

Hélène:

Au début, j'ai trouvé ça curieux de commencer par la dégustation et les émotions au lieu de la faim mais c'est très bien fait. Il m'a permis de (re)découvrir des sensations « oubliées » comme la dégustation, le rassasiement, le plaisir (sans culpabilité) et d'avoir un rapport pacifié avec l'alimentation, sans prise de tête. On s'aperçoit aussi qu'on a une façon de fonctionner basée sur l'anesthésie alimentaire (manger pour se calmer, se consoler, s'occuper...).

Vos interactions avec la communauté ?

Hélène:

Les chats avec les médecins sont intéressants de par la diversité des questions posées. J’ai apprécié l’aide des coachs qui sont très réactifs.

Votre outil favori ?

Hélène:

Mon outil préféré, c’est « Je déguste les 3 premières bouchées » car c'est une aptitude que j'avais perdu.

Votre défi préféré ?

Hélène:

Celui que j’ai particulièrement apprécié c’est « Je repère mes colères, mes contrariétés et je note leurs causes » parce que j'avais beaucoup d’envies de manger émotionnelles.

Par Claire de Line… 0

D'autres témoignages de même profil

Haut de page 
X