A la recherche de l'aliment réconfortant - 29062013

surmonchemin.
Abonné

J'ai une question : comment avez-vous déterminé quel serait votre aliment réconfortant ?

Je m'explique. Comme je connais Z & A depuis longtemps, j'avais déjà intégré cette idée de se réconcilier avec l'aliment tabou pour pouvoir se réconforter avec. Pour moi, il était donc évident depuis longtemps que mes aliments réconfortants étaient des trucs bien régressifs, genre chocolat kind**r ou bien nounours de guimauve enrobé de chocolat.

Sauf que : depuis la journée avec le Dr Z, j'essaie de réintégrer ces aliments. J'ai fait pas mal d'expériences, mais rien à faire, ça se termine systématiquement en compulsion. Le nounours ne survit pas chez moi (le kind non plus d'ailleurs). Tant que je sais qu'il y en a dans la cuisine, j'y pense, et je finis par les engloutir - je dis bien engloutir, pas déguster. Vrais aliments bien tabous, donc.

J'ai bien sûr choisi ces aliments pour l'expérience de dégustation d'un aliment tabou (on en déguste un morceau, et puis on jette le reste). J'ai dû m'y reprendre à 4 ou 5 fois - pour chacun ! - parce que je finissais le paquet avant d'avoir commencé l'expérience.

Et puis lundi, en relisant mes notes du 18/05, je suis retombée sur une phrase de Z. : "si ça réconforte, on n'a pas besoin d'en manger beaucoup. Si on en mange beaucoup, c'est que ça ne réconforte pas". Comme je suis un peu longue à la détente, le lien ne m'est apparu que jeudi soir, après une journée de travail plutôt pourrie ; je sentais l'EME arriver à grands pas, donc en rentrant chez moi, j'ai décidé de remplacer mon dîner par une dégustation d'aliment réconfortant (des fois, c'est quand même cool de vivre seule).

Donc, je me dis qu'en sortant du métro, je vais m'acheter des nounours et des kind. Et c'est là que ça tilte enfin : si on en mange beaucoup, c'est que ça ne réconforte pas ! Du coup j'ai acheté un pot de glace et une tablette de très bon chocolat, pas trouvé mon vrai chocolat idéal mais on en est quand même pas loin, j'ai dégusté 1/3 de chaque et ça s'est arrêté là ; plutôt pas mal, quand on sait de quoi je suis capable dans ces moments-là !!!

Aujourd'hui, nouvelle EME pour des bêtes problèmes de logistique, mais je ne supporte pas que les objets se liguent contre moi quand je suis fatiguée. Ca m'a mise en rogne pour de bon, donc je me précipite sur le reste de chocolat - d'ailleurs je m'étonne au passage qu'il m'en reste 2 jours après -, j'en gloutonne un 1er carré, j'en croque un 2è, le 3è comme ça commence à aller mieux, je le laisse fondre plus tranquillement et... ça s'arrête là !

Donc, ça semblerait marcher ? Mais alors pourquoi cette obsession sur les nounours et les kind ? (remarquez, on s'en fout peut-être, finalement)

Bref, je suis toute étonnée de tout çà, et ça m'intéresserait donc beaucoup d'avoir vos témoignages sur le réconfort et les aliments tabous ! Merci !!

Commentaires

Lavienrose.
Abonné
Extra ta découverte!!! Pour moi l'aliment tabou, c'est pas forcément celui que j'aime, en y réfléchissant bien, mais celui qui a été interdit donc que je mange quand j'ai envie de me faire mal. Le tabou le nec plus ultime c'est le Tun ( en verlan, il manquerait plus que ça que je leur fasse de la pub, ce truc infâme). J'apprends à en manger, j'apprends à garder le pot dans mon placard, cas que j' apprends à le déguster, j'apprends à le remplacer par mon repas...... J'apprends à être mon amie ;-) Je pense commencer à renverser la vapeur avec cet aliment et du coup ... Mon aliment réconfortant a été le chocolat noir.... Mais depuis que le Tun est mon ami c'est lui le réconfortant....
Lyphaé.
Abonné

Je trouve ça très intéressant ce que tu dis là, surmonchemin. Les aliments réconfortants ne seraient donc pas forcément ceux sur lesquels on compulse ?

Je suis actuellement en train de me demande quels sont mes aliments réconfortants. Lors de mes crises de compulsion, j'achetais à peu près tout le temps la même chose. Aujourd'hui, plus aucun ne me satisfait. Ce qui ne m'empêche pas d'encore compulser dessus dans certains cas, sauf que je suis consciente qu'ils ne m'apportent pas ce dont j'ai besoin (ni le goût, ni le réconfort).

Notamment mon chocolat favori, qui n'a de chocolat que de nom puisqu'il s'agit surtout de lait et de caramel. En général, je ne parviens pas à m'arrêter avant d'avoir fini la plaquette. Et le pire, c'est que je commence à le trouver pas bon. Les cas où je le trouve parfaitement délicieux et où ils me réconfortent deviennent rares. Quand il se produisent, c'est l'extase, mais c'est vraiment rare ! Peut-être que dans ces cas-là, c'est simplement parce que je manquais de sucre ?

En tout cas, je n'en achète plus, ou presque... Parce que je suis déçue à chaque fois.

Mais du coup, je suis à la recherche d'aliments réconfortants !

surmonchemin.
Abonné

@ La vieenrose : bravo pour réussir à apprivoiser le "tun" (bien régressif dans son genre aussi, lui ;-). Moi j'ai renoncé pour le moment, j'ai complètement arrêté d'acheter nounours et kind puisque je ne les gère pas, je me dis que ça viendra plus tard. Le nut, bizarrement, je n'en ai jamais bcp mangé, ma mère n'en achetait pas, du coup heureusement celui-là, je ne l'ai pas :-)

@ Lyphae :

[quote=Lyphaé]

Les aliments réconfortants ne seraient donc pas forcément ceux sur lesquels on compulse ?

[/quote]

Et bien je me demande...
En même temps ça semble assez logique, finalement : tant qu'on compulse, on culpabilise, donc on ne sera pas réconforté avec un aliment qui culpabilise. Donc finalement on n'a pas 36 solutions : soit on réussit à l'apprivoiser, ce que Lavieenrose est en train de faire (donc c'est possible ?!!!), soit on se réconforte autrement.

Moi je venais de faire l'exo de l'aliment idéal, j'avais bien décrit mon chocolat idéal précisément (et ça ne ressemble pas du tout à du kind, tu vois, c'est plutôt du bon chocolat de chocolaterie, avec éclats de cacao dedans), et du coup j'ai essayé d'en trouver un qui se rapprochait de cette description.
Ca a marché 2 fois, c'est déjà çà de pris. Mais c'est beaucoup trop tôt pour dire que c'est la solution, d'où ce fil...

Lavienrose.
Abonné
Ton post me fait réfléchir ! Je n'ai pas assez de recul, je ne suis pas assez équilibrée encore pour répondre mais ça me travaille et j'ai découvert que j'ai des aliments pour différentes situations.... J'ai un autre aliment réconfortant : les cacahuètes Le tun c'est émotionnel Les cacahuètes c'est la fatigue, le stress Il faut que je vois quand je compulse, en écrivant je m'aperçois que cette semaine pas eu de pb(super ça!) Je disais :je voudrais savoir si quand je compulse sur un aliment si c'est pas parce que je me suis trompée d'aliment, car pas eu le temps de ressentir mon inconfort J'ai l'impression que je suis sucrée quand c'est emotionnel Et salé quand c'est physique( stress, fatigue,) Merci Surmonchemin pour ce post, ça me fait avancer
surmonchemin.
Abonné

Un aliment réconfort différent selon l'émotion ?

Tiens, je n'y avais jamais pensé ! Mais pourquoi pas, au fond... Je vais y réfléchir aussi !

izabelle
Animatrice forum

alors là c'est clair, en tous cas pour moi je peux le certifier!!!

mes aliments tabous, ceux que je prends quand je compulse, ne sont pas les même que mes aliments réconfortants.....

 

en fait quand on compulse, on ne cherche pas vraiment à se réconforter, mais plutôt à avoir des sensations fortes, si possible avec qq transgressions et culpabilité, histoire de se générer des sentiments forts qui vont prendre le pas sur ce qu'on se cache, au fond de soi, et qu'on veut éviter

 

je trouve que c'est le point absolument FORT de la méthode :  apprendre à se réconforter VRAIMENT

et pour ça, connaitre ses vrais aliments réconfortants....

 

par exemple quand je compulse, ça va être chocolat au lait-noisettes  (c'est gras, énergétique, et je n'aime pas vraiment ça)

si je veux me réconforter, en revanche, ça sera plutôt un chocolat noir peu sucré qui me rappelle les Pâques de mon enfance......
ou un fruit fondant   (inutile en compulsion, il n'est pas assez culpabilisant!!!)

 

c'est vraiment essentiel de savoir se réconforter avec nos vrais aliments réconforts

ce ne sont pas ceux qui sont forcément énergétiques et qu'on s'interdit....  dans lesquels on cherche vainement un goût qu'on ne trouvera jamais (déjà qu'on avait pas faim à la base!!!)

 

 

pour ma part je me suis aperçue que le plus réconfortant, pour moi,  c'est finalement un repas préparé, mitonné, cuisiné.....

toute mon enfance, ma mère nous a fait sentir que faire la cuisine était pour elle un fardeau.....

et que le réconfort je le puise dans le fait d'avoir ce repas préparé, mitonné, avec amour, fantaisie  et stimulant beaucoup les papilles, des goûts forts et non pas fades.....

 

 

bref pour cette réponse un peu longue.....    d'ac  o dac pour  bien faire la différence entre aliments tabous  et aliments réconfortants

pour moi ils sont bien différents!!!!

quand on s'en rend compte,  on voit comme il est agréable et surtout utile de privilégier les seconds.....  

en se basant sur soi-même, son goût,  plutôt que sur les trangressions d'interdits dictés par la société

Bliss.
Abonné
Merci pour cet éclairage, le plus réconfortant pour moi c'est le thé au lait sucré, lapsang souchong, earl grey, montagne d'or de mariages frères ce sont mes 3 chouchous. Réconfort total en toutes circonstances. Jasmin aussi. Café éventuellement. Pour les compulsions ca peut être n'importe quoi, salé sucré, fromage, trucs assez fort et gras . Mais si ca me prend ce n'est en tous cas plus jamais dans des proportions grandes et je peux attendre la faim ensuite.
MONTDOR.
Abonné

Bonjour à toutes. Meme constat pour moi : ce que j'aime vraiment gustativement, gastronomiquement, ce qui me donne un vrai plaisir des papilles et me donne de la joie, n'est en général pas ce que je choisis quand je compulse.

Je crois qu'Izabelle a mis le doigt dessus quand elle dit que dans la compulsion on va choisir quelque chose style junk food gras/sucré qui culpabilise bien, histoire d'etouffer par la culpabilité et la transgression, l'emotion que l'on sent arriver et qu'on ne veut pas ressentir car elle fait trop mal. Quand je mange ce genre de saleté qui ne ne me fait pas plaisir comme par exemple des glaces industrielles bien sucrées que je ne mangerais pas quand tout va bien parce que ce n'est pas ce que je prefere et bien je ne pense plus, je ne reflechis plus, je mange, je mange, jusqu'à l'ecoeurement de ce gout sucré, on chasse un sentiment douloureux, donc emotionnel, par une par une sensation physique douloureuse : l'ecoeurement dans la bouche, des maux d'estomac...et puis je vais me coucher le ventre plein et la tete vide, enfin vide...jusqu'au lendemain...

En ce qui concerne le choix de l'aliment tabou salé, quand j'avais tenté une premiere fois le programme LC fin 2011, j'avais choisi le Mont d'Or (d'ou mon pseudo) qui est de loin mon fromage préféré, j'aime le deguster cru et non au four, directement dans sa boite bien coulant à la cuillère avec ou sans pain, plutot sans d'ailleurs quand j'y pense... J''avoue que si je commence il est tres rare que je ne le mange pas en entier, ca fait quand meme environ 300g à 400g de fromage selon les tailles. Je suis incapable en tout cas de jeter un reste de Mont d'or car c'est trop bon, jeter de la glace ne me pose aucun probleme. Je ne suis pas encore à cette étape de l'aliment Tabou depuis que j'ai recommencé le programme début juin et quand cette étape arrivera, je ne pourrai pas, à mon grand regret, choisir le Mont d'Or car la saison ne débute que fin Septembre début octobre. J'essaierai donc de trouver un autre fromage, tiens de la mimolette vieille que j'adore, mais le fait est que jusqu'à présent le fromage est pour moi à la fois un aliment tabou sur lequel je compulse pétrie de honte, mais aussi un aliment réconfort et dans ces cas la je le déguste lentement toujours avec un peu de pain et un petit verre d'un bon vin blanc et la çà me fait vraiment plaisir et je ne culpabilise pas....Donc un aliment aimé et gras pourrait faire double emploi?... Seul et en grosse quantité, il est tabou,  acompagné d'autres ingrédients qui le mettent en valeur et en portion dégustation, c'est le réconfort... A méditer...

mavo.
Marraine

C'est très intéressant, cette discussion, et ça me montre que je n'ai sans doute pas encore bien trouvé mon aliment réconfort. C'est vrai que j'ai fait la confusion tabou / réconfort.

Je ne compulse pas sur grand chose, c'est vraiment très rare, mais le Nut était un aliment un peu interdit parce que c'était le seul sur lequel j'avais du mal à m'arrêter.

J'ai effectivement, à coup de dégustation, réussi à prendre un peu de distance, mais du coup, je n'y puise en effet plus vraiment de réconfort. Et puis dans l'aliment -réconfort, il faut être sans culpabilité, et le Nut sans culpabilité, c'est encore trop dur pour moi !

Du coup, je vais me repencher sur la question de ce qui pourrait être un aliment réconfort...

surmonchemin.
Abonné

Ah, mais c'est très intéressant tout çà ! Merci à toutes pour vos réponses, ça confirme ce que je commence à ressentir...

C'est assez bizarre en fait, depuis que j'ai lancé ce post, je n'ai pas utilisé l'aliment réconfortant une seule fois (j'en ai pourtant 2 tablettes dans ma cuisine). Pas fait de compulsion non plus... Mais je ne vais quand même pas essayer de ré-acheter des nounours ou des kind, surtout maintenant que je sais que ce n'est pas eux qui vont me réconforter cheeky

Effectivement, maintenant que vous le dites, je crois que pour moi aussi, la compulsion sert à me donner des émotions fortes pour oublier tout le reste. Donc non, ce n'est pas du réconfort. Les aliments tabous me culpabilisent, ils ne me réconfortent pas.

Et bien je suis très contente de cette trouvaille ! Merci encore à vous !!!

surmonchemin.
Abonné

En fait, j'ai une autre question qui me vient, du coup, sur le sujet : si on a trouvé l'aliment réconfortant, le vrai, qui réconforte beaucoup même en petite quantité, est-ce qu'on compulse encore ? (oui, je rêve peut-être, mais j'ai l'illusion d'avoir trouvé le Graal, là laugh)

J'ai pas encore expérimenté, mais à froid et sans EME, je me dis que la prochaine fois c'est évident, je fonce sur ma tablette de super chocolat, et que les nounours me semblent avoir beaucoup moins d'intérêt maintenant.

Non ?

izabelle
Animatrice forum

bon je ne veux pas te faire perdre des illusions, mais pour moi oui, c'est clair que de "savoir" ce qui te réconforte vraiment ne t'empêche pas de compulser, à l'occasion

à la faveur d'un ressenti pas encore accepté, au reveil d'un souvenir non travaillé, que l'on cherche à maintenir dans l'inconscience.....

 

ceci dit, le fait d'avoir conscience que l'on ne se réconforte pas vraiment, et qu'on cherche en fait à éviter qqchse, nous permet de faire une sorte d'EME-Zen :  la conscience de ce qui est en train de se passer.....

 

donc ça n'empêchera pas toutes les compulsions, mais ça t'aidera beaucoup à prendre conscience de ces moments

lorraine
Marraine

Quel superbe fil ! Merci surmonchemin de l'avoir lancé

 

Voilà à partir de mon témoignage ce que tes  questions  m'inspirent :

 

J'ai réalisé en arrivant à LC, avec les exos,  que j'avais de manière très ancrée  des aliments tabous : le très sucré et le très gras.....

Ces mêmes aliments que j'affectionne particulièrement (surtout le très sucré), mais que je m'interdisais, je culpailisais même d'aimer ces aliments, car c'est pas fun ! 

-Je m'étais fait une interrogation entre moi et moi  sur " Tout à fait sincèrement, quels aliments aimes tu ?" idem pour la nourriture de mon enfance," comment maman me nourissait, quelles étaient les habitudes...?" (exercices très importants : faire le point avec soi) sinon j'aurai pas su que je les affectionnais-

 

Avant, fortement encouragée par les nutritionnistes que j'avais consultées je ne mangeais pas d'aliments dits grossissants et pendant quelques années (avant de craquer complètement)  j'ai été une bonne élève : 5 fruits et légumes par jour, ne pas sauter de repas, manger des féculents à chaque repas, des yaourts sans sucre, du gras et du sucré en quantité infime etc.....Bien sûr aux périodes de Noël je pouvais manger des kilos de chocolat, certains soirs j'engloutissais des tablettes de chocolat ou des paquets de b iscuits...

 

Je sais maintenant que j'ai besoin de ces aliments gras et surtout très sucrés  pour ne plus être obsédée par la nourriture pour ne plus tomber dns l'escalade des EME. Je l'accepte et pas une journée ne passe sans que je ne mange du très sucré  (puisque je peux en manger quand je veux et comme je veux, la quantité est très raisonnable)...

Et,.

Je ne mange que ce qui me fait envie ou plaisir aux repas...Je peux préparer un repas pour la famille me mettre à table avec mari et enfant et ne pas tout manger comme eux...Je ne peux plus répondre aux "il faut"  "tu dois"...Je ne réponds plus qu'à mes envies et besoins corporels...(c'est comme ça que j'ai mes périodes sardines en boite, foie de veau, salades, fruits....)

De fait,

Je dirais que  je me réconforte tout le temps avec la nourriture, puisque je mange dès que  j'ai faim et ce qui me fait plaisir...Il n'y a plus aucun rapport conflictuel avec la nourriture. Et ça c'est essentiel.

J'avais constaté aussi que les levers en semaine sont assez difficiles, et systématiquement depuis quelques mois j'ai un aliment doudou (pour le côté réconfortant du sucré mais aussi de par le côté rituel, sécurisant ) qui m'aide à bien commencer la journée : mousse fromage blanc ("besoin ressenti" de laitages) marque D.  avec confiture de figues. Faim ou pas faim , je le mange, le déguste au calme, et c'est un vrai bon heur....(une fois je n'ai mangé que la moitié, car aucun plaisir je n'avais vraiment pas faim du tout) Peut être que cet aliment doudou aura changé voire disparu dans quelque temps....

Je me rends compte aussi que je "fonctionne" assez par rituels (comme les enfants entre autre !) : le thé (earl grey)  l'aprèm, j'adore , le dessert sucré à la fin des repas...Pendant longtemps -depis LC-  je mangeais du chocolat au lait ou blanc en guise de dessert Maintenant, un autre dessert peut faire l'affaire aussi à condition d'être sucré

 

D'une manière générale, Je ne grignote plus , je ne compulse plus....En 1 an 1/2 il a du m'arriver "de craquer" 5 ou 6 fois sur des bonbons le soir  Mais les quantités restent très  correctes..A chaque fois que je craque, je m'interroge sur la raison et rien que ça me fait ralentir ou arrêter  ...Je trouve une autre réponse (je vais me coucher, ou m'occupe autrement...;l'ennui et la fatigue sont des sacrées raisons d'EME, ne pas l'oublier)

En conclusion,

Je crois vraiment que quand le rapport à la nourriture s'est apaisé puis à partir de là le rapport à soi même  on ne compulse plus ou quasiment plus ..Je pense que je suis arrivée -à peu près-  à ça maintenant

Bien sûr, ce n'est pas magique et la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Tout n'est pas figé une fois pour toute. Depuis que je me suis aussi persuadée  de cette idée et que j'ai accepté cette réalité je me sens mieux aussi . Nous ne sommes pas des machines, ne plus se flageller face à l'imperfection, -avez vous déjà remaqué comme les gens régulés s'acceptent imparfaits ?-" faire avec les jours sans",( si on mange plus un jour, on mange moins le lendemain , y a pas de problème)

Et  toujours rester connectée à soi même : s'observer, se questionner, chercher en soi, faire connaissance avec soi même,  expérimenter, s'écouter, se respecter...C'est ce qui nous permet de trouver "nos solutions" dans ce changement de comportement alimentaire

Bonne journée à tout le monde

MONTDOR.
Abonné

Lorraine j'aime bien le terme d'aliment doudou, mon petit garçon qui aura bientot 2 ans s'appaise des qu'il attrape son doudou lorsqu' il a du chagrin ou qu'il est tres fatigué. Et afin de trouver mon aliment doudou je vais moi aussi tenter la liste Qu'est ce que j'aime sincerement manger entre moi et moi sans se mentir à soi meme.

Hier soir j'ai compulsé avec des amandes et des cacahuetes, pas industrielles mais brutes non salées. J'aime beaucoup le gout de ces fruits secs, surtout les cacahuetes non salées et j'ai du mal à m'arréter quand j'ai commencé.... J'aime leur gout un peu grillé, leur texture croquante et un peu huileuse à la fois, je trouve sincerement cela bon pourtant ils ne me reconfortent pas, ils me culpabilisent à chaque fois mais j'en achete chaque semaine. J'en ai besoin, j'aime ça, pourtant ce matin je me sens très coupable d'en avoir mangé trop comme d'habitude. Voila peut etre l' aliment tabou que je vais choisir pour l'experience de remplacer mon dejeuner par celui ci pendant 4 jours.

Totom.
Abonné

LORRAINE : j'adore ton post, je l'ai lu religieusement..je m'y retrouve pleinement. Merci pour ce beau partage qui m'aide à voir clair en moi à travers toi :)

Violette28.
Abonné

Oh oui, Lorraine, merci pour ta réponse!!

Je suis justement dans une période "sans", je compulse tout en me rendant bien compte que tous ces aliments gras et sucrés ne me réconfortent pas du tout, ce qui est d'autant plus perturbant maintenant que je le sais, et du coup, je culpabilise un max!!!

Comme je l'ai dit dans mon blog, j'en suis à 3 semaines de la fin de l'abonnement, et je ne sais pas trop si je dois poursuivre ou pas. Ton message me redonne espoir, parce que j'ai vraiment l'impression de décrocher!!!

Merci merci!!!

lorraine
Marraine

Merci les filles.

Violette je ne sais pas si tu dois continuer ou pas l'abonnement LC. (ton choix sera de toute façon le bon smiley) Ce que je sais c'est que 6 mois d'expérimentations LC ne m'ont pas suffi....J'avais acquis toutes les bases//sensations alimentaires,  et étais arrivée à -à peu près- mon poids de forme. Ce qui est plutôt bien.

Mais j'avais besoin d'expérimenter "le qu'est ce que ça donne une fois régulée"...J'avais peur de tout reprendre, de tout oublier...L'aliment doudou, par exemple c'est venu après les 6 mois...

 

Je voulais aussi revenir sur la notion de réconfort à travers une anecdote...

Il y a quelque temps (j'étais déjà à LC) je devais faire des prises de sang à jeun tous les 15 jours le samedi matin.

Et aux premières prises de sang , j'avais ce réflexe de me dire "pour te réconforter tu mangeras un escargot ou un pain au chocolat (j'adore les viennoiseries)., comme avantLC.

Mais là, J'étais,à cette période, à fond dans les exos //sauter le petit dej, repérér sa sasiété,

et ça change tout dans l'écoute de soi...

Alors  puis un matin ,j 'ai eu ce déclic dans ma tête " mais te réconforter de quoi ? Tu n'as aucune peur des prises de sang, aucune angoisse de ce problème de santé " et j'ai décidé que j'écouterai ma faim après la prise de sang que je n'avais aucun besoin de me réconforter....Et à plusieurs reprises je n'ai pas petit déjeuné car pas faim  et à d'autres j'ai satisfait ma faim en dégustant une viennoiserie bien fraîche en sortant du labo.

Depuis à chaque fois que j'ai envie de manger sans faim, je m'interroge sur la raison et si je suis vraiment peinée ou "pas bien" ...Desfois  ça se résume à manger/déguster  une banane (je me suis réconciliée avec les

Je n'ai pas souvent besoin de me réconforter depuis que j'ai changé mon comportement alimentaire. J'ai découvert aussi que les sorties culturelles y compris la semaine me vidaient bien la tête, pas besoin de chocolat à ce moment là. Alors, j'essaie aussi de satisfaire  les besoins de réconfort/déstressant/vidage de tête en allant dormir/sortir/prendre un bain....

 

Ce besoin de se réconforter par la nourriture va puiser ses origines dans mon enfance. A chaque fois que ma mère nous emmenait chez le dentiste ou le médecin (et c'était fréquent)  on allait au salon de thé après. Du haut de mes 8 ans, je mangeais parfois, avec les encouragemnts de ma mère, 2 gros morceaux de gateau + une saucisse grillée après.....

clic.
Abonné

Hello,

 

merci surmonchemin pour ce super post ! C'est drôle ce matin en écrivant dans mon petit carnet j'ai différencié deux sortes d'EME, dont une où je ne prend pas vraiment de plaisir à manger l'aliment que je mange mais juste à manger et me remplir et avoir ce sentiment de culpabilité.

D'ailleurs dans ces moments-là ce qui me vient à l'esprit c'est l'expression "plaisir coupable" et depuis LC je me flagelle mentalement en me disant non il n'y a pas de plaisir coupable ! C'est encore une invention bien pourrie de notre société  !

Bref, merci beaucoup pour ton post et toutes ces réponses qui m'éclairent sur la notion d'aliment tabou et d'aliment réconfortant. Je vais faire l'exo de Lorraine, à savoir qu'est-ce que j'aime réellement manger et quelle était la "culture" cuisine quand j'étais petite. Je pense que ça m'aidera pour déterminer les aliments tabous et réconfortants.

D'ailleurs, après avoir fait le défi de manger un plat inconnu les yeux fermés, je l'ai refait avec pas mal d'autres (aliments connus ou non) et c'est fou ce que ça change les perceptions...

surmonchemin.
Abonné

Mais c'est moi qui vous remercie toutes !

Ce post, grâce à toutes vos contributions, m'apporte vraiment beaucoup, même si je n'ai pas pu être très présente cette semaine. Lorraine et Izabelle, les super marraines, un merci particulier, vous êtes tellement avancées ! J'espère pouvoir écrire les mêmes choses un jour !

De mon coté, depuis ces découvertes, le problème s'est déplacé : je n'ai pas eu de compulsion, mes tablettes de super chocolat sont toujours dans la cuisine (un peu entamées quand même, mais il en reste bien les 3/4). Par contre, beaucoup d'EME de fin de repas, car j'ai beaucoup mangé à l'extérieur et je ne gère toujours pas les restos ; impossible cette semaine de laisser dans mon assiette.

(et puis beaucoup beaucoup de fatigue aussi, parce que je travaille trop !)

On arrange les choses d'un coté, ça se dérègle de l'autre...

En tous cas un grand merci, vous lire m'aide VRAIMENT ! yesyesyes

V.

Béatrice fleur.
Abonné

Hello sur mon chemin et la vie en rose, bonjour les filles du 18mai!!

Bravo pour toutes ces réflexions et ces efforts et ces réussites et ces échecs... ! pour le moment c'est encore l'état de grâce après la réunion du 18 mai... l'exercice fait autour de l'EME de "lavienrose" m'a appris à gérer les miennes d'EME... c'est épatant...

Moi c'est le fromage, non pas mon aliment "tabou" parce que ceux qui ont essayé de m'en priver au cours de mon long combat contre le poids ne sont parvenus qu'à me faire fuir en courant!! une fois j'ai essayé 8 jours et je devenais folle dinguo!! énervée et énervante, avec les autres et avec moi même et alors... une fatigue !

de toute façon après m'etre privée avec la diététique d'antan pendant VINGT ans de féculents, pain, etc, puis m'avoir fait maigrir à l'hotel dieu de 15 kg en me les remettant, on ne me privera plus JAMAIS de rien de bon!!

Mais avec LC en qqs mois, (mais je vois bien en vous lisant que rien n'est acquis surtout après si peu de temps, hélas, hélas..!) je peux manger du fromage très raisonnablement, même pas tout les jours en faisant les 3 respirations, regarder, accueuillir  et dire tout fort mes émotions, puis re-trois respirations... C'est magique... !

Merci lavienrose, tu m'a encore mieux appris ça avec ta façon si sincère de faire ton dernier exercice à ce sujet... au moment où nous allions nous séparer et où je crois, beaucoup d'entre nous étaient prises d'un peu de spleen à cette idée de clore ce moment convivial et passionnant..!

Lire Lorraine ou Izabelle qui sont plus avançés que nous et qui tiennent le coup, ça fait plaisir et ça fait du bien autant qu'un... bon morceau de fromage bien coulant!!! ça encourage!

D'autant que je vais bientôt suspendre LC pour cause de vacances, pas d'internet facile où je vais, et j'aime bien l'idée de suspendre et de marcher seule comme une grande jusque mi-septembre... on verra si je tiens le coup... (ouh j'ai peur en le disant, mais en vacances en général, depuis qqs temps, je deviens "mangeuse régulente"!! pourvu que ça duuure!) je garderai les principes de LC pendant ces deux mois, enfin j'espère... et j'espère vous retrouver à la rentrée...

Je vous souhaite un bon été, mais je suis encore un peu là pour une ou deux semaines. Courage à celles que je connais de visu et celles que je ne connais pas ainsi.

Béatrice fleur

Béatrice fleur.
Abonné

Juste un petit ajout à mon précédent message:en ce moment depuis 8 jours, je m'épuise à vider mon bazar accumulé depuis plusieurs années dans divers coins de mon salon/salle de séjour plutôt grands, car lundi 8 juillet commencent les travaux de remise en forme de ces deux pièces...

J ai de la chance:plusieurs amies sont venues m'aider, mais il faut s'adapter à la personnalité de chacunes. Cela s'est très bien passé, mais je suis épuisée, vidée, lessivée, je mange comme je peux, plutôt mal que bien mais en respectant malgré tout les exercices d'LC tant bien que mal.

Tout ça pour dire qu'hier soir j'étais vraiment dans un état bizarre après le départ de mes deux amies très efficaces et dans mon bon fauteuil relax je regardais avec appréhension mes salles complètement dépersonnalisées, vidèes de tout ce qui me signifie, en bref, vide et moche à présent, et dont je vais être virée pour 3 ou quatre semaines:plus de lieu pour manger notamment, cantonnée dans ma chambrette... le bureau rempli de carton et des fameux bibelots qui donnaient une vie à l'appart...

Je  n'avais plus de pain...depuis 3 jours pas de temps pour aller en acheter en bas de chez moi! et là plus de force...Mais soudain je me suis extrait du bon fauteuil (que je n'aurai plus non plus pour 3/4 semaines, ce n'est pas la mort... je partirai entre temps, reviendrai etc... plus de repères pour qqs temps faut savoir ce qu'on veut!) , et essuyé mes courbatures et suis allé acheter mon pain... Là j'ai avisé un petit gateau qui m'a vraiment rappelé mon enfance... Vous êtes en général bien plus jeunes que moi, je ne sais pas si vous connaissez les "lunettes"?? Deux sablés collés l'un sur l'autre par une confiture en général de framboises... enfant j'adorais ça... lorsque j'en ai acheté (une marque en fait un paquet), j'avais toujours de la culpabilité, j'étais déçue, ce n'était pas le gout de mon enfance et je ne finissais pas le paquet, car c'est bourratif et... c'était un aliment "grossissant" par excellence...

Ces lunettes de patissier coutait 2 euros l'une, j'ai failli ne pas en acheter, puis j'en ai acheté une que j'ai dégusté en craignant être déçue.. Mais elle était délicieuse, j'ai vraiment retrouvé avec plaisir le réconfort de l'enfance, en plusieurs fois... Et...je l'ai trouvé vraiment énorme...

Voilà c'était juste une petite confidence autour de "l'aliment réconfort"...heureusement que ça existe et merci à LC de nous permettre d'en profiter sans honte et culpabilité et d'en retrouver le goût du temps du bonheur et de la non solitude... Je vous resouhaite à toutes un excellent été où nous pourrons nous faire plaisir sans "compulsion" excessive et surtout sans culpabilité...

Béatrice fleur

lorraine
Marraine

Bravo surmonchemin pour ces compulsions qui se sont calmées.

Je ne sais pas si ça te fait le même effet mais moi  j'aime savoir qu'il y a des douceurs dans le placard et ....q'elles y restent...(j'ai même jeté dernièremetn des biscuits périmés...Quel plaisr !)

.C'est  grandiose comme sentiment. 

Avant c'était impossible, je finissais tablettes et paquets de biscuits ou bonbons en une fois.....Je me sens plus  dans les normes maintenant ..Ca me faisait quand même une impression de comportement patho (j'avais très honte) cette incapacité de garder le moindre bonbon ou biscuit apéro

Je me dis que les EME de fin de repas au resto c'est plus classique. (le côté inhabituel, fête, convivial...)..Même aux personnes régulées cela arrive.....

Il ne me semble pas que ton problème se soit déplacé, c'est autre chose c'est tout (avant j'étais dans tous les excès, maintenant il en reste (repas conviviaux)  mais certains sont partis (compulsions fréquentes et massives le soir, EME énormes en fin de repas..)...

Sois fière de ce stoppage de compulsions, vis le comme une grande victoire, ne relativise pas cette avancée. Tu es sur le chemin de te réconcilier avec la nourriture et aussi avec toi même....

Et tu verras si tu devais à nouveau craquer, tu en prendras conscience plus vite et tu arrêteras le pilote automatique plus tôt..Et alors être fière de cela aussi ("Ah super je n'ai mangé que la moitié du paquet...")..Et tu esaieras de comprendre la raison de ce craquage . Apprendre à s'accepter imparfaite....Et quand on s'accepte imparfaite on se sent plus légère aussi et donc pas  besoin de calmer la culpabilité en mangeant de plus belle etc

Continue à t'observer comme tu le fais et si tu dois retourner au resto, utilises des trucs comme poser les couverts, mâcher longtemps, respirer quelques secondes avant de passer à table, "t'imprégner" des aliments par la vue, par  l'odeur, reste centrée sur l'intérieur de ta bouche, ton ventre, ne pas arrivéer affamée à table, ne prendre qu'un café gourmand en dessert,  etc....Si tu manges lentement tu devrais ressentir le ventre plein...Perso, avant, j'avais toujours le ventre plein en sortant de table, maintenent je ne le supporte plus, bonne raison aussi pour m'arrêter avant

Et reposes toi dès que possible (la fatigue est une grande raison d'EME) et essaie de faire des pauses même très courtes dans la journée, ça aide bien aussi pour se rencentrer, rester actrice et ne pas tomber dans un pilote automatique...

Penséessmiley

Bon WE à toi et à tout le monde, bel été béatrice fleur

 

PS : mon aliment réconfort, celui sur lequel aussi j'ai  pu compulser  "tous les aliments très très sucrés : chocolait lait /blanc, bonbons, nougat, caramel, meringues, confitures, mousse au chocolat , mille feuilles (le glaçage); pâtes de fruits, les glaces les fruits d'été aussi cerises, fraises....

A présent, j'en mange tous les jours mais en quantité très raisonnable et en guise de dessert seulement

surmonchemin.
Abonné

[quote=lorraine]

avant j'étais dans tous les excès, maintenant il en reste (repas conviviaux)  mais certains sont partis (compulsions fréquentes et massives le soir, EME énormes en fin de repas..)...

Sois fière de ce stoppage de compulsions, vis le comme une grande victoire, ne relativise pas cette avancée. Tu es sur le chemin de te réconcilier avec la nourriture et aussi avec toi même....

[/quote]

Lorraine : big big merci !!!

Tu as raison, c'est un 2è problème qui était déjà là avant lui aussi. Celui-là, je n'ai rien réglé, mais par contre sur les compulsions j'ai avancé (yes !). Il faut que j'accepte que je ne peux pas tout faire d'un coup (ça se saurait si c'était si simple), mais par contre, j'espère que j'aurai aussi un déclic sur les fins de repas "en société", parce que des repas "en société", j'en ai très souvent, je mange assez rarement chez moi... J'essaye de penser à me concentrer sur ce que je mange (au moins un peu), j'y arrive en début de repas, mais après je passe encore en pilote automatique, et l'assiette est finie et j'ai trop mangé... Mais je note tes trucs, je vais tester !

Sinon, je me rends compte que moi aussi, j'aime savoir qu'il y a du chocolat dans la maison, et surtout J'AIME que ça ne me gêne pas et que ça ne m'obsède pas. Ca me fait penser à une période où j'avais réussi à arrêter de fumer, j'avais gardé un paquet avec 4 ou 5 cigarettes, il était toujours avec moi. Je n'y pensais pas plus que çà, d'ailleurs je ne les ai jamais fumées, mais ça me stressait quand je ne l'avais pas, une sorte de peur du manque. Ca marche un peu de la même façon finalement.

Et là, les tablettes sont toujours là (depuis une semaine !). J'en ai mangé un peu ce soir, mais pas en mode compulsion : juste parce que se poser sur le balcon, à la fin de la semaine, avec enfin du soleil, et en plus un peu de chocolat, c'était du vrai bonheur. Même pas du réconfort, encore moins de la compulsion, mais simplement me faire plaisir tranquillement. Et j'ai vite eu assez, donc il en reste encore plein. Un vrai petit miracle, moi je dis.

Merci beaucoup de tes encouragements, ça fait vraiment du bien. J'adore ce forum, c'est chouette ici !

surmonchemin.
Abonné

Béatrice fleur, merci aussi pour tes messages ! Oui, cette journée du 18/05 a été très enrichissante, même si je galère beaucoup depuis, il y a eu de belles expériences (mais je sais pourquoi je galère, n'importe qui galèrerait avec le surmenage que je me tape, et je le gère plutôt mieux que d'habitude).

On fait son chemin à son rythme... Bravo pour tenter d'enlever les petites roues cet été ! Tu as l'air très bien partie, je suis persuadée que tu tiendras le coup (et puis si ça flanche par moments, bah c'est pas grave, il paraît qu'on n'est pas parfaits wink). Bon été à toi aussi !

(au fait : ma boulangerie aussi fait ces fameuses lunettes - j'adore !)

MONTDOR.
Abonné

Bonjour BéatriceFleur et merci pour ton témoignage. Dans ton post tu dis cela :

Bravo pour toutes ces réflexions et ces efforts et ces réussites et ces échecs... ! pour le moment c'est encore l'état de grâce après la réunion du 18 mai... l'exercice fait autour de l'EME de "lavienrose" m'a appris à gérer les miennes d'EME... c'est épatant...

 

Tu peux nous dire un peu plus stp sur cet exercice autour de l'EME qui t'a appris à gérer les tiennes, pour celles qui n'avaient pas encore rejoint le programme en mai comme moi. Existe t_il un fil de discussion à ce sujet? Merci pour ta réponse

lorraine
Marraine

Surmonchemin écrit : "J'en ai mangé un peu ce soir, mais pas en mode compulsion : juste parce que se poser sur le balcon, à la fin de la semaine, avec enfin du soleil, et en plus un peu de chocolat, c'était du vrai bonheur. Même pas du réconfort, encore moins de la compulsion, mais simplement me faire plaisir tranquillement."

Sauf si tu avais une vraie faim, se faire "du bien", se faire plaisir  avec un peu de chocolat à la faim d'une semaine harassante pour moi ça a à voir avec se réconforter dans le sens de se bichonner , de respecter son besoin de nourriture du coeur

Peut être qu'une différence fondamentale entre compulser et se réconforter tient dans la manière dont on mange l'aliment. Le premier en pilote automatique, sans choix réel dicté par une pulsion non raisonnée, le deuxième par choix et en mangenat en pleine conscience

Dans les repas aux restos, si c'est possible peut être essayer de moins parler wink  (sauf si tu poses les couverts) c'est ce qui peut  nous faire oublier qu'on est en train de  manger

oui, Rome ne s'est pas faite en un jour

Bonne continuation

lorraine
Marraine

Zut ! j'viens de faire un post adressé à Béatrice Fleur..;Envolé le post...

J'ai rendez vous chez le coiffeur, faut que je me sauve

Reviendrai plus tard

En tous les cas ton post, Béatrice Fleur,  transpire la zénitude jusque dans mon salon....Merci

Violette28.
Abonné

[quote=lorraine]

PS : mon aliment réconfort, celui sur lequel aussi j'ai  pu compulser  "tous les aliments très très sucrés : chocolait lait /blanc, bonbons, nougat, caramel, meringues, confitures, mousse au chocolat , mille feuilles (le glaçage); pâtes de fruits, les glaces les fruits d'été aussi cerises, fraises....

A présent, j'en mange tous les jours mais en quantité très raisonnable et en guise de dessert seulement

[/quote]

 

Décidément, il est super ce post!!! ;-)

J'éprouve de grandes difficultés à trouver ce fameux aliment réconfort! Je sais que ce n'est pas manger sucré qui pose problème,  ce sont les quantités!!

Lorraine, j'espère un jour arriver à ça: manger tous les jours de ces douceurs qui me semblent INDISPENSABLES à mon équilibre, mais en quantité très raisonnable. J'aspire à ceci, et te lire m'encourage vraiment!!!!

Parce que là, je suis dans le cercle vicieux du "je-mange-par-compulsion-j'ai-conscience-que-ça-ne-me-réconforte-pas-du-tout-et-je-culpabilise". En plus, l'entourage manque vraiment de tact parfois: depuis plusieurs semaines, j'essaie d'assumer mon ventre, d'adopter une belle posture (ce n'est pas en courbant le dos que je vais avoir l'air épanouie, et en plus, je vais devenir bossue comme mon arrière-grand-mère), bref, de m'accepter, et de m'aimer, même si je ne me plais pas. J'en arrive même hier à mettre une jupe: allez, sois féminine, même pas peur!!!

Et là, ma plouc de voisine qui me sort: "t'es pas enceinte, toi?"

Franchement, comment voulez-vous que j'y arrive? Mon estime de moi est bien fragile, alors avec ce genre de remarques débiles, tout s'effondre en 2 secondes!! Oui, débiles, car on se connait suffisamment pour que je l'informe, le jour où je serai enceinte, alors si je ne dis rien, ça semble évident que je ne le suis pas!!! Et en cas de doute, on s'abstient!!!!!!!!!!!!!!

Oup's, je m'éloigne du sujet, mais j'avais besoin de me défouler!

Bref, tout ça pour dire que je suis impatiente d'arriver à me réconforter autrement que ce que je fais en ce moment!

Béatrice fleur.
Abonné

Hello Lorraine, moi aussi j'aime bien tes posts.. dommage que celui que tu m'envoyais se soit envolé... je compte sur une cigogne sympa pour me le ramener! moi aussi je suis allée chez le coiffeur cet après midi! revenue par les Tuileries et me suis fait plaisir d'une petite glace cerise/lait d'amandes/macaron pistache, dégustée avec grand bonheur pour supporter cette chaleur subite!!

OUi comme c'est agréable d'avoir tout ce qu'on aime dans ses placards et savoir qu'on ne va pas exagérer... Ca me fait vraiment plaisir que tu dise "ton post transpire la zénitude jusque dans mon salon..." c'est rigolo aussi car le mien de salon est tout à fait dépersonnalisée de tout ce qui me représente:bibelots, photos, peintures, posters etc, puisque lundi arrivent les ouvriers pour le remettre en forme de pied en cap ainsi que la salle à manger... Quelle épreuve, je ne sais même pas si je pourrais encore me connecter... je compte sur les voisins ou l'artisan chef, pour remettre tout en place dans ma chambre, l'endroit où je pourrai me replier pour ces trois ou quatre semaines  à venir, plus ma maison natale et de campagne dans le Jura...

Donc merci pour m'avoir invité un petit moment dans ton salon... j'aime la zénitude et Lincoachin nous y invite et nous y amène... Je souhaite de tout coeur à Violette de la trouver enfin... n'oublies pas Violette, la respiration pleine conscience.. c'est la voie royale pour arreter de faire des EME compulsives....

Je ne sais plus laquelle d'entre vous m'a demandé comment était l'exercice qui m'avait beaucoup aidé, demandé par dr Z à lavienrose. C'est très simple, tellement simple comme dirait un grand hypnothérapeute de ma connaissance qui m'a beaucoup appris sur ce chemin du lacher prise, tellement simple qu'on ne peut pas croire que cela peut être si puissant...

Voilà :il suffit de faire TROIS respirations conscientes, vraiment conscientes, puis de se demander quelles sont les émotions ou l'émotion qui me donne envie de manger cette chose tabou ou défendue ou à gérer petit que j'aime tellement que j'ai envie d'en manger plein, trop , de ne plus m'arrêter : les dire tout haut ces émotions: fatigue en la détaillant, pourquoi cette fatigue, colère:envers quoi, envers qui , solitude insupportable, se sentir abandonnée, (ça c'est mon péché mignon....!!), etc etc, le dire tout haut et accueillir que c'est comme ça et que dans ce moment là, dans cet instant là on a bien le DROIT d'en souffrir, et d'avoir besoin de notre "aliment réconfort"... puis on ne se laisse pas emporter par l'angoisse, ni fasciner par notre malheur, mais on refait trois respirations conscientes et nop on DEGUSTE notre aliment réconfort et normalement ça marche:on ne va pas exagérer, manger la tablette de chocolat, la boite de gateau, le camenbert entier ou descendre le si bon comté de mon pays jusqu'à en avoir mal au foie...

Oui c'est vrai je trouve cela extraordinaire, car cela déculpabilise, cela permet de se contrôler non pas avec la volonté, enfin non plus avec la volonté, mais tout naturellement, spontanément.... Lorraine le dit: elle n'a plus ces compulsions destructrices.... je n'en avais plus beaucoup déjà c'est vrai, car j'ai un peu travaillé sur moi même durant ma vie, mais j'en avais encore par moment même si ça n'était pas trop exagéré, sauf en vacances où cela n'avait pas d'incidence. Mais parvenir à ce que la nourriture ne soit plus un combat de comptabilité, ça chapeau bas à Linecoaching et deux docteurs qui chapeautent cette recherche épatante! allez Violette fait toi aider s'il le faut par un nutritioniste thérapeute, mais courage, tu vas y arriver, et je t'assure le jeu en vaut la chandelle!!

A toutes bonne nuit, bon wend, bonne vie en vous faisant plaisir spontanément... ca me fait plaisir de vous rencontrer...

Béatrice fleur

nouvomoi.
Abonné

Hello Violette 28

Si si, nous sommes enceintes  ... de nous même !!  de notre nouveau moi même qui emmerge peu à peu avec tout ce que cette méthode LC remue !!!yes

Bon courage !!smiley

lorraine
Marraine

Ca y est je suis revenue…Troisième fois de la journée…17 h long post quasi terminé envolé…19 heures post encore plus long envolé aussi….Grrrrrrrrrrr…..

Allez, je persiste mais passe par word

Coucou tout le monde

Ah ! ta bienveillance à mon égard m’a fait un bien fou, m’a émue aussi Béatricefleur, Merci Celle à l’égard de Violette aussi, d’ac avec tes propos

Si tu veux bien je vais faire un mix adressé à toi, violette, Mondor, clic ….

Les lunettes dont tu  parles, je les appelle juste sablé aux framboises, y en a ici aussi. Les lunettes que je connais se présentent sous forme de 8 avec des trous comportant du flan/ pudding. J’en mangeais y 45 ans et je ne sais pas si ça existe encore et peut être n’y en avaient il qu’en Moselle/Alsace. Je me dis que pour les avoir savourées autant, tu avais peut être un chouya faim En tous les cas moi pour avoir un plaisir total de l’aliment choisi c’est mieux quand il y a ne fut ce qu’une minuscule faim.

Clic, tu évoques les amandes que tu manges souvent, je me dis que peut être ton corps a besoin d’oligoéléments d’où l’appétence pour les fruits secs…Je sais qu’il ne m’est pas toujours aisé de discerner les diverses faims émotionnelles y compris. Ce n’est pas de l’incompétence, c’est juste notre corps qui n’est pas toujours facile à décrypter, on ne maîtrise pas tout…

Je comprends bien quand tu évoques l’exemple autour de l’EME,  de la respiration et du ressenti mis en mots.

J’ai vécu un épisode cet aprèm.(c’est drôle juste après je lis ton post) Je raconte : j’étais à un repas chez la belle famille, repas sympa, bonne ambiance. Un peu avant le dessert, je dois partir à un RV professionnel. Je ne trouve personne. J’ai la gorge qui se serre, « les nerfs » aux bouts des doigts. Je respire, et me sens en colère. Je retourne au repas où m’attend une énorme part de St Honoré (miam !). On me dit que je suis revenue vite et que le gâteau m’attend. Je réponds «  je suis en colère » et explique très rapidement. C’est comme si je passais à autre chose. Prise de conscience, acceptation de l’état d’âme et mise en mots permettent une mise à distance,

Je ne mange qu’une petite part (faim minuscule) , refuse la flûte de champagne car pas envie(je l’adore pourtant) , les cerises (j’adore aussi). A une période, je me serai senti mal après ce RV loupé sans trop savoir du pourquoi  et du comment et j’aurai tout englouti. A une autre période, un peu plus tard, j’aurai senti la colère mais je n’aurai rien dit pour ne pas enquiquiner, ne me sentant pas forcément légitime non plus à éprouver de la colère, et j’aurai tout manger aussi. D’ailleurs j’ai encore des progrès à faire car j’étais surtout en colère contre moi d’avoir été naive.

Je ne sais pas Violette combien de verrous à ouvrir  tu as à ta porte du changement de comportement alimentaire(expression des toubibs que j’aime bien ) , peut être un ou deux de plus que moi et Béa, peut être pas et desfois il suffit d’une toute petite clé pour laisser entrevoir un autre horizon.

Quand je suis arrivée à LC, j’ai repris conscience de mon estime de moi assez basse. Je le savais car j’y avais déjà travaillé (en thérapie)  mais les années passant, la nourriture anesthésiant les émotions j’avais oublié. Là, avec toute la bienveillance émanant des propos des médecins du site (rpc, chats et posts)  ainsi que la voix très douce, encourageante, déculpabilisante,  sur le CD « méditer pour ne plus déprimer » de C. ANDRE j’ai pu restaurer cette estime de moi et câliner l’enfant blessé en moi. « Je ne suis pas» tout ce que mes pensées me dictent, les pensées ne sont que des pensées et n’ont pas d’autre valeur.

S’accorder le droit d’avoir des émotions, quelqu’ elles soient, même les plus triviales (colère, jalousie, haine..)SE POSER pour pouvoir REPERER ses ressentis LES IDENTIFIER et les NOMMER et, j’insiste, S’ACCORDER LE DROIT DE  LES RESSENTIR. Trouver l’humain en soi et l’aimer.

Si tu as une mère comme moi, Violette   la règle est plutôt à la « lissitude », ne pas faire de vague. Aucune valeur accordée par la mère  à ce que l’on ressent donc du coup affirmer ses ressentis n’est pas inné Qu’as-tu ressenti après les propos de ta voisine ?

Déjà tu sais  que la confiance que tu t’accordes n’est pas au top. C’est un bon début  Et puis tu dis que tu changes de postures ,de vêtements. Ton regard sur toi est en train de changer, tu es sur la bonne voie…..(Je suis passée par une telle étape  il y a un an)

Développer les pauses, la pleine conscience, l’intimité avec soi même pour être actrice de ses choix alimentaires et ne pas se laissr embarquer par le pilote automatique.

 Montdor peut être que dans mon post « lien entre amaigrissement et rpc » dans le forum pleine conscience trouveras tu réponse à ta question (suite au post de Béatrice)

.
Et lâcher le mental, pour comprendre ce qu’il nous arrive, écouter son corps aussi bien pur déterminer les sensations que pour déterminer ses émotions…C’est mon dernier credo

Et tous les livres des docteurs A et Z m’ont bien aidés pour développer mes avancées, celui de Chozen Bays aussi « manger en pleine conscience » (voir le fil à ce sujet)

Ca y est je sens la fatigue….Je crois que j’ai réussi à écrire tout ce que je souhaitais.Sinon je reviendrai demain ! Bonne nuit et à bientôt. Bons travaux chez toi Béa, bonne semaine professionnelle surmonchemin…….Ah oui ! j'aime bien le "être enceinte de soi même de nouvomoi"

smileyheart

 

Béatrice fleur.
Abonné

Hello Lorraine, je viens de te lire, tu as écris presqu'au moment où je te lisais... Merci pour tes souhaits, ça y est, les pièces sont prêtes pour leur renaissance, ouf ! quelle épreuve! j'en ai oublié de boire et de manger toute la journée malgré la chaleur,mais quand enfin j'ai pu le faire, je n'ai pas oublié la dégustation, puisque c'est là que j'en suis sur LC!!

Bravo pour t'être accrochée pour nous parler, j'aime te lire, et les autres aussi... c'est rare, souvent sur les Forums je l'avoue, je me fatigue très vite... bon sur ces bonnes paroles, je vais moi aussi me coucher et souhaite à toute plein de courage pour l'aventure LC... et si disait le dr Apfeldorfer à une dame qui lui posait des questions sur un tchat, "et si c'était l'aventure de votre vie... ?" je dirais "une aventure importante et essentielle de votre vie?

à bientôt,

Béatrice fleur

lorraine
Marraine

Pardon , dans mon post, la personne qui aime les amandes c'est pas clic mais montdor

Super Béatrice pour la dégustation.!

Bises

Violette28.
Abonné

Merci à toutes pour vos réponses pleines de bienveillance.

Je ne vais pas avoir le temps de vous répondre aujourd'hui, mais je reviens vite vous relire, et aussi écrire, car vous avez mis en avant des pistes que je vais creuser un peu!!!

Bonne journée à toutes!

MONTDOR.
Abonné

Merci Béatrice Fleur pour l'explication de l'exercice sur les EME, c'est moi qui te l'avait demandé. Cette nuit je n'arrivais pas à trouver le sommeil et bien sur à un moment j'ai eu envie de manger... Je me suis dit que c'était donc l'occasion de tester l'exercice en question, résultat : quelques cuilleres d'un bon yaourt bien cremeux sans meme le terminer et fin de l'EME. Bon c'était peut etre la chance des débutants mais il est évident qu'à la prochaine EME (pas trop tot j'espere) je remettrai le couvert...yes Merci beacucoup pour ton aide, c'est un super tuyau!

MONTDOR.
Abonné

Merci Lorraine pour ta réponse. Moi aussi je vis en Lorraine et suis alsacienne par ma mere et je peux te dire que les fameuses "lunettes" ou "huit" existent toujours chez tous les bons boulangers! Elles sont toujours garnies au milieu d'un flan patissier riche en oeufs et en saveur vanillée et cerclées de pate à croissant ou à "schneck" comme on dit ici, nappées d'un peu de glaçage au sucre....

MONTDOR.
Abonné

Violette, moi aussi c'est m'est deja arrivé qu'on me demande si je n'etais pas enceinte, c'etait à un cours de spinning dans une salle de sport ou j'allais chaque semaine il y a quelques années quand je n'etais pas encore mere car j'adorais ce sport qui est tres intense et que bien sur on ne pratique pas si on attend un heureux evenement.... D'ou l'idiotie de la question et de la fille qui me l'a posée.... en plus à l'epoque  je ne devais pas avoir  plus que 4 ou 5 kgs de trop et cette fille que je ne connaissais meme pas, car nouvellement inscrite, me demande de but en blanc alors que j'enfourchais mon velo de spinning  : "vous etes enceinte ?"... Moi aussi j'ai eu envie de lui en coller une....et je l'ai maudite à chaque fois que je la voyais... Mais si on doit accorder de l'importance à tous les imbéciles qu'on rencontre... Bravo pour tous tes efforts, ta tenacité et ton courage, remets ta belle jupe car il fait enfin beau, meme que ta voisine va etre jalouse de ta nouvelle assurance.

surmonchemin.
Abonné

Coucou !

Ca me fait du bien de vous lire, je suis en pleine insomnie car très mauvaise journée au boulot... je crois que je ne suis plus très loin du burn out. Je suis en colère, pour une bonne raison professionnelle, mais je suis aussi en colère contre moi parce que je n'ai pas réussi à gérer la crise comme j'aurais voulu. J'ai les phrases que j'aurais dû dire qui me viennent maintenant, après coup. Je voudrais bien avoir le souffleur d'Amélie Poulain près de moi dans ces cas-là, mais je n'arrive pas à défusionner suffisamment (d'ailleurs, je n'ai même pas pensé à essayer, sur le moment).

Et puis je suis en colère aussi contre moi parce que je n'arrive pas à arrêter de ruminer tout çà pour pouvoir passer à autre chose (et dormir aussi, tant qu'à faire). Ca fait une heure que j'essaie de faire de la rpc, d'utiliser les méthodes de défusion, de me dire honnêtement ce qui ne va pas pour arrêter de ruminer. Y a rien à faire, ça continue

Ca me fait du bien de l'écrire, tiens.

Curieusement je n'ai pas mangé ce soir (sans doute aussi parce que j'avais un mariage ce week-end, et on a évidemment trop mangé), donc au moins je commence à ressentir un peu la faim et vais peut-être pouvoir me réconforter en même temps.

Le coup de la femme enceinte, on me l'a fait une fois, c'était dans le métro et quelqu'un s'est levé pour me laisser la place. Je crois que j'ai rarement eu aussi honte...

Bon, je ne suis pas vraiment dans le sujet du fil, alors j'arrête là.

En fait, non, pas tout-à-fait. Pour revenir au sujet, vous savez ce dont j'aurais vraiment envie, là ? D'un pommé. Ca, ça serait super réconfortant. C'est une viennoiserie un peu comme un chausson aux pommes, mais la pâte n'est pas aussi feuilletée et il y a des vrais morceaux de pommes dedans, pas juste de la compote. Une sorte de condensé de chausson aux pommes, on en trouve dans certains coins de Bretagne et c'est toute mon enfance

Je ne voulais pas plomber l'ambiance, mais en tous cas ça va mieux. La preuve qu'en nommant vraiment les émotions, ça aide et ça réconforte aussi.

C'est déjà çà wink.........

Noelle
Marraine

bonjour sur mon chemin 

ton évocation des pommés m'a fait penser à Cancale, le retour de la plage et le fameux pommé dont la pate ressemble a du kouign aman.. j'espère que tu as fini par trouver le sommeil et aussi par accepter que tu ne sois pas parfaite, que tu aies le droit a l'erreur..  ton" burn out en formation" (genre volcan en preparation d'eruption??) serait il le fruit de ta recherche de perfection?? peut etre te mets tu la barre très haut et tout le temps?? 

j'ai cru reconnaitre cette exigence  que je connaissais bien chez moi et que, merci LC, j'ai quasiment lachée

quasiment, et pas totalement, parceque nobody is perfect

 

bon courage

lorraine
Marraine

Surmonchemin : En fait, non, pas tout-à-fait. Pour revenir au sujet, vous savez ce dont j'aurais vraiment envie, là ? D'un pommé. Ca, ça serait super réconfortant. C'est une viennoiserie un peu comme un chausson aux pommes, mais la pâte n'est pas aussi feuilletée et il y a des vrais morceaux de pommes dedans, pas juste de la compote. Une sorte de condensé de chausson aux pommes, on en trouve dans certains coins de Bretagne et c'est toute mon enfance

Je ne voulais pas plomber l'ambiance, mais en tous cas ça va mieux. La preuve qu'en nommant vraiment les émotions, ça aide et ça réconforte aussi.

 

Mais non tu ne plombes pas l'ambiance, tu as bien fait de venir raconter

Contente que ça va mieux, j'espère que tu as pu dormir un peu....

oui, "se poser", repérer, accueillir identifier, nommer..les émotions/envies

et c'est plus que "c'est déjà ça" c'est Superrrrrrrr !

surmonchemin.
Abonné

Oui, dure dure cette nuit ! En fait, j'ai crié victoire trop vite, les ruminations sont revenues à chaque fois que je me recouchais, j'ai eu un mal fou à m'en débarrasser, je me suis finalement endormie à 6h ce matin et ne suis allée bosser que cet aprème. Mais ça va bien maintenant, j'ai relativisé et j'ai un plan d'action. La RPC m'a bien aidée ce matin !

@Noelle : oui je sais que tu as raison, je suis une perfectionniste. Je me soigne hein, mais c'est dur de renoncer à la perfection, surtout quand on a le nez dans le guidon, on n'arrive pas à prendre de recul. Après, mon burn out en formation est quand même aussi dû à la surcharge de boulot en ce moment, on va recruter qqn mais c'est loooong !
C'est merveilleux, les pommés hein ? J'espère que j'en trouverai pendant les vacances !

@Lorraine : Merci de tes encouragements, c'est pas encore tout-à-fait Superrrrrrr parce que j'ai quand même eu du mal à m'en débarrasser après, mais avec le recul je vois plusieurs points positifs à ma "crise de nerfs" :
- je n'ai pas compulsé, j'ai mangé du chocolat uniquement quand j'avais une petite faim,
- j'ai accepté (j'ai mis le temps mais je l'ai fait) que j'étais un peu au bout et que je ne pouvais pas aller bosser ce matin
- j'ai finalement réussi à me calmer pour de bon, après un paquet de RPC mais j'ai réussi
- j'ai pris soin de moi ce matin, et le café en terrasse sous le soleil était délicieux smiley

Béatrice fleur.
Abonné

Bravo Sur mon chemin, tu avances, tu avance, mine de rien... L' histoire de"pomés", (que je  ne connais pas!), et vos réflexions, ça me fait penser à il y a très très longtemps, dans une autre vie,  quand je faisais pleins de kg de moins mais que, si je grossissais très vite, je maigrissais très vite aussi, ce qui n'est plus le cas hélas, depuis la ménopause, alors profitez jeunes filles et jeunes femmes, de connaître lC à temps pour ne pas retomber dans l'enfer des régimes yo-yo... ça me fait penser donc, disais je au kouing aman évoqué par l'une d'entre vous...

Dans une boulangerie patisserie parisienne tout près de chez moi, patisserie qui n'existe plus, (dommage, j'aurais pu refaire l'expérience plus sagement!!) , ils vendaient des kouing aman, "bon comme là-bas dis"!!! Pour contrer mes nombreuses EME et ma solitude invraisemblable en ce temps là, après une ingrate journée de boulot ingrat dans une  banlieue ingrate, je m'achetais, o délice un kouing aman que je dégustais (avalais???!!) en entier, moi toute seule... !!! Personne ne le savait bien sur.... si je faisais ça ujourdh'ui je prendrais trois kg d'un coup que.. je ne reperdrais que difficilement!! heureusement pour moi je ne le fais plus et serais complètement écoeurée au deuxième morceau... mais vive les bretonnes de ce post, dieu que c'est bon, plein de beurre et de sucre... humm !! Les pomés ce doit être super..

Mais nous ne sommes pas si pomés que ça, regarde surmonchemin comme tu as fais des progrès et Violette aussi... Bravo à vous,  à nous, continuons notre chemin! et prenez des vacances... autant que possible

Béatrice fleur

Béatrice fleur.
Abonné

Bravo Montdor, oui je me suis rappelé tout de suite après que c'est toi qui m'avait demandé cet exercice fait le 18 mai, si simple et si puissant... Bravo d'avoir su et pu t'en servir si bien... ce n'est pas facile quand on le lit simplement, cela signifie que tu sais tirer parti des bonnes choses et les expérimenter tout simplement pour en tirer profit... Je vais moi aussi t'écouter là dessus et tenter d'en faire autant... Rien n'est acquis c'est vrai, mais toujours sur le métier remettons notre ouvrage... on a toutes sans doute un petit coté perfectionniste dont parle surmon chemin... c'est notre chance et notre peine, car cela nous sert et nous dessert...

Sur ce je vais dormir, en tout cas ce post est bien vivant, ce qui est rare! vive nous ! dormez bien Béatrice fleur

MONTDOR.
Abonné

Merci Béatrice Fleur, bon courage pour ton boulot. Je ne suis pas bretonne mais le Kouign Amann est pour moi aussi une Madeleine de Proust car je l'ai découvert à Belle Ile en Mer quand j'avais 22 ans et ou je retournais chaque année par la suite avec ma meilleure amie. Nous en étions folles et toutes les deux déjà un peu enrobées....nous avions testé toutes les boulangeries qui en faisaient pour trouver le meilleur Kouign Amann selon notre gout et quand nous en achetions un c'était tout un cérémonial.... ce bon gout de beurre salé....après nous sillonions l'ile à vélo et nous nous jetions dans les vagues déchainées de Donnant pour tenter d'éliminer les calories ingurgitées! Mais j'avoue qu'aucune d'entre nous n'a réussi à engloutir un Kouign Amann entier à elle toute seule. Quand nous quittions l'ile le coeur gros, nous emportions toujours un Kouign Amann avec nous ou alors une beurrée qui est presque pareille mais en plus plat et nous le degustions au retour le coeur encore plus gros car nous savions qu'il nous faudrait attendre encore un an avant de retrouver Belle Ile et ses délices. Un soir de deprime nous avons meme décidé d'en faire un avec une recette que nous avions trouvée sur une carte postale à Belle Ile.... on s'est bien amusées mais nous n'avons pas renouveller l'experience car bien sur le notre n'avait pas le gout de la bas....

lorraine
Marraine

Bonjour Surmonchemin,

Si !  je persiste, c'est super, toutes ces avancées et prises de conscience : s'écouter, se respecter, ne pas partir en pilote automatique en anesthésiant ses émotions...smiley BRAVO

Après bien sûr cela ne va pas dire que c'est réglé une fois pour toutes, que ça les ruminations disparaissent à jamais, que notre estime de soi devient au Top d'un seul coup, que notre tendance à ne se vouloir que parfaites se renverse ......

Bonne continuation à toi  sur le chemin du changement (tu portes le bon pseudo wink) , bonne continuation à nous tous car cette aventure avec soi même n'est jamais finie .....

Très bonne journée à tout le monde

heart

PS : le kouigamann, Ah que c'est bon aussi....

.A plus tard, je vais devoir partir pour le boulot

Béatrice fleur.
Abonné

hello Montdor, je te rassure mon kouing aman n'était pas très gros:il y a plusieurs tailles!! mais quand même c'est sûr que vu la quantité de sucre et de beurre, c'était de la folie de manger tout ça...Mais à 22 ans on digère bien mieux que qqs (!) années plus tard!

je te rassure aussi il y a longtemps que mon boulot est passionnant... mon boulot actuel ce sont ces travaux qui prennent forme à part la poussière qui va tout envahir mais on a rien sans rien hein, et manger de la poussière ça ne fait pas grossir, ouf !!

Comme vous deux j'ai fait l'expérience que tenter de re-manger un truc délicieux qu'on a mangé dans un autre coin ou pays ce n'est jamais aussi bon...

Mais par contre, il y a qqs mois, pour la première fois, à Issy les Moulineaux, par hasard je suis passé devant une patisserie qui faisait... devinez quoi... des kouing aman!!! je m'en suis acheté un, le plus petit, c'était pas mal, mais j'ai trouvé ça vraiment écoeurant, car depuis mes tonnes de régime, je n'aime plus ce qui est trop gras et trop sucré... une petite bouchée me suffirait même avant de faire LC... devenir sage naturellement dieu que c'est agréable... Je vous souhaite une bonne vie pleine de plaisirs sans contraintes tout en étant mesurés sur nos péchés mignons!! bizzz à vous toutes

Béatrice fleur

Violette28.
Abonné

Miam miam, le kouign amann, j'adooore!!!!

Ma tante m'en ramène de Quimper quand elle vient me rendre visite, dans la Beauce profonde, moi qui suis native d'Alsace!

Ca fait pas mal de gourmandises dans tous les coins de France!!! ;-)

J'ai pris un peu de temps avant de répondre... Et oui, Lorraine, je suis une personne à très basse estime de soi, avec effectivement une maman qui est dans la "lissitude attitude"... De plus, j'ai cette impression bizarre qu'elle me trouve moche... C'est bizarre...

Je m'éloigne du sujet: merci Béatrice d'avoir rappelé l'exercice avec les 3 respirations en pleine conscience, je vais essayer d'y penser plus souvent.

Merci également à toutes celles qui ont partagé leur expérience de femmes "non enceinte", Montdor et les autres, ça m'a réconforté et fait beaucoup de bien de vous lire!!

Pour revenir au thème du post, comme je vous l'ai déjà dit, c'est très difficile de ne plus réussir à se réconforter avec l'alimentation. C'est même assez comique: avant LC, manger ne me réconfortait pas non plus, mais au moins, je ne m'en rendais pas compte!!!! ;-)

J'ai décidé de déguster un peu plus chaque aliment, histoire de savoir ce que je ressens: est-ce que ça me réconforte, ou pas? J'ai jeté certains chocolats qui ne me plaisent vraiment pas, et je goûte plusieurs choses, à petites doses, pour savoir si ça égaye mes papilles ou pas....

Je me rends compte parfois que mon corps réclame du frais (crudités, fruits), je ne l'écoute pas encore, mais... je progresse, je progresse!!!!!

Il y a un repas qui me réconforte bien, je crois, c'est les oeufs brouillés au bacon, avec une tartine de pain frais + beurre, et du thé!! Oui, oui! La petite histoire, c'est le brunch qu'on se faisait avec une copine les lendemains de fêtes et qu'on se levait tard: trop tard pour petit-déjeuner, et trop tôt pour déjeuner!! C'est un vrai souvenir "doudou"....

Surmonchemin, j'espère que tu vas vite retrouver le sommeil!

Bonne journée à vous!!

 

izabelle
Animatrice forum

bon ça m'a fait de la lecture pour rattraper ce fil !!!!!

moi aussi Violette, on m'a déjà demandé si j'étais enceinte il y a quelques années, alors que bien sûr pas du tout

c'est le genre de truc qui vexe, simplement....

 

maintenant quand ce genre de truc m'arrive (bon on ne me l'a pas refait depuis, mais des fois on "sent" le même genre de truc sans que ça soit aussi lourd),   j'essaie de prendre conscience de ce que je ressens   et de l'accepter

ça m'arrive pareil si mon chéri me dit, en me regardant  'dis-donc y'aurait pas un peu de laisser-aller?"

je sais, j'ai un chéri qui est le tact même !!!

je lui pardonne car il me dit que je suis belle genre 10 fois par jour.....

 

bref quand je suis vexée, je suis vexée....

comme un pou, même.....

bien sûr ça correspond à une piètre estime de soi, comme si   l'apparence  "lisse" était la garantie de notre acceptation par les autres,  comme s'il fallait se faire accepter.....  au lieu d'exister, simplement

 

dans ces cas là,  je prends conscience de ce schéma en moi-même qui s'est réveillé

je l'appelle  "la reine de beauté vexée"

ça dédramatise beaucoup la chose et désmorce la lutte contre ce sentiment qui aurait sinon duré toute la journée pour s'achever en une EME majeure....

 

alors là je me dis  " ouh...... la reine de beauté est vexée.... ça va chauffer....."

et puis je peux me concentrer sur qqchse de plus essentiel, comme une caresse, un courant d'air ou un son.....   quelque chose qui est vrai, qui est présent

 

 

bon je me suis beaucoup éloigné du sujet

mais pour y revenir,   j'ai trouvé hier un aliment SUPER réconfortant pour moi, que j'avais depuis toujours dans mes placars sans jamais le goûter en tant que tel !

du chocolat noir dessert Lindt 70%........   pur délice....

 

 

et Violette, moi je VEUX que tu restes!!!    laugh   pas autoritaire, la fille

Violette28.
Abonné

Merci Izabelle pour cet ordre amical!!! ;-)

J'aime aussi beaucoup l'image de la "reine de beauté vexée"!!

Je fais des tests pour trouver mon aliment réconfort: je vais peux être gouter le chocolat lindt à 70%.

Est-ce qu'un aliment réconfortant est forcément lié à un souvenir? Car je crois avoir un autre aliment que j'aime, ce sont les dattes ou pruneaux fourrés à la pâte d'amande. Cet aliment là est lié au souvenir de Noel, c'est moi qui était en charge de faire les "fruits déguisés", et j'adoooooore!!!

lorraine
Marraine

Bonsoir tout le monde

Violette dit :Est-ce qu'un aliment réconfortant est forcément lié à un souvenir?

Me concernant je ne sais pas...mais lié sûr à des habitudes d'enfant : tout était prétexte de réconfort (ma mère nous surnourrissait pour nous réconforter de la maladie, pour faire oublier notre pauvreté, parceque c'est un moyen de nous choyer, parcequ'elle avait pas les mots pour nous aimer...) et le gras et le  sucré  étaient au centre en grand nombre avec peu de limites posées

Pour qu'un aliment me réconforte je ne dois pas être repue..Quand je mange en était rassasiée...c'est une EME non contrôlée

Bonne idée de faire des tests, si tu veux absolument trouver un aliment, un seul....

Moi le lindt noir à 70 % dont parle Izabelle, je l'aime pour la mousse au chocolat sinon pas assez sucré

Le kouing aman , j'aurai aussi pu le manger en entier y a 3 ans en Bretagne, j'en achetais en prétexte de gôuter les spécialités locales en famille.....Y a que moi qui en mangeais...!

Les spécialités je ne les mange que dans les régions d'origine...sauf les patisseries orientales que j'aime aussi !

Ah Violette si tu es Alsacienne tu connais aussi les lunettes au flan et les "schnek" (escargot ou pain aux raisins) smiley

Oui, Béatrice je trouve aussi que de ne plus avoir besoin  manger d'énomes quantités est très agréable, ça aussi ça m'apaise, j'avais très honte de cela aussi

Haut de page 
X