Défusion.... - 24012013

izabelle
Animatrice forum

 

A la demande de quelques unes, voici une petite info sur ce qu’on appelle la ‘défusion’, un processus thérapeutique issu de la thérapie ACT, laquelle est proche de la pleine conscience (puisque d’ailleurs elle l’utilise également).

Cela est très utile pour les personnes (comme moi) dont les EME sont principalement liées au fait qu’elles se déconnectent d’elles-mêmes pour être totalement absorbées par leur pensée, qu’elle soit verbale ou non (non-verbale pour moi).

 

Avec la défusion, il s’agit d’aborder ses pensées d’une façon différente, en réduisant leur influence sur nous.   Il ne s’agit donc pas de les faire « disparaître », bien que la tentation soit grande, au début, tant que l’on n’a pas intégré l’acceptation, c'est-à-dire l'abandon de la lutte intérieure contre ce qu’on ressent, lutte stérile et fatigante.

Si quelques pensées douloureuses peuvent s’évanouir, parfois, lorsque l’on pratique ces techniques, la tentation est grande de s’en servir alors systématiquement pour faire disparaitre ces pensées qui nous gênent...  

mais c’est une très mauvaise idée, car d’une part cela nous incitera à persévérer dans la bataille intérieure contre nos ressentis (bonjour les EME) et par ailleurs cela ne fonctionnera pas, de tout façon, pour les pensées et les schémas douloureux récurrents, forts, de notre vie, nous ne passerons pas à travers les mailles du filet, il nous faudra les regarder en face, les assumer, les vivre, en un mot : les accepter.

La défusion ne sert qu’à ACCEPTER ses pensées, tout simplement parce qu’on ne les considère plus que comme des mots, pas comme une réalité, les mots ne sont plus « fusionnés » avec ce qu’ils représentent, ce sont « juste » des mots…    ils perdent alors beaucoup de leur influence sur nous…..

En état de « fusion », les pensées semblent être la vérité absolue et d’une importance capitale, elles nous font de la peine, elles nous font peur, parfois...

En état de « défusion », nous pouvons reconnaitre qu’il s’agit juste de sons, de mots, d’histoires, qu’elles ne sont pas forcément vraies, et qu’elles ne sont pas forcément  importantes, on est nullement obligé de leur obéir, et qu’elles ne constituent pas une menace, car elles ne peuvent rien « FAIRE » concrètement….

Du coup, on perd le besoin de faire « disparaitre impérativement » ces pensées désagréables à pénibles…..

Et quand on n’a plus besoin de faire disparaitre, eh bien, on n’a plus d’EME   (et croyez-moi, ça fait du bien !)

 

Comme vous le voyez donc, et j’insiste là-dessus au risque de radoter sérieusement,  il ne faut pas louper une étape, ce n’est PAS :  

défusion => disparition des pensées gênantes => je me sens « un peu plus confortable » => je suis toujours en lutte et déconnecté de moi-même

Mais bien plutôt   :   

défusion=>acceptation des pensées gênantes => je suis « moi »   => pas forcément ‘confort’, mais sentiment de connexion, de plénitude même (parfois), the war is over (if you want it, comme dirait John Lennon)

Alors bien sûr, il faut renoncer à « être bien tout le temps », car la vie est faite de hauts et de bas et cette idée que l’on pourrait toujours être zen, positif, en forme, bien dans ses baskets en permanence est un leurre auquel j’ai longtemps adhéré d’ailleurs  (bien inconsciemment, je l’avoue)

on ne sera pas toujours 'confortable', mais on sera beaucoup plus heureux, et puis surtout on n'aura plus besoin d'avoir recours à la nourriture pour 'se sentir mieux',   ce qui est quand même le cas de pas mal de personnes ici

vous pourrez dire aussi adieu au sentiment de vide intérieur...

 

Cet immense préambule étant fait, voici maintenant quelques techniques qui m’ont beaucoup aidée pour pouvoir accueillir mes ressentis-pensées…..    et qui m’ont permis de passer d’une dizaine d’EME par jour à …..  trois-quatre par semaine à tout casser.

A n’utiliser qu’avec les précautions ci-dessus, donc…. Sinon le service après-vente ne répondra plus de rien ;-)

1/ Je suis en train de penser…

 Se dire : je suis en train de penser que….suivi de la pensée désagréable..

Par exemple, la pensée « je n’intéresse personne » se pointe….    On se dit dans sa tête  « je suis en train de penser que je n’intéresse personne »,   et puis   « je remarque que je suis en train de penser que je n’intéresse personne »

2/ Sur un air connu

Chantez intérieurement la pensée sur un air connu  (bon anniversaire, la 5ème de Beethoven ou n’importe quoi d’autre)

3/ Donner un titre à l’histoire que nous raconte notre esprit.

Ex : l’histoire du looser, l’abandonnée, la non-intéressante, l’inadapté, l’incapable, l’incompétent…   Une fois que vous avez reconnu l’histoire en question, laissez-la simplement exister, sans lui accorder beaucoup d’attention, vous pouvez également imaginer une affiche de film de l’histoire en question, en en rajoutant dans le « pathos », en imaginant le rôle repris par les plus grands acteurs….   pour ma part j'aime rajouter un titre secondaire un peu excessif, ça fait genre

"LA MAL-AIMEE...    rejetée par tous elle sombre dans l'anonymat le plus complet....  en ce moment sur vos écrans..."

4/ Remerciez son esprit…  

genre : « merci ma tête, tu m’as encore servi l’histoire de l’incompétente notoire, tu es toujours au taquet… »

5/ Silly voices

 Imaginez la pensée (ou la litanie) dite par une voix ridicule ou particulière, genre donald, scharzy, stallone, Shrek, ou the Monty Python  (pour moi)

 

 

Pour ma part j’ai une grosse préférence pour  « donner un titre » parce que ça fonctionne tellement bien pour moi, qui ne pense pas tant en mots qu'en "ressentis", qu'en "impression" , ça me fait sourire et cela me permet vraiment de me reconnecter à moi-même en dédramatisant ce ressenti....

et parfois, je rajoute les voix ridicules, par exemple Terry Jones des Monty Python singeant une voix de femme, enchainant plusieurs à la suite, parfois j’imagine même que ce sont des acteurs qui doublent les dessins animés qui font la voix tout en voyant les images du film…..

Commentaires

doveline.
Abonné

Merci izabelle pour le partage de tes techniques de défusion.

En ce moment je suis en plein dans l'apprentissage de la défusion au quotidien.

Par exemple au cours de l'insomnie de cette nuit :

Je me suis réveillée à 2H30 suite à un cauchemar après m'être couchée à 23H00. Je me suis lévée... car je sentais que je n'allais pas me rendormir tout de suite comme certaines fois... j'ai pris le temps d'écouter mes ressentis et mes besoins... je n'ai pas ressenti le besoin de manger pour me calmer mais plutôt l'envie de boire car j'avais la bouche sèche... et plutôt que de chercher à me distraire avec internet ou avec une lecture... j'ai accepté cet état de fait et les pensées qui venaient... en me regardant penser... en prenant cette distance. Le calme est revenu doucement, petit à petit, naturellement... puis j'ai fini par me rendormir à 4H30 pour me lever à 8H30. Avant j'aurai sûrement éprouvé le besoin de me calmer... avec ou sans EME... maintenant j'accepte les pensées qui me traversent en me disant aussi que ce ne sont que des pensées... que je relie certe à des faits vécus... que la réalité que l'on accorde à ces faits dépend surtout de la lecture et de l'interprétation que l'on fait de ces faits... que l'on décrit effectivement avec des mots et leur symbolique.

L'avantage de la pratique de la défusion... nous permet effectivement d'accepter l'anxiété... et surtout de ne plus chercher à la calmer avec des prises alimentiares... ce qui en a plus comme avantage... de réduire de plus en plus l'anxiété au fur et à mesure de l'apprentissage des techniques de défusion.

Comme dans mon cas... la principale cause de mon obésité étaient les EMEs... je mangeais mes émotions... comme dit notre cher GA... en apprenant à accepter mes émotions... les EMEs n'ont plu de raison d'être.

Les émotions passent... il suffit de les laisser passer.

J'en suis qu'au début... et je continue de progresser... en partie grâce toi Izabelle... merci pour ton aide précieuse !

Belle journée à toi et à toutes et à tous (malgré la manque de soleil extérieur),

doveline

Sylvie75.
Abonné

Je suis également en train de comprendre en profondeur à quel point j'étais dans la fuite permanente.

En ce moment, il y a beaucoup de tensions au boulot.

J'arrive enfin à me dire "J'ai peur" et à l'accepter tranquillement. Je mets une note de 0 à 10 sur l'échelle de ma peur.

Et je "laisse cuire cette émotion", il faut bien 20' pour les patates, eh bien pour la peur, ça va ça vient, ça cuit, pour paraphraser GA qui cite je ne sais plus quel penseur oriental.

Hier, j'ai réalisé que regarder la télé n'était certainement pas ce que j'avais envie de faire, tout ce bruit, toute cette fiction, et que j'avais bien assez à faire avec l'EME zen à m'occuper de moi, à faire mes espaces de respiration, à m'absorber dans mon ressenti, puis jouer un petit peu, puis m'occuper de moi. Et j'ai passé une belle soirée, à faire des trucs pour moi, à regarder l'heure en me disant : Mais il me reste encore tout ce temps, ça c'est une bonne soirée que je savoure pour moi, où je ne suis pas dans la fuite, et je n'aurai pas ensuite l'impression que j'ai passé le meilleur de ma journée à bosser... ou à fuir.

Honnêtement, il y a un an, il m'arrivait la même pression au boulot, j'aurais songé à m'arrêter car j'aurais eu le sentiment que cette pression me rendait malade. Là, j'ai l'impression de vivre et laisser vivre. Je crois enfin mon mari quand il me dit "tu sais comment c'est, c'est par pics..." C'est bon d'accepter sa peur. C'est bon d'accepter ses émotions, qu'elles soient supposément positives ou négatives, parce que vivre des émotions, c'est vivre... Quand je me sens bien, je me sens comme un feuilleté à l'intérieur, riche de plein de choses différentes. Ca me fait un bien fou cette image mentale, et je m'imagine soulever délicatement des feuilles et regarder puis reposer, et tout cela est de plus en plus léger.

Merci pour ce fil, chère Izabelle (et pardon si je suis légèrement à côté de ton sujet, vu que tu parles défusion et que je parle expansion... les 2 bouts du même bâton).

izabelle
Animatrice forum

quand tu parles expansion, j'ai les larmes aux yeux....   merci!

merci Doveline aussi pour ton partage et ton retour sur cette pratique!

Isa24.
Abonné

J'ai découvert la "défusion" dans l'ouvrage  « le piège du bonheur de Russ Harris ». Je ne dirais pas que cela à changé ma vie  mais cela me permet de bien mieux l’aborder cette vie ! on prend alors énormément de recul  par rapport aux pensées négatives qui nous assaillent tout à longueur de temps et nous empèchent  même d’aller de l’avant. Car grace à la défusion ces pensées ne sont plus des vérités inébranlables mais de simples histoires que l'on se raconte ....

Du coup non seulemnt on accepte ces pensées pas toujours optimistes, mais surtout dans mon cas personnel cela m'aide à ne plus ressasser à longeur de journées les mêmes choses négatives et de tourner en rond.

Du coup j'avance, lentement mais surement et même si l'amaigrissement n'est pas vraiment flagrant, je me retrouve à être beaucoup plus en harmonie avec moi même et à reconnaitre la nourriture pour ce qu'elle est : une nécéssité pour bien vivre et un énorme plaisir, mais surtout pas un dérivatif aux problèmes.

Noelle
Marraine

merci beaucoup izabelle, je pense que ça va m'aider a prendre de la distance

 

Newccil.
Abonné

Je suis toujours étonnée du niveau de certains fils de discussion dans cette méthode LC!

Whaouu!

On vient là en se disant "houlà, je ne rentre plus dans mes pantalons, je deviens moche..." et finalement... Cela rejoint des prises de conscience très importantes et essentielles...

Mais bien sûr, tout est lié et cela fait très longtemps que j'en suis convaincue! Si je regarde ma vie passée, les moments de prise de poids n'étaient pas anodins.

Si parfois nous perdons notre équilibre ( pondéral  entre autre...), si nous nous desintéressons de nous même au point de fuir au lieu de voir, cela n'empêche pas de revenir à nous même, et là je dis bravo pour tous vos posts si riches d'expériences fondamentales : la force est en nous, mais c'est si bien d'être entourée aussi!

En tout cas merci !

Noelle
Marraine

Oui, c'est bien d etre entourés, et au fil du temps, j'ai découvert que LC n'étais pas seulement une methode avec des etapes, genre quand tu as fini la première tu passes a la deuxième etc.., mais beaucoup plus et notamment grace aux forums, aux chats (pas les félins, les" t'chat"),  aux coachs , aux multiples liens qui se créent et a la tonalité particulière des échanges

pour oi, ça  a été une réelle découverte, je souhaite que cela te soutienne comme cela m'a soutenu

fadinarde.
Abonné

Oh oui, merci Izabelle pour ce message!

J'ai tellement entendu parler du "piège du bonheur"  que l'autre jour, alors que mon père était tout déprimé je l'ai commandé sur internet et l'ai fait livrer directement chez lui. Il est en train de le lire, et m'en a d'ailleurs parlé au téléphone ce midi. Quand il l'aura fini ce sera mon tour :o) et je me réjouis!

C'est vrai que ce qui est merveilleux sur LineCoaching c'est la richesse des échanges, et le fait que le poids n'est finalement pas si important.... Je dois vous avouer que je suis cette méthode depuis 6 mois, et que je la continue avec plaisir (mais non sans effortswink) car j'y apprends des choses que je considère fondamentales pour ma vie, au sens large. Et ça c'est merveilleux...

 

Ce qui est fou aussi, c'est que en faisant mon petit chemin sur LC, je découvre des techniques psy, ou méditatives, et j'apprends grâce à vous à mieux comprendre et gérer les émotions et les situations dans lesquelles je me retrouve. Et en fait mon père fait exactement le même chemin, (pleine conscience, TTC, mais aussi sub-personnalités) grâce à des ouvrages traitant plutôt des relations humaines... Et c'est chouette! 

LC ça fait vraiment grandir. Merci à tous, en tout cas. 

Et bonne nuit!!

 

izabelle
Animatrice forum

merci pour vos retours

fadinarde, je ne sais pas si tu parles des livres de Hal et Sidra Stone sur les sub-personnalités, mais j'étais à fond là-dedans y a une quizaine d'années...   encore aujourd'hui le livre "les relations source de croissance" m'est utile au quotidien dans mon travail

fadinarde.
Abonné
Je suis impressionnée Izabelle!!! En effet, les Stone sont les nouveaux "gourous" de mon papa adoré!!!
izabelle
Animatrice forum

c'est hyper-hyper efficace  pour la gestion des relations, et notamment amoureuses..... je m'en suis servi un nombre incalculable de fois, et encore aujourd'hui....   c'est un outil fondamental de ma "trousse à outils"

 

 

Sylvie75.
Abonné

[quote=izabelle]

c'est hyper-hyper efficace  pour la gestion des relations, et notamment amoureuses..... je m'en suis servi un nombre incalculable de fois, et encore aujourd'hui....   c'est un outil fondamental de ma "trousse à outils"

 

 

[/quote]

Ho ho, un piège à garçons, en quelque sorte, Isabelle en bourreau des coeurs ? :)))

Blague à part, vous recommandez quel bouquin pour aborder le sujet des sub personnalités ? Je ne connais pas du tout...

izabelle
Animatrice forum

oh non pas le bourreau des coeurs, mais cela m'a énormément été utile pour construire un couple qui nous comble toujours autant 15 ans plus tard  (et peut-être bien aussi à la grande surprise de tout le monde mettre le grapin sur un célibataire très convoité........wink)        

mais c'est surtout mon meilleur outil de conseil pour toute difficulté relationnelle quelle qu'elle soit

c'est très facile à saisir (bien qu'il y ait quelques subtilités) et c'est surtout incroyablement efficace pour sortir des situations bloquées, en changeant tout simplement son attitude intérieure

je te conseille : "les relations, source de croissance", de Hal et Sidra Stone, parce que ça explique le concept des sub-perso mais en l'appliquant à un champ concret où c'est très utile : les relations

c'est pour moi un livre fondamental, à une époque  on ne le trouvait qu'à prix d'or  en occasion, aujourd'hui il est réédité bien heureusement

le premier bouquin : le dialogue intérieur, est bien aussi, mais je préfère le deuxième (les relations donc), je l'ai relu plus souvent,  ensuite les suivants, je les trouve moins utiles...    dans la thérapie voice dialogue, que j'ai faite il y a bien longtemps, le "moi observateur" a un rôle central....   comme quoi on retrouve toujours les mêmes choses...   et déjà à l'époque, c'était mon "controleur" intérieur  qui était en cause.......     ceci dit j'ai trouvé que cette thérapie avait d'importantes limites, mais il y a plein de bonnes choses à prendre cependant dans le concept....

rory24.
Abonné

Izabelle, je tiens à te remercier pour le temps que tu nous accorde pour nous expliquer ces concepts.

Tu as l'air d'une grande lectrice, avec une grande culture en développement personnel. Tu es une mine pour nous, il devrait te decerner une médaille sur LC!

Je vais tenter de me concentrer sur ce processus de défusion, et qui sait peut-être que mes yeux croiserons la route des Stone mais plus tard, chaque chose en son temps, sinon je risque l'indigestion ;-)

izabelle
Animatrice forum

oui tu as raison...  concentre-toi déjà sur la pleine conscience avec un soupçon de défusion pour les pensées....

si tu savais tout ce que j'ai lu....   et tous les stages que j'ai pu suivre....

le truc c'est que quand même, y'a pas grand chose d'aussi efficace que la pleine conscience ET l'act-therapy  sur mes 20 dernières années d'exploration.....

enfin de mon expérience

HelloMe.
Abonné

merci pour ton post, c'est géant !

clementine77.old.
Abonné

Merci beaucoup Izabelle pour ce post et cette méthode.

Je viens de l'appliquer à l'instant, et bizarrement je me suis rendu compte compte qu'une partie de moi riait, riait de me voir si déconfite.

C'est probablement le fameux "rire du pendu" de l'analyse transactionnelle, cette part de soit qui souhaite notre échec pour des raisons à creuser (ou pas !)

 

Un grand merci !

izabelle
Animatrice forum

je ne suis pas une spécialiste de l'analyse transactionnelle (bien que bizarrement je m'en serve énormément, faudrait bien que je finisse par creuser la question),  mais cette part de nous même qui rit   souhaite-t-elle vraiment notre échec???

je ne crois pas, je crois juste qu'elle a un peu de recul, de hauteur

et justement, cela permet de ne plus se sentir "englué" dans ses problèmes ou pensées

ce fameux rire pour moi il est libérateur dans le sens où il me permet de pouvoir vivre la chose en question en la dé-dramatisant,  pouvoir la tolérer, l'accueillir, parce qu'elle n'est plus aussi importante, plus aussi genante, c'est juste une pensée ou un ressenti....

tu vois ce que je veux dire?

clementine77.old.
Abonné

Mais pour moi, il ne s'agit pas du même rire.

Pour moi, il y a le rire libérateur dont tu parles, celui de la joie de vivre que l'on peut ressentir quand on a pris conscience de quoi est fait un de nos blocages, quand on se rend compteque nous ne SOMMES pas nos pensées.

Et il y a le "rire du pendu", celui de l'auto-sabotage. Je suis d'accord que ce "rire du pendu" a un sens, que l'auto-sabotage a un sens. Celui de nous protéger de ce que notre inconscient croit qu'il pourrait nous arriver de terrible si nous réussissions ce que nous entreprenions. 

izabelle
Animatrice forum

d'accord

je pense que je ne connais pas ce rire là alors

à creuser pour moi

mavo.
Marraine

Encore une conversation géniale, des apprentissages en pagaille !

Je me suis permis de faire un copier-coller dans mon blog, qui me sert +/- de boîte-à-outil, pour retrouver rapidement les idées clé.

Et j'ai commandé Le piège du bonheur...

Merci merci !yes

maggy.
Abonné

Bonjour

j'avais lu ce fil à mon arrivée sur LC et n'avais rien compris..

aujourd'hui, je le relis à la lumière de découvertes récentes, et sur conseil de gentilles LCiennes :)

Mais je crois que je vais avoir besoin d'aide pour l'appliquer à mon cas perso (je fais beaucoup dans le perso, ces temps-ci...)

Ma découverte, c'est que je suis obsédée par mon image, mon apparence et ce que "les autres" vont penser de moi, de mes enfants, de mon boulot, de mon chez-moi, de ma vie. Du coup, j'ai plein de cordes à mon arc pour répondre aux exigences de "les autres":

- je m'adapte à mes interlocuteurs, je me tais pour ne contrarier personne, ou au contraire, je vais dans le bon sens de la discussion, pour ne pas me faire d'ennemis ou avouer que je ne comprends pas

- je range tout bien, je lave tout bien, je suis d'une exigence limite maniaque envers mes enfants, pour que leur comportement et leur apparence soit clean, lisse, propre, parfaite. (aie aie aie, j'ai mal pour eux, rien qu'à lire cette phrase)

- je me regarde dans toutes les glaces qui s'offrent à moi, pour voir si mes fesses n'auraient pas miraculeusement diminué de volume, pour vérifier si ma coiffure est potable, si mes fringues sont au gout du jour et de la situation

Bref.. mes pensées (et mes actes) sont très très centrées sur l'opinion des autres, et bien évidemment sur la nécessité de m'y  conformer. Et comme c'est concrètement impossible de satisfaire ce "les autres", puisqu'il n'existe pas, je n'y arrive jamais, mes enfants ne sont jamais assez sages, assez propres, assez beaux, et moi non plus, je ne suis jamais assez bien.

On m'a donc conseillée de me servir de la défusion pour dédramatiser toutes ces pensées...

A la lecture des posts précédents, je comprends que l'attitude à avoir serait de me dire

"tiens, je suis en train de me demander si ce pantalon me fait un gros cul, c'est le retour de la fille qui se trouve moche"

"tiens, je suis en train de vouloir que mes enfants soient des robots, c'est le retour de la Super Nanny tyrannique"

"tiens, je suis en train de bluffer au boulot, de faire semblant de comprendre, et de ne pas poser de questions, pour ne pas admettre que je ne suis pas au point sur le sujet, c'est le retour de celle qui a peur de décevoir ses collègues"..

Est-ce que c'est bien ça, l'idée?

Une fois qu'on a fait cet exercice, on change? on arrête de se trouver grosse? on laisse ses enfants vivre? on pose des questions au boulot? Je dois confesser que tout cela me fait un peu peur.. l'apréhension de sortir du cadre..

merci pour votre aide, les pros de la défusion!!

:D

izabelle
Animatrice forum

oui c'est ça l'idée, en effet!

ce que ça change, c'est que cette chose, se trouver grosse par exemple, est  "dédramatisée",   cela ne prend plus toute la place et on est capable d'agir de façon indépendante, en se basant sur des choix réels

 

par ex tu constates que tu es en train de pourrir tes enfants parce qu'il "faut" qu'ils soient parfaits, mais tu t'en rends compte et tu te dis en toi-même   "super-nanny tyrannique a repris du service"...

alors ce n'est plus ce schéma qui dirige ton action,   tu as conscience que cette envie que tes enfants soient parfaits est là, qu'elle est là pour une raison, paraitre bien aux yeux des autres,   mais cette envie  ne dirige plus tes actes

tu es capable ensuite d'agir non en fonction de cette envie là, même si elle est toujours présente, mais dans le moment présent, en étant connectée à tes enfants, eux-mêmes en tant que personnes,   à lacher prise un peu sur tous ces impératifs éducatifs  parce que simplement  tu n'es plus  "prisonnière" de ces schémas

bon j'espère que c'est clair, je dirais que le mieux ce serait que tu en fasses l'expérience  et que tu reviennes nous dire ce que ça a produit, car il faut le vivre pour le comprendre

moi j'aime mettre un brin d'humour pour accentuer le truc

genre je me dis   " la sauveuse du monde est au chomage technique"   quand j'enrage qu'on n'écoute pas mes conseils....

à plus....

Solaire.
Abonné

Je découvre ce topic seulement maintenant, c'est GENIAL ! Tellement fun et pourtant ça a l'air efficace, j'ai hâte de mettre en application.

Edit : j'ai essayé ce midi. J'avais deux heures de pause déjeuner mais une sensation de malaise. Je ne sentais pas la faim et je voulais attendre pour manger comme j'avais beaucoup de temps devant moi, mais une voix n'arrêtait pas de me répéter "tu vas pas tenir, tu vas manger avant la faim, tu es accro !"
Alors j'ai commencé à chanter ces pensées sur le thème de "happy birthday" puis avec la voix de Bruce Willis. Et là franchement ça m'a fait rire et j'ai trouvé ces pensées ridicules!
Mais la plus grosse découverte, une fois que je me suis distanciée de ces pensées, je me suis aperçue que j'avais faim, en réalité! Généralement mon esprit me créée des envies de manger quand je n'ai pas faim, mais à présent je découvre que parfois, il vient aussi masquer mes faims réelles, tout ça pour me faire culpabiliser ! Car si j'avais mangé en écoutant ces pensées, en ayant faim mais sans conscience de la faim, j'aurais culpabilisé à fond et me serais sentie en situation d'échec. Alors que là j'ai mangé tranquillement mon repas en savourant chaque bouchée.
Bruce Willis 0 - 1 Solaire

izabelle
Animatrice forum

bravo Solaire

considérer nos pensées autrement, c'est à dire comme ce qu'elles sont, quelques mots qui nous trottent dans la tête, mais en aucun cas des ordres ou des choses insupportables,  nous permet en effet d'être plus à l'écoute de la réalité, et donc de nos sensations alimentaires également

une belle expérience

liegama.
Ancien abonné

Bravo Solaire, je pense que tu as fait un grand pas en expérimentant les "voix" intérieures et la possibilité de s'en distancier. 

Je suis un peu comme toi, des fois c'est ma voix "contrôle" qui me brouille mes signaux réels de faim. Il y a quelque temps encore je voulais tellement bien faire, j'essayais tellement de "bien ressentir ma faim", que je finissais pas ne plus la ressentir de manière naturelle, j'étais bien trop dans ma tête. C'est beaucoup moins difficile qu'on ne le pense d'écouter son corps. C'est bien plus souple, et moins "parfait" qu'on ne le pense également. Se nourrir n'est pas une activité "au millimètre près"; Je dis ça, car j'ai noté que j'avais intégré le fait que notre corps est capable de s'équilibrer parfaitement, à la calorie près, comme une capacité de toute ma personne et j'activais mon mental pour "bien ressentir", comme si mon corps en avait besoin pour "mieux s'équilibrer". Bref, une grosse prise de tête de "control freak" que je suis.

Depuis la journée du 20.04, je suis bien plus cool et moins rigide sur les ressentis, j'essaye de rester consciente des "voix" que j'entends pour pouvoir m'en distancier et faire mes propres choix. Et surtout je n'essaye plus d'être parfaite, ni d'appliquer parfaitement toute la méthode. 

maggy.
Abonné

merci Izabelle. Je ne vois ta réponse qu'aujourd'hui. Cela m'aide de lire que j'ai le droit de continuer à penser ce que je pense, mais que la défusion va permettre de prendre du recul par rapport à ces pensées, pour mieux équilibrer mes actes.

Bref, depuis la semaine dernière, j'ai expérimenté avec les pensées qui concernent mon physique. Le matin quand je prenais ma douche, et que je me demandais si mon ventre n'avait pas grossi, je me suis mise à formuler dans ma tête "et voilà le retour de celle qui pensait qu'elle était trop grosse".. genre générique de Friends ("celle qui...").  Et une autre voix dans ma tête disait à ce générique qu'il n'était qu'une phrase, même pas un constat et que ça s'arrêterait là, ma journée ne serait pas conditionnée par cette angoisse.

Petit à petit, je crois que je prends des habitudes avec la défusion. Je ne sais pas encore bien si ça fonctionne. Mais c'est très agréable à faire.

Je l'ai aussi fait sur le mode "le retour de celle qui a peur que son mari ne l'aime pas assez", ou sur le mode "le retour de celle qui croit qu'elle a râté sa vie", en dédramatisant mes crises de blues.

Ce qui est marrant, c'est que les voix dans ma tête se parlent souvent en anglais, histoire de prendre encore plus de distance!! 

En tous cas, j'aime beaucoup ce sujet et j'espère pouvoir lire d'autres témoignages. A bientôt.

izabelle
Animatrice forum

super Maggy, tu as compris le principe

dédramatiser c'est cela la clé

parfois ça nous prend tellement aux tripes qu'on n'a même pas envie de sourire, mais déjà en mettant les mots là-dessus ça permet de retirer la pression

ce genre de petits schémas au bout d'un certain temps, devient beaucoup moins agissants

pour moi les EME ont cédé à partir de ce moment là d'ailleurs

maggy.
Abonné

tu me donnes beaucoup d'espoir en disant que la défusion a calmé les EME, car j'en ai encore beaucoup, en particulier le soir (comme c'est étrange..!!), et je suis une truffe pour l'EME zen, je me laisse emporter à tous les coups! Mais je ne désespère pas, bien au contraire. Si j'ai compris un truc, c'est que ça va prendre du temps mais que ça va changer ma vie! youpi!!

Courtepatte.
Abonné

Sur vos conseils, j'ai moi aussi acheté ce petit bouquin, pas très convaincue en fait, mais finalement, ce que j'en ai lu jusqu'à présent me plait pas mal du tout.

Et j'expérimente aussi: l'autre jour, je me retrouvais à nouveau seule dans la cuisine à devoir ranger, faire la vaisselle, préparer les pique-niques du lendemain pour tout le monde ("Tout le monde..." dit la voix dans ma tête sur un ton désespéré - "Trois personnes", rectifie mon moi observateur - je précise pour ceux et celles d'entre vous qui s'attendrissaient déjà sur cette pauvre mère de famille ultra nombreuse). C'est un moment où je m'apitoie beaucoup sur moi-même, où je suis très en colère et où j'ai plein d'EME (et en plus, je suis dans la cuisine, les mains dans la nourriture, comment résister?!!!) Et bien la défusion m'a vraiment aidée: j'ai pu me dire calmement "Voilà le retour de la martyre sacrifiée par tous ceux qu'elle aime, la pauvre servante que personne ne respecte" et puis j'ai été surprise en regardant l'horloge de voir que ça m'avait pris 20 minutes et de me dire que 20 minutes, c'est trop peu pour faire un mélodrame.

Alors merci de m'avoir fait découvrir le bouquin et les principes!

izabelle
Animatrice forum

super Courtepatte, bravo!   moi ce genre de moment m'arrive tout le temps, avant j'étais toujours en train de "ruminer" intérieurement, maintenant dès que je sens que ça monte, je sais qu'il faut lâcher qqchse, soit un "drama" intérieur,  soit une obligation que je me mets sans que personne ne m'ait rien demandé

maggy, oui il faut se donner le temps......   ça change vraiment la vie, je te confirme

surmonchemin.
Abonné

Je crois que je suis comme Monsieur Jourdain, je crois que je pratique une forme de défusion sans le savoir !

Tout çà depuis un stage de théatre-thérapie. Un des stagiaires revisitait donc son vécu (rassurez-vous, je respecte évidemment la confidentialité, je ne parlerai donc que de moi et pas du tout de son histoire), et à un moment dans l'histoire qui se rejouait sur scène, est apparu un nouveau "personnage" que le thérapeuthe a a ppelé "la Malice de la Vie".

Il se trouve que c'est moi qui ai été choisie pour la jouer, je suis donc montée rejoindre ceux qui étaient déjà sur scène, et mon rôle était de rester à l'écart et d'observer ce qui se jouait, ce qui se revivait pour le stagiaire en travail. Et de temps en temps, le thérapeuthe intervenait dans l'histoire et demandait au stagiaire : "et si on allait voir ce qu'en pense la Malice de la Vie ?"

Mon rôle était alors, aidée par le thérapeuthe, de rejouer ce que je venais de voir, en caricaturant, en grossissant le trait, en répétant plusieurs fois la même phrase, en rigolant... Le but était de lui faire voir sa situation et ses réactions "de l'extérieur" en quelque sorte.

Quand je suis revenue m'asseoir, je me suis dit que ce personnage que je venais de jouer était trop génial, et qu'il fallait absolument que je l'emmène avec moi. Et depuis, souvent, quand je suis ronchon ou en colère, je demande dans ma tête : "et la Malice de la vie, elle en pense quoi ?" Et je vois un personnage plutôt loufoque, rigolo, qui m'imite, me caricature, me fait rire ; et finalement, qui me fait prendre du recul instantanément.

Bon, ça ne marche pas à tous les coups, mais ça m'a désamorcé pas mal de trucs qui ne valaient finalement pas la peine que je m'énerve...

izabelle
Animatrice forum

oui bien sûr cela se rejoint

moi dans mes stages de voice dialogue, je faisais aussi des trucs semblables....

en prenant conscience de ce qui se joue en nous,  on sort des automatismes et on retrouve la liberté....

il m'avait l'air super, ton stage!

Ziguele.
Abonné

Mille merci(s) izabelle pour les explications et indications concernant la défusion.

Je suis allée acheter le bouquin cet après-midi (Le piège du bonheur de Russ Harris). Je sens que je vais passer une super soirée à me plonger dans ce livre (avant le foot à la TV ...).

Je découvre toujours des choses super intéressantes via le forum !

Amitiés

Ziguele

izabelle
Animatrice forum

j'espère qu'il va te plaire....  et surtout t'être utile

nouvomoi.
Abonné

Bonjour tout le monde

là, depuis 1 ou 2 semanes je sens que je lâche LC complètement. J'ai arrêté le programme et je n'arrive même pas à faire le point sur ce que j'ai acquis pour me dire : OK, je fais une pause et je me centre sur ce que j'ai déjà acquis pour bien l'ancrer.

Du coup, je réussis ce matin à aller sur le forum essayer de trouver ce qui peut m'aider !!

Je sais que je lâche parce que les soucis avec ma famille me dévorent littéralement.

Je me dis que je vais essayé la défusion.

Donc si j'ai bien compris, je prends la pensée et le ressenti qui va avec, récurrent en ce moment, et qui me bouffe la vie.

Bon ben déjà ça, j'ai des difficulté à formuler !!!

Bon j'y réfléchis et je reviens !!!smiley

nouvomoi.
Abonné

Bon, me revoilà !!!

Alors, il y a plusieurs 'tiens voilà le retour de celle qui ..."

Déjà : Celle qui veut tout arranger dans la famille (c'est la famille pour le moment, mais elle apparaît aussi dans le travail en cas de problèmes) : là, c'est "celle qui voudrait faire la psychothérapeute de la psychothérapie familiale de la famille, dynamique de groupe pourquoi pas etc, en même temps que le médiateur-conciliateur". Tiens, un genre de Superman des relations entre les gens de ma famille en particulier, des gens en général ... Et d'une !!!

Après, ça se complique, parce qu'il y a celle qui culpabilise à fond. Donc j'imagine qu'il y a avant ça, celle qui joue la Mère Supérieure du Convent gardienne de mon dévouement, de mon altruisme, mon abnégation, mon sacrifice (n'ayons pas peur des mots !!!) ... Dès que je m'impose, que je contrarie quelqu'un, que je prends mon autonomie, je culpabilise, je me sens mal, j'angoisse ... Donc là, ce serait plutôt : "Ah, voilà la Mère Sup du Convent, et sa Novice à maintenir dans le droit chemin, faut pas déc***er !!"

Bon ben facile tout ça, j'espère que ça va m'aider !!!

Bonne journée à tout le monde

maggy.
Abonné

Nouvomoi, ça semble t'aider, j'espère que ça va continuer.

Personnelement, j'utilise beaucoup la défusion, mais ce we, ça m'a beaucoup perturbée. J'étais pas en forme et envahie (encore plus que d'habitude!) de tout un tas de pensées négatives. Et  en fait, la défusion m'a surtout fait culpabiliser de voir autant de pensées négatives. Même en les ridiculisant et en faisant de l'ironie dessus, elles restaient bien trop présentes. 

Du coup, j'étais encore plus déprimée de me voir m'engluer dans mon marasme, et être incapable de relever la tête pour être plus positive.

Pas toujours si facile... mais je suis confiante.. je veux changer et j'y arriverai!

nouvomoi.
Abonné

Et bien, tu peux peut-être te dire "ah voilà la Malveillante avec moi, qui n'accepte pas que je ne réussisse pas à tous les coups !!!"

Bonne journée !! smiley

Noelle
Marraine

Oui, et peut etre aussi tenter la technique de la tortue (technique non homologuée LC mais qui marche pour moi)

je me "roule en boule"  et j'attends que ça passe avant de resortir pattes et tête pour avancer a mon rythme

en fait , je m'autorise a le vivre en mode j'attends que ça passe, et la pratique de la RPC (petit clin d'oeil ) m'aide a me dire quoi que ce soit, je peux le vivre

maggy.
Abonné

Noelle, je crois que c'est ce que j'ai fini par faire ce we. J'ai pleuré.. et ça a fini par devenir supportable.

Mais je crois que je voudrais ne pas être aussi négative. Je voudrais arriver à sortir de "ça", de la boue noire qui envahit mon cerveau et me fait crier sur mes enfants, détester mon mari et tous les gens qui m'approchent, qui me donne envie de m'enfermer et n'avoir à parler à personne, plus jamais!!!

izabelle
Animatrice forum

justement Maggy, il faut vraiment que tu acceptes que le fait d'avoir des pensées négatives   est NORMAL, et qu'il n'y a aucune honte à avoir

si tu n'acceptes pas le fait d'avoir des pensées négatives,  tu lutteras toute ta vie car  notre cerveau est programmé pour avoir des pensées négatives, je sais ça ne fait pas très "new age" de dire ça, mais c'est vrai

la défusion nous aide à laisser ces pensées négatives  passer en nous  sans nous y accrocher

simplement parce qu'on ne lutte pas contre elle

dès qu'on commence à lutter, parce que c'est  "pas bien" d'avoir des pensées négatives,  en fait on les invite à rester plus longtemps,  on leur donne plus d'importance,  ça devient un "problème"

et quand on culpabilise, eh bien on lutte...

et quand on lutte, on se déprime............   grave.......

 

Donc attention maggy, la défusion ne doit jamais entraîner la culpabilité, sinon c'est qu'il y a un grain de sable dans l'engrenage

c'est pour ça que j'avais mis plein de préambules au début de ce post : surtout la défusion, on doit sentir que la pensée devient moins importante, qu'on a aucune raison d'en avoir honte ou de culpabiliser....

ça permet de renforcer la conscience de la pensée, mais ça doit également permettre de lui ôter beaucoup de sa charge émotionnelle et ainsi ne pas avoir de culpabilité à avoir de "'mauvaises pensées",  simplement parce que la pensée n'a plus beaucoup d'importance, ce n'est qu'une histoire, que des mots....

 

izabelle
Animatrice forum

Edit :

Maggy, c'est bien la lutte contre tes pensées  qui correspond à cette boue noire

si tu arrives à accepter ces pensées négatives sans chercher à lutter contre elles, si tu utilises la défusion pour leur donner moins d'importance, pour pouvoir te connecter au présent, aux autres,    c'est là où tu te sentiras plus libre

 

Edit :  maggy je viens de lire ton dernier message,  ce que tu décris, c'est surtout la lutte contre tes pensées négatives, plutôt que tes pensées négatives elle-même

cette lutte nous épuise et les autres aussi

il faut que tu acceptes ces pensées pour les laisser filer  aussi vite que toutes les pensées

 

Edit :  maggy je viens de lire ton dernier message,  ce que tu décris, c'est surtout la lutte contre tes pensées négatives, plutôt que tes pensées négatives elle-même

cette lutte nous épuise et les autres aussi

il faut que tu acceptes ces pensées pour les laisser filer  aussi vite que toutes les pensées

 

Edit :  maggy je viens de lire ton dernier message,  ce que tu décris, c'est surtout la lutte contre tes pensées négatives, plutôt que tes pensées négatives elle-même

cette lutte nous épuise et les autres aussi

il faut que tu acceptes ces pensées pour les laisser filer  aussi vite que toutes les pensées

izabelle
Animatrice forum

je prends une image pour symboliser

des nuages, les pensées négatives

tu sais que les nuages s'accrochent aux montagnes

si tu luttes contre tes pensées négatives, au lieu de s'évacuer aussi vite qu'elles sont venues,  tu crées une "montagne" sur lesquelles elles vont s'accrocher

du coup elles vont rester plus longtemps, elles vont devenir un problème, ça va te bouffer (et te faire bouffer aussi)

si tu choisis de ne plus lutter, juste remarquer la pensée  : ah tiens c'est la vieille rengaine  "personne ne m'aime" sans chercher à lutter, donc la contredire, prouver qu'elle est fausse, sans culpabiliser qu'elle soit venue en toi...  eh bien cette pensée ou cette histoire n'accapare plus tout ton esprit,  tu es capable de te connecter à la réalité : le sourire d'un enfant, la chaleur d'une main, des rires ou un regard, simplement même ta respiration qui te dit que tu vis....

et plus tard tu t'aperçois que cette pensée est partie d'elle-même

entretemps tu ne l'a pas laissé diriger ta vie

 

 

j'espère que c'est plus clair

bises

maggy.
Abonné

Izabelle, en te lisant, j'ai un tout petit peu envie de pleurer de soulagement.... :)

je vais laisser décanter tout ça doucement.

merci pour ta sagesse!

izabelle
Animatrice forum

[quote=nouvomoi]

Alors, il y a plusieurs 'tiens voilà le retour de celle qui ..."

Celle qui veut tout arranger dans la famille 

celle qui culpabilise à fond.  "Ah, voilà la Mère Sup du Convent, et sa Novice à maintenir dans le droit chemin, faut pas déc***er !!"

[/quote]

bravo  nouvomoi,

tu as bien repéré ces schémas et ce n'est pas évident

j'espère que cela t'a aidé, cela permet de sortir d'un "contrôle" automatique,  et d'être plus libre d'agir conformément à ses vraies envies

en même temps ce n'est pas facile.... cela demande du lacher-prise

nouvomoi.
Abonné

Alors, cette histoire de vouloir tout arranger, "ah, voilà celle qui veut faire la psychothérapeute familiale etc ...", ah ben là c'est terminésmiley. J'ai bien compris enlightenedet c'est fini, je ne ferai plus jamais ça !!!yes

ça peut paraître présomptueux de ma part !! mais je fonctionne souvent comme ça, quand je comprends quelque chose à fond, autant avec la tête qu'avec mon ressenti, je peux vraiment laisser partir, et cesser ce comportement.

Par contre, la boule à l'estomac quand je pense à un conflit avec quelqu'un, finalement, ça se résume à ça : j'angoisse quand je dois entrer en conflit avec quelqu'un. Donc maintenant, ça va être : "tiens, voilà celle qui a peur d'être en conflit".

Je verrais bien ce que ça donne, parce que pour le moment, je n'arrive pas à déterminer ce qui m'angoisse autant : la réaction de celui avec qui je suis en conflit, ou ma propre réaction que je pourrais avoir.

Le top serait que j'accompagne ça de RPC, mais je bloque toujours autant sur la RPC !!

Bonne journée et merci merci pour vos retours.  Je ne me sens pas toute seule et c'est top !!

nouvomoi.
Abonné

"Mais je crois que je voudrais ne pas être aussi négative. Je voudrais arriver à sortir de "ça", de la boue noire qui envahit mon cerveau et me fait crier sur mes enfants, détester mon mari et tous les gens qui m'approchent, qui me donne envie de m'enfermer et n'avoir à parler à personne, plus jamais!!!"

Maggy, il faut aussi te dire que les pensées négatives ne surviennent jamais comme ça, sans raison. Peut-être que tu as une bonne raison d'en vouloir à quelqu'un, et quelque fois, ça se déplace et c'est le mari ou les enfants qui prennent à la place de quelqu'un d'autre, mais on ne sait des fois même pas qui et pourquoi.

C'est vrai que culpabiliser ou se dire que ce n'est pas bien n'arrange rien, bien au contraire. Sur d'autres rubriques, il y a plein de messages qui parlent de la bienveillance avec soi même.

Bon courage

Pascaline.
Abonné

Woooah, je vais me donner du temps pour bien mediter tranquillement sur vos discussions.

Xx

izabelle
Animatrice forum

bravo nouvomoi, c'est  cela aussi la défusion :  on  a réussi à "accepter" de voir en nous un schéma, ensuite on ne lutte plus contre et on fait des choix conscients de comportement

 

pour ta peur du conflit, tu trouveras peu à peu se qui se cache derrière, ça peut être en effet plusieurs choses : peur d'être agressive, peur de ta propre force.... ou bien peur de ne pas être acceptée, peur d'être rejetée si on nous considère comme "agressive"

pour moi c'était le cas, mais j'ai appris à m'affirmer, quand tu sais t'affirmer, tu n'as plus besoin d'être agressive

l'agressivité vient quand on refoule beaucoup ses envies, ses idées,  alors ça finit par sortir avec quelques scories

alors que si tu prends le pli de toujours "dire"  ta vérité (lorsque c'est utile bien sûr, pas besoin de toujours la ramener),  cela "sort" de façon claire et nette, sans agressivité

 

enfin pour moi.....

Haut de page 
X