Je commence en janvier-février 2021 - 03012021

izabelle
Animatrice forum

Bienvenue 2021 !  Année de la santé et de la réconciliation avec soi-même, son alimentation et son corps!

Ce fil est fait pour se présenter, échanger, partager, se soutenir!

A très vite!

Commentaires

Megan
Abonné

Je me suis inscrite pour la deuxième fois le 2 janvier, (la première inscription date d'il y a plus de 9 ans). La première fois m'a permis d'arrêter les grosses compulsions, les régimes et éliminer pleins d'aliments tabous (qui après dégustation m'apparaissaient comme peu intéressants). J'ai ensuite eu un enfant et mon poids est, je pense, stable depuis plus de 5 ans (naissance de mon enfant). Je ne me pèse plus depuis 5 ans mais mes vêtements sont de la même taille. Durant ce temps j'ai également appris à mieux aimer mon corps tel qu'il est. J'aime en prendre soin, je marche tous les jours je pratique le yoga tous les jours mais en respectant mon niveau d'énergie du moment et sans me forcer. J'accepte mon image et je me sens à l'aise dans mon corps. Je voudrais apprendre à rester avec moi même quand je ressens des émotions et à manger quand j'ai une bonne faim. J'estime que je mange à 90% sans bonne faim, soit sans faim (par anticipation), parce que j'ai peur d'avoir faim plus tard, soit avec une trop petite faim ce qui me fait arrêter de manger quand l'assiette est vide mais non en respect de ma satiété que je perçois peu ou pas. Je confonds encore la faim et la fatigue et je mange parfois (mais beaucoup plus rarement) pour me conforter. Je mange tout le temps chez moi, j'aime cuisiner. Mais je ne prends pas vraiment de plaisir à manger (normal vu que je n'ai pas assez faim et que je choisis encore des aliments en fonction de mes croyances) et je fini tout le temps mon assiette (c'est elle qui détermine la fin du repas et non ma satiété que je ne ressens pas). Je sors de plusieurs années où j'ai flirté avec l'orthorexie. J'ai beaucoup de pensées liées à ce que je devrais ou non manger qui sont issues de mes (trop) nombreuses lectures sur la nutrition. Je suis passée de ma peur de manger des aliments "tabous" qui risquaient de me faire grossir à une peur de manger des aliments qui risquent de nuir à ma santé comme le sucre que l'on a beaucoup diabolisé ces dernières années. Je sens que ces croyances orthorexiques brouillent mes sensations corporelles. J'aimerai apprendre à être totalement en paix avec la sensation de faim, et aussi faire la paix avec ces aliments qui me font peur.

Mag449
Abonné

Bonjour Megan, Je me reconnais un peu dans ta description des sensations alimentaires. Comme toi je mange sans faim et je suis incapable de m'arrêter car je ne ressens pas la satiété.

J'ai commencé le programme il y a 6 jours semaine et j'en suis à la phase de détection de la faim. Bizzarement, je me rends compte que je n'ai presque pas faim alors que je mange 1 ou 2 fois par jour !

A bientôt sur le forum

 

Magalie

Zymane45
Abonné

@Megan, comme toi, pas de balance ici...et j’adore cuisiner aussi ! Dis moi, qu’est ce que l’orthorexie ? Le fait de manger des aliments « bons pour la santé » c’est ça ?
En ce qui me concerne, je ne suis pas une grande mangeuse, je ne fini pas forcément mon assiette et je pense réussir à ressentir le rassasiement lors des repas. Cependant, j’ai des compulsions....et quand cela m’arrive, je ne peux pas m’arrêter... Mes compulsions cibles plutôt des aliments sucrés : chocolat, gâteaux au chocolat, etc

@mag449, je commence la phase détection de la faim. Je vais élément commencer demain. J’aurais pu commencer il y a une semaine mais la famille étant en vacances, j’ai préféré différer afin d’être plus tranquille.

 

Megan
Abonné

@zymane Ah l'orthorexie... c'est l'obsession de la nourriture "saine", c'est un problème de contrôle. Ce qui est marrant à noter c'est que c'est arrivé après que je suis parvenue à arrêter de faire des régimes. mon besoin de contrôle s'est déplacé sur ce sujet. si j'avais su il y a 8 ans où me mènerai mes obsessions j'aurai arrêté immédiatement. Je suis capable d'ingurgiter (pour utiliser un mot relatif à la bouffe) des quantités incroyables d'informations nutritionnelles et je retiens tout en plus. J'ai lu en moyenne 1 à 2 livres sur la nutrition (anglais ou français) par semaine pendant 8 ans. Tout cela m'a fait tombé dans une sorte d'appréhension générale de l'alimentation, avec de l'anxiété à chaque prise alimentaire. C'est vraiment pas cool car cela crée une sorte de voile anxieux avec ma tête remplie de pensées et ça me coupe de mes sensations corporelles. J'ai peur aujourd'hui de manger du sucre, de ne pas manger assez de protéines, de manger du soja, des PUFAS ou de la viande dont les animaux ne sont pas nourris au foin ou des produits non bio. Depuis 6 mois j'essaye de me détendre un peu autour de la nourriture et j'ai arrêté de lire sur ce sujet ou de regarder des informations nutritionnelles. j'ai réussi à réintégrer la confiture en petite quantité et à Noël j'ai mangé des pâtisseries anglaises mais souvent c'est teinté d'anxiété.

izabelle
Animatrice forum

Megan Abonné lun 04/01/2021 - 10:19
 Je voudrais apprendre à rester avec moi même quand je ressens des émotions et à manger quand j'ai une bonne faim.

 J'aimerai apprendre à être totalement en paix avec la sensation de faim, et aussi faire la paix avec ces aliments qui me font peur.

Bon retour par ici Megan et c'est un beau programme à venir!

izabelle
Animatrice forum

Mag449 Abonné lun 04/01/2021 - 12:32
Bonjour Megan, Je me reconnais un peu dans ta description des sensations alimentaires. Comme toi je mange sans faim et je suis incapable de m'arrêter car je ne ressens pas la satiété.

J'ai commencé le programme il y a 6 jours semaine et j'en suis à la phase de détection de la faim. Bizzarement, je me rends compte que je n'ai presque pas faim alors que je mange 1 ou 2 fois par jour !

Bienvenue Magalie!   oui en effet la satiété ne peut se sentir que si on commence à manger avec faim
bravo pour tes observations qui vont permettre de mieux ressentir

izabelle
Animatrice forum

Megan Abonné lun 04/01/2021 - 21:40
 c'est l'obsession de la nourriture "saine", c'est un problème de contrôle. Ce qui est marrant à noter c'est que c'est arrivé après que je suis parvenue à arrêter de faire des régimes. mon besoin de contrôle s'est déplacé sur ce sujet.

c'est le cerveau qui cherche à contrôler, bravo d'avoir observé le déplacement d'inquiétudes de ton cerveau

et d'avoir ce recul, c'est cela qui aidera le plus!

quand ton cerveau commence à mouliner, paniquer,  remercie-le simplement, car il fait son job, mais ne "crois" pas tout ce qu'il dit, élargis toi, accepte qu'il "stresse" mais d'être plus que simplement ton cerveau

bref le programme t'aidera beaucoup pour cela je pense, mais le mot clé pour lacher prise sur ses pensées c'est aussi de ne pas lutter contre, mais de ne pas s'identifier

un peu comme des pubs à la télé : on ne les croit pas mot pour mot, mais on accepte leur présence en leur accordant une oreille distraite

belle journée!

Zymane45
Abonné

Ah la la @megan, c’est un vrai cauchemard effectivement..... Manger sain oui, mais là il s’agit vraiment d’écarter tout ce qui ne l’est pas, c’est à dire....beaucoup de choses.....Ça ne doit vraiment pas être simple à vivre. Comment réagit ta famille ?  car j’imagine que tu les entraînes avec toi dans cette façon de manger.

Je ne peux que te comprendre, j’ai tendance à tomber dans les extrêmes assez facilement. Quand j’ai fait des régimes, je connaissais tout sur le bout des doigts, aucun écart, même pas le plus petit (pendant le régime) et j’étais plutôt intransigeante avec les copines qui avaient commencé en même temps que moi et qui biensûr faisait un peu à leurs sauce 😅. Dès que je m’intéresse à un sujet, je le creuse à fond et je le connais sur le bout des doigts et comme toi, je retiens tout (c’est d’ailleurs épuisant). En ce moment, par exemple, je suis à fond sur la permaculture. 
Je sais qu’il faut que je travaille sur ce point sinon le programme ne fonctionnera pas. Je dois accepter d’avoir des failles et de ne pas tout faire « parfaitement ». J’avoue que c’est dur.....

Ce qui est bien, c’est que tu ai pris conscience de tout cela.

 

Roulietita
Abonné

Bonjour à tous, et bonne année ! 
je me présente, Juliette, je sors d’une perte de contrôle après une stabilisation de poids de 2 ans suite un régime WW.

J’avais été suivie par le docteur Zermati, mais le contrôle est vite revenu, suite aux événements de la vie, puis je me suis laissée influencer par des collègues qui suivaient WW.

bref, me revoilà après la lecture attentive de son dernier livre « Osez manger », hyper intéressant.

merci pour vos partages et à très vite ! 

Roulietita
Abonné

Bonjour à tous, et bonne année ! 
je me présente, Juliette, je sors d’une perte de contrôle après une stabilisation de poids de 2 ans suite un régime WW.

J’avais été suivie par le docteur Zermati, mais le contrôle est vite revenu, suite aux événements de la vie, puis je me suis laissée influencer par des collègues qui suivaient WW.

bref, me revoilà après la lecture attentive de son dernier livre « Osez manger », hyper intéressant.

merci pour vos partages et à très vite ! 

Megan
Abonné

je me reconnais un peu dans tes descriptions. En effet le perfectionnisme est usant et inutile et dans ce programme c'est ce qui m'a donné l'impression "d'échouer" la première fois car cela ne s'était pas soldé par une perte de poids et je n'arrivais pas à lâcher suffisamment pour retrouver une relation apaisée. 

aujourd'hui je veux sortir de cela. Heureusement mon mari et mon fils ne sont pas du tout comme moi, ils sont complètement régulés. Nous ne prenons pas toujours les mêmes aliments durant les repas, car mon fils lui a un répertoire alimentaire (il a 5 ans) très très limité et mon mari est très allergique à tous les laitages. Ca me fascine de les voir manger parfois, surtout mon mari qui est très mince en plus et qui lui ne comprends pas pourquoi je mange sans faim.

J'essaye depuis quelques mois de relâcher toutes les pressions en tout genre que je me mets tout le temps et de ralentir. Le yoga que je pratique maintenant (car en bonne extrémiste j'ai pratiqué plus de 12 ans des yoga extrêmes où je me blessais) me fais beaucoup de bien, c'est très doux et je marche tous les matins une heure, ça aussi ça m'aide à rester calme.

Megan
Abonné

merci Isabelle, j'ai suivi un programme de coaching (change ma vie de Clotilde du soulier) où j'ai appris que je peux être à un autre niveau (observateur) de ce qui se passe dans mon cerveau sans lutter ni m'y attacher et ça m'aide beaucoup. Je suis encore en apprentissage et ce n'est pas tout le temps naturel mais plus je ralentis (tout) plus j'arrive à observer sans me noyer

izabelle
Animatrice forum

Roulietita Abonné mar 05/01/2021 - 11:36
J’avais été suivie par le docteur Zermati, mais le contrôle est vite revenu, suite aux événements de la vie, puis je me suis laissée influencer par des collègues qui suivaient WW.

bref, me revoilà après la lecture attentive de son dernier livre « Osez manger », hyper intéressant.

 

Bienvenue!!!  J'ai beaucoup aimé ce livre également!

izabelle
Animatrice forum

oui le perfectionnisme c'est fatiguant mais quand on finit par s'en rendre compte ça libère

plutôt que de lutter contre, j'ai choisi de l'assumer dans certains secteurs, ce qui me change la vie et me permet justement de lâcher prise dans d'autres secteurs

le perfectionnisme c'est surtout le cerveau..... il veut éliminer toute imperfection, toute ambiguité, que tout soit clair

je reconnais et utilise maintenant ce besoin de clarté dans mon travail, allant plus à fond dans mes dossiers, passant parfois plus de temps pour avoir une qualité qui me satisfait même si je ne suis pas payée pour cette qualité

et alors j'arrive mieux à lacher prise dans le domaine des émotions, des relations, du corps, de la vie,  ne plus chercher la perfection dans ces domaines, mais être moi, sincère, authentique

accepter de faire des erreurs, de ne pas tout savoir

franchement c'est dur mais quand on le sait et qu'on se lance ce n'est pas si difficile que ça

ce qui aide c'est d'observer comment d'autres  ne se prennent pas du tout la tête, ça aide à relativiser

et aussi de comprendre pourquoi le cerveau est comme ça, c'est simplement son boulot, mais on n'est pas obligé de le suivre pour tout

izabelle
Animatrice forum

Megan Abonné mar 05/01/2021 - 12:08
merci Isabelle, j'ai suivi un programme de coaching (change ma vie de Clotilde du soulier) où j'ai appris que je peux être à un autre niveau (observateur) de ce qui se passe dans mon cerveau sans lutter ni m'y attacher et ça m'aide beaucoup. Je suis encore en apprentissage et ce n'est pas tout le temps naturel mais plus je ralentis (tout) plus j'arrive à observer sans me noyer

Nanoute
Abonné

Bonjour à tous et toutes,

J'ai déjà (re)commencé le programme il y a plusieurs mois mais cela faisait très longtemps que je ne faisais plus rien.

Ce matin, déclic devant des photos... Je vais essayer de m'y tenir cette fois même si je sais que ça reste très très fragile. J'ai d'autres soutiens pour m'aider à tenir la route, je vais aussi essayer d'être un peu régulière sur le blog pour garder la motivation.

J'aurai 39 ans dans quelques jours, je suis en arrêt maladie pour dépression depuis le mois d'octobre. C'était au départ une (deuxième) dépression post-partum, qui s'est muée en dépression tout court. Je vois une psychologue, un psychiatre et d'autres personnes mais le mal est très profond, et donc difficile et long à soigner.

Je pense peser aujourd'hui une trentaine de kgs de plus qu'il y a 13 ans, quand mon poids à commencé à augmenter. Avant ça, j'avais du ventre mais rien de grave, je m'habillais en 38-40... 

Ma guérison de la dépression dépend aussi de ça parce que je me supporte absolument pas. Et ça commence en plus à avoir des répercussions sur ma santé. 

Voilà pour ce qui est de ma présentation, bon courage à nous !

ARLNES233
Abonné

Bonjour Nanoute

Moi j'ai commencé le 1 janvier le programme en ligne. J'avais commencé avec Dc Zermati mais je n'ai pas pu aller jusqu'au bout.

Je suis également en arrêt pour dépression et TCA. ça fait bien une dizaine d'années.   Suivi psychologique thérapeutique  et de nombreuses hospi.

Jai pris 70 kg depuis le début de cette dépression. 

Pas facile à vivre avec.

Je fais le Pgm linecoaching car je crois que c'est  le mieux adapté à mon état d'esprit. 

Fini le contrôle.  

De plus les experts nous dit que ça marche.  Alors je leur fais confiance. 

Cest pas très facile de tout concilier au début mais je vais y arriver.

Bon courage à toi et au reste du groupe. 

Merci pour vos commentaires. 

Zymane45
Abonné

Merci pour cette réponse @Izabelle. J’espère y arriver moi aussi 😊.

Zymane45
Abonné

Et bienvenue Nanoute et Arles !!

Darky
Ancien abonné

Bonjour j'ai 31ans.en couple.j'ai essayée pas mal de régime mais j'ai toujours repris.je pense que mon rapport avec la nourriture est émotionnel.c est la 1er fois que je m'inscrit.mon plus haut poids a été 166kilos actuellement je suis à 118kilos pour 1m71.j'ai perdu grâce à une sleeve en 2017.mon estomat a reprit du volume depuis.J'ai envie d'être dans une démarche plus bienveillante.d'ou ma precence ici.

Niveau moral je me sens beaucoup mieux qu'avant alors je fais confiance au expert

Merci et a bientot

 

 

.

 

izabelle
Animatrice forum

Nanoute Abonné mer 06/01/2021 - 15:32
J'aurai 39 ans dans quelques jours, je suis en arrêt maladie pour dépression depuis le mois d'octobre. C'était au départ une (deuxième) dépression post-partum, qui s'est muée en dépression tout court. Je vois une psychologue, un psychiatre et d'autres personnes mais le mal est très profond, et donc difficile et long à soigner.

Je pense peser aujourd'hui une trentaine de kgs de plus qu'il y a 13 ans, quand mon poids à commencé à augmenter. Avant ça, j'avais du ventre mais rien de grave, je m'habillais en 38-40... 

Ma guérison de la dépression dépend aussi de ça parce que je me supporte absolument pas. Et ça commence en plus à avoir des répercussions sur ma santé.

Bienvenue Nanoute !  la dépression du post partum peut être très lourde, et elle est venue toucher loin pour que ça se soit installer ainsi.  Ravie de savoir que tu es bien accompagnée, c'est important
ta guérison de la dépression ne dépend pas de ta perte de poids, même si bien sûr cela n'aide pas de se sentir mal dans sa peau mais comme tu l'as indiqué c'est bien plus profond que ça
je te souhaite un bon parcours sur LC, et surtout ne te mets pas la pression, sois simplement à l'écoute de toi-même, donne-toi du temps, de la compréhension, de l'amour pour toi-même pour reconstruire ta vie peu à peu, j'espère encore plus belle qu'avant

izabelle
Animatrice forum

ARLNES233 Abonné jeu 07/01/2021 - 01:48
Je suis également en arrêt pour dépression et TCA. ça fait bien une dizaine d'années.   Suivi psychologique thérapeutique  et de nombreuses hospi.

Jai pris 70 kg depuis le début de cette dépression. 

Pas facile à vivre avec.

Bienvenue Arlnes233 !  oui ce n'est pas facile, c'est important d'être bien suivi car on s'en sort

les outils psychologiques de Linecoaching viennent aider en complément, mais le plus important est la relation thérapeuthique

n'hésite pas à venir souvent sur le forum pour trouver du soutien

izabelle
Animatrice forum

Darky Abonné jeu 07/01/2021 - 10:27
je pense que mon rapport avec la nourriture est émotionnel.c est la 1er fois que je m'inscrit.mon plus haut poids a été 166kilos actuellement je suis à 118kilos pour 1m71.j'ai perdu grâce à une sleeve en 2017.mon estomat a reprit du volume depuis.J'ai envie d'être dans une démarche plus bienveillante.d'ou ma precence ici.

Niveau moral je me sens beaucoup mieux qu'avant alors je fais confiance au expert

Bienvenue Darky! super pour ta démarche bienveillante, eh oui c'est essentiel pour se réconcilier avec soi-même et la nourriture

à très bientôt!

Nanoute
Abonné

Merci à toutes ! 

Je sais que ma guérison ne tient pas qu'à la perte de poids, mais elle y est quand même rattachée, parce que ma prise de poids est consécutive à des événements forts ou difficiles de ma vie, et que parmi le nombre de choses qui m'ont fait couler après les grossesses il y a le fait de retrouver ce corps que je déteste. Et je sais aussi que j'ai besoin de voir des résultats pour garder le cap. Sinon le cercle vicieux ne s'arrête jamais.

LC avait bien marché avant que je sois enceinte. Je retrouvais le plaisir de mettre certains vêtements ! Mais la dépression a depuis fait son travail...  

Ma docteure m'a parlé de la pose d'un ballon gastrique, il me tarde le rdv en service de nutrition pour en parler.

Là, c'est le moment d'aller chercher Mini1 à l'école à pied !

Nanoute
Abonné

Merci à toutes ! 

Je sais que ma guérison ne tient pas qu'à la perte de poids, mais elle y est quand même rattachée, parce que ma prise de poids est consécutive à des événements forts ou difficiles de ma vie, et que parmi le nombre de choses qui m'ont fait couler après les grossesses il y a le fait de retrouver ce corps que je déteste. Et je sais aussi que j'ai besoin de voir des résultats pour garder le cap. Sinon le cercle vicieux ne s'arrête jamais.

LC avait bien marché avant que je sois enceinte. Je retrouvais le plaisir de mettre certains vêtements ! Mais la dépression a depuis fait son travail...  

Ma docteure m'a parlé de la pose d'un ballon gastrique, il me tarde le rdv en service de nutrition pour en parler.

Là, c'est le moment d'aller chercher Mini1 à l'école à pied !

izabelle
Animatrice forum

oui je te comprends, mais c'est important d'aimer son corps même en surpoids

ça ne veut pas dire de vouloir le garder comme ça, mais l'aimer, pour bien le traiter, pour que ça vienne plus naturellement, spontanément

ton corps c'est comme ton enfant, tu l'aimes même s'il est en surpoids

et plus tu l'aimes, plus tu peux le nourrir avec amour et donc plus tu peux l'écouter, ses sensations, lui faire confiance

je dis ça parce que pour moi c'est aussi passé par là : aimer mon corps inconditionnellement

ce qui m'y a énormément aidé c'est mon chéri qui l'aime tant que je me suis mis à l'aimer aussi, avec ou sans poids, inconditionnellement

et ça aide beaucoup pour écouter ses sensations, enfin je trouve

bonne soirée!

Nanoute
Abonné

Merci pour cette réponse ! 
J'ai encore du chemin à parcourir, pour le moment je ne parviens pas à passer le cap de l'acceptation de mon corps tel qu'il, je ressens un rejet et un dégoût très forts.
Même si je sais que c'est une étape à passer, c'est plus fort que moi.

Aujourd'hui en consultation ma docteure a été très sympa, bienveillante et rassurante, ça m'a fait du bien.

Bonne soirée !

Nanoute
Abonné

Merci pour cette réponse ! 
J'ai encore du chemin à parcourir, pour le moment je ne parviens pas à passer le cap de l'acceptation de mon corps tel qu'il, je ressens un rejet et un dégoût très forts.
Même si je sais que c'est une étape à passer, c'est plus fort que moi.

Aujourd'hui en consultation ma docteure a été très sympa, bienveillante et rassurante, ça m'a fait du bien.

Bonne soirée !

ARLNES233
Abonné

Merci Izabelle.  C'est vrai, il est important d'être entouré pour réussir. Dans mon entourage proche ce n'est pas le cas pour moi.

Je me bat seule contre mon poids.  

Je n'ai que des injonctions  : arrête de manger,, tu as déjà pris assez, ça c'est pas bon pour toi, fais un vrai régime, tout ça  c'est des c...

Je suis donc seule. Mais ma victoire aura un meilleur goût de revanche sur les autre 

ARLNES233
Abonné

J'entends souvent cette phrase : il FAUT aimer son corps. Comment faire ?

Notre douleur est tellement intense vis à vis de ce corps. Il ne réagit à aucune sollicitude.

Moi, je ne me regarde plus dans le miroir. 

Je préfère mettre des vêtements larges pour cacher ce TRUC qui gage  ma vie. Je sais, je ne suis pas très tendre avec moi. C'est pour montrer la douleur que j'ai par rapport à ce corps. Jai déjà essayer plein de choses :

- prendre le temps de passer de la creme  pour ressentir les limites du corps,

- faire le Bodyscan, je ne perçoit même pas mon corps ou sinon c'est limage de mon corps plus mince qui se dessine.

' ....

Il y a plein d'autres choses, mais voilà ça n'a rien changer au problème.  

Je comprends Nanoute

Nanoute
Abonné

Oui c'est exactement ça !

Voilà plus de 10 ans que je ne me touche quasiment plus le ventre, sauf pendant les grossesses. Il me dégoûte. 

Le bodyscan je ne l'ai pas supporté, ça m'a mise dans un état d'angoisse énorme, j'ai dû demander à passer cette étape...

izabelle
Animatrice forum

oui pour moi aimer le corps ce n'est pas lui mettre de la crème, mais accepter sa différence

accepter qu'il ne soit pas dans la "norme" et qu'il est beau parce qu'il nous porte et nous porte en santé la plupart du temps, même s'il est hors - norme

la douleur est-elle vis à vis du corps ou bien vis à vis du regard des autres et de la société sur ce corps?

si je dis ça, c'est parce que je suis passé d'un ex  obsédé par la ligne à un chéri qui aime mon corps comme il est sans aucune condition, et qui l'aime un peu rond parce qu'il exprime la générosité, mais qui j'en suis sûre l'aimerais tout autant un peu plus mince, en fait ce n'est pas les centimètres qui compte, c'est la vie qui anime ce corps

et depuis, j'aime mon corps, inconditionnellement, même si je l'aimerais plus mince pour ma santé, pour pouvoir me bouger plus facilement et m'habiller plus facilement

mais je me suis rendue compte que l'amour, ce n'est pas une question de centimètres, y compris l'amour pour son corps

et que souvent, on ne l'aime pas, notre corps, parce qu'aux yeux de certains il incarne des défauts tels que "le manque de volonté, donc de dynamisme, de puissance, de contrôle, de perfection....."

maintenant que mon entourage a changé,  tout ceci a disparu en fumé

j'aime mon corps et c'est pourquoi j'ai envie de le maintenir en excellente santé

 

ainsi pour moi aimer son corps, c'est l'aimer envers et contre tout,  contre les c.... dont tu parles Arlnes, l'aimer comme il est et  ne plus le traiter comme une "mule" qui absorbe la connerie des autres (et donc les diktats et paradoxes de la société)

l'aimer amène ensuite à le nourrir pour qu'il soit à son poids d'équilibre et que nous soyons en paix

voici pour mon parcours et mon expérience, bon week-end!

Megan
Abonné

personnellement j'ai fait un gros travail pour accepter et petit à petit apprendre à aimer mon corps, c'est un chemin personnel et à chacun de trouver ce qui lui convient. Pendant très longtemps, je ne comprenais pas comment aimer mon corps, c'était bien trop abstrait et puis j'ai trouvé des choses qui m'ont aidé. Je vous met en vrac :

-arrêter de me peser, mesurer, compter le nombre de pas, calories, forcer mon corps à performer d'une manière ou d'une autre.

- M'exposer à des corps différents : ne mettre que des corps de femme rondes voir très rondes sur mon fil Instagram, de femmes avec des corps très différents, arrêter de regarder toutes images de corps mince et retouché.

-Me regarder tous les jours dans la glace en remerciant une partie de mon corps pour ce qu'elle me permettait de faire; en commençant par des parties "faciles" (ex : merci ma main droite pour m'avoir permis de caresser la joue de mon fils, de serrer mon mari, de tenir la tasse de mon thé préféré, d'écrire,  etc...),

-ne m'habiller qu'avec des vêtements très confortables, plus de pantalons qui me serrent les cuisses, de ceinture qui m'empêche de respirer, de chaussures qui me scient les pieds etc...

-me rappeler encore et encore que ma valeur est intrinsèque, que ma valeur ne dépend aucunement de la forme de mon corps, ni de ses capacités

-me rappeler comment je trouvais mon corps formidable durant ma grossesse, comment c'était un miracle de constater la capacité de ce corps à faire grandir un bébé sans que je ne fasse rien.

-Ecrire dans un journal 5 choses que j'appréciais sur ce que mon corps me permettait : ex : merci mon corps de me permettre de me mouvoir, de pratiquer le yoga que j'aime tant, de marcher, d'observer la nature etc...

- arrêter de mal me parler et de me juger. Au début je n'y arrivais pas mais peu à peu quand je prenais conscience d'un jugement, je le suspendais, et je me pardonnais d'avoir eu ce jugement

cela ne s'est pas fait tranquillement et il y a eu beaucoup de pleurs durant certaines pratiques (se regarder dans la glace) Avec le temps ces pratiques ont apaisé mon rapport à mon corps et la majorité du temps je me sens reconnaissante d'avoir le corps que j'ai, parfois sur des photos ou devant la glace, des jugements négatifs pointent leurs nez mais je ne les écoute plus. finalement ce n'est pas tant essayer d'aimer l'image de corps tel qu'il est que l'appréciation de tout ce qu'il me permet de faire qui m'a le plus aidé à me réconcilier avec lui.

dapan
Abonné

Megan Abonné ven 08/01/2021 - 19:49
personnellement j'ai fait un gros travail pour accepter et petit à petit apprendre à aimer mon corps, c'est un chemin personnel et à chacun de trouver ce qui lui convient. Pendant très longtemps, je ne comprenais pas comment aimer mon corps, c'était bien trop abstrait et puis j'ai trouvé des choses qui m'ont aidé. Je vous met en vrac :

-arrêter de me peser, mesurer, compter le nombre de pas, calories, forcer mon corps à performer d'une manière ou d'une autre.

- M'exposer à des corps différents : ne mettre que des corps de femme rondes voir très rondes sur mon fil Instagram, de femmes avec des corps très différents, arrêter de regarder toutes images de corps mince et retouché.

-Me regarder tous les jours dans la glace en remerciant une partie de mon corps pour ce qu'elle me permettait de faire; en commençant par des parties "faciles" (ex : merci ma main droite pour m'avoir permis de caresser la joue de mon fils, de serrer mon mari, de tenir la tasse de mon thé préféré, d'écrire,  etc...),

-ne m'habiller qu'avec des vêtements très confortables, plus de pantalons qui me serrent les cuisses, de ceinture qui m'empêche de respirer, de chaussures qui me scient les pieds etc...

-me rappeler encore et encore que ma valeur est intrinsèque, que ma valeur ne dépend aucunement de la forme de mon corps, ni de ses capacités

-me rappeler comment je trouvais mon corps formidable durant ma grossesse, comment c'était un miracle de constater la capacité de ce corps à faire grandir un bébé sans que je ne fasse rien.

-Ecrire dans un journal 5 choses que j'appréciais sur ce que mon corps me permettait : ex : merci mon corps de me permettre de me mouvoir, de pratiquer le yoga que j'aime tant, de marcher, d'observer la nature etc...

- arrêter de mal me parler et de me juger. Au début je n'y arrivais pas mais peu à peu quand je prenais conscience d'un jugement, je le suspendais, et je me pardonnais d'avoir eu ce jugement

cela ne s'est pas fait tranquillement et il y a eu beaucoup de pleurs durant certaines pratiques (se regarder dans la glace) Avec le temps ces pratiques ont apaisé mon rapport à mon corps et la majorité du temps je me sens reconnaissante d'avoir le corps que j'ai, parfois sur des photos ou devant la glace, des jugements négatifs pointent leurs nez mais je ne les écoute plus. finalement ce n'est pas tant essayer d'aimer l'image de corps tel qu'il est que l'appréciation de tout ce qu'il me permet de faire qui m'a le plus aidé à me réconcilier avec lui.

Merci beaucoup de nous faire partager tous ces conseils !

dapan
Abonné

izabelle Animatrice forum jeu 07/01/2021 - 17:30
oui je te comprends, mais c'est important d'aimer son corps même en surpoids

ça ne veut pas dire de vouloir le garder comme ça, mais l'aimer, pour bien le traiter, pour que ça vienne plus naturellement, spontanément

ton corps c'est comme ton enfant, tu l'aimes même s'il est en surpoids

et plus tu l'aimes, plus tu peux le nourrir avec amour et donc plus tu peux l'écouter, ses sensations, lui faire confiance

je dis ça parce que pour moi c'est aussi passé par là : aimer mon corps inconditionnellement

ce qui m'y a énormément aidé c'est mon chéri qui l'aime tant que je me suis mis à l'aimer aussi, avec ou sans poids, inconditionnellement

et ça aide beaucoup pour écouter ses sensations, enfin je trouve

bonne soirée!

merci beaucoup, ça fait du bien de lire ceci aussi !

Zymane45
Abonné

Les filles, je trouve cette conversation sur l’image tellement intéressante et enrichissante. Je vous en remercie vraiment....

Depuis l’adolescence je méprise mon corps que je trouve trop ceci, trop cela, pas assez ça. 

Je suis d’accord avec Izabelle, ce ne sont pas les kilos en trop le problème..... Récemment, j’ai passé en revue des photos de moi. De mon adolescence à maintenant, 45 ans. J’ai été stupéfaite. Plus jeune je faisais une fixation sur mes fesses et mes cuisses (ce qui est toujours le cas), quand j’ai regardé ces photos, je me suis trouvée tellement belle !!!! Je me suis dit : « mais te rends tu compte du temps que tu as perdu en complexes qui n’avaient pas lieu d’être ! ». Ça m’a fait un véritable électrochoc. Je n’ai plus envie de perdre de temps, de me gâcher la vie avec ces complexes qui me pourrissent la vie. Si ça se trouve, dans quelques années, je regarderai à nouveau des photos de moi à cet âge en me disant « tu n’étais pas si mal quand même ». Je ne veux plus rien regretter. Je veux apprendre à aimer ce corps. J’avance petit à petit dans ce sens, ce n’est pas simple et je n’y suis pas encore mais j’ai espoir. Je prend donc tous vos petits trucs et astuces et notamment celui de la grossesse @megan, car je l’ai vécu de la même manière que toi. Et malgré mes 27 kg de plus, je me sentais juste sublime et tellement fière qu’il réussisse à construire ce petit être.

 

izabelle
Animatrice forum

Megan Abonné ven 08/01/2021 - 19:49
personnellement j'ai fait un gros travail pour accepter et petit à petit apprendre à aimer mon corps, c'est un chemin personnel et à chacun de trouver ce qui lui convient. Pendant très longtemps, je ne comprenais pas comment aimer mon corps, c'était bien trop abstrait et puis j'ai trouvé des choses qui m'ont aidé. Je vous met en vrac :

super!!!  merci pour ce magnifique partage

izabelle
Animatrice forum

Zymane45 Abonné ven 08/01/2021 - 21:25

Je ne veux plus rien regretter. Je veux apprendre à aimer ce corps. J’avance petit à petit dans ce sens, ce n’est pas simple et je n’y suis pas encore mais j’ai espoir. Je prend donc tous vos petits trucs et astuces et notamment celui de la grossesse @megan, car je l’ai vécu de la même manière que toi. Et malgré mes 27 kg de plus, je me sentais juste sublime et tellement fière qu’il réussisse à construire ce petit être.
 

ah oui c'est merveilleux, car cela nous permet de voir notre corps d'une autre manière que le sempiternel "diktat" des cm, du ventre plat, etc, cela nous remet dans quelque chose que nous avons vécu de vivre le corps dans son côté merveilleux, non dimensionné, mais pourvoyeur de vie, d'amour

moi j'ai perdu du poids pendant ma grossesse  ;-)  car  dans ce moment particulier, écouter mes sensations était beaucoup plus facile, plus spontané, plus naturel

un peu comme si l'écoute de mon corps forcée par la grossesse m'avait amené à le faire plus globalement

ou alors besoin de cette excuse d'être enceinte pour enfin s'écouter, ne plus s'oublier sans cesse pour les autres

l'autre grandit en moi donc je suis obligée de m'écouter de l'intérieur  ;-)

bon week-end à tous!

ARLNES233
Abonné

Merci Izabelle pour ces remarques si juste. J'ai hâte moi aussi de parler de cette façon. 

10 ans de kilos en trop, 10 ans de souffrance,  10 ans de mal-être,  10 ans de complexe/de comparaison,... ça ne s'en ira pas dun revers de main, mais ton message et les autres sont très positifs. Ça le redonne un espoir que je me verrais différemment. 

 

Merci pour les conseils :  comment changer son regard sur soi. Je vais essayer de trouver mon propre rituel également. 

Jattends beaucoup de notre échange sur le webinar de demain qui  nous permettra de recadrer les choses.

izabelle
Animatrice forum

oui super les webinaires, ça aide beaucoup à changer notre point de vue, tout comme les échanges sur le forum

car l'échange c'est la relation et c'est pourquoi ça aide tellement d'être en relation avec des personnes qui ont une vision saine et juste du poids et de l'être

que ces 10 ans se guérissent progressivement!  pour moi je suis tombée dedans quand j'étais petite donc c'était plutôt 30 ans   ;-)

à très bientôt !

Pasim
Abonné

Bonjour, je m'appelle Pascale, je me suis inscrite le 6 janvier et j'adore déjà cette méthode, tout est très vite clair et limpide et le soulagement se fait déjà sentir. Je crois que la balance va vite cesser d'être une obsession car je crois que j'ai compris et atteint mon "poids d'équilibre". Reste à modeler ma forme car je n'en suis pas satisfaite, jamais sportive et sujette à la cellulite et à la rétention d'eau je vais essayer de jouer là-dessus et de me mettre à une pratique sportive, ce qui va être un défi en soi car j'ai plein de freins, j'aime (beaucoup) mieux lire que bouger ... J'ai 57 ans, trois enfants adultes et partis de la maison, je vis seule, j'ai un peu peur de ne pas y arriver ... Mes objectifs personnels seraient la pratique assidue de la pleine conscience et l'activité physique, même modérée, dans la régularité et la progression. Contente de rejoindre cette communauté et cette méthode.

izabelle
Animatrice forum

Bienvenue Pascale!  super pour ce démarrage enthousiasmant:!

X