EME en milieu de repas - 01122012

liegama.
Ancien abonné

Je me suis rendue compte récemment que j'avais bel et bien des EME en cours de repas. Est-ce que ça vous arrive également? Je ne sais pas très bien ce qui les déclenche. Quand j'arrive à attendre ma bonne faim, je ressens parfois mieux (très rarement encore) ma satiété et j'arrive parfois à m'arrêter de manger. La majorité du temps je commence à manger en ayant faim et je pars en live ensuite jusqu'à ce que j'arrive intellectuellement à me dire que j'ai trop mangé. Ces EME ne me font pas terminer avec un ventre énorme et l'impression de m'être vraiment baffrée comme c'était le cas il y a quelques années quand j'étais boulimique. Elles sont plus subtiles, ça va de quelques bouchées en plus à la fin d'un repas, à 3 tranches de pain mangées debout dans la cuisine après le repas. Mais le fait est que je ne perds pas de poids et qu'il faut souvent un repas sauté après un repas avec EME ce qui me fait dire que je mange trop.

Je serais intéressée à lire vos témoignages, idées, suggestions. Merci d'avance.

Commentaires

Joréane.
Abonné

Merci MarineBreizh,

Dans ce cas, je viens me re-surveiller à la loupe wink

Je remplis tous mes outils-carnets et mes bilans sont bons, et, je dois continuer sur cette belle voie (dixit J-P Z) cela me rassure !

Je remarque une chose :

- si au p'tit-déj, la bonne faim arrive et que je prends un vrai p'tit-déjeuner, je reconnais le symptôme dont tu parles avec les envies de manger pour les autres repas de la journée = d'où le travail avec M. Gérard Apfeldorfer sur la Pleine Conscience appliquée à la sensation de faim... super efficace !!

- si je n'ai pas faim au p'tit-déjeuner, j'arrive beaucoup plus facilement à respecter la Bonne Faim tout au long de la journée = d'où la Dégustation en Pleine Conscience... super efficace !!

Bon, maintenant, ceux sont mes trucs, mais je trouve cela bien efficace ! 

A vous lire,

izabelle
Animatrice forum

eh bien super Joréane

il est vrai que tout le monde n'a pas de véritables EME,  où on utilise la nourriture comme un outil de lutte émotionnelle

pour certaines personnes, ça peut être simplement la force de l'habitude qui fait qu'on mange un peu trop à chaque repas

du coup, en se recentrant sur ses sensations alimentaires, comme tu le fais, eh bien ça fonctionne

d'autant qu'à la ménopause notre métabolisme change et donc s'adapter à ses changement par l'écoute c'est vraiment essentiel

bravo pour ton expérience et merci de la partager avec nous

 

ce n'est pas anormal de ne pas avoir d'EME, mais c'est super pour toi!!!!

pour d'autres personnes, c'est plus dur de se mettre à l'écoute de sa faim, à cause de ses fameuses EME, mais heureusmenet ici on a aussi des outils pour ça, mais c'est un peu plus galère

des expériences comme la tienne fait plaisir à lire

Joréane.
Abonné

Merci bcp Izabelle, de ton message et je suis contente d'apporter une p'tite brique à cette magnifique méthode !

A vous lire,

mno05.
Abonné

Je viens de poster un message au doc et je m'apperçois que le sujet est déjà traité ici.

 

Je recommence LC depuis peu et j'ai repris à l'étape 2 (EME) ...

Le dernière fois j'avais arrêter sur le constat que justement je faisais très peu d'EME en dehors des repas donc pour moi je n'en faisais pas... Et la coach m'avait dit que j'en faisais surement en fin de repas et que c'est pour cela que je mangeais trop...

Ce que je lis m'apporte beaucoup sur ce post... et j'espère que j'arriverai à gérer aussi bien que certaines et à manger que ce dont j'ai besoin par repas...

 

En tout cas bonne continuation et j'espère avoir une réponse du doc quand même...

A bientôt

 

liegama.
Ancien abonné

Bien que je recommence le programme et que j'avais l'impression d'avoir bien identifié ce qu'était une EME je me rends compte que je ne sais plus trop parfois, surtout quand elle se cache en milieu de repas. J'ai noté que quelques fois j'ai réussi à bien identifier la satiété et à la respecter sans EME. Mais souvent je crois que je mange également par habitude, habitude des portions, habitude des sensations en fin de repas. Par exemple ce matin, j'attends ma faim qui arriver vers 10H, alors que levée vers 8h (c'est mon jour de congé) et je mange 2 oeufs coque, 2 tranches de pain complet avec purée d'amande, 1 yaourt soja nature et 1 poignée de framboises, et deux tasses de thé vert. Je me sens bien après ce repas, mais je n'ai pas l'impression d'avoir ressenti la satiété, j'ai mangé tout ce qu'il y avait devant moi. 

Est-ce une EME? Comment faire pour mieux identifier si j'ai une EME ? 

Soazigou.
Abonné

Hello Liegama, je crois que ton approche  "cérébrale" et raisonnée sur le fait de manger, (et ce que tu manges) t'empêche de trouver la liberté et une forme de décontraction sur tout ça.

Je t'envoie un message sur MP dans les jours qui viennent, on pourra échanger et creuser si tu veux.

 

Bonne journée

S

Lavienrose.
Abonné
Signification de l'origine de qui dort dine! Cette expression est une devise issue du Moyen Âge. Les patrons des auberges n'acceptaient que les voyageurs qui venaient à la fois dormir et manger. Le slogan était " qui dort, dîne"! Moi franchement ça m'a changé la vie de connaître la vraie version lol !!
izabelle
Animatrice forum

je suis assez d'accord sur le fait de ne pas être cérébrale

en tous cas pour moi c'est ce qui fonctionne le mieux

et les habitudes, ma foi ce n'est pas une mauvaise chose si elles nous correspondent

par ex  moi le matin je prends toujours la même chose (j'aime toujours ça)   et comme à ce niveau là de la journée  tout est bien réglé,  quand je mange ça le matin, j'ai faim 4-5 heures plus tard soit pile avant l'heure du déjeuner

je n'ai pas l'impression non plus de ressentir la satiété  (mais manger n'est plus si important à la fin du petit dej c'est clair)

mais ce matin il se trouve que j'avais  "un peu plus" dans mon assiette,  donc j'ai croqué dans le truc en plus

et là j'ai senti par contre que c'était  "trop",  comme un stop violent dans mon corps

 

donc à mon sens si on ne sent pas la satiété ce n'est pas grave, vu que c'est une non-sensation....

 

le soir je m'aperçois que dès que je me mets un tant soit peu de "pression" pour finir à satiété, je pars en cacahouète

quand je ne me pose pas de questions, que je papote gentiment et que je déguste,  sans "chercher"  à absolument finir à satiété, ça se passe beaucoup mieux,  je finis par me désintéresser de la nourriture et voilà....  le truc ne m'intéresse plus

je n'ai aucune sensation physique à ce moment-là, juste le désintéret

 

pour moi la différence, c'est quand je VEUX absolument manger  à satiété pour "avoir perdu encore deux kilos avant l'été",  ça bloque tout, je me retrouve à manger plus au final.....

 

donc j'acquiese sur le truc du  "pas trop cérébral"  et Liegama, je crois que ce n'est pas la peine de toujours identifier si c'est une EME ou non,  si tu te sens bien après ce repas, c'st que c'st BIEN !!!!     et puis voilàwink

mavo.
Marraine
Hello liegama L'expérimentation sert aussi. À quelle heure as-tu eu faim après ce petit dej ? À une heure "normale" pour le repas suivant ? C'est quand même un des trucs magiques ici : si tu rates la satiété, pas grave, tu attends que la faim revienne...
liegama.
Ancien abonné

Merci pour vos commentaires qui m'ont beaucoup aidé je crois car j'ai réalisé (encore une fois!!!!) que oui je suis bien trop cérébrale mais surtout que j'abordais la satiété (et tout le reste de LC) dans un esprit perfectionniste : si je mange au delà de la satiété alors j'ai "râté". Cela n'entraîne pas toujours des EME dans la journée mais par la suite oui et surtout c'est l'état de tension intérieure qui me pourrit la vie. 

J'arrive pas bien à lâcher le cérébral vu que je fais cela depuis tellement longtemps. Mais ce matin je me suis fait quelques respirations avant de manger, j'ai constaté que oui j'avais vraiment faim (parce que parfois je sais pas non plus et ça me stresse alors de manger si je suis pas sûre d'avoir la "bonne" faim, encore une approche perfectionniste). Et je me suis juste dit : essaye de faire une micro pause au milieu du repas, pour voir si tu as encore faim. Résultat j'ai laissé ma seconde tartine que je mange d'habitude. 

J'ai du mal à être régulière dans mes repas, mes prises alimentaires varient beaucoup et du coup je sais pas trop m'appuyer sur combien de temps ça va me tenir. Parfois je me dis que j'ai pas faim le matin et je pars travailler mais 30 mn plus tard la faim arrive et j'attends encore un peu mais alors la collation que j'ai prise ne me suffit pas pour "tenir" jusqu'à midi et j'entre dans un cercle vicieux où je suis insatisfaite et frustrée de n'avoir pas pu prendre un vrai pdj, pas pris de plaisir à la collation et encore avoir faim avant midi et ça entraîne un reste de journée pas terrible. 
 

J'ai encore beaucoup beaucoup de voix dans ma tête qui me disent ce que je dois ou pas manger. Surtout quand je suis repartie (comme dernièrement) dans des façons de manger encore plus "régime". 

Merci Mavo de me rappeler que je peux toujours attendre que la faim revienne c'est un des trucs qui arrive à me détendre un peu. Et merci Isabelle de dire que c'est pas grave de pas sentir la satiété puisque c'est une non sensation. 

izabelle
Animatrice forum

je comprends que c'est assez inconfortable cette incertitude avec tes prises alimentaires qui varient beaucoup

tu cherches finalement à te "rassurer"  avec un genre de sésame  du rassasiement ou de la faim

genre si j'ai faim je peux y aller, j'ai droit,  si j'ai senti la satiété, j'ai "bien" fait, je ne m'angoisse plus

 

mais du coup ça te met beaucoup trop de pression sur ces sensations-là

moi quand je fais ça, ça ne fait que me détraquer, et je ne ressens plus rien du tout....

 

j'ai trouvé plus simple de me baser sur des habitudes : toujours le même petit-dej,  toujours ou presque le même déjeuner (avec qq variantes, mais très réduites)

sur cette base, je "sais"  en fait que j'ai assez mangé pour ne pas avoir faim jusqu'au repas suivant,  ce qui permet en qq sorte de ne pas avoir cette incertitude angoissante

mais à mon avis on peut faire mieux,  et accueuillir simplement l'incertitude quand elle se présente, revenir à son corps, simplement

 

le soir en revanche je sors de la routine

bizarrement je m'aperçois que sur certains plats très routiniers (parce que ma fille adore, comme les lasagnes)  j'ai beaucoup plus de facilité que sur des explorations ou autre

mais autant le midi je ne crains pas la routine, autant le soir, je n'aime pas ça

mais je me sens plus libre  vu que c'est le soir....

et aussi plus de besoin de réconfort bien évidemment parce que c'est le soir

 

 

je ne sais pas si tu détestes la routine, mais je trouve ça plus simple parfois, de se simplifier la vie et de ne pas trop s'en demander

perso je sais que si je mange 100g de pain à 7h du mat,  j'aurais faim à nouveau à 11h - 11h30,  donc je ne me prends pas la tête  et carréement je pèse mon pain, oui......

parce qu'avec 130g, je peux toujours courrir pour avoir faim à midi.....

je me facilite la vie avec ça le matin, mais il est évident que c'est surtout une facilité

 

ceci dit, je sens que maintenant j'arrive à me passer de la balance et je "sens" quand j'ai assez mangé

mais les jours où bon c 'est pas ça.... pam la balance, mange tes 100g de pain et n'embete pas ton monde avec tes prises de tête, voilà ce que je me dis.....

et si j'ai encore faim après 100g, bien sûr que j'en mange un peu plus......

mais le fait est que je suis assez bien calée sur mes habitudes   le matin et le midi

 

le soir c'est une autre histoire, mais vraiment pendant qq semaines je me suis mise la pression  (genre  "t'y es presque, si tu réussis le soir, tu vas fondre......")   eh bien c'était dramatique, j'ai repris un kilo à force.... que j'ai reperdu quand j'ai arrêté de me mettre tant de pression sur le respect des sensations

 

accepter le flou, l'incertitude, c'est ça qui me réussit le mieux

EleanorRigby.
Abonné

Merci à toutes pour vos partages d'expérience sur le sujet des EME en fin de repas.

Clairement, je mange rarement en dehors des repas, et quand je cède à une envie en dehors des repas, en ce moment, je peux me contenter de deux carrés de chocolat et attendre le repas suivant.

Par contre, la fin des repas est un enfer. J'ai l'impression de perdre tout contrôle. Et je comprend en vous lisant qu'en fait, j'essaye sans doute trop d'être dans le contrôle des quantités plutôt que dans l'écoute de moi. J'ai un peu tous les défauts : j'ai du mal à intégrer la RPC au quotidien, je mange vite, je finis toujours mes assiettes (éducation et je pense que j'ai peur de manquer)... Je vais vraiment essayer, au moins à un repas sur les deux au début, de prendre un peu plus mon temps.

En tout cas, merci à toutes ! Vous lire réconforte, et permet de comprendre un tas de mécanismes.

Noelle
Marraine

as tu essaye de prendre de plus petites assiettes, genre dinette pour adulte ? et de poser ta fourchette entre tes bouchées (pour ma part, je n'y suis pas arrivee, mais je sais que ça a marché pour de nombreuses LC!)

 

ou encore, de te preparer une jolie table, avec joile assiette, serviette, petit plateau, fleurs etc... genre je m'invite dans ma cuisine ou dans ma salle a manger ? et tu te prepares avec plaisir un plat que tu aimes

EleanorRigby.
Abonné

Noelle, pour moi la plus petite assiette, c'est un échec. Par contre, poser la fourchette est une vraie piste que je vais tâcher d'explorer.

Sinon je mange rarement seule et souvent au resto le midi donc je n'ai pas vraiment le choix de la présentation. Mais même dans les cas de figures où on se fait un petit diner sympa avec mon compagnon, j'ai l'impression d'engloutir en 3 minutes le contenu de mon assiette. J'ai un joli travail à faire sur moi pour passer de quelques minutes à une durée plus "acceptable".

Merci pour tes conseils !

izabelle
Animatrice forum

pour ma part, je prends maintenant le soir une assiette à dessert et c'est pas mal en ce qui me concerne

je m'aperçois que j'ai finalement très peu faim le soir, et que si je veux me garder de la place pour une douceur, j'ai intéret à juste "picorer" à peine du plat  (qui est souvent très peu élaboré)

c'est assez dur de changer ces réflexes de quantités qui se sont installés depuis mon enfance, avec mes parents qui se ressservent  deux fois de grosses assiettes (je n'ai pas hérité de leur métabolisme!!!)

mais je crois de plus en plus au  "peu à peu"  pour changer des habitudes tellement ancrées

ce soir j'ai parsemé qq gnocchis dans ma salade, je sais qu'intellectuellement je "bloque"  (surtout si je compte les calories, car ça fait peu au final), mais dans mon corps j'essaie de ressentir combien je suis bien nourri comme ça

j'ai aussi encore du mal à manger lentement, mais ça je crois que chez moi c'est irrécupérable

quoi que je fasse, je pense généralement à passer à autre chose.....  c'est terrible

même en vacances, je suis contente d'arriver, mais à peine arrivée je pense déjà à repartir....  bon ça tombe bien car je ne pars guère plus de 3 jours de suite en vacances  (ou alors une semaine, mais là c'est les graaaaandes vacances d'été   ;-)

Lavienrose.
Abonné
Je viens de comprendre un de mes mécanisme. Je ne mange pas assez en ce moment à midi et quand je vais chercher fillette à l'école, parler avec toutes ces mamans, qui veulent toutes dire un petit mot ça me sur stimule et la faim arrivant ... Je suis à cran à 17h30... Donc j'ai anticipé, on a mange dans le jardin façon pique nique sous le noyer. L'idée me paraissait excellente pour nous rafraîchir et me calmer... Mais, Ben voui y'a un Mais ;-) Fillette n'avait pas envie d'être zen comme moi, excitée de faire " une orgie" comme les romains (dixit fillette ) parlait parlait me racontait la bd d'astérix... Et me voilà partie en pilotage automatique : j'ai enfournée mon assiette de salade( tomate fera oignon concombre) en un temps record!!! Mais pourquoi ai-je fait ça????? J'ai la réponse: j'ai voulu me débarrasser de l'action de manger pour me concentrer sur l'inconfort que je ressentais!!! Ok!! Mais j'ai pas dégusté, j'en ai trop mangé, certes c'est de la salade, mais tel n'est pas mon pb ;-) Pourquoi n'ai-je pas arrêté de manger???? J'avais faim? Ok, mais après 3 bouchées je peux m'arrêter !!! Je suis contente de m'en être rendue compte, car c'est récurrent , c'est état de stress. Je vais essayer de faire une pause !!!! Respiration ou discussion !!! Et reprendre calmement quand j'aurais pu débrancher le pilotage automatique! Bon courage à nous!!!
izabelle
Animatrice forum

j'ai remarqué que c'est en effet très dur de déguster quand on est sous le coup d'un inconfort

parce que le fait de déguster, c'est comme la pleine conscience, c'est etre conscient

et quand on a de l'inconfort, on cherche plus à se calmer, s'anesthiser, bref, NE PAS avoir conscience

 

ton inconfort c'était l'excitation de ta fille?  ou le mot "orgie" qui peut-être réveillait des souvenirs douloureux.?

ou le reste de la sur-stimulation?

Patience
Marraine

Ou alors ton inconfort était un mélange de tout ça ?...

C'est vrai que c'est difficile, comme le dit izabelle, de déguster dans ces cas-là.
Personnellement, je m'en rends compte le soir. En ce moment je suis seule à la maison toute la journée. Alors quand Homme et Fiston rentrent le soir, je suis tellement excitée et stimulée par les échanges que j'avale mon repas en 3 bouchées :-(

Du coup, j'essaye de me recentrer sur le défi des 3 respirations 3 bouchées, en faisant au moins les 3 grandes respirations...

Au plaisir de te lire

Lavienrose.
Abonné
Oh l'orgie, c'est synonyme de manger alonger et j'adore ça évite à mes jambes de gonfler. La sur stimulation je l'ai sentie et le fait d'organiser notre repas dehors et plus tôt ça m'a apaisée. Mais la faim, la grande faim et le chahut,minime soit dit en passant, mais non je ne pouvais pas faire deux choses en même temps, ont tout déclenché. Bon je vais tester à midi: j'ai une grande faim et fillette mange ici
Haut de page 
X