J'ai craqué et je culpabilise à mort - 07022013

Ambre92.
Abonné

Groumpf groumpf groumpf, n'a va pas ce soir. Tout allait pourtant tellement bien, j'étais tellement fière et heureuse de ma journée et là...bim...j'ai trébuché.

De ce que je vois de mon comportement...je ne supporte pas la fatigue...et je suis très souvent fatiguée, même en dormant 8h par nuit, même en ayant un travail sédentaire. Mes analyses de sang étaient bonnes récement, pas de carences. Donc je ne sais pas trop d'où vient cette fatigue. Ce que je sais c'est que lorsque je rentre chez moi je n'ai qu'une envie, me faire un bon goûter et me poser.

La plupart du temps j'ai vraiment faim en rentrant du boulot, donc ça n'a pas posé problème. Sauf deux fois dont la dernière aujourd'hui où j'ai bien bien bien "EMEisé" lol

Goûter, sans faim. J'arrive à faire cette EME en version zen. Je me prépare ma petite assiette à dessert avec amour, un thé et je me pose. Je sais que j'en ai besoin de celle-ci. Je la veux. Je l'assume. Je me dis que j'attendrai que la faim revienne, ce soir..demain matin ? Mais deux heures plus tard j'ai le ventre qui tiraille un peu, je sais que c'est un miniscule début de faim mais ça m'insupporte. Je mange...je m'en veux...je dépasse ma limite, je suis lourde...je m'en veux...je vais à la cuisine, je fais des gâteaux pour mes collègues, je tape un peu dans tout ce qui me passe sous la main, le nutella, la pâte crue... Pas en grosse quantité, je pioche...mais c'est pas un comportement rationnel, je le vois bien...

Je sais qu'il n'y a pas mort d'homme, ça ira mieux demain. Mais je stress, je sais que demain matin je monterai sur la balance comme tous les jours avec la boule au ventre de savoir si ce craquage aura tué tout mes effort pour aller mieux. Intellectuellement je sais que non et que quelques grammes en plus ou même en moins ça ne compte pas...mais emotionnellement c'est une autre histoire :/

La question que je me pose c'est de savoir si mon analyse de cette EME est exacte. La fatigue, le besoin de réconfort après des journées de boulot que je n'aime pas dans le fond et pour me débarasser de la culpabilité de craquer, craquer un peu plus  ? (parfois je me demande où se trouve le bouton logique dans mon cerveau dans ces moments là XD)

Commentaires

Courtepatte.
Abonné

Pauvre Ambre92! On est des dizaines comme toi ici à craquer régulièrement - et si ça ne nous arrivait pas, on ne serait pas sur le site, d'ailleurs!

Ce n'est pas grave. Tu es toute nouvelle ici. Et même les gens ultra minces, ils se jettent parfois sur la nourriture, ou sur autre chose. On a tous besoin de réconfort. Et pas nécessairement pour des choses graves, mais juste pour les petites contrariétés de l'existence, le quotidien, les petits ennuis qui nous agacent comme un caillou dans la chaussure.

Et avec ton histoire, comment veux-tu faire autrement que ressentir une immense bouffée d'angoisse à l'idée du "verdict" de la balance? C'est inévitable. Tu n'as jamais appris que ça. Tu as vécu en permanence dans la peur de ce chiffre.

Et nous ne sommes pas dans le domaine de la logique, parce que la logique, c'est la restriction (la logique, c'est une diététicienne qui m'avait dit: "si vous avez envie de chocolat, prenez un abricot sec", ben oui, logique, rationnel, malin, mais inefficace, quand j'ai envie de chocolat, j'ai envie de chocolat et de rein d'autre).

Une petite phrase m'a frappée dans ton témoignage: "je vais à la cuisine, je fais des gâteaux pour mes collègues". Je me suis rendu compte personnellement au fil du temps que je faisais toujours des tas de choses pour les autres, et que dans un coin de ma tête, en fait, j'avais très envie que quelqu'un s'occupe de moi. C'était un genre de pensée magique, tu vois: "si tu es très gentille, si tu fais tout le temps du bien aux autres, il y a bien quelqu'un qui un jour s'occupera de toi". A côté de ça, j'ai beaucoup de mal à accepter qu'on s'occupe de moi, qu'on me fasse des cadeaux, même de simples compliments. C'est un processus compliqué qu'il va falloir que je creuse, je le sais bien. Tout est résumé dans ce que m'avait dit un de mes ex, à qui je reprochais avec amertume de ne jamais me dire qu'il m'aimait: "A quoi bon, m'avait-il répondu tristement; de toute façon, tu ne me crois pas..." Il soulignait quelque chose de très juste.

Se peut-il qu'il y ait de ça chez toi aussi? Une grande tendance à t'occuper des autres parce que tu as du mal à t'occuper de toi / à laisser les autres s'occuper de toi? Si oui, ça m'intéresserait drôlement qu'on échange un peu sur le sujet! Mais je suis peut-être tout à fait à côté de la plaque!

Quoi qu'il en soit, je t'envoie plein de douces pensées...

Mandala.
Abonné

Salut Ambre !

[quote=Ambre92]

je suis très souvent fatiguée, même en dormant 8h par nuit, même en ayant un travail sédentaire. Mes analyses de sang étaient bonnes récement, pas de carences. Donc je ne sais pas trop d'où vient cette fatigue. 

[/quote]

Juste une piste, pour ce que ça vaut : fais-tu de l'exercice physique ? J'ai remarqué (et c'est prouvé par ailleurs) que faire un peu de sport redonne de l'énergie... Comme toi j'ai un travail sédentaire et je dors beaucoup, et quand je suis fatiguée quand même, je sais que c'est parce qu'il faut que je bouge. C'est presque miraculeux tellement c'est efficace.

Bonne continuation en tout cas,

Mandala

didil.
Abonné

[quote=Courtepatte]

Une grande tendance à t'occuper des autres parce que tu as du mal à t'occuper de toi / à laisser les autres s'occuper de toi?

[/quote]

Ambre, je rejoins Courtepatte, à ceci près que ton histoire est hors du commun et a justement nécessité plus que pour beaucoup d'entre nous l'aide des autres. Je me demande s'il ne t'aurait pas fallu te faire du mal à l'extrême pour qu'enfin on s'occupe de toi ?

Quant à ta fatigue, elle peut aussi être liée à ton angoisse de ne pas réussir à régler ton problème avec la nourriture.

Je te souhaite bon courage. Nous sommes toutes là pour nous entraider, pour t'aider.

Ambre92.
Abonné

Coucou les filles et merci pour vos réponse !

Le sport et moi on est très très très fâché depuis le collège. L'année dernière je m'étais remise à la piscine car c'est vraiment le seul sport que je tolère psychologiquement mais pinaise !  Qu'il est difficile de dégager suffisament de temps pour cette activité ! La piscine que je fréquentais a fermé et doit rouvrir à la fin du mois, je pense me réinscrire avec mon homme et m'organiser pour y aller (sans me mettre la pression si je ne suis pas un monstre de régularité non plus, car c'est ce que j'ai tendance à faire, après je culpa et après j'abandonne, je me connais lol).

Pour le reste, je pense que ma situation est un poil différente. En fait, je ne pense pas avoir été une personne en demande d'attention mais plutôt une personne qui suppliait qu'on s'intéresse à elle pour autre chose que pour son poids. Parce que "Ambre l'enfant, la jeune femme, la femme obèse qu'il faut mettre au régime", comme définition ça va bien 5 minutes. D'ailleurs, quand j'étais gamine je m'inventais des problèmes de santé ou bien je faisais en sorte d'en avoir (me jeter de quelques marches pour me blesser ou essayé de me tordre un orteil ou inventer des maux de tête ou bien même faire semblant d'être myope (et finalement je l'ai vraiment été lol) )

Donc vous voyez, de l'attention on m'en a toujours beaucoup porté. Parents, amis, médecins. Mais toujours parce que j'avais un problème de poids et qu'il fallait le régler, qu'il fallait me surveiller.

Je n'étais plus moi, j'étais un problème.

Aujourd'hui tout ceci est derrière moi. Je suis aimé, choyé. Je suis moi-même autant que faire se peut. Je garde pas mal d'amertume mais je me soigne et j'essaye de ne pas être trop dure dans me jugements et mes critiques car je sais que si je suis comme ça c'est pour me protéger de la dureté et des critiques du monde mais que ce comportement n'a plus de raisons d'être non plus. Bref, je me soigne ! ^^

Ma fatigue a peut être quelque chose de psychologique, aujourd'hui je commence la pleine conscience. Me reconnecter à mon corps et à mes sensations je pense que ça va m'aider à mieux gérer l'inconfort physique et émotionel, je l'espère de tout coeur en tout cas ! Merci infiniment pour votre aide.

izabelle
Animatrice forum

je suis très touchée Ambre, parce que dans ta description de ta soirée, on dirait moi.... exactement pareil

 

donc je te comprends

la seule chose que je peux te dire c'est qu'aujourd'hui, à l'heure fatidique (17h30)....où je rentre de chercher ma fille, et où avant j'avais cette fatigue, ce besoin de goûter......

je n'ai plus besoin de goûter.......

c'est juste plus là.........

 

par contre j'essaie d'être plus vigilante sur mon besoin de repos et de m'accorder par exemple une pause canapé devant un truc drôle (pas de prise de tête)

c'est comme si mon besoin de détente s'était dissocié de la nourriture........

 

donc oui, je pense que ta fatigue est surtout psychologique, que tes EME du soir sont tout ce qu'il y a de plus classique et je sais pour l'avoir vécu que c'est pénible!!!!!!

mais la bonne nouvelle : dans le programme tu as ici une étape "fin de journée" qui m'a perso beaucoup apporté sur ce plan là....

 

 

le petit conseil que je peux te donner, c'est quand tu rentres, de l'énoncer à voix haute :  "j'ai envie de me détendre, de me reposer de ma journée"  et puis respirer un petit peu

si tu as une EME, observe-là une minute,  elle est là par réflexe, parce que tu as associé la nourriture à la détente....  n'essaies pas de combattre mais d'accueillir

tu peux aussi dire à voix haute   :  "j'ai envie de manger un goûter pour me détendre" et puis laisser un peu cette pensée résonner

 

cela pour quoi?    briser les automatismes

 

ensuite tu choisis de manger ou non ce goûter, de réduire peut-être un peu la quantité en dégustant plus longuement

ça peut être un quart de carré de chocolat que tu dégustes si lentement, en puisant tout le réconfort qu'il te procure

 

l'avantage étant que cela ne te coupe pas l'appétit pour le diner.... c'est tout, parce que là je te comprends...  certes on se dit : bon il suffit d'attendre la faim, mais cette attente est un peu pénible parce qu'il y a une petite faim et que l'on picore sans satisfaction.....

 

voilà j'espère t'avoir donné quelques clé avec mon expérience

izabelle
Animatrice forum

et aussi, j'ai tendance à faire aussi beaucoup de gâteaux pour les autres, d'ailleurs ils me les réclament

 

et puis un jour je me suis aperçue que je faisais ces gâteaux pour être "acceptée" dans le groupe

depuis je m'efforce de ne pas en faire systématiquement....  c'est dur encore je dois dire, j'aime tellement quand on me remercie pour mes gâteaux

mais cela m'a aidé de ne plus en faire systématiquement, à me dire que j'avais de la valeur même si je ne faisais pas de gâteaux et c'était le cas, mes amis m'aiment tout autant quand je leur apporte uniquement ma présence!

Ambre92.
Abonné

C'est vrai, j'ai tellement relié la nourriture au réconfort après une longue et dure journée (je ne fais pas ce que j'aime, je refoule ma frustration constamment)

Du coup pas étonnant ces EME de fin de journée, j'ai hâte de voir la partie du programme qui s'en occupe. En attendant je vais suivre tes conseils Izabelle, merci beaucoup.

Pour les gâteaux, à la limite rien que le fait d'en faire est compulsif, j'aime trop ça lol. Après, le problème, c'est de ne pas en manger soi-même sans avoir faim. C'est du boulot ! ^^

izabelle
Animatrice forum

moi j'adore aussi faire des gateaux pour la prouesse technique....  et alors il faut goûter pour savoir si c'est bon!!!!

c'est pour ça que j'en fais moins, quand même, j'ai pas de collègues non plus alors ça limite les occasions.....  j'en fais quand je vais en stage,  et là j'en un lundi, je suis en train de me forcer à ne pas faire un gateau, c'est très dur, petite bataille dans ma tête....

biz

didil.
Abonné

[quote=Ambre92]

En fait, je ne pense pas avoir été une personne en demande d'attention mais plutôt une personne qui suppliait qu'on s'intéresse à elle pour autre chose que pour son poids. Parce que "Ambre l'enfant, la jeune femme, la femme obèse qu'il faut mettre au régime", comme définition ça va bien 5 minutes. D'ailleurs, quand j'étais gamine je m'inventais des problèmes de santé ou bien je faisais en sorte d'en avoir (me jeter de quelques marches pour me blesser ou essayé de me tordre un orteil ou inventer des maux de tête ou bien même faire semblant d'être myope (et finalement je l'ai vraiment été lol) )

[/quote]

Eh oui, Ambre ! Ce que tu dis là est fondamental. Il faut vraiment que tu travailles dessus : la petite fille en toi réclame encore que l'on s'intéresse à elle tandis que la jeune femme voudrait s'affranchir de ce désir.

Ambre92.
Abonné

Iza, le fait de batailler pour pas en faire c'est pas trop frustrant ? J'ai du mal à supporter émotionnellement de ne pas faire quelque chose :/ J'ai du boulot hein ! lol

 

Didil je ne sais pas si c'est de l'attention ou plutôt de la reconnaissance que la petite fille réclame, mais j'y travaille ;-)

didil.
Abonné

Est-ce qu'attention et reconnaissance en vont pas de pair dans ce contexte ?

izabelle
Animatrice forum

oui c'est dur, ça me fait violence,  alors des fois je me dis :  "même si tu ne fais pas de gâteaux, tu seras aimée et appréciée par le groupe"

ou du moins restée connectée avec mon envie d'être aimée par le groupe, envie naturelle, qui a le droit d'être là, je la "laisse" être  sans pour autant la contenter en faisant des gateaux alors que je n'ai pas le temps (même si ça prend 5 minutes pour un gateau au choc, mais moi cela ne me satisfait pas en terme de réalisation culinaire)

je fais encore des gateaux, hein, mais pas à chaque fois.....

 

moi j'ai eu beaucoup d'attention dans mon enfance, et encore aujourd'hui, mais c'est effectivement le besoin de reconnaissance de mes compétences et de mes idées, que je n'ai jamais eu de mon père, que je "recherche désespérément"....   enfin maintenant que j'ai conscience de cela, cela me prend beaucoup moins le chou, bien entendu...

Ambre92.
Abonné

Didil, ma réponse sera exactement la même que Iza et la même raison avec le père d'ailleurs.... ;-) Mais après une bonne thérapie, ça ne me prend plus la tête comme avant non plus, je gère beaucoup mieux cette émotion, de mieux en mieux.

Pour les gâteaux Iza, ça m'intrigue, je crois qu'on a un autre point commun là. Trop facile le gâteau au choc, il faut au moins qu'il ait un truc en plus ou de la déco qui tue lol

izabelle
Animatrice forum

et oui, la déco qui tue, là je suis d'accord

j'ai même acheté des dizaines de caissettes à cupcake alors que n'en raffole pas (et donc je n'en ai jamais fait)

 

mon prochain trip, comme Fred m'a aidé à faire marcher mon épluche-pommes, ce sont des pommes en spirales pochées dans du sirop de vanille, avec un caramel ou un streusel, et autre chose, je ne sais pas... la réflexion est en cours.....

 

 

 

en patisserie j'assume mon perfectionnisme, surtout dans l'équilibre des saveurs... n'en déplaise à Gérard Apfeldorfer, je ne servirais JAMAIS un gateau brulé  (par contre je veux bien laisser la maison en bazar, pas de souci....smiley)

Ambre92.
Abonné

Alors là je suis mdr. Noel dernier, je devais faire une des bûches pour le repas de famille...j'ai râté mon dessert, genre grave, genre effondrement... Pour moi il était hors de question de servir ça à table. J'ai du subir les reflexions comme quoi c'était très bon et qu'on s'en fout de la tête que ça a...

Mais ça va pas la tête ?!? XDDD

Bon finalement j'en ai fait des verrines plutôt sympa, merci Conticini pour votre invention ! ^^

Pour les cupcakes, les seuls que j'aime sont ceux sans crème au beurre, je déteste la crème au beurre. Et là pour la saint valentin je vais faire des cupcakes en forme de coeurs avec une couverture chocolat blanc valrhona qui sera teiné en rouge et de la dentelle en sucre :D (oui oui, une folle de pâtisserie vrai de vrai XD)

Il faudra en tout cas nous mettre la recette des tes pommes pochées sur le forum, ça m'intéresse moi ;)

Et pour en revenir aux craquages qui énervent, rebelotte ce soir. Au delà de ma satiété, pas vraiment faim en me mettant à table, compulsion en faisant à manger. Pour le goûté j'avais vraiment faim donc je culpabilise pas, c'est après que ça s'est corsé :/

izabelle
Animatrice forum

moi aussi je n'aime pas la crème au beurre, ni tout ce qui est très riche en général...  ça m'écoeure

pour la saint valentin, j'ai rien prévu!!!  complètement zappé ma foi....

il faut dire que mon chéri, bien au contraire aime les desserts très riches

je crois qu'il n'a pas le même métabolisme que moi  smiley

 

ne t'inquiète pas pour cette EME, cela t'arrivera encore beaucoup, ce qui est important c'est d'ensuite attendre ta faim suivante

c'est que j'ai fait lundi, mardi....  et observer un peu ce que je ressens....

 

pour les trucs qui s'effrondrent, c'est un running gag avec mon homme, quand il m'a connu tous mes desserts s'effondraient (j'adore les entremets)...

depuis j'ai appris à maîtriser l'agar-agar....

charlotteveutvivre.
Abonné

Bonjour Ambre,

une petite réaction par rapport à la fatigue que tu éprouves... POur ma part, plus je mange, plus je suis fatiguée, moins j'ai envie de faire de choses, moins j'en fais, plus je me sens nulle, plus je culpabilise d'être incapable, plus j'ai envie de manger, plus je mange, etc...Mais quand je peux rentrer dans un cercle vertueux dans lequel je mange moins, j'ai davantage d'énergie, donc je réalise plus de choses, donc je reprends confiance en moi, je me trouve pas si nulle, j'ai envie de faire davantage de choses au lieu de manger, etc. Voilà, un petit éclairage sur mon fonctionnement qui te permettra peut-être de comprendre des choses...

Bonne soirée

Ambre92.
Abonné

N'empêche que c'est chiant d'attendre la faim suivante alors que je me faisais une joie par avance de mon petit dej du WE (celui où je m'autorise le beurre, non pas parce que je suis dans un quelconque régime, mais parce que sinon il me fait faire des hypoglycémies quelques heures plus tard et que je préfère ne pas en faire quand je suis au boulot, chez moi et donc le WE je peux gérer ou boulot entre deux rdv ça le fait pas du tout ;-) )

Bon, tant pis pour moi, il faudra que j'attende et en fait c'est un bon exercice parce que je ne suis pas sûre finalement d'avoir faim tous les matins pour un petit dèj :)

Charlotte, merci pour ta réponse, je pense que je comprend le principe des cercles vertueux ou vicieux. On en a tous mais pour ma part, j'aimerais sortir de mes cercles quels qu'ils soient parce que j'ai l'impression qu'un jugement sur soi reste un jugement. Positif ou négatif. Et je suis bien plus fatiguée de me juger constamment et d'être influencé dans mes comportements par ces jugements que fatiguée tout court ^^

Je sais pas si je suis très clair là en fait :/

Bon, je vais reprendre un carnet découverte, ça m'aide à prendre un peu de hauteur sur ma journée en fait et encore merci pour tout vos précieux conseils, vraiment je parcours le forum et c'est du bonheur de vous lire !

izabelle
Animatrice forum

oui Ambre tu as raison pour le jugement, même les positifs il ne faut pas trop courrir après, parce que les choses changent et le mieux c'est encore d'être soi, en dehors de tout jugement

mais je pense que Charlotte parlait surtout de 'passer à l'action'  ce qui est positif en tous les cas....   c'est vrai qu'en étant actif, on sort justement de ce cerveau qui tourne en rond et qui juge dans tous les sens...

 

sur que c'est chiant d'attendre la faim suivante, mais ton petit déjeuner sera là aussi dimanche....  ou alors demain si tu veux tu peux prendre ton pain et ton beurre au déjeuner et te faire un genre brunch, pourquoi pas? avec un oeuf??

non là je me donne faim..... mais ça attendra le petit dej

au fait, j'ai oublié de faire du pain!   merci Ambre grâce à toi je vais mettre en route la machine à pain et ne pas me retrouver devant des visages déconfits au petit matin....

Nasha1965.
Ancien abonné

Bonjour!

Moi aussi, il m'arrive souvent d'avoir des EME en fin de journée : je fais une séance de RPC et du coup, plus envie de manger !

Pour ce qui est du petit-déjeuner, je n'en prend plus : juste un bol de thé puis je transforme mon déjeuner en petit-déjeuner quand je suis chez moi. Evidemment au travail, c'est plus compliqué ! cela me permet d'attendre la vrai faim !

Je suis d'accord avec toi, Izabelle, et il faut vraiment être tolérante avec soi et être patiente ! Rome ne s'est pas faite en un jour ! Nous sommes là pour apprendre comme "le bébé qui apprend à marcher, il tombe quelques fois puis un jour se lance ! "

J'aime assez cette image !

Ce qui compte : ce n'est pas le poids mais le rapport à la nourriture qui va changer petit à petit !

Amicalement !

Natacha

liegama.
Ancien abonné

Ambre je me reconnais dans ta demande que l'on s'intéresse à toi pour autre chose qu'une définition/ qu'un label (Ambre l'enfant, Ambre la jeune femme obèse). Quoi de plus normal, nous aspirons tous à être aimé pour ce que nous sommes au fond, pas pour ce que nous faisons ou une image.

Personnellement j'ai tellement besoin d'être aimée pour ce que je suis et tellement peur du rejet que j'ai fini par m'autosaboter. J'ai envie qu'on me dise que l'on m'aime mais dès qu'on me le dit (mon mari par exemple) je repousse, je n'accueille pas, je n'y crois pas.

J'ai compris dernièrement, en apprenant à accueillir l'amour de mon mari que mon incapacité à recevoir cet amour toutes ces années était liée à ma peur de l'émotion que j'allais ressentir. La première fois que j'ai accueilli les mots d'amour de mon mari, une énorme vague d'émotion m'a submergée, j'ai pleuré comme je n'avais jamais pleuré, des sanglots profonds qui me secouaient le corps. Sur le moment je n'ai pas bien compris quelle était cette émotion mais j'ai essayé de la vivre. Ca a duré longtemps, je me suis autorisée à pleurer le temps dont j'avais besoin. Une fois que c'est passé, j'ai réalisé que j'avais peur de mourir de cette émotion que je venais de ressentir, j'avais peur d'être emportée dans un puit sans fond de tristesse d'où je n'arriverais pas à sortir. J'ai réalisé que c'est cette peur qui m'a fait forger une forteresse autour de mon coeur afin de m'assurer que jamais au grand jamais je ne ressentirai cette peine immense. Du coup j'ai passé mon temps à consolider ma forteresse (tout ceci inconsciemment) au lieu d'accueillir l'amour quand il se présentait. A chaque fois que mon homme me témoignait de la tendresse ou de l'amour, (et encore souvent maintenant) ma première impulsion était de le repousser car cela me touche, transperce ma forteresse et atteint cette partie en moi vulnérable et fragile. J'ai souvent et longtemps préférer le sentiment de contrôle à ce sentiment de vulnérabilité. Je me protège encore souvent mais j'apprends peu à peu à m'ouvrir à l'amour, aux compliments des autres. Car j'ai noté qu'à chaque fois que je n'accueille pas cela, je suis comme un peu en manque. Je passe mon temps à rechercher cet amour et cette reconnaissance mais cela n'est jamais assez et quand il se présente je ne m'en nourris pas. C'est comme quand je mange de la glace sans faim, par culpabilité, je ne peux pas me réconforter avec, tous les pots du monde ne suffiront pas tant que je n'arrive pas à m'en nourrir vraiment. La pleine conscience m'aide à m'ouvrir dans tous les sens du terme. Si je mange de la glace quand j'en ai envie, en la dégustant en ouvrant mes sens, en me laissant submerger par le plaisir de la sensation dans ma bouche, sur ma langue, dans ma gorge, dans mon ventre alors je n'ai pas besoin de tout le pot pour me sentir nourrie, quelques bouchées suffiront. De la même manière je pense que si j'ouvre mon coeur quand on me dit qu'on m'aime, si je me laisse toucher par cet amour, ressentir la douce chaleur, apprécier les bras qui m'entourent, laisser entrer la douceur des mots qui me sont dits, alors je n'ai plus besoin d'axer toute mon énergie à chercher sans relâche de l'amour, et je peux m'apaiser.

liegama.
Ancien abonné

 

Je sais pas pourquoi j'arrivais pas à envoyer le commentaire mais maintenant je vois qu'il apparait.

Ambre92.
Abonné

C'est beau Liegama, c'est très beau ce que tu as écrit. Et tellement vrai. Je ne sais pas pourquoi les émotions, ce que nous ressentons, peut nous faire tellement peur. Vive les déblocages ! 

Mandala.
Abonné

Liegama, ton témoignage est magnifique et très éclairant ! Bravo et merci !

izabelle
Animatrice forum

oui merci!!

j'aime quand tu as plus de temps et que tu viens poster ainsi sur le forum!!!

liegama.
Ancien abonné

Merci de votre accueil, j'avoue avoir parfois peur de me livrer autant, c'est très nouveau pour moi qui ai l'habitude d'être dans le bluff et le show. Je n'ai jamais été autant moi même que sur ces forums. J'ai encore peur d'être rejetée et jugée mais jusqu'ici l'accueil et la chaleur humaine que je ressens sur ces forums m'aide énormément. Alors un grand merci.

Sylvie75.
Abonné

Oui, Liegama, merci de te livrer, je ne te connais pas dans le bluff et le show, mais dans la sincérité, tu es excellente ! :)

Avec mon mari, nous échangeons beaucoup de tendresse et d'amour depuis 4 ans que nous sommes ensemble.

Et ça ne me fait pas peur.

Ce qui me fait peur parfois, c'est quand je me balade et que je rumine, de me dire "S'il mourait, je serais dévastée, totalement dévastée."

S'il me quittait, ben oui, il peut cesser de m'aimer bien entendu... ça ferait bobo, mais beaucoup moins, car ça signifierait aussitôt "Notre immense amour blablabla, c'était que des histoires sirupeuses que l'on se racontait, on se bourrait le mou". Ca ferait mal, mais je m'en remettrais. J'ai déjà vécu ça une fois, l'homme avec qui je me vois vieillir qui me dit "Stop, on arrête. J'en ai marre."

Mais s'il mourait, mon mari, il en faudrait de la pleine conscience pour faire mon deuil de ce que la vie m'a donné de meilleur ! Mais bon, je ne serais pas la première à devoir passer par là bien sûr. Quand on sait que la moyenne des femmes vit 8 ans de plus que les hommes, il est évident que les femmes doivent statistiquement se préparer à faire de bonnes veuves. :)

Liegama, tu n'as pas ce genre d'angoisse toi quand tu te protèges des sentiments ?

liegama.
Ancien abonné

Tu m'as fait sourire Sylvie car ta description de ta peur de perdre ton mari ressemble beaucoup à la mienne. J'ai tout a fait ce genre d'angoisses. Je pense que d'autres l'ont également. Je me souviens d'un passage d'un livre de Geneen Roth qui avouait avoir parfois envie que son mari meurt pour en finir avec la souffrance d'anticiper la douleur de sa mort (si c'est pas tordue ça !). 

Je vis avec mon mari (on s'est installé ensemble 3 semaines après notre rencontre) depuis bientôt 13 ans et j'ai passé les 10 premières années à me protéger de la douleur potentielle de le perdre en testant son amour entre autres. Aujourd'hui je "rumine" beaucoup moins qu'avant et je suis beaucoup plus dans le présent à profiter, ce qui me rend bien plus heureuse. J'ai l'impression d'avoir enfin réussi à "sauter le pas", à prendre le risque de me donner entièrement, totalement, irrémédiablement et donc à potentiellement faire face à un anéantissement total de ma personne s'il venait à mourir. Mais le sentiment d'être comblée est tellement plus formidable maintenant que celui d'avoir tout le temps peur d'être blessée.

Il m'arrive encore parfois d'avoir ce genre de peur, quand par exemple il est injoignable depuis une heure alors qu'on a RV qq part. Je me fais assez vite des scénarios catastrophes en tête que j'ai du mal à endiguer. 

Tant que ce n'est pas trop régulier, ça ne me dérange pas d'avoir ces angoisses mais si ça devenait quotidien ou même hebdomadaire alors j'essaierai de faire de la RPC d'accueil de ces émotions.

majoma.
Abonné

hier ma soeur m'invite pour une raclette, impossile de ne pas venir, je me dis je vais tenir le coup résultat : 6 tranches de raclette au moins, 4 grosses pommes de terre, 4 boules de glace 4 gateaux secs : le soir 2 pommes et du thé au lait

ce matin lundi je m'oblige à monter sur la balance : : çà va ! 400 g de plus,  que je peux perdre en 2 jours en faisant le programme weight watchers ( eh oui il me faut un cadre autrement le moral flanche ) quelque part je suis un peu rassurée, si avec tout ce que j'ai mangé il n'y a que 400 g de plus, celà ME prouve qu'il y a une certaine stabilisation; en effet je suis passée en 2 ans de 80 à 63 kgs  en 2006 sans reprise de poids plus importante que 2 kgs;

ceci AMbRE pour te dire qu'il y a de l'espoir mais au prix d'un contrôle journalier pour nous qui avons fait le yoyo;

izabelle
Animatrice forum

majoma,

le but de cette méthode, ici, justement un peu différente de ww à ce niveau là, est de ne plus avoir besoin de ce "contrôle"

bien sûr c'est plus dur

mais le contrôle, on ne peut pas l'exercer tout le temps, et plus ça va, plus on en a ras le bol....

 

de plus, il n'est pas utile, puisque le corps nous donne toutes les informations dont nous avons besoin pour nous maintenir à notre poids d'équilibre

après un bon repas convivial, on écoute sa faim, qui devient moins forte, et donc on mange moins, les apports énergétiques du repas sont dépensés naturellement, sans effort, sans contrôle, juste en étant "raccord" avec ses sensations alimentaires

bien sûr ce n'est pas évident au début de les ré-écouter et surtout leur faire confiance, déjà les discerner!!!!

mais c'est tout l'intérêt de cette méthode, qui fait que justement, on n'est pas dans le controle permanent, mais dans la régulation naturelle, sans forcer

bien entendu, le travail sur les EME est souvent nécessaire pour ne plus mélanger la faim, la vraie, et les envies de manger sans faim qui viennent parfois chambouler cette belle mécanique....

Ambre92.
Abonné

Ouh là, surtout qu'on ne me parle pas de contrôle sinon je vais me refaire des EME en pagaille XD Merci Iza pour ta réponse zen et diplomatique et pédagogique  ( je sais pas faire moi ^^)

FRED73
Marraine
Majoma, le soir tu as mangé 2 pommes et bien un thé au lait parce que tu n'avais pas faim ou pour ne pas prendre de poids? Avec linecoaching on ne calcule pas ce que l'on mange on apprend à se laisser guider par les sensations de notre corps. Tu peux manger une raclette sans prendre de poids si tu la mange quand tu as une bonne faim et si tu t'arrêtes de manger quand la faim a disparu. Ce n'est pas facile mais la méthode va t'y aider. Bon courage et à bientôt sur le forum.
liegama.
Ancien abonné

Majoma je confirme qu'il y a de l'espoir mais pas du tout au prix d'un contrôle journalier comme tu le dis, mais plutôt à la condition de nous écouter, de nous respecter, de respecter notre sensation de faim, de sasiété, nos envies d'aliments, de nous faire plaisir, d'être douce et bienveillantes envers nous mêmes et bien d'autres choses que tu découvriras à travers ce programme révolutionnaire qui est à l'opposé des régimes. Courage à toi sur ce chemin de découverte de la méthode et de toi même j'espère.

Enchantra.
Abonné
Un mois de programme et je m'apaisais ... Cette après-midi en rentrant (tard) du travail j'avais tellement faim que j'ai mangé de une part vite et trop. Et ça ne pas m'a pas empêché de manger l'après midi du sucré... Sans faim... Parce que j'ai un nouveau job et j'ai à peine eu le temps de être formée que ma responsable part en vacances donc la peur de le planter faire une bêtise qu'elle ne me garde pas après la période d'essai.... Bref. J'ai oublié la pleine conscience ... Faut dire jài du mal avec elle... Je culpabilise car un mois et rien ne se passe niveau poids alors je ne m'empêcher de dire que ce sera pire.... Résultat je ne mange pas ce soir, je n'ai pas faim... Piouuuuu le chemin est encore long je crois.....
Noelle
Marraine

et bien, peut etre que si on t'a proposé ce nouveau job , c'est parceque tu as les competences qui vont avec??? et si ta boss est partie, elle pense que tu peux assurer!

et puis, craquer , ça arrive a tout le monde, et ça arrive aussi que ça prenne du temps pour perdre du poids, nous sommes tres différentes, avec des histoires différentes!

bon courage, que la force soit avec toi, comme dirait maitre Yoda

Amritaa.
Abonné

J'admire la constance que nous avons face à nos fonctionnements. On ne se pardonne pas le moindre écart n'est ce pas ? Et vlan t'es nulle, et vlan on peut pas compter sur toi, et vlan tu n'y arriveras jamais, et vlan comment peut on te faire confiance, veux tu mon fouet ? Je rigole mais c'est facile vu d'en face

 

Tu ne manges pas ce soir car tu n'as pas faim ? et bien voilà !!! c'est super. En fait tu as compris qu'on n'est pas linéaire, parfait tout le temps, si la perfection existe sur cette terre (interrogeons nous sérieusement à ce sujet) et que ô miracle, notre corps sait compenser !!!!!!!! génial ! on peut lui faire confiance.

 

Donc peut être que ce matin si tu as écouté ta faim tu as pris un petit déjeuner léger en prévoyant une collation pour la matinée, au cas où........

 

Donc reviens à la pleine conscience à faire TOUS LES JOURS, c'est ce que j'apprends

 

Je viens de démarrer, enfin il y a un mois donc j'apprends mais franchement quelle joie cette pratique

Enchantra.
Abonné
Merci. Oui c'est dur de garder le cap et de rester motivée malgré ça ... Heureusement que le forum est la ! Merci !
Enchantra.
Abonné
[quote=Amritaa]

J'admire la constance que nous avons face à nos fonctionnements. On ne se pardonne pas le moindre écart n'est ce pas ? Et vlan t'es nulle, et vlan on peut pas compter sur toi, et vlan tu n'y arriveras jamais, et vlan comment peut on te faire confiance, veux tu mon fouet ? Je rigole mais c'est facile vu d'en face

 

Tu ne manges pas ce soir car tu n'as pas faim ? et bien voilà !!! c'est super. En fait tu as compris qu'on n'est pas linéaire, parfait tout le temps, si la perfection existe sur cette terre (interrogeons nous sérieusement à ce sujet) et que ô miracle, notre corps sait compenser !!!!!!!! génial ! on peut lui faire confiance.

 

Donc peut être que ce matin si tu as écouté ta faim tu as pris un petit déjeuner léger en prévoyant une collation pour la matinée, au cas où........

 

Donc reviens à la pleine conscience à faire TOUS LES JOURS, c'est ce que j'apprends

 

Je viens de démarrer, enfin il y a un mois donc j'apprends mais franchement quelle joie cette pratique

[/quote] Pareil un mois de programme mais moi j'ai du mal avec la pleine conscience. J'essaie déjà le matin et le soir de me concentrer sur la respiration et je me dis que je finirai bien par y adhérer ....
Amritaa.
Abonné

J'ai déjà fait ce programme l'an dernier enfin fait est un bien grand mot car j'ai jeté l'éponge car trop perturbée par ce que j'apprenais sans doute. Il faut laisser le temps de la maturation, ne pas vouloir "avaler" le programme comme on avale un mauvais médicament en espérant tout régler d'un coup de baguette magique, car là on se trompe

 

Cette fois ci je crois avoir intégrer que j'ai un allié et non un ennemi à mes côtés, sachant que mon pire ennemi c'est moi et ça j'en suis convaincue

 

Si tu as des inquiétudes, contacte la coach par mail et tu pourras même avoir un rdv téléphonique et ça fait un bien fou

 

Ce qui m'a étonné dans ton histoire c'est ton "j'ai tout fait bien pendant un mois" suivi de "j'ai râté ma journée d'hier, tout est mort, je suis nulle". Wouaouh ! tout ça pour une journée sans ? Je suppose qu'il faut revenir sur la façon dont tu as vécu ce mois mais là je ne suis pas non plus coach donc je te laisse chercher la réponse par toi même

 

Tu vas y arriver comme nous toutes,même si ça n'est pas forcément comme tu le voudrais

Enchantra.
Abonné
Merci. Je suis trop exigeante et c'est vrai que je veux tout vite et bien... Or là il faut du temps... Je suis apaisée de remanger de tout même si côté balance ça indique pas ce que je veux... Je me dis que c'est déjà positif. Mais y'a des jours avec et des jours sans. Les coach doivent être en vacances car je n'ai pas les réponses...!! Je me dis que Ça viendra avec le temps... Je me concentre sur le programme en essayant d'attendre ma faim à chaque fois. et j'essaie d'intégrer doucement la Rpc, de manger de plus en plus doucement. Je le dis qu'à force tout deviendra des réflexes. La encore je voudrais trouver ma satiété pour manger moins mais c'est pas encore le cas. Courage et patience. Mais au fond pars des années de je fais attention, régimes, mange ci pas ça, fais 3 repas et en grignote pas je ne peux pas en un moi avoir guérri mon comportement alimentaire! Merci à vous toutes
Boueni.
Abonné
Hihi Amritaa tu m'as fait bien rire "et vlan veux tu mon fouet"! Tu as raison, on est vraiment pas tendre avec nous-mêmes... Enchantra, je crois que ton expérience c'est un peu le fonctionnement du "tout ou rien". Tu as fait tout bien pendant un mois, et au moindre petit dérapage, c'est la panique! Amritaa à raison, ne retiens pas ton craquage mais bien le mois d'effort que tu as fait avant! Je fonctionne comme toi. Pendant longtemps, j'ai entamé des régimes stricts, je m'interdisais le moindre écart, il fallait que tout soit "parfait". Évidemment à chaque fois, au bout de quelques semaines, je craquais..je culpabilisais à mort, ça me déstabilisait complètement, et j'étais incapable de me "reprendre". Du coup après une période "exemplaire", il m'arrivait de manger sans faim pendant des semaines!...le tout ou rien quoi! Essaie vraiment vraiment de te laisser guider par ta sensation de faim. Il me paraît essentiel, après un craquage, de réussir à "négocier" le lendemain, plutôt que culpabiliser et entrer dans la spirale du "foutu pour foutu autant manger". Je suis sur linecoaching depuis presque un mois, et c'est ce que je retiens pour mon propre cas. Concernant la RPC, moi aussi j'ai du mal à m'y mettre, mais pour l'instant je persévère, je pense que ça ne vient pas du jour au lendemain, alors accroche toi! Courage!
Amritaa.
Abonné

[quote=Enchantra]Merci. Je suis trop exigeante et c'est vrai que je veux tout vite et bien... Or là il faut du temps... Je suis apaisée de remanger de tout même si côté balance ça indique pas ce que je veux... Je me dis que c'est déjà positif. Mais y'a des jours avec et des jours sans. Les coach doivent être en vacances car je n'ai pas les réponses...!! Je me dis que Ça viendra avec le temps... Je me concentre sur le programme en essayant d'attendre ma faim à chaque fois. et j'essaie d'intégrer doucement la Rpc, de manger de plus en plus doucement. Je le dis qu'à force tout deviendra des réflexes. La encore je voudrais trouver ma satiété pour manger moins mais c'est pas encore le cas. Courage et patience. Mais au fond pars des années de je fais attention, régimes, mange ci pas ça, fais 3 repas et en grignote pas je ne peux pas en un moi avoir guérri mon comportement alimentaire! Merci à vous toutes[/quote]

 

Nos exigences nous jouent de vilains tours, elles nous maintiennent dans un état de stress tout à fait propice à la prise de poids en plus.

 

Je vais tenter d'éviter de trop me concentrer sur le programme mais c'est vrai que ce midi, ma famille est arrivée et comme ils sont là plusieurs jours je me dis que je vais devoir corriger le tir car là oui j'ai envie de manger parce que je suis très contente....... Dingue mais c'est aussi une EME !!!

 

J'ai commencé à grossir vraiment le jour où j'ai écouté tous ces conseils à la con, désolée je pourrai dire à la noix mais non ce sont vraiment des conseils de cons même

 

As tu eu une réponse de la coach ??

Amritaa.
Abonné

[quote=Boueni]Hihi Amritaa tu m'as fait bien rire "et vlan veux tu mon fouet"! Tu as raison, on est vraiment pas tendre avec nous-mêmes... Enchantra, je crois que ton expérience c'est un peu le fonctionnement du "tout ou rien". Tu as fait tout bien pendant un mois, et au moindre petit dérapage, c'est la panique! Amritaa à raison, ne retiens pas ton craquage mais bien le mois d'effort que tu as fait avant! Je fonctionne comme toi. Pendant longtemps, j'ai entamé des régimes stricts, je m'interdisais le moindre écart, il fallait que tout soit "parfait". Évidemment à chaque fois, au bout de quelques semaines, je craquais..je culpabilisais à mort, ça me déstabilisait complètement, et j'étais incapable de me "reprendre". Du coup après une période "exemplaire", il m'arrivait de manger sans faim pendant des semaines!...le tout ou rien quoi! Essaie vraiment vraiment de te laisser guider par ta sensation de faim. Il me paraît essentiel, après un craquage, de réussir à "négocier" le lendemain, plutôt que culpabiliser et entrer dans la spirale du "foutu pour foutu autant manger". Je suis sur linecoaching depuis presque un mois, et c'est ce que je retiens pour mon propre cas. Concernant la RPC, moi aussi j'ai du mal à m'y mettre, mais pour l'instant je persévère, je pense que ça ne vient pas du jour au lendemain, alors accroche toi! Courage![/quote]

 

Boueni tu es déjà plein de bons conseils et je crois comme toi que ça ne viendra pas du jour au lendemain. IL faut corriger des années d'errance

Enchantra.
Abonné
Oui elle me dit que si mon poids stagne plus ou moins à un kilo près alors que je remange de tout c'est déjà bon signe après avoir fait des grimes restrictifs. À écouter toujours ma faims c'est bien. Le plus dur comme dit c'est la dégustation, renouer avec les aliments et le rete, la satiété viendra avec le temps. J'ai quand même bcp moins dème donc elle trouve ça positif. Du coup je pars en week tranquillou !
Amritaa.
Abonné

C'est effectivement très positif ! bon week end à toi, j'espère que la météo sera clémente, ici ça repart au mauvais

Haut de page 
X