Les envies de manger émotionnelles et le surpoids

Voici les résultats de l'enquête réalisée par Nutrinet Santé sur le lien entre les envies de manger émotionnelles et le surpoids.

La chercheuse Sandrine Péneau, maître de conférences en nutrition à l'université Paris 13, a suivi pendant 4 ans plus de 35 000 adultes par le biais de questionnaires annuels, dans l’objectif de mesurer la tendance à manger sous le coup de l’émotion. Ce qu’on appelle depuis, tellement de personnes s’y sont reconnues, « manger ses émotions », ou encore les « kilos émotionnels ».


Cette étude sur l’alimentation émotionnelle a montré que :

  • les femmes ont davantage tendance à manger sous le coup de l'émotion : 20% d'hommes et 52% de femmes indiquent une forte émotionalité alimentaire. 
  • manger sous le coup de l'émotion est plus fréquent chez les personnes au régime : 70% des personnes suivant un régime, 60% des personnes ayant fait un régime dans le passé, pour moins de 40% pour celles qui n'ont jamais suivi de régime.
  • être sujet à la compulsion alimentaire émotionnelle est un facteur de risque de surpoids : 57% des compulsifs sont en surpoids. 


Les situations psychologiques favorisant cette tendance à la compulsion : 

  • être ou se sentir seul
  • être ou se sentir nerveux
  • être déprimé


Les personnes qui se tournent vers la nourriture pour se sentir mieux privilégient des aliments très caloriques de type gâteaux, sucreries, chocolat ou chips, dont elles font au final une plus grande consommation que la moyenne.


Sources : Sandrine Péneau, Estelle Ménard, Caroline Méjean, France Bellisle et Serge Hercberg, Gender and dieting modify the association between emotional eating and weight status, American Journal of Clinical Nutrition, Avril 2013
Cohorte NutriNet Santé - grande étude d’observation des comportements alimentaires lancée depuis 2009 et basée avec des enquêtes en ligne avec un suivi sur 10 ans.

 

 

Haut de page 
X