Les nourritures spirituelles :) - 08032013

HelloMe.
Abonné

Petit titre légèrement provocateur, mais je vois que cette partie du forum est de toute façon assez peu visitée... à mon avis l'idée d'aliment du bonheur est très transgressive pour les régimeuses, et je crois que c'est à la toute fin de la méthode LC qu'on se sentira à l'aise avec cette idée d'aliment que l'on mange pour se réconforter MAIS sans compulsion.

Mais si je parle de nourritures spirituelle c'est pour un peu rebondir sur ce que je viens le dire dans l'autre post sur les aliments du bonheur. Liegama tu parlais de ta sensation de deuil de l'aliment réconfort, et du coup de cette sensation de vide face à la vie.

Personnellement, ça fait un moment que j'ai mis le doigt sur un problème qui je crois me pousse à manger : je me remplis précisément parce que je me sens vide, sans ENVIE. Je n'ai jamais eu envie de rien POUR MOI, je ne sais m'occuper que des autres.

Et depuis quelques mois, et surtout depuis LC, j'apprend à regarder en moi, à réfléchir àce qui me plait vraiment. Et j'ai commencé à trouver, et cette toute nouvelle nourriture que j'appelle ici SPIRITUELLE est tellement meilleure, tellement plus infiniement bonne. Par exemple, j'ai débuté le chant dans un groupe, ça fait des années que je me dis que j'aimerais bien chanter, mais je n'ai jamais franchi le pas, peur de chanter en public notamment. Eh bien j'ai commencé et cela me rend tellement heureuse ! En fait jusqu'ici je me disais que je ne pouvais pas, que j'étais trop agée, que je ne finirai pas ce projet donc autant ne pas le débuter, je me comparais à des amis qui sont professionnels, je me sentais indigne, nulle...

Tout ça pour vous dire, je crois, que c'est une piste très précieuse à mon avis : la recherche d'un autre plaisir, mais un plaisir personnel , unique, celui qui nous fait vibrer. Pas un plaisir standar au chocolat, à la crème glacée. Non, quelque chose qui nous grandit, nous porte au dessus du quotidien.

Je vous embrasse, et j'aimerais bien qu'on se parle de nos plaisirs autres que la nourriture :)

Commentaires

AMRITA.
Abonné
Hellome merci beaucoup pour cette analyse très pertinente. je m'en imprègne et je reviendrais partager mes cheminements.
lorraine
Marraine

Merci beaucoup de ton post HelloMe smiley

 

Et oui à travers LC nous nous occupons de nous et pour peu que nous arrivons à changer notre regard sur nous (souvent négatif) et à approfondir notre connaissance de nous...C'est que du bénef ! smiley

Et c'est aussi pour tout cela que je trouve la méthode LC formidable, ça dépasse "le cadre rapport à la nourriture", c'est un travail sur soi, gagner en intimité avec soi même

 

 

quand je parle de" bienveillance à son égard" c'est aussi à ce genre de gentillesses (s'écouter) envers soi que je pense

ou dit autrement

C'est -apprendre si ce n'est pas acquis- savoir repérer ses envies , ses besoins et les respecter (se sentir digne de ses envies)

ou dit autrement

C'est -apprendre si ce n'est pas acquis- croire en soi et en ses capacités (et ne pas se juger, se critiquer)

 

 

Oui, et c'est trouver du plaisir ou/et  du réconfort ailleurs que dans la nourriture

Me concernant, en dehors des activités ou je suis actrice (yoga, natation, groupe de méditation...) j'aime me nourrir et me faire du bien en allant à des spectacles comme dernièrement le ballet du lac des cygnes, cirque misère et prochainement artiste lisant et chantant les textes de Prévert, le cinéma aussi

 

Voilà ce qu'il en est de mes plaisirs autres que la nourriture.........smiley

 

lorraine
Marraine

Merci beaucoup de ton post HelloMe smiley

 

Et oui à travers LC nous nous occupons de nous et pour peu que nous arrivons à changer notre regard sur nous (souvent négatif) et à approfondir notre connaissance de nous...C'est que du bénef ! smiley

Et c'est aussi pour tout cela que je trouve la méthode LC formidable, ça dépasse "le cadre rapport à la nourriture", c'est un travail sur soi, gagner en intimité avec soi même

 

 

quand je parle de" bienveillance à son égard" c'est aussi à ce genre de gentillesses (s'écouter) envers soi que je pense

ou dit autrement

C'est -apprendre si ce n'est pas acquis- savoir repérer ses envies , ses besoins et les respecter (se sentir digne de ses envies)

ou dit autrement

C'est -apprendre si ce n'est pas acquis- croire en soi et en ses capacités (et ne pas se juger, se critiquer)

 

 

Oui, et c'est trouver du plaisir ou/et  du réconfort ailleurs que dans la nourriture

Me concernant, en dehors des activités ou je suis actrice (yoga, natation, groupe de méditation...) j'aime me nourrir et me faire du bien en allant à des spectacles comme dernièrement le ballet du lac des cygnes, cirque misère et prochainement artiste lisant et chantant les textes de Prévert, le cinéma aussi

 

Voilà ce qu'il en est de mes plaisirs autres que la nourriture.........smiley

Lorraine

Courtepatte.
Abonné

[quote=HelloMe]

Je n'ai jamais eu envie de rien POUR MOI, je ne sais m'occuper que des autres.

Et depuis quelques mois, et surtout depuis LC, j'apprend à regarder en moi, à réfléchir àce qui me plait vraiment. Et j'ai commencé à trouver, et cette toute nouvelle nourriture que j'appelle ici SPIRITUELLE est tellement meilleure, tellement plus infiniement bonne.

[/quote]

Comme je me retrouve dans ta première phrase citée, moi aussi toujours sur le pont pour aider les autres et toujours à me faire passer au dernier plan!

Et comme la suite me réconforte, car je n'en suis pas encore là, mais que tu aies réussi à faire ce chemin prouve qu'il existe et qu'il est praticable, alors ce soir, où je n'ai particulièrement pas le moral, te lire me faire infiniment du bien (oui, je sais, HelloMe, tu voudrais justement arrêter de t'occuper des autres, j'avais compris, mais bon, que veux-tu, on ne se refait pas en un jour wink)

Merci, merci!

Nasha1965.
Ancien abonné

Pour moi c'est pareil LC m'a apporté un autre regard sur moi et maintenant j'ai envie que l'on me respecte et prendre ma place au travail ! Ne pas faire ce que l'es autres ne veulent pas où être corvéable à volonté ! Je veux pouvoir exprimer mes pensées et mes idées ! Je veux exister !

Je lis beaucoup sur le développement personnel !

Pour ce qui est des loisirs : j'aime le cinéma, la lecture, le théâtre mais je ne sors pas beaucoup ! J'ai des amis peintres qui ont un atelier près de chez moi : la peinture m'a toujours interessée mais j'ai peur de me lancer alors qu'ils m'encouragent à le faire ! Vos posts me donnent envie de me lancer....

Ce programme est vraiment merveilleux ! Encore Merci à LC !

Bon week-end à tous !

Amicalement

Natacha

Ps : j'oubliais : je fais parti d'un club d'écriture et ça aussi ce n'est que du bonheur !

HelloMe.
Abonné

ça me fait super plaisir de vous lire et surtout plaisir de parler aussi d'aurte chose que d'EME sur ce post :)

Un atelier d'écriture, racontes, ça a l'air passionnant !

tiramisu.
Abonné

Hello Hellome,

Comme ton billet me fait plaisir et me rassure d'une certaine manière...je crois que tu as mis le doigt sur quelque chose de fondamental.Finalement,ce n'est pas le poids qui est un problème,mais ce qu'on en fait: est-ce qu'on décide qu'il faut le vivre comme quelque chose destinée à nous pourrir la vie ou alors est-ce qu'on essaie d'en faire une opportunité pour mieux comprendre qui nous sommes et vivre plus pleinement ?

Je me considérerai comme "guérie" le jour où mon poids me sera devenu totalement indifférent, ce qui ne signifie pas indifférence à l'égard de mon corps, mais conviction que je ne suis pas mon poids, je suis autre chose de beaucoup plus intéressant et complexe, mélange de sensations physiques, d'émotions,sentiments et réflexions.

Et en ce moment, pour me faire plaisir, parce que j'aime bouger, je teste la marche nordique. Trop cool les bâtons! Et ça, c'est aussi le résultat d'un travail sur le corps et l'apparence entamé à travers LC.Jusqu'à présent je trouvais qu'on avait l'air con avec ces bâtons, que c'était un truc pour mémères,mais si ça me fait du bien et que j'ai du plaisir, pourquoi devrais-je m'en priver en raison de préjugés débiles sur l'apparence (les mêmes dont on nous a bassiné depuis notre enfance et qu'on pourrait résumer à "t'es grosse donc t'es pas intéressante") ?

HelloMe.
Abonné

Oui je sais que ds mon cas j'ai un peu cumulé les handicaps "parentaux" : ma mère me disait toujours qu'il ne fallait aps faire si c'était pour faire à moitié, ou mal. Mon père encore pire a toujorsu considéré que le loisir c'était "mal", qu'on ne devait aps dépenser d'argent pour se faire plaisir... une vieille éducation imprégnée de morale mal comprise, d'années chez les jésuites... tout cela a certainement mené à mon grand vide intérieur. Je sais que je me suis souvent dit qu'on me demandait de maigrir pour vivre mieux, mais que mon problème premier était que je ne voyais pas l'intérêt de vivre tout court ! Sans pour autant être suicidaire ni officiellement dépressive pour autant...

Que ce site est merveilleux pour moi, je suis tellement heureuse de croiser le chemin de personnes qui ont aussi vécu les mêmes ressentis, ça fait un bien fou :D

La marche nordique, j'ai une amie qui a aussi décidé de s'y mettre, même si ça paraît bizarre : et elle adore aussi ! Tu sais que j'y ai pensé du coup ?

mamzelzoï.
Abonné

HelloMe, Tiramisu : la marche nordique, j'adore!! Et moi non plus, j'en ai rien à cirer si on me trouve l'air idiot avec mes batons. Je traverse mon village sans honte du tout, toute contente de prendre l'air, de me faire du bien, de faire du sport.

Non, ce n'est pas un sport de mémère, on dépense plus de calories qu'en footing, ça fait travailler 80% des muscles du corps... Euh d'ailleurs j'ai 33 ans et suis relativement sportive! Il faut absolument s'échauffer (j'ai testé à froid : mouvements bien moins naturels, et douleurs musculaires), et ne pas lésiner pour avoir de bons batons (70% de carbone sinon gare aux tendinites).

Ce matin je suis partie faire mes 7km (terrain vallonné) : j'ai mis 1heure, sans forcer! Il y a quelques semaines je mettais 1h15 et finissais fatiguée : comme quoi ça remet vraiment en forme!! Sans aucun traumatisme pour les articulations.

Tout bénef j'vous dis!!

Sinon, actuellement, mes nourritures spirituelles sont: le yoga, et la musique. Je suis super d'accord sur le fait qu'il est important de trouver des plaisirs "nourrissants" autres que la nourriture! Ou, pour le dire autrement, nourrir son âme...

HelloMe.
Abonné

et le yoga, tu fais du "dynamique" ou du relaxant ? j'avais pensé en faire mais je ne savais pas vers quelle pratique aller

mamzelzoï.
Abonné

Euh, je ne sais pas... J'ai un livre Larousse du yoga, petit et très bien fait. Les postures présentées sont à peu près les mêmes que celles de mon cours de yoga hebdomadaire. Ce n'est pas un cours à visée relaxante, siplement on fait les postures selon ses propres limites physiques, il n'est pas question de faire mieux que celui d'à-côté, c'est en douceur mais c'est un travail profond du corps. On termine par 15-20 minutes de méditation-respiration.

Quand je pratique seule, en fait, je le fais sur 15-20 minutes. Si c'est le matin, je fais 10 à 12 salutations au soleil : après on se sent bien, dynamique. Si c'est le soir, je fais des postures qui détendent.

mamzelzoï.
Abonné

Euh, je ne sais pas... J'ai un livre Larousse du yoga, petit et très bien fait. Les postures présentées sont à peu près les mêmes que celles de mon cours de yoga hebdomadaire. Ce n'est pas un cours à visée relaxante, siplement on fait les postures selon ses propres limites physiques, il n'est pas question de faire mieux que celui d'à-côté, c'est en douceur mais c'est un travail profond du corps. On termine par 15-20 minutes de méditation-respiration.

Quand je pratique seule, en fait, je le fais sur 15-20 minutes. Si c'est le matin, je fais 10 à 12 salutations au soleil : après on se sent bien, dynamique. Si c'est le soir, je fais des postures qui détendent.

HelloMe.
Abonné

tu connais un bon site qui présente ces exercices par hasard ?

mamzelzoï.
Abonné

Hééé non, désolée... mais peut-être que quelqu'un d'autre sur LC oui?

tiramisu.
Abonné

Merci pour le partage sur la marche nordique ! Je rentre de mon deuxième cours et je me retrouve tout à fait dans tes propos, mamzelzoï ! et pour le yoga, je suis à présent un cours, mais j'ai pratiqué pendant très longtemps en solitaire à l'aide d'un bouquin intitulé "Le yoga, guide complet et progressif" aux éditions Robert Laffont.Je suis sûre que tu en trouves d'autres tout aussi intéressants sans problème en libraire ou en bibliothèque, hellome.

Et au rayon des nourritures spirituelles, je vous conseille "Alceste en bicyclette", un film qui joue assez subtilement avec le  Misanthrope de Molière, avec Fabrice Lucchini...j'aime ce type!

tiramisu.
Abonné

Merci pour le partage sur la marche nordique ! Je rentre de mon deuxième cours et je me retrouve tout à fait dans tes propos, mamzelzoï ! et pour le yoga, je suis à présent un cours, mais j'ai pratiqué pendant très longtemps en solitaire à l'aide d'un bouquin intitulé "Le yoga, guide complet et progressif" aux éditions Robert Laffont.Je suis sûre que tu en trouves d'autres tout aussi intéressants sans problème en libraire ou en bibliothèque, hellome.

Et au rayon des nourritures spirituelles, je vous conseille "Alceste en bicyclette", un film qui joue assez subtilement avec le  Misanthrope de Molière, avec Fabrice Lucchini...j'aime ce type!

Daan.
Abonné

En ce qui me concerne, j'ai l'impression qu'une bonne part de mon problème réside dans la nécessité de trouver des ou une nourriture spirituelle afin de combler le vide que je bouche en mangeant et en fuyant une réalité un peu trop terre à terre.

Tout est dans l'autorisation qu'on se donne, et je pense qu'on est nombreuses ici à penser qu'il y atoujours des choses prioritaires à faire avant de faire des choses considérées come inutiles mais qui en fait sont essentielles, et celles qui auront comptées au bout de notre vie.

Pour celles qui savent ce qu'elles voudraient faire, comme toi, Nasha, la peinture, mais je dis foncez !

Mon problème à moi, c'est que je ne sais pas. J'ai des envies qui tournent en bouclent mais je suis incapable de me décider. Entre ce que je crois qu'on attends de moi et les contraintes de la vie de tous les jours, j'ai toujours dans un coin de la tête que je voudrais faire quelque chose de créatif, mais je remet toujours à demain.

Mais au moins, si je savais me décider pour UNE chose, ce serais déjà une avancée, mais je n'y arrive pas. Je ne sais pas si je veux me lancer dans la photo, le dessin, l'écriture, la cuisine. Mais il y a une bonne part de ces hésitations qui sont dues au fait que je me crois obligée d'être utile quand même et de sevrir à ma famille, de ne pas gâcher du temps inutilement en futilité. Dessiner par exemple m'apparait comme une activité pour les enfants. Je me dis alors que je pourrais être créative en cuisine, ce qui "servirait" en même temps à quelque chose, alors que je n'aime pas vraiment ça. Et tout ça tourne en boucle et je ne sais pas me décider.

La seule chose que j'aime et que j'arrive à faire parce que ça a la connaotation d'utile aussi, c'est du sport.

Je cherche sur internet des trucs sur le sens de la vie, je lis Russ Harris qui parle de vie pleine de sens, mais j'ai toujours ce sentiment de vide.

izabelle
Animatrice forum

As-tu fait le genre d'exercices, genre à 80 ans ce que les autres disent de vous, ou alors  dans 5 ans vous repensez à ce qui vient de s'écouler et si tout s'était super hyper bien passé qu'auriez vous fait??

 

pour moi ce qui me nourrit c'est surtout la musique, à écouter, à jouer et à chanter, et aussi voir mes plantes pousser

HelloMe.
Abonné

@Daan : tu aprles de dessin en premier, tente le coup ! La cuisine ça ne te dit rien dans le fond, tu l'exprime toi même. En fait, lache cette culpabilité, dis toi que c'est médical, il faut que tu te fasses du bien au moral sinon tu n'arriveras pas à maigrir :) C'est un peu une boutade, mais je pense que c'est une des clefs.

@Izabelle : moi aussi je regarde mes plantes pousser sur ma terrasse (je vis en pleine ville) et je les prends en photo tous les deux jours :p une obsédée des plantouilles. J'adore ça, je suis même fascinée par la nature qui se développe, s'étend, prend des formes parfois surprenantes. C'est dire si je l'attend de pied ferme moi, ce printemps !

Daan.
Abonné
Oui, j'ai fait ces exercices. Et ce qui compte, je l'ai plus ou moins : profiter de la vie avec mon mari, de tout ce qui est fun (jeux, films, voyages...). Travailler ma zénitude aussi est très important pour moi, commencer à VIVRE au lieu d'avoir peur en permanence. Il y a une chose que je ne peux pas avoir, c'est être en contact avec des animaux, mais bon, on ne peux pas tout avoir, donc je fais avec ce que j'ai (je profite des chiens des voisins ! :-) Mais au final, le résultat (dans 80 ans, dans 5 ans etc...) ça donne que c'est bien d'avoir une vie cool, avec ses proches, sans stress (pas dans le sens confort mais dans le sens où j'arrive à gérer mon anxiété généralisée), et de profiter de ce qui compte, MAIS jai toujours à la fin ce sentiment d'un fil conducteur qui manque, une "identité". Et ça, même avec ces exercices, je ne trouve pas ce que c'est. Je m'en "fabrique", ou m'en "prévois, parce qu'il y a pas mal de truc intéressant sur cette terre, mais je ne sais jamais si c'est ça, ou le truc d'à côté. Mon mari pense que je me prends la tête et que je devrais vivre et attendre de voir ce qui survient. Ca rejoindrais un peu l'ACT et la pleine conscience, vivre l'ici et maintenant et pas dans des élucubrations futures. Mais j'ai du mal à lâcher prise, parce que la vie est ternie par ce sentiment. Les gens passionnés par un domaine voient leur vie à travers cette passion et ça éclaire tout, il me semble. Alors que moi, je ne trouve pas de raison excitante de me lever le matin, pour schématiser. En tout cas le bouquin de Russ Harris a déjà dégrossi pas mal de truc dans mon cas, mais mon cas est lourd ! '-) !
Daan.
Abonné
Merci HelloMe. C'est vrai, il faudrait que j'essaie, au moins, et que je m'impose du temps pour moi en parfaite inutilité...ou plutôt utilité médicale ! Je crois que j'ai toujours voulu dessiner, et que cette activité pour moi a été refoulée depuis petite. Après tout, autant faire un petit quelque chose tous les jours plutôt que se poser des questions sans fin.
HelloMe.
Abonné

tu sais j'ai une amie qui a commencé l'aquarelle à 55 ans et elle ne savait même pas dessiner ! Une amie qui était peintre luia monrté et elle a appris. tout s'apprend ! Fonce, cherche un cours, un prof particulier, n'importe, demandes à ce qu'on te l'offre, fais toi ce cadeau :)

Pour reprendre ce que tu disais, moi aussi je me suis toujorsu sentie "vide", même si les gens ne me voit pas du tout comme ça. Ils pensent que j'ai une personnalité très riche. Mais moi non, j'ai tjs un sentiment de ne pas avoir envie de vivre. Et de prendre le temps de débuter quelque chose de nouveau, juste pour moi, ça m'apporte tellement ! J'espère que tu vas aussi commencer à chercher. JE crois d'ailleurs que 1000 choses peuvent nous plaire et que toutes les connaissances/Activités humaines sont reliables entre elles, ne pense pas trop "cloisonné". Il n'y a ainsi pas de regret à avoir de commencer quelque chose et pas autre chose. Tout est art finalement, tout est créativité.

Plein de bises, et merci de partager tes réflexions, ça me parle beaucoup et me fait me sentir moins seule :)

Mandala.
Abonné

Bonjour les filles et merci pour ce fil de discussion très intéressant. Je me permets de vous signaler que le même genre de problématique a été discuté il y a quelque mois ailleurs sur le forum (//www.linecoaching.com/content/cest-quoi-ce-sentiment-de-vide). Vous y trouverez sûrement des interventions utiles d'autres linecoachées et du docteur Apfeldorfer.

Je vous souhaite à toutes de trouver vos nourritures spirituelles. Pour ma part j'ai la chance de faire le métier de mes rêves et combiner cela à la pratique de la pleine conscience, c'est juste top ! L'impression d'une vie qui a du sens, même si c'est pas facile tous les jours !

Amicalement

Daan.
Abonné
C'est une super idée ce non cloisonnement, ça permet d'avancer sans regret effectivement, car si on se trompe de voie, ce qu'on a appris est utile pour le reste. Je crois que ça va m'aider. Mandala, Russ Harris explique bien qu'une vie pleine de sens n'est pas necessairement confortable. Parfois c'est plus facile de rester dans la zone de confort, mais on le paye par le vide et l'ennui. Donc ...il faut que je me secoue un peu pour avancer !
Daan.
Abonné
Et merci à toi aussi HelloMe pour ce post, qui est une question fondamentale pour moi. Et pour tout dire, Mandala, le post que tu cites : //www.linecoaching.com/content/cest-quoi-ce-sentiment-de-vide C'est moi qui l'ai initié, car j'étais Cara avant (et encore avant Nicci) Comme quoi je tourne vraiment en boucle sur le même sujet, et ça ne date pas d'hier ! Mais grace à LC, et au travail fait ici, j'ai vraiment évolué et je commence vraiment à définir ce que je veux.
Mandala.
Abonné

Alors là tu me scotches Daan !

Bon courage à toi dans ton cheminement, il y a quelque chose à creuser si cette question te turlupines autant. Alors oui, sors de ta zone de confort !! Fais des trucs fous, fais n'importe quoi, mais continue de chercher !

Ambre92.
Abonné

C'est fou, tous les jours je tombe sur un fil de discussion du forum qui fait tilt, des réponses qui font me dire "ah mais moi aussi je ressens exactement la même chose" et ce que je prenais pour un problème unique est en fait partagé. Alors ça me réconforte, car des réponses de personnes plus avancées que moi dans leur reflexion éclairent ma route et pour ça je vous dis merci les filles. Cette fameuse zone de confort vide de sens et ennuyeuse...est-ce que j'arriverai à la quitter ? J'ai toujours été une grande zappeuse en terme d'activité, toujours envie de mille et une chose, commencé une centaine et jamais rien terminé. Et surtout l'impression de rester vide à l'intérieur, qu'il y a quelque chose qui me manque. Je vais lire l'autre fil de discussion. Encore une fois, merci.

izabelle
Animatrice forum

ce qui m'avait secoué, moi grande adepte du confort, trop grande adepte, c'est cette expression utilisée dans le livre de Harris  où il nous dit que la zone de confort, c'est la zone  "où on passe à côté de sa vie"

ça m'a parlé.....   même si bien sûr ça reste difficile d'en sortir, au moins j'ai envie!!

Violette28.
Abonné

Tout pareil que vous les filles, ce sujet résonne en moi!!!!

Je vous lis beaucoup, même si je n'écris pas souvent.

Parfois, j'ai peur:  Que me restera-t-il si je n'ai plus mes EME de 16h, et mes ruminations quotidiennes pour me tenir compagnie? L'ennui? La solitude?

En ce moment, je me sers de l'excuse de ma fille: elle est trop petite, et mon conjoint n'est pas souvent présent pour prendre le relais, donc je ne m'inscris pas au cours de zumba qui me fait tellement envie et me ferait tant de bien!

Mais ce n'est qu'une excuse pour rendre les autres responsables du "non sens" de ma vie, car avant sa naissance, j'en ai fait des activités, sans persévérer non plus:

Du modern jazz, de la salsa et du zouk, du dessin, du piano, du footing, de la natation, du judo, de la danse classique....

Comme j'envie aussi ces personnes qui vivent une passion, et je ne trouve pas la mienne!! Grrr!!!!!

Meme après avoir lu Russ Harris, c'est encore difficile pour moi de trouver quelles sont mes valeurs.....

Croyez-vous qu'on peut être épanoui, même si on ne trouve jamais SA passion?

Je vis dans un petit hameau perdu au milieu des champs, c'est génial pour le calme, pour aller marcher avec avec ma fille (elle adore!!). Mais ma famille est loin, et je ne vois pas beaucoup mes amis. Et j'aimerais reprendre des activités et des loisirs.

Daan, tu cherches toujours le côté "utile" dans tes idées de loisirs. De mon côté, pour le moment, le quotidien, la famille, le ménage, le boulot... Tout passe avant mon bien-être, parce qu'il "faut" le faire....

Mais j'ai aussi cette intime conviction qu'il faut que je fasse un truc complètement inutile. Non seulement, ça me ferait un bien fou, mais j'ai envie que ma fille ait une maman qui s'épanouisse dans autre chose que la maison. Je suis un être complet, et même si ma fille et mon conjoint sont le centre de ma vie, ça ne peut que faire du bien à tout le monde que j'ai d'autres centres d'intéret que ces deux-là!!!! ;-)

Pour que mon conjoint puisse vivre sa propre passion sans que je lui reproche constamment, que ma fille ne se sente pas un jour étouffée par moi, et que moi-même je me sente libre dans ma vie de maman, d'épouse et de femme!!

Que c'est compliqué!!!! ;-)

Merci pour ce fil de discussion et pour toutes vos réponses. comme le dit Ambre, c'est génial de lire les questionnements de chacune, ainsi que vos réflexions, qui m'apportent, à chaque fois, des petits bouts de réponses sur moi-même!!!

Bonne journée à toutes!

Violette

HelloMe.
Abonné

"Pour que mon conjoint puisse vivre sa propre passion sans que je lui reproche constamment, que ma fille ne se sente pas un jour étouffée par moi, et que moi-même je me sente libre dans ma vie de maman, d'épouse et de femme!!"

 

C'est tellement ça ! MOi aussi j'ai eu l'impresison à un moment d'être la femme un peu geignade, qui avait envie qu'on s'occupe d'elle, qu'on l'occupe même, alors que mon mari est quelqu'un qui a plein de centres d'intérêts...

Et je me suis dit à un moment que j'étais capable de m'apporter moi même mon bonheur, je ne suis ni faible ni morte :p je me cachais en fait le fait que je n'avais tout bonnement pas ENVIE de faire quelque chose pour moi. J'étais peut être aussi jalouse des mille idées dem n mari pour s'occuper, là où moi je m'ennuiyais sec.

Perso je suis féministe en plus, ce qui me rendait la situation encore plus intenable. Je ne comprenais pas pourquoi je me mettais dans ce rôle de râleuse qui gâche la joie de son partenaire au lieu d'être une force de proposition positive, au lieu de développer MON univers. J'ai lu un texte très intéressant à ce sujet, il semble que ce soit une façon de se venger d'être si souvent oubliée, utilisée à faire les tâches ménagères et le reste. Du coup, on en veut aux autres, surtout à son conjoint, et on devient quelqu'un d'aigri qui empêche l'autre de vivre sa vie. Car en fait, on pense qu'il vit sa vie à nos dépends. Même si dans mon cas, je ne me le disais pas vraiment, il est certain que je lui reprochais de ne pas faire le minimum et d'avoir tout le temps en revanche pour ses loisirs.

Mais je me suis aperçue que même si on me le donnait à moi , ce temps, je n'en ferais rien !

Alors je me suis pas mal remise en question, et j'ai aussi décidé consciemment de quitter ce rôle de victime de la famille, de la maternité etc. pour reprendre la voie de mes envies.

Comme tu l'as dit, pour être honnête, moi aussi ça m'arrangeait ce rôle de râleuse qui ne fait rien de ses loisirs. Ca permet de ne pas se remettre en question et d'être pro-active dans sa vie. Maintenant, j'ose demander du temps pour moi, je dis non plus souvent, je sollicite, et j'assume :p parce qu'il faut bien le dire les femmes sont éduquées pour être attentionnées, aimantes avec les hommes et les autres en général. Donc si on a trop bien intégré le schéma ça revient à se sacrifier à la carrière du conjoint, à la réussite de ses enfants etc. (et avec le sourire en plus !)

Donc in fine, je pense que ce n'est pas tout à fait de notre faute et qu'il faut surtout démonter le schéma pour mieux se construire ou se reconstruire.

izabelle
Animatrice forum

oui  Violette mais pas besoin d'avoir une passion pour vivre selon ses valeurs

pour certaines personnes, une valeur importante va être de communiquer, par exemple, d'avoir une vie sociale active, parce que ces contacts les nourrissent

il ne s'agit pas d'une passion, mais ça peut être quelque chose d'important

je ne pense pas avoir de passion, en général, à part mon travail  (mais ça c'est une passion un peu dangereuse)

 

mais ça n'empêche que certaines choses sont importantes pour moi

des fois les choses importantes nous semblent naturelles, mais à bien y regarder, finalement on les sacrifie un peu trop souvent

sortir avec des copines, parler au téléphone, prendre soin de soi, faire de bons petits plats.....

mille choses peuvent être importantes pour nous sans que cela nous passionne,    le tout est de trouver lesquelles....  et si par hasard on ne les aurait pas trop mises de côté, si on ne les vit pas assez au quotidien

moi je sais que la communication m'est vitale mais que je ne fais aucun effort pour rencontrer des gens

pourtant après une journée de stage à papoter sans cesse, je revis....

 

bref le tout est de trouver ses valeurs à soi, quelles qu'elles soient, ce qui est important pour nous,  qu'est-ce qu'on aimerait voir en regardant le film de notre vie, arrivé à nos vieux jours....

izabelle
Animatrice forum

c'est très vrai ce que tu dis Hellome

souvent le fait de s'occuper tant des autres est parallèle avec les difficultés de se confronter à soi-même

les familles se construisent parfois comme ça, mais ensuite on peut le changer, même si on a pris ce rôle, on a toujours le droit d'en changer....

mamzelzoï.
Abonné

Izabelle m'a presque ôté les mots de la bouche : en lisant celles d'entre vous qui se désolent de ne pas trouver LA passion de leur vie, j'ai envie de répondre : pourquoi cela serait-il indispensable? On n'est pas tous faits pareils, certains ont UNE GRANDE passion (la voile, l'équitation, la musique, que sais-je) et sont heureux comme ça. D'autres papillonnent plus entre plusieurs centres d'intérêt. Et alors, où est le problème? On peut être quelqu'un de passionnant qui s'intéresse à plein de trucs variés... éclectique, quoi...

En revanche, il est vrai que si l'on prend conscience qu'on ne se permet pas d'avoir des centres d'intérêt personnels parce qu'on se sent le devoir de s'occuper des autres d'abord, alors il y a sans doute quelque chose à creuser.

izabelle
Animatrice forum

oui, tout à fait je suis d'acc avec mamzel !

 

et c'est très vrai, le fait de s'intéresser à plein de trucs, ça peut être aussi, sur le plan des valeurs, cette envie de tout connaître, de communiquer avec une large palette de gens et de sensations

c'est super aussi!!

le tout est de trouver nos propres valeurs, ce qui nous anime, ce qui est important pour nous (et pas ce qu'on nous a seriné)

 

les exercices pour trouver ses valeurs sont toujours un peu les mêmes, en voici deux (piège du bonheur, chap 26)

- s'il pouvait se produire un miracle faisant en sorte que vous ayez l'entière approbation de toutes les personnes qui vous sont chères (et qu'ainsi vous ne cherchiez ni à plaire ni à impressionner qui que ce soit), que feriez-vous de votre vie et quel genre de personne essaieriez-vous d'être?

- si vous pouviez assister secrètement à vos propres funérailles et y voir les personnes qui vous sont le plus chères, quel genre de choses aimeriez-vous les entendre dire à votre sujet?   Qu'aimeriez-vous qu'elles pensent du rôle que vous avez joué dans leur vie?

Mandala.
Abonné

Merci Isabelle !

L'exercice n°1 que tu rapportes fait vraiment écho en moi et souligne que j'ai vraiment un souci avec ce que pensent les autres de moi (surout ma mère en fait) ! Rien que d'imaginer que j'ai l'appui de tout mon entourage me fait penser à une vie totalement différente de celle que je vis. Et c'est marrant parce que l'exercice n°2, non ! 

Faut vraiment que je bosse là-dessus.

Merci Izabelle pour tout ce que tu fais sur le forum !

izabelle
Animatrice forum

ah oui sur le deuxième, le regard des autres est plus prégnant, on veut  "faire plaisir"

d'où l'intérêt du premier, qui est quand même dans le chapitre  "dépannage valeurs" (quand ça coince pour trouver ses propres valeurs)

je pense être moi aussi pas mal dans le même cas, tellement habituée à me définir en fonction de ce que les autres attendent de moi que je ne sais pas vraiment   ce que JE veux

merci de ton merci, je t'embrasse

Meta
Marraine

 

Merci pour ce sujet de conversation et d'échange !

J'arrive à la fin du programme et je constate une belle transformation avec mon rapport à la nourriture.

Et surtout une prise de conscience de ce vide.

Je ressens mon énergie de vie stagnante, vaseuse dans une douceur languissante mais insufisante.

J'ai appris à alléger mon emploi du temps , restreindre mes sorties à l'essentielle et savourer la tranquilité mais j'ai du mal à m'autoriser ce relaché ,de ne pas faire de mes activités de loisirs des obligations professionnelles.

J'ai encore bcp de mal à savourer pleinement la vie.

J'ai bcp de passions et tout me passionne mais desque je me trouve confrontée à une difficulté souvent je tiens bon un temps puis relache.

Ce vide n'est pas qu'une histoire de passion car je ne m'ennuie jamais.

Pour ma part ce serait un manque de "pulsion de vie " ...

Je vous remercie pour vos échanges 

(je suis encore timide sur le forum et c'est mon 1er billet , votre conversation m' aide à avancer )

 

 

HelloMe.
Abonné

Hello MEta, contente que ce post soit l'occasion d'un premier billet pour toi :)

C'est fou, ton expression d'absence "de pulsion de vie", mais c'est tout à fait moi ! C'est même exactement je pense le terme que je ne trouvais pas mais qui "flottait" dans ma tête depuis longtemps. J'ai souvent déploré que mes parents ne me donnent pas ce don de l'envie de vivre, non que je sois suicidaire, loin de là, mais la vie m'est assez indifférente, terne. Je ne me réjouis pas très facilement des choses, je suis assez souvent maussade (mais ce n'est pas l'image que je donne je crois).

Voila, je vais encore y réfléchir, c'est intéressant cette différence que tu fais entre "pulsion de vie" et capacité à se faire plaisir. En effet, il y a là des nuances à explorer.

Merci, c'est un post qui m'apporte beaucoup

 

Violette28.
Abonné

Je suis complètement d'accord, Meta:

"Ce vide n'est pas qu'une histoire de passion car je ne m'ennuie jamais".

Oui, ce terme "pulsion de vie" est particulièrment bien trouvé!!! Car en y réfléchissant, moi qui me plains de ne pas avoir de passion, je ne m'ennuie jamais non plus!!

Par contre, j'ai du mal à trouver un intéret à quelque chose quand je suis seule... Il ya encore matière à réflexion...

Bonne journée à toutes!

HelloMe.
Abonné

oui exactement ! c'est pour ça que je parlais de trouver quelque chose qui nous anime nous, pas un loisir partagé. J'ai mis très longtemps personnellement à réussir à trouver un moteur personnel, quelque chose que j'aimerais faire même sans les autres.

Mais d'où vient ce vide alors ?

izabelle
Animatrice forum

ça va loin tout ça!!!!

 

juste pour dire, que moi qui n'ait pas de passion, j'ai aussi une pulsion de vie assez faiblarde....

sans pour autant être dépressive,  je ne "lance" pas dans la vie

d'ailleurs en thérapie, j'ai compris à quoi cela correspondait pour moi, c'est lié à ma naissance, à la place que j'ai eu dans la fratrie, conçue après une mort d'enfant, en remplacement

pendant longtemps j'ai eu l'impression de vivre pour lui, pas pour moi.....  comme si je n'avais pas le droit de vivre pleinement alors que j'avais pris  "sa" place

beaucoup de personnes qui ont perdu leur jumeau in utero vivent également ce genre de problématique.....

 

mais finalement peu importe d'où ça vient....   il suffit de prendre conscience qu'on ne s'autorise pas assez à vivre, et se dire :  "allez  là je cherche un truc qui me plait vraiment!!!"

et parfois ce qui nous plait vraiment, c'est quelque chose de partagé....

par exemple moi je n'ai pas de passion solitaire, mais je passionne pour les échanges, et aussi mon unique passion dans la vie c'est de voir les gens "changer", se transformer, se libérer de leurs prisons intérieures

ça doit être pour ça que j'adore ce site!

merci à vous toutes et merci Meta pour le message, le premier d'une longue série j'espère!

Meta
Marraine

Vos messages m'ont bien permis d'observer ce sentiment de plus pres cette semaine !

J'ai remarqué qu'evidement  mes peurs se cachaient derrière !

Peur de mal faire (selon l'oeil parental , social ..) ... mal faire tiens y aurait il un lien avec faire mal ?

se "faire mal "pour ne pas mal faire ?  (ou essayer de taire le mal aise ?)

Comme tu le dis bien inutile de chercher les causes trop loin

(je sens bien les manques d'une éducation dénuée de confiance en moi, manque de reconnaissance aussi)

Nous sommes construit grâce à nos manques , nos expériences et notre responsabilité est de l'accepter pour les dépasser.

Je viens de signer un engagement professionel qui m'a demandé bcp de force pour sortir de ma zone de confort mais j'ai remarqué qu'il m'entreinne aussi vers de nouvelles expériences et élargie mon horizon.

Une piste que je vous propose est de sortir de votre zone de confort , bouleverser vos repères pour apprendre à se faire confiance ,confiance en soi, enclencher de nouvelles pistes. 

Quel était vos rêves d'enfant ? vers quoi etiez vous attirez vraiment ? 

Sans fuir "ce vide " juste bouger l'inertie installée et biensur avec bienveillance !!

Je vous souhaite cette bienveillance à chacune...

 

 

Lavienrose.
Abonné

merci pour le sujet.

C'est exactement ce qu'il m'arrive depuis qques jours. J'ai un vide, plus rien m'interesse et pourtant j'en ai des activités perso.

donc je mange plus....J'en prends vite conscience depuis que je suis LC, ca c'est un grand pas.

Oui cette pulsion de vie( c'est exactement ca) qui me remplit de l'intérieur qui me porte n'est plus la.

je sais d'ou ca vient: La colere.Je la refoule à l'interieur de moi et voila le resultat, je me sens vide, agacée, dégoutée.

Mon activité qui me nourrit? j'aurais envie de dire la danse( que je ne pratique pas) mais à y réfléchir, j'aurais envie de faire une formation pour animer des ateliers Faber et Mazlich, pour moi et faire partager, mais je dois m'interroger pour savoir si je le fais pour moi ou pour répondre à des attentes acquises par mon éducation.....

Vous parlez de Russ Harris, je ne connais pas, quel est sa pratique? cela vous a apporté de le lire? en quoi?

Meta
Marraine

je viens de finir un petit cahier de travaux pratiques pour apprendre à gérer ses émotions d'Isabelle Filliozat et surtout celles qui sont bien cachées comme la colère. On y apprend  à reconnaitre ses émotions et comment elles évoluent en nous ..

et n'hésite pas pour ton atelier de fleurs de Bach peut être que cela t'ouvrira dautres portes ou te permettra de rencontrer de nouvelles personnes ou ... tout simplement t'offira de nouvelles expériences et te sortira des habitudes bien trop confortables.

Meta
Marraine

excuse moi je voulais dire l'atelier  Faber et Mazlich.. evidement 

 

Ederl.
Ancien abonné

C'est pareil, j'ai des passions mais toujours ce sentiment de vide, manque de pulsion de vie surement, me coincer dans des shémas tout préparé, des fois j'ai l'impression d'être en prison intérieurement, je ne m'autorise pas car on ne m'a pas autorisé à être moi même au plus profond de ce que je suis, je ne me fais pas confiance car on ne m'a pas fait confiance et voilà je me demande si je sortirais un jour de ce cercle infernal, j'ai envie de tout casser, de pleurer, de me faire mal et de me réfugier tel un petit oiseau abandonné dans un coin pour me sentir protégée. C'est pas très gai tout ça, désolée, c'est un de mes côtés sombres....

Meta
Marraine

Oh Ederl comme ton message me parle !Le manque de pulsion, de confiance , de s'autoriser à ressentir du plaisir ...toujours ce manque qui m'amènait à me remplir d'une pulsion sucrée , salée (me faire du mal )...

Garde courage ta transformation est en route , les moments de faiblesse sont aussi à accepter , à traverser .

Aussi tu peux en ces moments là chercher de l'aide ici sur les forums par exemple , ici il y a beaucoup de bienveillance et d'écoute.

A LC j'ai découvert que derrière ce manque il y avait toutes ces émotions que je cherchais à me cacher , à cacher aux autres, à enfouir .Au début je n'arrivais pas  à savoir qu'elles émotions je ressentais,  juste une sorte de malaise.Puis j'ai osé regarder , écouter au fond de moi ..

Oui mon éducation à eu beaucoup de manque et il y a eu de grosses épreuves mais c'est cela aussi qui a forgé ma personnalité !!  

J'ai compris que j'étais comme ça que les besoins des autres , de ce que j'aurais dû être pour faire plaisir à ma famille ne me m'allaientt pas du tout et j'ai osé devenir Moi , accepter pleinement qui je suis.

Dépasser mon passé !

J'ai pu changer mes conditionnements petits pas par petits pas , en découvrant d'abord ce que je n'aimais pas (je n'aime pas faire un petit déjeuner sucré par exemple )puis ce que j'aime vraiment, ce qui m'apporte un vrai plaisir et vient combler mes besoins sans culpabilités : lors des repas et dans ma vie aussi .

Chaque petites victoires nous portent sur le chemin de l'épanouissement , d'oser être soi même (avec nos limittes , nos faiblesses , nos forces) pour sortir de la prison des automatismes .

Tu peux devenir qui tu es ! Tu as le droit d'éxister vraiment 

De tout coeur avec toi 

 

rougefoncé.
Abonné

C'est sûr que les nourritures de la bouche renvoient à celles de l'esprit et on n'y pense pas assez.
Mais qu'est-ce que se nourrir l'esprit?
Est-ce manger quelque chose de bon (faire qqch d'agréable) qui rassasie (on peut faire tranquillement les choses "utiles" ensuite) … en quoi est-ce que cela nous construit? Qu'est-ce qui est nécessaire pour qu'on ne se sente pas vide? Personnellement, je ne crois pas que je manque de cette pulsion dont parlent certaines.
Moi je ne recherche pas du tout la passion et je ne valorise la passion unique poursuivie depuis l'enfance et qui définit une personne.  Ou peut-être simplement que je ne suis pas une passionnée en général.
Tant mieux. Ainsi , en plus des lectures, des discussions et du cinéma qui sont mes valeurs pérennes,  j'ai pu goûter à des tas d'activités depuis mon adolescence : la guitare,  la voile, l'aquarelle, le chant choral, le piano (trop dur en amateur), l'écriture, la peinture, le modelage et, depuis la retraite, la mosaïque. Bien sûr certains pensent que je n'approfondis rien, je m'en fiche, je n'ai  pas fait de la guitare pour faire un récital ni de la peinture pour avoir des articles dans Artpress. Faire des choses multiples …eh bien cela me plaît et cela ne m'empêche nullement de faire ce que je fais avec sérieux, plaisir et profondeur. Voilà.
Pour peindre par exemple, il suffit de prendre un pinceau et de la peinture (acrylique, c'est simple et beau) de n'avoir aucune prétention d'artiste et, comme dans la dégustation, d'être attentif au plaisir d'étaler de la couleur. La deuxième fois (ou la 10ème) on aura peut-être un projet plus clair…etc…Je parle de la peinture , mais cela peut être tout autre chose.
Alors OUI, il faut commencer, s'en donner les moyens est plus facile quand on n'est pas trop ambitieux.
Il reste que moi j'ai mille envies et je n'aurai jamais le temps de tout faire, même … superficiellement (en plus j'ai tendance à anticiper et donc à mesurer le temps qui me reste !) Mais ça c'est autre chose, et j'essaie de mettre en veilleuse les autres envies tant que je me plais dans l'activité présente.

 

Ederl.
Ancien abonné

Meta tu me donnes du courage et il m'arrive de ne plus en avoir...

Je pense que tout ce rapport à la nourriture bien sûr n'est pas anodin et se rattache à plein de questions et de problèmes.

ça fait un moment que je suis à la reconquête de moi même, je suis partie de bas et des fois je m' éssoufle et je passe des caps, ou je réalise des choses, c'est le cas là et en même temps ça fait mal et je sais que c'est nécessaire pour moi, comme tu dis pour "devenir ce que je suis et exister vraiment"... j'aime cette phrase et j'y repenserais souvent.

"Oui mon éducation à eu beaucoup de manque et il y a eu de grosses épreuves mais c'est cela aussi qui a forgé ma personnalité !!  

J'ai compris que j'étais comme ça que les besoins des autres , de ce que j'aurais dû être pour faire plaisir à ma famille ne me m'allaientt pas du tout et j'ai osé devenir Moi , accepter pleinement qui je suis.

Dépasser mon passé !"

c'est pareil même configuration, et tu mets des mots là où je n'en avais pas : oser devenir moi, accepter pleinement qui je suis, dépasser mon passé.

 

Meta à bientôt.

 

CORINNE138.
Abonné

bonjour, ça a un nom: procrastination, souvent due à un manque de confiance en soi, une dévalorisation.

J en ai pris conscience lété dernier, suis allée voir une psychologue et j ai repris tout ce que j avais petit à petit abandonné à cause d une personne qui avait fait un travail de destruction.

Fais toi aider, et prends du temps pour TOI. Quand on est bien dans sa tête, en accord avec soi, on est bien avec les autres.

J ai des petites rechutes, quand on me fait des remarques déstabiisantes, mais j arrive à gérer en qques jours.

Corinne

Haut de page 
X