Un fil pour les "pas grosses mais..." - le 21/08/2014

fadinarde.
Abonné

J'espère que mon titre ne choquera personne, mais c'est le mieux que j'aie trouvé...!

 

J'avais envie d'ouvrir un fil pour les linecoaché(e)s qui, comme moi, ne sont pas en surpoids, mais ont néanmoins des problèmes à régler avec leur façon de se nourrir ;-)

 

Je traine sur LC depuis trèèèès longtemps, donc j'ai déjà papoté avec pas mal d'entre vous. Je mepermets quand-même de me présenter rapidement: j'ai 33 ans, je vis en Suisse, je suis à moitié suisse et à moitié italienne.

Je n'ai pas de problème de poids réel (environ 64kg pour 1m68) mais je suis une grosse mangeuse émotionnelle...

Je peux perdre 1 kg en deux jours juste par stress ou peur, et je prends du poids (mais jamais beaucoup) quand je calme et anésthésie mes émotions avec des cochonneries...

Je n'ai jamais fait de régime, mais j'ai eu quelques grosses variations de poids dans ma vie: à 18 ans, j'ai pris 5kg parce que je ne me sentais pas bien dans ma vie, grosse timidité à l'époque, qui me gâchait la vie. Puis à 20 ans, première histoire d'amour, ça m'a tellement bouleversée qu'en quelques mois j'ai perdu 10kg, les émois amoureux me coupaient l'appétit!

Après je suis gentiment revenue à mon poids de croisière, qui se situait vers 57-58kg à l'époque (mais maintenant que j'y repense, j'ai certainement "gagné" 1kg à ce moment-là, mon corps a dû réagir comme si j'avais fait un régime)

Ensuite je suis restée stable quelques années vers 58-59, puis on découvre que ma mère a un cancer, je me mets en couple, et là je passe les 60kg... Puis l'état de ma mère s'aggrave, en 2 mois à partager ma vie entre boulot et hôpital, je perds 5kg, incapable de manger quoi que ce soit... Directement après je pars 3 mois en Nouvelle-Zélande, mon mec m'ignore et moi je ne vis que pour le moment où enfin je pourrai aller skyper avec ma famille pour avoir des nouvelles de ma mère... Reprise des 5kg...

Puis retour en Suisse, 6 semaine après ma mère meurt, un mois plus tard mon mec me quitte... ça fait 4 ans, j'ai encore pris quelques kilos, là je ne me pèse plus trop mais je tourne autour des 64kg je pense...

 

Je me rends compte que je suis une mageuse régulée depuis toujours, mais que je gère mes émotions soit en ne mangeant plus, soit en bouffant plus que de raison...

Je n'ai jamais perdu de poids avec LC, tout au plus compris ce qu'il m'arrive... Mais je pratique régulièrement la RPC, pour travailler sur mes émotions justement, sans effets pour l'instant sur mon poids... Sinon je suis capable de jeter de la nourriture, de ne pas terminer mon assiette et je sais reconnaître ma satiété, avec des aliments faciles, comme le fromage par exemple...

Oui je sais reconnaître et appliquer tout ça, la base de LC, mais pas toujours... PArce que dès que je ne gère plus mes émotions tout fout le camp...

Du coup je trouve difficile de continuer ce programme, et je me sens souvent illégitime par rapport aux personnes ayant un surpoids important...

Je sais qu'il y a parmi vous des personnes ayant un poids "normal"... Alors peut-être auriez-vous aussi envie de partager sur ce fil, peut-être pourrieons-nous trouver des moyens de nous encourager ;o)

 

Voilà, je lance la discussion, on verra bien!

Bonne journée!

Commentaires

Kaylee
Marraine

Bonjour fadinarde,

Je pense que tu as raison de lancer ce fil, parce que si la nourriture est pour toi un combat ou un problème quotidien, être sur LC ne peut que t'aider. Alors je pense que tu ne dois absolument pas culpabiliser d'être là.

Ton âge, 33 ans, est un atout parce que beaucoup d'entre nous, en raison de leur âge plus avancé, ont des décennies de restrictions et régimes en tout genre derrière elles, des tonnes d'idées reçues à effacer.

Pour ma part,  si LC avait existé il y a 30 ans, cela m'aurait très certainement épargné 30 années de poids yo-yo.

Alors saisis l'opportunité de LC aussi longtemps que tu en auras besoin, soit pour régler son compte une bonne fois pour toutes à ton comportement alimentaire émotionnel, soit pour t'aider au quotidien pour ne pas te retrouver dans quelques années avec un surpoids important.

Bonne continuation smiley

fadinarde.
Abonné
Merci Kaylee, c'est bien ma raison de ma présence sur LC depuis plus de deux ans :-)
Violette28.
Abonné

Et bien moi, je fais partie du club des filles à imc dit normal, et j'ai de grandes difficultés face à l'alimentation...

Je raconterai plus en détail mon parcours-poids un peu plus tard. Au jour d'aujourd'hui, je n'ai pas encore compris quel était la nature de mon conflit avec la nourriture.

Mais il y a conflit. Je ne sais pas si je fais une crise d'adolescence tardive et larvée (j'ai 39 ans quand même....), mais ça y ressemble. J'ai été élevée avec un discours ambiant sur le "manger sain". On n'a pourtant pas été privés du tout côté douceurs, car on avait tous les dimanches du poulet-frites, des crêpes au nutella pour le gouter régulièrement, des fingers à l'occasion.... Mais j'ai l'impression que c'est le discours autour qui m'a "traumatisé" (et aussi le fait qu'on voulait me forcer à finir mes assiettes parce que je ne mangeais presque rien)...

Faire les repas pour ma petite famille est un calvaire pour moi (moi, si je m'écoutais, je me ferais un repas aux biscuits apéros, alors...). Je viens d'une famille où on prône le "sans gras-sans sauce", et pour mon compagnon, c'est le gras et la sauce qui sont les meilleurs!!

Le mot qui revient le plus souvent chez moi en lien avec la nourriture, je crois, c'est la culpabilité:

je culpabilise si je ne fais pas de légumes,

je culpabilise de ne PAS avoir ENVIE de manger sain,

je culpabilise de prendre un gouter quand j'ai faim parce que je ne sais toujours pas doser le gouter et je me gache l'appétit pour manger en famille, 

je culpabilise de me forcer à manger sain (comme je disais sur un autre post, moi je peux manger du poulet et du riz trois jours d'affilée. Mais mon ami et ma fillette, je ne peux pas leur imposer ça!!!) (là, j'essaie de varier nos menus parce qu'on est en vacances et en famille, sinon, quand je mange seule, je mange ce que je veux... en culpabilisant bien sur, sinon, ce ne serait pas drôle!!!)

J'ai un petit appétit, j'ai toujours mangé trèèèèèèèèèèèès lentement. Je crois avoir appris avec LC à bien reconnaitre ma faim et à ne pas être loin de ma satiété (à la louche, à l'intuition). Mais je suis également une boule d'émotion et j'ai beau CONNAITRE les signaux faim et satiété, je ne les respecte plus dès que je suis noyée dans mes émotions (et je suis souvent noyée... ;-D)

Voilà pour ma petite présentation. Ha, si, à vouloir manger sain et varié pendant ces vacances, j'ai pris 1,5kg. Parce que ça me déclenche des EME. Donc je mange en plus. Alors que dans l'année, je mange déséquilibré mais à ma faim à peu près. C'est assez comique!! Enfin non, ça me rend triste...

Je n'ai jamais envie de manger une pomme par exemple, mais j'ai vraiment l'impression qu'il y a un côté "rébellion" là-dedans, parce que mon père m'a toujours dit de manger des pommes (poires, fruits...).

Bon, vous allez me trouver un peu "fofollette" après tout ça...

je veux bien qu'on s'encourage en tout cas!!! ;-)

capuccino
Marraine

Bonjour Fadinarde,

je ne fais pas (plus) partie des gens ayant un poids "normal" mais je me permets de rebondir sur certains de tes propos.

La légitimité d'être sur LC : quelquefois 2 kilos de plus sur la balance pèsent bien plus lourds dans la tête et dans la vie que 20 ou 30. La souffrance que l'on vit face à son poids ne se mesure pas en kilos, elle.

Quelle était ton souhait en arrivant sur LC, quelle était ta souffrance ?

Pour nous permettre de maintenir un certain équilibre dans notre corps, notre cerveau a pour mission de jouer sur trois tableaux différents

-l'équilibre énergétique (combien d'énergie mon corps a-t-il besoin pour maintenir le poids pour lequel je suis programmé ?)

-l'équilibre nutritionnel (de quels aliment mon corps a-t-il besoin pour bien fonctionner sans carences trop importantes pour rester en bonne santé)

-l'équilibre émotionnel (comment faire pour que je puisse affronter toutes les émotions qui m'assaillent en permanence et vivre sans être submergée par celles-ci, pour que celles-ci ne m'empêchent pas de vivre ?)

Le cerveau bricole en permanence pour maintenir le rôle de chaque équilibre. Les problèmes interviennent lorsqu'un domaine prend le pas en permanence  sur tous les autres...

 

Dans le programme LC, les exercices proposés permettent d'aider ceux qui ont de problèmes avérés avec leurs sensations alimentaires, leur émotions, l'estime de soi et enfin l'acceptation de ce qu'on est... En fonction des déséquilibres, certains exercices seront salutaires ou alors juste un peu réadaptatifs. En fonction de ses problèmes, on peu se sentir complètement en décalage avec certains d'entre-eux.

Aujourd'hui, tu te demandes si tu vas rester sur ce site ? Ne serait pas plus judicieux de te demander "Aujourd'hui, ce matin, quelle est ma souffrance vis à vis de l'alimentation / d'autre chose ? En quoi cette souffrance m'empêche-t-elle de vivre les choses que j'ai envie de vivre ? Quels comportements cette souffrance me pousse-t-elle à avoir ? De quelles valeurs de vie ma souffrance, mes comportements m'éloignent-ils ? Il est difficile de répondre comme ça à de telles questions.

Il est important d'avoir à l'esprit que notre souffrance n'existe que parcequ'elle nous éloigne de nos valeurs, de ce et ceux qui comptent vraiment pour nous. Si la manière dont je vis, si ce que je suis même si c'est "hors norme" ne me provoque pas de souffrance, pourquoi changerais-je ? Il n'y a pas de "norme" pour vivre, comme il n'y en a pas pour manger. Il est juste important de savoir si la manière dont je vis, dont je mange entraîne chez moi une souffrance et si je peux vivre avec ou non.

Belle journée. 

Kaylee
Marraine

[quote=Violette28]

Bon, vous allez me trouver un peu "fofollette" après tout ça...

[/quote]Non, pas du tout - je retrouve dans tes écrits certains de mes comportements. 

Annaparis.
Abonné

Je ne suis plus dans les "pas grosses" mais je voudrais dire que je comprends totalement ton message et je trouve que c'est une super idée de mettre ce nouveau sujet. Car il y a longtemps et pendant des années, j'ai eu un poids normal et pourtant j'avais un gros problème avec la nourriture car je mangeais des quantités énormes, sans pouvoir m'arrêter, tous les jours, des montagnes de bouffe. Mais, vu mon poids normal, je ne trouvais personne -meme parmi les professionnels- pour me comprendre ou m'aider par rapport à mon problème qui était cette obsession à la nourriture. Personne ne me prenait vraiment au sérieux quand j'évoquais mon problème. Et pourtant j'avais un vrai problème avec ça. Alors tu as bien raison de faire ce nouveau sujet.

nana51.
Abonné

merci fadinarde pour ce fil, 

dans ma tête je me sens "grosse".

j'ai une IMC normal, 

j'ai pris 8 kilos en 5 ans;

depuis toujours mon poids , mon rapport à la nourriture, sont un   conflit interne, 

je suis une mangeuse émotionnelle, les différents exo fait ici me le confirme.

fadinarde.
Abonné
Merci pour vos réponses les filles, et chouette si vous alimentez ce fil avec moi :-) Je vais répondre en vrac et de mémoire, parce que j'ai envie de répondre tout de suite, mais en fait à 16h j'ai un entretien avec un mec qui s'intéresse à mon cv... :-) ça me stresse, forcément! Comme chaque entretien d'embauche ou rencontre Avec un mec :-) hihihi!!! Alors je j'ai pas l'intention de quitter LC, mais Peut-être envie de me reprendre un peu en main.... Je me suis inscrite parce que je voyais mon poids monter, sans savoir comment stopper ça, et puis à l'époque je ne digérais plus rien, c'était douloureux et très très embêtant de vivre comme ça. J'ai compris que c'est juste le "trop" que je ne digère pas.... Et que pour me sentir vraiment bien je devrais garder une petite place après chaque repas.... Mais mes repas finissent souvent en eme... Ma maman était tellement bien régulée qu'elle ne variait jamais de poids, dans jamais faire attention à rien.... Sauf qu'elle était très "diététiquement correcte", tout en étant une adoratrice de cuisine, elle nous faisait des plat délicieux , exotiques ou pas, mais les repas étaient toujours des moment a conviviaux, généreux, en famille. Alors je souffre aussi de ces diktats du bien bouffer.... Des petites phrases que vous connaissez toutes sur les fruits légumes, les bonnes huiles, etc.... J'essaie de m'en éloigner. Mais je pense qu'elles font partie de mon alimentation. J'aime cuisiner donc je fais tout ou presque moi-même. J'essaie ces temps de ne plus me prendre la tête avec les fruits légumes. Même si j'adore ça, je me rends compte que ça devient un stress de me dire qu'il fait que je mange des fruits aujourd'hui..... Et ce sont toujours ces fruits qu'ensuite je je digère pas!!! Donc là je ne me force plus à en manger... Je sais que je les aime donc j'y reviens souvent pas envie. On verra! Oui c'est possible qu'il soit plus difficile de supporter 2 kg de "trop" plutôt que 20.... Tout est une question d'estime de soi... Je suis bien placée pour en parler: je suis couturière, je vois des filles en sous-vêtements tous les jours depuis 15 ans, et ce ne sont pas les mieux foutues qui sont le plus à l'aise avec leur corps :-)) Je me demande toujours, d'ailleurs, comment les gens me perçoivent.... Est-ce qu'ils me trouve mince? Pulpeuse? Grosse? Difficile de savoir! Ce n'est pas important mais je serais curieuse.... Bon voilà. Sinon dans ma tête je reste la fille de 58kg, qui se sentait déjà pas super bien foutue avec ce poids-là... La preuve que c'est vraiment une question de confiance en soi et pas de kilos!! J'espère très fort décrocher un autre job, pour voir d'autres têtes, vivre d'autres choses, peut-être que si j'étais plus épanouie je boufferais moins :-) Bon après-midi a toutes!
Kaylee
Marraine

[quote=fadinarde]peut-être que si j'étais plus épanouie je boufferais moins :-) [/quote]

Pas sûr... ce n'est pas pour te décourager mais... dans ma tête c'était "youpi, tout va bien, il m'arrive ceci ou cela de super positif, bouffons pour fêter ça" ou "ça ne va pas du tout, bouffons pour oublier ça". Même lorsque je pesais 48 kgs pour 1,58 m je ne pensais qu'à la bouffe.

As-tu parlé de ta relation à la nourriture avec un/une psy avec laquelle tu te sentirais en confiance, pour essayer de démêler tout ça ?

L'enfance, même si on se souvient de détails bien plus tard, laisse des traces point de vue rapport à la nourriture ; quand j'avais été sage, pour le goûter j'avais droit à du pain et du chocolat (je suis née en 1950, en 1958 les goûters tout prêts n'existaient pas), et si je n'avais pas été assez sage, j'étais punie et à la place c'était "du pain et du fromage". Alors, forcément, j'associais le chocolat au positif et le fromage au négatif. Ma mère me disait ouvertement : tu n'as pas été sage, alors au lieu du chocolat, aujourd'hui tu as du gruyère dans ton pain.

Violette28.
Abonné

Bon courage pour ton entretien!!

De mon côté, je me suis inscrite pour perdre du poids. Au final, je me rends compte que j'ai un problème d'"estime de soi".

Il me faut, en plus du parcours alimentaire, un parcours "soigner son estime de soi" ;-)

fadinarde.
Abonné
Moi je veux bien être punie le reste de ma vue avec du pain-gruyère :-))))
Daan.
Abonné
Je me trouve pas mal de ressemblance avec toi Fadinarde. J'ai moi aussi toujours eu un IMC normal. Je suis passé de 58 kg à 18 ans pour 1m75 à 65 kg de croisière pendant un moment, et aujourd'hui à 46 ans à 71 kg. Tous ces poids correspondent à un IMC normal pour moi ! Donc déjà on peut s'interroger sur la valeur de ce chiffre. Car je pense clairement être en surpoids aujourd'hui. Mais peu importe, en fait, comme le dit le très bon post de Cappucino, c'est d'abord ce que cela représente pour nous qui est important. Je ne vais pas raconter ici mon historique poids/vécu parce que ça pourrait être très long, vu tout ce que j'ai appris depuis que je travaille sur les notions "LC". Mais ce n'est pas seulement avec LC qu'on apprends. C'est une base, et souvent pour moi ce sont celles du forum qui m'on aiguillées vers des réponses, parfois des livres, ou mes recherches sur internet. Je crois que lorsqu'on est depuis longtemps sur LC (3 ans pour moi), si on a évolué, on voit qu'il faut s'approprier cette méthode pour l'intégrer dans ce dont on a besoin. Par exemple pour moi, les exercices pour détecter la faim et la satiété me sont devenus inutiles parce que mon problème est que je ne les respecte pas, et je réfléchi à ça. Mais je trouve que LC est très "mécaniste" : faim, satiété, goût... C'est une base, mais il y a finalement très peu de travail sur les émotions, et au-dela, il n'y a pas d'outils pour chercher ce qui nous manque réellement. Enfin, l'outil c'est s'arrêter, se mettre en pleine conscience, mais on ne nous dit pas ce qu'on doit faire avec ça, au-delà de ça. Car il y a un au-delà. C'est là que nous, les mangeuses 100 % émotionnelles, nous devons chercher. Moi aussi je me demande si le fait de rester ici m'apporte quelque chose, car j'y tourne en rond en ne me focalisant pas sur ce qui me ferait avancer. Car quand on est une mangeuse émotionnelle, si on réussi à manger selon faim/satiété, c'est un régime, un contrôle, rien de plus. Tant qu'on a pas réglé les dessous de nos comportements. Et je trouve que le site est trop faible par rapport à ça. Il faut aller chercher ailleurs des réponses. Par contre, ce que le site m'apporte, c'est une encre dans le cas où je repart dans mes envies d'adhérer à un régime "santé", chose qui diminuerais ma trouille d'avoir un autre cancer, mais que de toute façon je suis incapable de faire, alors autant limiter les pots cassés en essayant de manger au mieux. Mais aujourd'hui encore, lorsque je suis seule, je mange des trucs d'apéros que je fais descendre avec une bière. Heureusement que je suis mariée et que je fais des repas équilibrés pour mon mari et que j'ai un cadre ainsi, car sinon mon régime ne serais que chocolat-chips/cahuète-bière. LC n'a rien réglé par rapport à ça. Et moi aussi, en fait, je suis finalement assez régulée, dans le sens ou la bouffe, je m'en fout en fait, c'est le côté drogue en elle qui m'intéresse. Merci pour ce post Fadinarde, ça me fait prendre conscience que malgré mes avancées psychologiques, mon comportement alimentaire n'a pas changé en fait. Je ne trouve pas de moyens d'évoluer par rapport à ça ici. Ou du moins je n'y arrive pas.
fadinarde.
Abonné
Exactement, Daan! Moi non plus je n'ai pas de problème avec la bouffe!!! J'ai juste trop d'émotions que je n'arrive pas à faire taire. Parfois j'essaie la défusion, mais bof bof. La dégustation, je sais faire tant que ma tête ne prend pas le dessus. La satiété je sais la sentir mais souvent je m'en fout, et de en pleine conscience! Hihihi!!! Et puis c'est difficile de garder le cap quand, malgré un certain dégoût pour mes poignées d'amour & co, je reste assez mince, je m'habille dans les magasins normaux (même si je passe pas mes fesses dans les plus grandes tailles de certaines enseignes, ce qui m'agace mais je sais que le problème vient des marques qui font n'importe quoi, et pas réellement de mes formes!
isage109.
Abonné

Bonsoir chère compatriote et Bonsoir à toutes

Merci Fadinarde pour ce fil.  Moi aussi j'ai un poids normal (65.5 pour 1.70m) j'aimerais bien perdre 1 ou 2 kgs mais je reste "bloquée" J'en déduis que j'ai atteint mon set point.

Avant mes 45 ans, mon poids a longtemps été entre 59 et 61 kgs, je mangeais tout ce que je voulais, je ne bougeais pas ! Je suis née sans la glande thyroïde et prends des compléments depuis que je suis bébé. Quand j'étais jeune, je croyais que c'était grâce à ça que je gardais la ligne.

J'ai eu une période - j'avais déjà mes deux filles - où je ne pesais que 53 kg ! Je faisais pitié si si ! Les gens croyaient que j'étais malade !

La ménopause est-elle un prétexte ou les hormones nous recouvrent-elles d'une véritable chappe de plomb ?! Mon plus "haut" a été 72 kgs donc je me trouve chanceuse.

Je n'ai donc pas un long historique de régime. Par contre, j'ai testé des régimes pourris comme Dukan.

Depuis que j'ai commencé LC fin mai, j'ai perdu 1.5 kg mais c'était du surplus.

Je trouve pas mal la méthode, je ne suis pas tout au pied de la lettre, je traîne sur certaines étapes. J'ai lu un livre du Dr A et 3/4 d'un livre du Dr Z

Mes parents sont français, d'origine modeste. Du côté de mon père (1 week-end sur 2), on mangeait des plats qui tenaient bien au ventre : gigot, rôti, ragoût etc, des gratins, comme légumes : des flageolets, des haricots verts, des salades

ma mère cuisinait très bien mais n'avait pas le temps, on mangeait des pâtes et on faisait souvent "café complet" pour celles qui connaissent.

Durant 4 ans, ma petite soeur et moi avons été placées en foyer. Notre alimentation était équilibrée. J'ai donc plusieurs cultures culinaires cheeky Par contre, partout la même éducation : faire 3 repas par jour, finir son assiette et ne pas réclamer en dehors des repas.

Si à certains moments, j'ai pu me trouver pas trop mal physiquement, la confiance en moi n'a jamais été au TOP Ca peut paraître futil à nos amies LC mais c'est ainsi !

C'est en train de changer, il était temps !

Maintenant, j'ai des émotions qui me coupent l'appétit (1 jour ou 2 pas plus) et d'autres - pas encore toutes  identifiées - qui me poussent à ouvrir une boîte de biscuits ou à me faire une tartine de crème de noisettes que je commande en Italie (pas de NUTELLA).

J'ai aussi un TRES GROS FAIBLE pour le chocolat (Cailler aux noisettes) je peux en manger tous les jours même si c'est juste un carré.

les glaces, les biscuits et les framboises.

+ les tartines à la confiture et/ou avec du gruyère (ou autre fromage) MIAM !

Je peux aussi me goinfrer de chips surprisede pistaches, cacahuètes.

Pour me donner de meilleure conscience, j'achète des mélanges biô de graines mais je  ne sais pas si c'est meilleur et moins calorique.

JE VOUS TROUVE TOUTES BIENVEILLANTES et FABULEUSEMENT INTELLIGENTES sur le plan émotionnel

bisous

 

 

fadinarde.
Abonné
Oh mon dieu, le Cailler aux noisettes..... Mais pas le classique, la plaque de 209gr avec les noisettes entières!!!! C'est malheureusement notre carburant au boulot..... Et après je me plains de grossir :-))
Kaylee
Marraine

[quote=fadinarde]Moi je veux bien être punie le reste de ma vue avec du pain-gruyère :-))))[/quote]

Mais je déteste le fromage... elle le savait... et depuis que j'ai 5 ans je fais des intolérances au lait crying

Chléa.
Abonné

Moi j'adore le chocolat mais je ne connais pas le chocolat Cailler ; à force de lire plein de post ou il est mentionné, ça me donne envie . Maisj'ai eu beau chercher :  recherches infructueuses ..

On le trouve ou ce chocolat ? 

( oui je sais , je suis carément hors sujet là ...mais j'aimerai bien le goûter moââaâ ..;)

Kaylee
Marraine

[quote=Chléa]

On le trouve ou ce chocolat ? 

[/quote]En Suisse seulement... hélas...

ladyl56.
Abonné

bien que ce fil ne me concerne pas vraiment  (IMC >30) je suis venue vous dire que le poids c'est bien dans la tête. IL fut une époque très très lointaine où j'étais très à l'aise dans un 38 et pourtant je pesais 56 pour 1.56. Mon régime d'alors était d'être amoureuse. Bon ce n'était pas réciproque, vous imaginez la suitecrying

 Mais maintenant avec mon imc d'obèse (oh le vilain mot angry) quand je me vois en short, prête à partir à la plage, je me trouve à peine en surpoids. C'est le contraire des filles très belles qui trouvent tjs qqchose pour dire "mais non je suis moche"

Chléa.
Abonné

[quote=ladyl56]

 Mais maintenant avec mon imc d'obèse (oh le vilain mot angry) quand je me vois en short, prête à partir à la plage, je me trouve à peine en surpoids.

[/quote]

Oui parce que l'IMC c'est juste un indicateur; mais ça ne rend pas en compte la morphologie : deux personnes même poids- meme " hauteur" ne feront pas la même taille selon le poids de leur squelette, leur musculature etc..

pfifff ...dommage pour le chocolat ...j'vais pas m'en r'mettre ...

Flowerbomb.
Abonné

je fais aussi partie de celles qui ont un IMC "normal". Moi aussi, je peux dire que ce fichu IMC ne veut rien dire du tout et que ce qui compte c'est l'estime de soi. 

Je ne dirais pas que j'en ai pas, en fait ça dépend des périodes ou des jours. des fois je me sens "miss monde" et d'autres le vilain petit canard. ce qui est sûr c'est que si je croise ma silhouette dans une vitrine ou un miroir et qu'elle me déplait, cela me choque et cela reste ancré dans ma tête pendant longtemps.

Il y a bien là une non-acceptation de mon image.

je suis sur LC depuis 3 ans, j'ai été une des première inscrites. je n'ai pas perdu de poids. Durant une période (deuil) j'en ai même pris et maintenant je l'ai reperdu.

Cette année je fête mes 50 ans et bien entendu depuis environ 1-2 ans j'ai vu mon corps se modifier avec le changement hormonal. C'est difficile à accepter. Cela dit, j'ai la chance d'être bien proportionnée alors je m'adapte.

Ce qui est sûr, c'est qu'ici, j'ai appris à ne plus avoir peur de manger, à adorer avoir faim et manger. Je reconnais assez bien la satiété aussi. Le travail qui me reste à faire c'est d'oser m'arrêter de manger. Car je n'ose pas encore. Comme si c'était malpoli et égoïste. je dois aussi oser dire à mon mari le soir que je n'ai pas faim et que je ne mangerai pas. je n'ose pas non plus, comme si en faisant cela je lui enlevais de l'amour. C'est bête je sais.....

Je poste très peu mais je viens lire régulièrement car cela me fait du bien.

J'adore ce fil, merci Fadinarde de l'avoir ouvert.

Flowerbomb.
Abonné

[quote=fadinarde]Moi je veux bien être punie le reste de ma vue avec du pain-gruyère :-))))[/quote]

 

moi aussi !

Violette28.
Abonné

[quote=Flowerbomb]

je dois aussi oser dire à mon mari le soir que je n'ai pas faim et que je ne mangerai pas. je n'ose pas non plus, comme si en faisant cela je lui enlevais de l'amour. C'est bête je sais.....

[/quote]

Je suis dans le même cas que toi. Parfois, je n'ai pas faim le soir, et quand je vois la tête de mon ami quand je lui dis que je ne mange pas parce que je n'ai pas faim.... Ouille ouille ouille, c'est vraiment ça: je lui enlève de l'amour... Il fait vraiment la tête de l'enfant mal aimé, genre je lui brise le coeur.....

Violette28.
Abonné

[quote=Daan]

Mais aujourd'hui encore, lorsque je suis seule, je mange des trucs d'apéros que je fais descendre avec une bière. Heureusement que je suis mariée et que je fais des repas équilibrés pour mon mari et que j'ai un cadre ainsi, car sinon mon régime ne serais que chocolat-chips/cahuète-bière. LC n'a rien réglé par rapport à ça. Et moi aussi, en fait, je suis finalement assez régulée, dans le sens ou la bouffe, je m'en fout en fait, c'est le côté drogue en elle qui m'intéresse. Merci pour ce post Fadinarde, ça me fait prendre conscience que malgré mes avancées psychologiques, mon comportement alimentaire n'a pas changé en fait. Je ne trouve pas de moyens d'évoluer par rapport à ça ici. Ou du moins je n'y arrive pas.

[/quote]

Moi non plus, je n'y arrive pas. Et j'ai aussi l'impression de tourner en rond. Ces derniers temps, j'ai envie d'arrêter LC.

Juste pour voir comment je m'en sors avec tout ce que j'ai appris. Et puis déconnecter un peu des forums. J'adore lire tout ce que j'y lis, mais j'ai l'impression que ça me maintient dans un état d'"alerte" permanent vis à vis de la nourriture. Et que je perds un peu de mon comportement naturel ...

Alors, ok, je suis venue ici car mon comportement naturel ne me satisfaisait pas, mais je trouve que ça empire en ce moment. Comme tu dis, Daan: en ce moment, je me drogue avec le miam.....

J'aimerais arrêter d'y penser un peu, mais j'ai un peu peur de voir comment ça se passe 'dans la vraie vie", sans lire tous les forums (comme si j'allais louper LE truc qui va me sauver).

Moi, en ce moment, je régresse grave. Peut-etre parce que je touche du bout des doigts un truc important (vivre selon mes valeurs comme le suggère capuccino), et ça me fait flipper, alors je mange pour me donner du courage avant de sauter le pas.

En tout cas, ça fait plaisir de voir autant de belles personnes dans les mêmes questionnements!!!!

fadinarde.
Abonné
Ouvrir cette discussion ce n'était rien! Merci à vous de l'alimenter...! En ce qui concerne le chocolat Cailler, pour les intéressées, on peut toujours négocier un envoi par la poste :-) hihihi! Le problème c'est que la poste internationale coûte un bras.... Mais si vous êtes prêtés à payer, moi je vous en envoie sans problème les filles :-)) J'ai aussi eu des périodes "ras le bol de LC" ras le bol de ces forums qui tournent en rond quand on y est depuis si longtemps alors que l'on voit des petites nouvelles arriver chaque jour :-)) Et puis en effet, on n'a pas vraiment de poids a perdre sauf pour se sentir un peu moins serrées dans les jeans ou pour se plaire davantage, mais comme nous n'avons en réalité aucune vraie contrainte liée à nos poids, rester sur LC c'est presque comme se donner l'impression qu'il y a un gros problème... C'est vrai qu'un peu plus haut quelqu'un (Kaylee il me semble) m'a écrit un mot très gentil, mais qui laissait penser que mon état mental par rapport à la bouffe était catastrophique, alors qu'en réalité je suis pas trop mal dans mes baskets. Mais avec cette envie quand-même de pas aller au-delà de mon poids actuel! Plus j'écris et plus je me rends compte qu'en effet avoir une silhouette "moyenne", ni ronde ni maigre, nous place dans une position sans intérêt :-) difficile alors d'évoquer un rapport "doudou" à la nourriture,, problématique un peu, mais pas dramatique... Bref... ! Je sais pas si mes propos sont cohérents, la journée a été longue :-))) Pour les commandes de choc ---> message privé!
Noelle
Marraine

En complement de ce fil, celui sur "l'acceptation de soi : comment faire" me parait plutot interessant, et correspond à ma situation actuelle, ou je suis tres certainement a mon set point et ou j'ai, pour la première fois , pendant ces vacances, accepté et osé  dire que je ne voulais   pas prendre de diner parceque je n'avais pas faim le soir

Kaylee
Marraine

[quote=fadinarde]C'est vrai qu'un peu plus haut quelqu'un (Kaylee il me semble) m'a écrit un mot très gentil, mais qui laissait penser que mon état mental par rapport à la bouffe était catastrophique, alors qu'en réalité je suis pas trop mal dans mes baskets. [/quote]

Non, surtout pas, loin de moi la pensée que ton état mental par rapport à la bouffe était catastrophique, j'ai dû mal m'exprimer, je suis désolée si mes propos t'ont blessée/attristée ou autre chose de négatif, ce n'était pas du tout mon intention.

Pour le chocolat Cailler, je vais régulièrement en Allemagne et je passe parfois par la Suisse, mais souvent je ne m'arrête pas, tout au moins pas dans un endroit où je peux acheter du chocolat. Mais je pense que lors de mon prochain voyage je vais prendre le temps d'aller faire une petite provision, quand il fera moins chaud, pour que je ne sois pas "obligée" de manger tout le chocolat acheté de crainte qu'il ne fonde au cours du voyage wink.

fadinarde.
Abonné
Ne t'inquiète pas Kaylee, je n'ai pas pris ombrage de ton commentaire, je ne m'y suis juste pas reconnue, mais alors me suis dit que peut-être c'était ce qu'on pensais de moi :-) Je suis quelqu'un de spontané, mes coups de gueules sortent aussi vite que mes coups de cœur. Je râle tout en étant au fond heureuse, je souris aussi quand je suis malheureuse, une fille un peu compliquée peut-être mais je suis comme ça :-) Bonne nuit!
Pattie
Abonné

Cailler a un site en ligne. J'ai regardé, et les frais de port sont d'environ 6 euros. J'ai déjà vu aussi les tablettes "L'atelier" en vente dans mon supermarché. Je pense que j'en testerai une, aux prochaines courses !

izabelle
Animatrice forum

super fil !!!

 

en effet de mon côté, je me sens beaucoup moins "grosse" maintenant qu'à 20 ans, alors qu'en fait je pese 10 kg de plus

mais bon entre-temps j'ai surtout muri, appris à me connaitre

et dans les faits, je suis plus grosse, mais je le sens moins, surtout c'est beaucoup, beaucoup moins important

 

[quote=fadinarde]J'ai juste trop d'émotions que je n'arrive pas à faire taire.[/quote]

voilà le problème

et rester sur le site, à mon sens, c'est surtout pour le forum, car à ce stade c'est surtout par les échanges que l'on peut progresser et notamment dans le domaine émotionnel

je suis d'accord pour dire que LC ne fait que nous ouvrir des voies, mais en en parlant entre nous, de l'acceptation émotionnelle, c'est aussi comme ça qu'on progresse

 

donc fadinarde, tant que tu chercheras à faire taire tes émotions, c'est sur que tu auras des EME massives, desespérantes

et je comprends tout à fait que le fait d'être régulée n'enlève pas pour autant la souffrance que c'est d'avoir ce fonctionnement-là

 

les émotions ne sont pas à faire taire, mais à vivre

tu n'as pas  "trop d'émotions",  tu as simplement plus d'émotions que la moyenne

c'est vraiment un truc que j'ai compris depuis que je me suis réappropriée ma sensibilité : certaines personnes ressentent  "beaucoup"

et ça parait "trop", mais en fait non, c'est juste nous, on est comme ça, on réagit beaucoup aux choses

 

pas trop le temps de détailler pour l'instant donc j'y reviendrais

mais ce que j'ai envie de te dire, c'est d'apprendre à faire de tes émotions  un guide, un atout

elles sont des amies, des guides, elles nous aident à réagir de façon adéquate, à connaitre nos valeurs

pour peu que l'on ne les craignent pas en effet, que l'on n'en ai pas honte, qu'on accepte de les avoir et tant pis pour la société bien pensante aseptisée qui voudrait que tout soit toujours carré  et pas "trop" fort

 

là j'ai un patient dans la salle d'attente donc je reviens tout à l'heure lire la suite du fil et continuer ma réponse

Kaylee
Marraine

[quote=Pattie]

Cailler a un site en ligne. J'ai regardé, et les frais de port sont d'environ 6 euros. J'ai déjà vu aussi les tablettes "L'atelier" en vente dans mon supermarché. Je pense que j'en testerai une, aux prochaines courses !

[/quote]

sadJe me précipite sur le site, je salive en faisant mon choix de chocolats en vue de ma prochaine étape Déguster les aliments très caloriques, je file sur "créer un compte", ben non... impossible de mettre "France" dans "Pays", seules 2 options incontournables : Suisse et Liechenstein...

izabelle
Animatrice forum

donc je contine 

(le cailler, souvenir de vacances en Suisse pour moi, très bons souvenirs, et c'est trop injuste qu'ils ne livrent pas en France)

 

pour préciser un peu ma pensée, et redire la même chose mais c'est pas grave, c'est que tu dois sortir de cette logique de  "faire taire tes émotions"   pour avancer dans le domaine qui te concerne

chaque émotion est utile, et elles nous aident à réagir au monde

la colère nous apprend qu'on nous a manqué de respect et qu'il est temps de rétablir une limite

la tristesse nous aide à accepter ce qui ne peut être changé

la peur nous prépare à relever des défis

sur toutes ces émotions, la défusion ne s'applique pas, car ce sont des émotions pures, sans pensée

 

la défusion n'est intéressante que pour nous aider à donner moins d'importance à  certaines pensées, liées à certains ressentis, eux-mêmes liés à des familles d'émotions

ça aide surtout à faire en sorte que l'histoire de la nulle, de la bouteille de perrier (je me souviens!!), de la fille seule ou de la fille non reconnue dans son travail   ne nous occupent plus l'esprit  A CE POINT LA

au point de devoir les anéantir à coup de chocolat  (cailler)

ces histoires continuent à être là, elles sont désagréables, voire pénibles mais elles ne sont plus si insupportables

donc on arrête de les combattre en activant son petit cerveau hyper puissant

qui ne fait que les renforcer

donc on arrête de vouloir les faire disparaitre en se procurant des sensations fortes (genre le chocolat)

 

donc voilà j'ai bondi sur ce mot que tu disais  "taire mes émotions trop fortes" pour te dire c'est ça le truc:

tu ne dois pas taire tes émotions,  et tes émotions ne sont pas trop fortes, elles sont simplement comme elles sont

pour te rassurer les miennes, depuis que je les écoute, sont certes fortes, mais en fait quand on les écoute, quand on les suit, quand on les accepte,  eh bien,  elles ne hurlent plus à ce point là

elles font partie de moi, de mon adaptation au monde

elle me guide pour savoir ce que je veux vraiment, en fait

 

allez je m'arrête en espérant que tout ceci sera compréhensible et utilisable!

Kaylee
Marraine

izabelle, j'espère que tes réponses ci-dessus seront utiles à fadinarde, mais en tout cas, pour moi, certaines phrases font tilt. Cette nuit, je lisais ton fil sur la défusion, apprendre à accepter ce qu'on ne peut changer (une relation sentimentale quii s'effiloche contre mon gré), tristesse et colère à la fois, mais je crois, en y réfléchissant bien, que je suis en colère contre moi parce je n'arrive pas à l'accepter et à faire avec, justement. Lorsque je lis dans tes propos que  "la tristesse nous aide à accepter ce qui ne peut être changé", j'ai l'impression que je tourne en rond sad

cilou_cile.
Abonné

Il faut peut être du temps, Kaylee. L'acceptation ne se fait pas en un clin d'oeil smiley

Accepte, peut être déjà, cette impression de tourner en rond, qu'il n'y ait pas de solution et puis peut être qu'au bout d'un moment, sans effort aucun, sans s'être forcée, l'acceptation, sans lutte, sera là. ça m'arrive souvent depuis qq temps. Notamment avec la colère. Je réagis moins qu'avant, je suis moins impulsive (avant je croyais que c'était un devoir de réagir et je me traitais de nulle si je ne le faisais pas). Par contre, je laisse toute la place à ma colère et j'attends. Au bout d'un moment, c'est moins fort, ça passe. Je le fais aussi avec la tristesse, notamment avec ses coups de poignard que l'on ressent parfois, quand qq1 nous blesse.

Un petit mot aussi sur le sujet du fil smiley: merci fardinarde d'avoir ouvert ce sujet puisque moi aussi je fais partie des IMC dits "normaux" et je reste quand même sur LC parce que j'en ressens un vrai besoin. Je reconnais que je n'ai jamais connu les désagréments qui peuvent accompagner un poids important (douleurs, difficultés à s'habiller, remarques blessantes....). Mais j'ai eu aussi mon lot de souffrance (et de remarques assassines) et j'ai aussi mes combats à mener. J'ai un IMC normal mais je n'ai pas pour autant une estime de soi qui crève le plafond et je me prends rarement pour la reine de la terre, j'ai autant de propensions à me faire me sentir coupable et à me flageller que n'importe qui! wink

Et j'ai également une relation à la nourriture de type "amour/haine" qui me pourrit un peu (beaucoup moins qu'avant LC) la vie....

Chléa.
Abonné

Je suis exactement dans le même état Kaylee : tristesse et colère

Pour moi, la " relation " s'est déjà effilochée, et bien au delà de l'effilochage puisqu'elle est carément rompue depuis 1 an . Sauf que je ne parviens pas à oublier, à m'en détacher . Ca me rend triste de constater que je suis incapable de passer à autre chose alors que j'en ai profondément envie ..mais rien( ni personne ) n'y fait

J'ai tout tenté, y compris les bonhommes allumettes recemment, et ce matin, désespérant ,  alors que j'entr'apercevais le " sujet " par hasard,( ce que j'ai tres soigneusement evité ces derniers mois )  je n''ai pu que faire le constat que je n'étais pas guérie( peur au ventre, coeur qui s'accélère, envie de fuir - ce que j'ai fais , du plus dignement que j'ai pu- mais envie qu'il me voit - ce qui n'a pas été  le cas je pense -  ) 

Ca me rend folle de ne pas réussir à faire en sorte que "ça " s'arrete...et c'est totalement insupportable pour moi d'imaginer vivre avec ça pour toujours ( et là, en plus,  je suis en plein dans le complexe de la  fille seule )

 

Idem aussi pour le " Cailler  " : j'avais trouvé le site allée et fait le constat que la livraison était impossible

Dans le même registre, j'ai le souvenir d'une pate à tartiner, goutée dans mon enfance, bien meilleure que le Nut' sous la marque Cote d'or ; ça s'appelait le Pastador. Une sorte de texture mousse, avec le gout inimitable du Cote d'or( certaines d'entre vous s'en souviennent peut'etre ? ..pour les plus vieilles car ça doit faire 25/30 ans qu'on ne le trouve plus)  

Recemment j'ai appris que le produit était réédité, par une autre marque et de nouveau dans les rayons de supermarché...mais après recherches, uniquement dans le Nord...

Pfiff....

izabelle
Animatrice forum

[quote=Kaylee]

apprendre à accepter ce qu'on ne peut changer (une relation sentimentale quii s'effiloche contre mon gré), tristesse et colère à la fois, mais je crois, en y réfléchissant bien, que je suis en colère contre moi parce je n'arrive pas à l'accepter et à faire avec, justement. Lorsque je lis dans tes propos que  "la tristesse nous aide à accepter ce qui ne peut être changé", j'ai l'impression que je tourne en rond sad

[/quote]

mais dans les relations sentimentales, il y a tellement de choses mêlées....

des choses qu'on peut changer et des choses qu'on ne peut pas

(la seule chose qu'on peut changer, ce sont ses actes, et son positionnement intérieur)

 

la tristesse, oui, elle sert à accepter ce qui ne peut être changé, mais elle prend son temps

elle est très utile lors d'un deuil, mais on n'est pas triste 10 min et puis c'est bon

on est triste pendant longtemps

j'imagine que ça peut être similaire quand une relation s'effrite

pour ma part je ressens la même chose quand mes amis s'en vont et m'échappent

c'est vrai qu'on ne peut changer une chose, c'est que l'autre veuille être avec vous, qu'on l'intéresse

 

mais de là à se mettre en colère contre soi, ça me semble un peu exagéré 

tu es triste que cet homme ne soit pas plus présent dans ta vie (ou sur le point de s'en aller) et c'est normal

tu es peut-être en colère contre lui de te faire ressentir des choses désagréables sur toi-même, comme le fait d'être non-aimable ou non interessante  et c'est normal

mais être en colère contre toi je ne vois pas pourquoi

si tu n'arrives pas encore à accepter eh bien c'est simplement qu'il faut laisser du temps

et autoriser la tristesse à être là pour faire aussi son oeuvre

c'est vrai que si on la bloque, elle ne peut travailler aussi efficacement que si on la laisse exister

 

ce qui est important avec les émotions, c'est de se mettre à leur tempo

la tristesse prend du temps

si pour l'instant tu es triste et en colère, c'est que ce travail est en cours

c'est vrai que dans ce moment-là ce n'est pas très agréable à vivre, mais c'est bien ce qui nous permet au final, de passer à autre chose, de s'orienter vers ce qui est bon pour nous, ce qui nous convient, d'aller vers d'autres types de personnes

en tous cas j'ai envie de te dire : sois bienveillante avec toi-même et laisse-toi le temps

il est normal que cela soit difficile de terminer une relation qui compte

 

[quote=Chléa]

Ca me rend folle de ne pas réussir à faire en sorte que "ça " s'arrete...et c'est totalement insupportable pour moi d'imaginer vivre avec ça pour toujours ( et là je suis en plein dans le complexe de la , en plus, fille seule )

[/quote]

un an c'est pas pour toujours.....

ce n'est pas toi qui fera que ça s'arrête, mais si tu autorises tes émotions à être plus présente,  tu seras plus à même, en te donnant le temps, de faire face à cette situation

c'est important de lacher le controle, pour les émotions, leur faire confiance,  au lieu de vouloir les arrêter

c'est elles qui "font le job",  et en les écoutant, on a des infos précieuses

c'est souvent amer, difficile mais salvateur

 

 

pardon d'avoir dévié sur le sujet de base.......  mais c'est plus simple de répondre dans le fil où les questions sont posées

 

peut-être qu'on devrait ouvrir plus de fils sur l'acceptation émotionnelle car finalement c'est un peu le "noeud" du problème pour pas mal de gens (en tous cas pour moi)

Kaylee
Marraine

@izabelle : grand merci de tes propos enlightened

 

[quote=Chléa]

Idem aussi pour le " Cailler  " : j'avais trouvé le site allée et fait le constat que la livraison était impossible[/quote]

D'un autre côté, avec les droits de Douane s'il leur prend l'envie d'ouvrir le colis, et le risque que le chocolat fonde suivant comment il est transporté, ça peut se comprendre.

 

[quote=Chléa]Dans le même registre, j'ai le souvenir d'une pate à tartiner, goutée dans mon enfance, bien meilleure que le Nut' sous la marque Cote d'or ; ça s'appelait le Pastador. Une sorte de texture mousse, avec le gout inimitable du Cote d'or( certaines d'entre vous s'en souviennent peut'etre ? ..pour les plus vieilles car ça doit faire 25/30 ans qu'on ne le trouve plus)  

Recemment j'ai appris que le produit était réédité, par une autre marque et de nouveau dans les rayons de supermarché...mais après recherches, uniquement dans le Nord...

Pfiff....

[/quote]Il y a meilleur que le Nutxxxx rempli d'huile de palme, ça s'appelle Nocciolata, en pot de 250 gr, ou 375 gr ou 750 gr, il y a sur l'étiquette le logo AB parce que c'est bio (que ce soit bio ou non m'importe peu, mais je me dis que, quitte à bouffer du gras, autant que ce ne soit pas de l'huile de palme) c'est de la pâte à tartiner sans huile de palme et c'est vendu dans plein de supermarchés, chez Carrefour c'est au rayon où il y a les produits bio.

 

Pour revenir dans le sujet de ce fil, j'ai perdu presque 5 kg depuis que je me suis inscrite sur LC, je pèse actuellement 61,3 kgs pour 1,58 m, donc IMC normal, je ne suis pas/plus/pas encore à nouveau grosse, mais bouffer m'obsède, bouffer c'est mon défouloir, mon doudou, au gré de mes soucis/humeurs/état d'esprit je me détruis à coups de fourchette et j'oscille entre 48 et 75 kgs. Tout mon excédent de poids est sur mon ventre, c'est si inconfortable... si inesthétique...

J'aimerais vraiment arriver à me réguler une bonne fois pour toutes et ne plus me servir de la nourriture pour me faire du bien ou, pire, pour me punir...

Chléa.
Abonné

[quote=Kaylee]

IMC normal, je ne suis pas/plus/pas encore à nouveau grosse, mais bouffer m'obsède, 

J'aimerais vraiment arriver à me réguler une bonne fois pour toutes et ne plus me servir de la nourriture pour me faire du bien ou, pire, pour me punir...

[/quote]

Idem pour moi : j'ai perdu 9 kg depuis que je suis LC .  A ce jour , 1, 63 et 58 kg, je ne suis clairement pas en surpoids . Je m'habille en 38 ( entre 36 et 38 en fait ..sauf que ça n'existe pas ! ) et j'ai la chance d'etre bien proportionnée . Je n'ai plus de problèmes avec mon corps, je le trouve même plutôt joli ( ouh lala : c'est la première fois que j'ecris un truc pareil, ça me fait limite peur de l'ecrire ..comme si le fait de l'ecrire va faire que dans la seconde qui suit, tous les kgs perdus vont revenir  et que mon corps va subitement se deformer...)

Pour le moment, je ne me fustige plus avec la nourriture ( qui reste  quand même tres tres presente dans mes préocupations, je trouve ..peut'etre parce que c'est un des rares plaisirs auxquels j'arrive à accéder ? ) , mais j'ai peur que ce ne soit qu'un moment, peur que les compulsions reviennent  au galop ...

La peur de regrossir est quand même bien là ..

Ca ne me derange pas, au contraire, de me faire du bien avec la nourriture.- j'ai appris à le faire ici - .ce qui me derangerait  ce serait de recommencer à me punir avec

pupucevert.
Abonné
Hello a toutes Moi sur LC depuis debut aout Et c'est durrrrr J'ai mange sucré depuis petite Je me servais de mon argent de poche pour acheter des kinde bueno, des smarties, des "lilapause"... Si je n'avais plus de sous, ma mere m'avancait des sous et mon "decouvert" etait recouvert avec l'argent de Noel qui servait a rembourses mes dettes Je me souviens qu'on etait pas a pleindre niveau argent mais qu'il fallait fairee attention au budget! Je sais meme quand mes parents allaient arreter de payer meur remboursement maison!!!! J'ai souvent ete en surpoids puis j'arrivais facilement a reperdre avec des regimes qui me convenaient.... Puis une et 2 grossesses! Et la je galere a me reguler! Je ne suis pas dans les "obeses" Bien sur mais je me sens boudinee Mal dàns mon corps Je mange quànd je suis heureuse ou alors fatiguee et enervee Quand je suis stressee ca me coupe l'appetit LC super mais je pensais que je perdrais vite! Dur dur Avec ca un coté travail qui ne me convient pas et je mange au travail !!!! Je compulse a fond J'ai une fille gourmande et qui me semble compulsive aussi Dur de la reguler quand on est deregle soi meme J'adore faire la fiesta ! Alors forcement l'alcool et les plats et les desserts.... Pas facile d'accepter de ne plus avoir faim quand c'est si bon!!! Sinon je suis madame nutella kinder Je pourrai en manger matin midi soir Ce qui m'avait fait reperdre il y a 2 ans c'est mon traitement pour la depression Mais quand ca s'arrete et bah le poids revient!!!! Aussi les hormones... Ah les hormones.... Dur aussi a gerer! Quand je suis bien c'est quand je n'ai aucune hormone ( pilule sterilet ect....) Voila un petit peu de ma vie.... Merci a vous pour votre lecture et vos reponses!
Daan.
Abonné
Violette j'aurais pu écrire tes deux posts. L'impossibilité d'affirmer ma volonté d'arrêter de manger. Je pense qu'il s'agit d'un problème de peur du rejet, peur de ne plus être aimée si on est soi-même, on recrée le rejet qu'on a vécu enfant. Une fois j'en ai parlé à mon mari il m'a dit que c'était une excuse que je me donnais (de penser qu'il n'apprécierait pas que je ne mange pas comme lui), et que lui s'en foutait. Et je suis sûre que c'est vrai. Mais difficile d'aller contre ce sentiment profondément ancré que manger = avoir de l'amour, et ne pas manger c'est rejeter l'amour et risquer l'exclusion. Ensuit, pour le fait de rester en boucle sur nos comportements, on sait au fond qu'on a dépassé les histoires de faim/satiété, et on est au niveau de se confronter à nos émotions, et pour moi ça remet en cause toute ma façon d'être et qui je suis, c'est un gros morceau, donc la facilité est que quand cela remonte un peu trop à la surface et que je vais m'en saisir, je saisi le chocolat à la place, par frayeur des changements que pourrait amener le fait d'être soi. Mais je ressens en même temps que petit à petit, ça vient. C'est sans doute trop énorme pour que ça arrive d'un coup, et c'est normal que l'inconscient cherche à nous préserver d'un si grand choc. Je sais aujourd´hui que j'ai fait taire qui je suis et me suis toujours comportée comme ce que je pensais qu'on attendait de moi, et souvent c'est le cas quand on est hyper sensible d'ailleurs, il faut se fabriquer un faux self. Et en plus, même lorsqu'on commence à entrevoir qui on est, on ne sait plus comment se comporter parce qu'on ne s'est jamais entrainé !! Il y a je pense une période d'adaptation. Et en ce moment j'en suis où je ne réagis plus comme avant devant les situations, mais je ne fais rien, je me contente de respirer en PC et j'analyse, car je n'ai pas les outils, le savoir faire pour répondre à une situation en étant moi, surtout que parfois, comme au travail, il faut quand même savoir ne pas être complètement entière et transparente.
fadinarde.
Abonné
[quote=izabelle]

super fil !!!

 

en effet de mon côté, je me sens beaucoup moins "grosse" maintenant qu'à 20 ans, alors qu'en fait je pese 10 kg de plus

mais bon entre-temps j'ai surtout muri, appris à me connaitre

et dans les faits, je suis plus grosse, mais je le sens moins, surtout c'est beaucoup, beaucoup moins important

 

[quote=fadinarde]J'ai juste trop d'émotions que je n'arrive pas à faire taire.[/quote]

voilà le problème

et rester sur le site, à mon sens, c'est surtout pour le forum, car à ce stade c'est surtout par les échanges que l'on peut progresser et notamment dans le domaine émotionnel

je suis d'accord pour dire que LC ne fait que nous ouvrir des voies, mais en en parlant entre nous, de l'acceptation émotionnelle, c'est aussi comme ça qu'on progresse

 

donc fadinarde, tant que tu chercheras à faire taire tes émotions, c'est sur que tu auras des EME massives, desespérantes

et je comprends tout à fait que le fait d'être régulée n'enlève pas pour autant la souffrance que c'est d'avoir ce fonctionnement-là

 

les émotions ne sont pas à faire taire, mais à vivre

tu n'as pas  "trop d'émotions",  tu as simplement plus d'émotions que la moyenne

c'est vraiment un truc que j'ai compris depuis que je me suis réappropriée ma sensibilité : certaines personnes ressentent  "beaucoup"

et ça parait "trop", mais en fait non, c'est juste nous, on est comme ça, on réagit beaucoup aux choses

 

pas trop le temps de détailler pour l'instant donc j'y reviendrais

mais ce que j'ai envie de te dire, c'est d'apprendre à faire de tes émotions  un guide, un atout

elles sont des amies, des guides, elles nous aident à réagir de façon adéquate, à connaitre nos valeurs

pour peu que l'on ne les craignent pas en effet, que l'on n'en ai pas honte, qu'on accepte de les avoir et tant pis pour la société bien pensante aseptisée qui voudrait que tout soit toujours carré  et pas "trop" fort

 

là j'ai un patient dans la salle d'attente donc je reviens tout à l'heure lire la suite du fil et continuer ma réponse

[/quote] Bonsoir à toutes :-) Merci Izabelle, je ne te dirai jamais assez combien tes réponses sont pertinentes, mais surtout je te décerne la palme de la patience!!! Je crois que ça doit faire au moins 4 fois que tu prends la peine de m'expliquer, et me ré-expliquer que non, les émotions faut pas les faire taire mais accepter qu'elles soient là! Tiens encore une fois ça rejoint les propos de Dufour dont j'ai maintenant lu tous les bouquins, et qui dit que notre corps est notre meilleur ami, et que chaque douleur, mal ou maladie est un signal qu'il nous donne pour que l'on se remette sur le chemin qui est le notre. C'est proche de ce que tu dis: que les émotions sont un guide... Le problème est toujours le même: la théorie c'est simple, mettre en pratique nettement plus difficile! Mais on va persévérer, et en discuter ouvertement! Je suis contente de voir que vous êtes assez nombreuses à vous reconnaître dans mon profil. Parfait, les discussions n'en seront que plus riches! Sur ce je vous laisse, il est 00.45, et vraiment l'heure pour moi de dormir, longue journée, longue semaine. Et ce matin j'ai reçu une proposition de CDI pour un nouveau job, toujours dans le même domaine, mais mieux payé, toujours à 80% pour que je puisse profiter de la vue, et surtout un futur patron qui aime écouter, suivre et sponsoriser les initiatives de ses employés. Donc un changement qui va me faire du bien. Même si j'ai un peu peur, que ça arrive très vite (je dois démissionner cette semaine pour commencer en novembre.... ) et que je ne sens quelques loyautés par rapports à collegues.... Ridicule, je sais :) Bonne nuit!
Violette28.
Abonné

[quote=izabelle]

chaque émotion est utile, et elles nous aident à réagir au monde

la colère nous apprend qu'on nous a manqué de respect et qu'il est temps de rétablir une limite

la tristesse nous aide à accepter ce qui ne peut être changé

la peur nous prépare à relever des défis

sur toutes ces émotions, la défusion ne s'applique pas, car ce sont des émotions pures, sans pensée

 

la défusion n'est intéressante que pour nous aider à donner moins d'importance à  certaines pensées, liées à certains ressentis, eux-mêmes liés à des familles d'émotions

ça aide surtout à faire en sorte que l'histoire de la nulle, de la bouteille de perrier (je me souviens!!), de la fille seule ou de la fille non reconnue dans son travail   ne nous occupent plus l'esprit  A CE POINT LA

[/quote]

Oui, oui, MERCI Izabelle pour ta patience. Et ce que tu dis là vient de faire tilt, parce que je mélangeais jusqu'à présent pensées et émotions. Je SAIS très bien que ce n'est pas la même chose, mais là, avec ce que tu viens de détailler là-haut, je crois que je viens de comprendre.

J'ai eu une période de grande colère envers mon ami, et tous les soirs, je faisais la vaisselle en ruminant des pensées négatives ("pourquoi c'est à moi de faire ça, moi aussi j'ai bossé toute la journée, patati patata....") et la défusion a super bien marché sur ces pensées, et en plus j'ai fini par ne plus être en colère. J'ai dû inconsciemment en conclure que défusion = plus de colère, or pas du tout!!!!

A chaque fois que j'essaie aussi d'appliquer la défusion quand je pars "en vrille" et que la tristesse m'envahit par exemple, ça ne fonctionne pas. Je crois qu'Izabelle, tu me disais dans un autre post, qu'il fallait alors se centrer sur ses sensations dans son corps.

C'est drôle, tout ce que tu dis, toi tu l'as compris (et tu le ressens), c'est clair et limpide, mais moi c'est comme s'il fallait que je mette les bouts d'un puzzle dans le bon sens pour que que ça finisse par avoir du sens pour moi.

Je fais aussi cette erreur de vouloir "faire taire " mes émotions. Je suis une personne qui a régulièrement le "vague à l'âme", et au lieu de l'accepter et de le vivre, je me dis "oh non, ça revient, cette déprime..".

J'ai récemment réussi à ne plus prendre mes moments de fatigue pour une fatalité (après plusieurs jours où fillette me réveille la nuit, par ex), en me disant: je constate que je suis fatiguée, je peux quand même vivre cette journée, même avec la fatigue auprès de moi. Bien sur, la fatigue n'est pas une émotion, mais j'aimerais  réussir cette acceptation avec la tristesse: ok, je suis triste et mélancolique, je peux quand même vivre cette journée!!!

Voilà pourquoi je n'arrive pas encore à me désabonner: je louperais ce genre de discussion passionnante!!!!!!!! ;-)

Violette28.
Abonné

[quote=fadinarde]

Et ce matin j'ai reçu une proposition de CDI pour un nouveau job, toujours dans le même domaine, mais mieux payé, toujours à 80% pour que je puisse profiter de la vue, et surtout un futur patron qui aime écouter, suivre et sponsoriser les initiatives de ses employés. Donc un changement qui va me faire du bien. Même si j'ai un peu peur, que ça arrive très vite (je dois démissionner cette semaine pour commencer en novembre.... ) et que je ne sens quelques loyautés par rapports à collegues.... Ridicule, je sais :) Bonne nuit!

[/quote]

Génial Fadinarde, pour la proposition de CDI!!

Pour les loyautés envers tes collgues (et amies peut-etre?): si elles te connaissent un peu, elles doivent savoir que tu ne te sentais plus bien dans ton boulot. Moi aussi, quand j'envisage de quitter mes collègues, je culpabilise, mais il faut prendre soin de soi en premier! ;-)

Violette28.
Abonné

[quote=Daan]

Ensuit, pour le fait de rester en boucle sur nos comportements, on sait au fond qu'on a dépassé les histoires de faim/satiété, et on est au niveau de se confronter à nos émotions, et pour moi ça remet en cause toute ma façon d'être et qui je suis, c'est un gros morceau, donc la facilité est que quand cela remonte un peu trop à la surface et que je vais m'en saisir, je saisi le chocolat à la place, par frayeur des changements que pourrait amener le fait d'être soi.

[/quote]

Oui, Daan, la frayeur du changement est là. Je me disais ça hier: mais pourquoi je pense encore dix fois dans la journée à maigrir? Pourquoi je ne laisse pas tomber, et je n'entre pas "juste" dans l'action? Je me suis rendue compte que ça me tétanisait: ok, j'entre dans l'action... Mais quelle action?

Et là, je tourne en boucle, et je n'ai plus qu'à retourner sur le fil "c'est quoi ce sentiment de vide", et plancher sur les valeurs qui ont une importance pour moi!!!!

Mais comme tu dis, ça avance, faut pas être trop pressées, ça ne peut pas arriver d'un coup:

petit à petit, on devient moins petit!!! ;-)

fadinarde.
Abonné
Bien sûr que tu as raison, Violette! Je n'ai d'ailleurs jamais caché mon ras le bol à mes collègues! C'est vrai que le problème des loyautés est assez présent en moi.... Loyauté familiales pour commencer, amicales ensuite, parce que oui, mes collègues sont un peu plus que juste des collègues. Et je sais (sans prétention je crois) que je vais leur manquer, même si nul n'est irremplaçable :-) et surtout ce nouveau job arrive très vite, et je sais que je vais les mettre dans le pétrin parce que je vais partir pile au moment où... La boutique entière ne repose presque que sur mes épaules... (Au niveau gestion du planning). Mais ce n'est pas mon problème, finalement pas bon plus celui de mes collègues. Ce sera au boss de prendre les dispositions nécessaires au bon fonctionnement de la boîte! Et je me répète: JE VIUS ENVOIE VOLONTIERS DU CAILLER SI VOUS MOURREZ TROP D'ENVIE de le goûter!!!!
Pattie
Abonné

[quote=izabelle]

peut-être qu'on devrait ouvrir plus de fils sur l'acceptation émotionnelle car finalement c'est un peu le "noeud" du problème pour pas mal de gens (en tous cas pour moi)

[/quote]

ll y a un très bon parcours alimentaire, sur ce site. Le parcours sportif, je ne sais pas trop, j'ai assez vite laissé en plan. Mais pour le "parcours émotionnel", heureusement qu'il y a le forum. Je suppose que c'est nettement moins simple d'élaborr un "parcours émotionnel", ou même pas possible.

Je me disais aussi qu'il y a beaucoup de chat avec les docteurs ou les coachs pour aider à débuter, mais aucun dans le groupe des experts. Après, je ne sais pas ce que j'en attendrais (sinon, je pense que j'aurais soumis l'idée dans le fil des idées d'amélioration). Rien qui parle de balance ou de faim, en tous cas.

pupucevert.
Abonné
Fadinarde: Moi je veux bien gouter du CAILLER! 8)
cilou_cile.
Abonné

[quote=Violette28]

Je fais aussi cette erreur de vouloir "faire taire " mes émotions. Je suis une personne qui a régulièrement le "vague à l'âme", et au lieu de l'accepter et de le vivre, je me dis "oh non, ça revient, cette déprime..".

J'ai récemment réussi à ne plus prendre mes moments de fatigue pour une fatalité (après plusieurs jours où fillette me réveille la nuit, par ex), en me disant: je constate que je suis fatiguée, je peux quand même vivre cette journée, même avec la fatigue auprès de moi. Bien sur, la fatigue n'est pas une émotion, mais j'aimerais  réussir cette acceptation avec la tristesse: ok, je suis triste et mélancolique, je peux quand même vivre cette journée!!!

[/quote]

J'aurai pu écrire la même chose, Violette! Merci! smiley

Depuis LC (avec les forums et les blogs, surtout) et la RPC, pratiquée quasi tous les jours, j'aime être dans l'action. Mais quand je n'y suis pas, notamment parce que pas envie, eh ben quoi? Le vague à l'âme...et là, depuis qq temps seulement (c'est vraiment pas vieux), je commence à accepter ces coups de moins bien, qui ne signifient pas que je suis nulle ou que l'énergie ne reviendra plus jamais (ce fonctionnement en tout ou rien).

Pareil pour la fatigue: avant impossible d'envisager de vivre sereinement une journée fatiguée donc gros stress pour me coucher tôt et bien dormir (ce qui produit bien sur tout le contraire....)smiley

Merci à Izabelle, aussi, pour le truc de recentrer sur ses sensations corporelles, quand on sent que l'esprit part à la dérive, quand on se dit "ok, je ne pense plus à ça mais alors je pense à quoi?". Je l'avais lu de nombreuses fois mais ça n'avait jamais fait tilt. Je pratique depuis 3 semaines et ça commence à devenir automatique et surtout ça fait beaucoup de bien!

J'ai failli oublier: félicitations Fadinarde!! Je suis très contente pour toi et pour ton nouveau job! Depuis que je suis sur LC et que je te lis, on sent chez toi cette aspiration à autre chose, à un nouveau travail et parfois ton découragement de ne rien trouver. Et là, ça y est! Donc je suis vraiment contente pour toi, ça me fait plaisir!!!

fadinarde.
Abonné

Merci Cilou-cilou!

Oui c'est vrai que l'on se croise régulièrement! J'si toujours eu ce ras le bol, mais j'ai aussi toujours pensé, quelque part au fond de ma tête, qu'un jour une opportunité se présenterai, et donc que les portes qui se fermaient à moi se fermaient parce que ce n'étaient pas les bonnes!

J'espère ne pas me tromper en changeant de job, mais de toute façon je ne risque rien... Dans mon job actuel on est plus ou moins menacées depuis quelques temps déjà de subir une réduction de personnel un jour ou l'autre à cause d'un chiffre d'affaires en berne... Finalement je vais peut-être redonner de la sérénité à mes collègues en partant! Hihihiii!

 

Moi je vous remercie toutes d'alimenter ce fil, je crois qu'il est encore plus percutant que le "papotage entre anciennes du programme" que j'avais lancé il y a quelques temps...

 

Sùrement parce que en tant que "minces" notre problème est émotionnel... Mais cela se voit moins car nos organismes ou notre régulation, font plutôt bien leur travail... (bien que pour ma part je pesais 65kg ce matin, un poids record et ça me mine.... Mais tant de choses à gérer ces temps qu'il faut que je sois gentille avec moi-même... Ça redescendra peut-être tout seul quand je serai moins stressée, dans un autre boulot, etc...!)

Il faut que j'essaie de revenir au présent plus souvent pour éviter les gros n'importe quoi!!

izabelle
Animatrice forum

oh ben moi j'étais comme vous, tout simplement

et parce que j'ai lu ICI  (sur les tchats du mercredi)  à peu près 100 fois que le problème n'était pas les émotions, mais le fait de ne pas les tolérer  qu'au bout du compte ça a pu faire sens peu à peu

ensuite après avoir beaucoup pratiqué l'acceptation émotionnelle, je me suis aperçue que c'était déjà écrit dans  "maigrir sans regrossir, est-ce possible"  et que pourtant je n'avais pas vraiment tilté à l'époque

donc ça ne me dérange pas de "redire"  parce que je sais très bien que pour sortir d'un fonctionnement comme la lutte émotionnelle, qui est si ancrée que c'en est devenue un REFLEXE (pour moi c'était le cas depuis plus de 30 ans),   il faut le temps que  "ça rentre", ça fasse son chemin

de plus, je sais qu'il y a toujours quelqu'un d'autre qui va lire ça, et à qui ça va servir,  ladite personne pouvant être nouvelle et ne pas avoir lu les milliers de fils du forum

 

ensuite pour passer de la théorie à la pratique, y'a pas de mystère, faut se lancer....   faut mettre les mains dans le cambouis, accepter de vivre des expériences émotionnelles désagréables en pleine conscience

ce n'est qu'en s'y confrontant, en le vivant qu'on finit par se rendre compte qu'on se battait vraiment contre soit des moulins à vent (les histoires), soit nos meilleurs amies (les émotions)

 

 

Violette, quand tu penses à maigrir 10 fois par jour, c'est parce que pour ton cerveau, ça serait un moyen de "controle", genre  "si je maigrirs, tout le monde m'aimera et plus jamais je ressentirais ces trucs désagréables" (le cerveau n'st en fait pas très malin des fois.... ;-)

entrer dans l'action, pour toi, ça va être surtout t'autoriser à ressentir avant tout

moi j'ai vraiment commencé le jour où j'ai commencé à réellemetn déguster avec mes papilles gustatives sans rien m'empecher de ressentir,  grace à un défi de Fadinarde, je crois bien!!!!  (tu vois, je te suis redevable)

 

au fait Fadinarde, oui, félicitations!!  je suis super contente pour toi

 

Cilou, oui, se recentrer sur ses sensations corporelles, pour moi c'est aussi LE truc qui m'a permis de sortir du controle des émotions par le mental  (parce qu'il était bien bien ancré le controle)  donc je suis contente que ça te réussisse aussi

Haut de page 
X