Vous avez commencé en juin-juillet ? - 05072011

adbonte
Votre coach

L'été est toujours un excellent moment pour prendre du recul, prendre du temps pour soi, et commencer à modifier ses habitudes !

Cette rubrique est l'opportunité pour chacun de se présenter, et pour tous de faire connaissance.

En regroupant les sujets par date de démarrage de la méthode, cela permet d'échanger avec des personnes qui en sont au même stade que vous.

Pour toute question, n'hésitez pas à contacter votre coach.

Bon coaching !

Commentaires

Aezhenn.
Abonné

La fin (faim?) de journée c'est dur... 

A mon avis c'est vraiment toutes les tensions qui se relâchent, comme un ballon qui se dégonfle ou plutôt comme un barrage où tu ouvres les vannes. Du coup ben tu es submergée par les émotions, tu es fatiguées, bref tu manges pour compenser ça...  enfin chez moi ça marche comme ça en tous cas !

Bon courage et tiens nous au courant !

hemipresente.
Abonné

Bonjour à toutes,

bon courage pour cette nouvelle journée qui commence.

J'en suis à mon 9ème jour dans le premier carnet, j'aurai bientôt un premier bilan. Il me tarde !

J'ai ouvert un fil "Salon de the" dans "on papote on papote" pour celles qui veulent aussi parler de tout et de rien, pas forcément de Line coaching. Tout le monde est bienvenu.

oCACo.
Abonné

Bonne idée pour le "salon de thé" Hémi. 

De mon côté j'en suis à mon 2e jour de carnet. 10 jours ça me paraît long, mais je pense que c'est vraiment ce qu'il nous faut pour retranscrire au mieux la vérité concernant notre rapport à la bouffe.

hemipresente.
Abonné

Oui moi aussi ca me parait long ... mais je crois qu'on va devoir apprendre aussi la patience. Pas ma première qualité pourtant ...

Badwitch.
Abonné

Bonjour !

Sylvie de Cergy (95), j'ai 38 ans et je suis Assistante Commerciale.

Je suis pacsée avec une vieille poule de 7 ans mon aîné, sans enfant. J'adore cuisiner et partager cela avec mes proches. Voilà pour les présentations.

Enfant gironde, mes parents m’obligeaient à « régimer » pour mon bien, résultat : j’ai tjr été en surpoids, à des degrés plus ou moins élevés. Entourée d’une famille « bien portante » et aimant la bonne chère, j’ai comme tout le monde ici été éduquée à terminer mon assiette quoi qu’il arrive, voire (et là c'est épique) à ne jamais refuser d’en reprendre pour prouver que le cuisine était bonne...

Jeune femme célibataire, me nourrissant lorsque j’avais faim, mon poids de forme était situé entre 60 et 65 kg (pour 156cm). Je reste lucide et sais que je ne serai jamais filiforme mais retrouver cette fourchette de poids-là serait l’objectif à atteindre. 15 ans plus tard, j’ai désormais 15 kg à perdre et d'apres l'IMC, j'ai posé un pied (grassouillet) dans l'obésité modérée.

Le net m'a fait découvrir les bouquins des Docteurs Z & A, et sur les conseils du GROS, j'ai depuis février, commencé à consulter une Diététicienne rompue à leurs méthodes. Egalement affublée, (moi, hein, pas la Diététicienne) d’un taux de cholestérol un peu élevé (lié en partie à ma pilule), elle m’aide à corriger cela et insiste pour que je reprenne une activité physique régulière. J’ai, depuis, perdu 2 kg avec des fluctuations à +/- 600 g.

M'inscrire ici est donc l'occasion de renforcer les séances chez cette dernière (même si j’avoue m’être laissée à penser que, peut-être le site remplacerait le praticien humain, car non pris en charge par la sécu...) et profiter des séances de gym à la maison. Je dois également remplir un carnet alimentaire, c’est dire si je vais être bien occupée ces 6 prochains mois !  :)

Je nous souhaite un vif succès à toutes et à tous !

...et n'oublions pas que manger est un plaisir de la vie !

 

 

hemipresente.
Abonné

Bienvenue Badwitch. T'as une drôle de chouette plume, ça fait plaisir à lire ;o)

Ooops.
Abonné

Le RPC, ça me correspond plutôt : j'ai fait du yoga dans ma jeunesse, j'aimais beaucoup cela. Mais c'est là que je me rends compte que j'ai bien perdu ces habitudes un peu zen, et que finalement, je suis bien plus stressée qu'avant, toujours en train de faire mille choses. Du coup, c'est dur de trouver le moment du RPC, et surtout dur de ne pas vagabonder. SI je le fais le soir, quand je suis plus calme, je m'endors !

Je viens de démarrer le carnet alimentaire aujourd'hui.

Bonne continuation à tous !

Badwitch.
Abonné

Merci pour l'accueil hemi !

(je peux t'appeler hemi ?)  :)

 

 

MandM.
Abonné

Bonjour

 

J'ai 43 ans, 4 enfants, un travail qui m'occupe a 150% et je vis loin, très loin de Paris... je pensais donc que cette méthode, avec son suivi, n'était pas pour moi.

 

J'ai toujours était convaincue que la solution était dans l'écoute de ses sensations de faim et de satiété. C'est comme ça que j'ai perdu 14kg il y a 12 ans apres ma 2ième grossesse. Je n'ai jamais fait de régime...

Je n'ai aucune difficulté a les écouter quand je suis enceinte et que j'allaite : j'ai pris très peu de poids pendant mes 3 dernières grossesses et n'ai jamais été aussi mince que 6 mois après l'accouchement.

Mais dès que je n'ai plus la responsabilité de nourrir un petit être, le stress reprend le dessus et allié a la fatigue, ce duo f'enfer m'amène a des compulsions alimentaires.

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, je me suis incrite il y a seulement une dizaine de jours et je m'aperçois déja qu'en fait, je suis une boule de stress, quand tout le monde me trouve d'une zénitude incroyqble, même dans les pires situations.

Je m'aperçois que je mets la barre très haut, dans tous les domaines, pro et perso, si haut que je suis sure de ne pas pouvoir l'atteindre... un ami m'a dit un jour que je souffrais du syndrome de l'imposture et donc, que je me mettais en situation de démontrer sans cesse que je ne suis pas aussi bien que ce que les autres croient. Et forcément, je stresse de ne pouvoir y arriver, de n'avoir pas le temps, les moyens....

Je suis sans cesse en train de me lancer des défis : une famille nombreuse, un poste à responsabilité dans une multinationale a l'étranger, cordon-bleu, couturière-brodeuse... J'étais ravie que le site propose des défis...

Et je m'aperçois que le défi que je n'ai pas encore réussi : m'arrêter 10 mn 3 fois dans la journéee. Est-ce si compliqué 3x10mn à trouver ? Je sais que non, mais pour moi ce sont 10 mn à ne rien faire et j'ai du mal...

Suis-je la seule dans ce cas ? Ca a l'air pourtant simple...

hemipresente.
Abonné

Bienvenue MandM. J'ai déjà entendu parler de ce fameux syndrome de l'imposteur, je pense même que j'en suis passée par là. Ca m'a menée à un burning out retentissant dont je sors à peine. Prends soin de toi, parfois personne d'autre ne peut le faire. Sois indulgente avec toi-même. Tu n'as pas pu trouver 3 fois 10 minutes mais as tu pu trouver une fois 10 minutes ? Tu as culpabilisé de prendre du temps pour toi ? Ce n'est que ça : prendre du temps pour soi. Sois douce avec toi-même, tu as le droit de l'être. ;o)

AnneM.
Abonné

Bonjour tout le monde,

 

Je me lance. J'ai 26 ans, j'habite Londres et je suis célibataire.

J'ai commencé mon 1er régime à l'âge de 12 ans, à ma demande car mes camarades de classe se moquaient de moi (trop grosse, trop moche, avec des lunettes, trop bonne élève) alors que finalement je me trouvais normale. Depuis, c'est la galère: le yoyo, les EME, les compulsions, le manque de confiance en soi, etc.

La nourriture est devenue un réconfort, un refuge dès que je me sens angoissée. Aujourd'hui je dis STOP!

C'est en regardant "C'est dans l'air" que j'ai fait connaissance avec le G.R.O.S. J'ai lu les bouquins des Drs. A & Z mais ce fut trop de choses à digérer d'un coup et je n'ai pas réussi à appliquer la méthode par moi-même. Du coup, il était temps qu'ils se mettent enfin au coaching en ligne!

Je suis aussi suivie par une médecin homéopathe pour la gestion des émotions et du stress. Depuis quelques mois, je réflechis à beaucoup de choses et je remonte aussi dans mon passé. Aïe aïe, ce n'est pas toujours simple mais c'est nécessaire.

Ensemble, nous allons gérer tout ça et enfin faire la paix avec nos sensations, notre corps et la nourriture!

 

A très bientôt sur le forum!

hemipresente.
Abonné

Salut AnneM,bienvenue. Tu as entamé un vrai travail sur toi à ce que je lis. Je crois que tous plus ou moins on en arrive à devoir le faire. Perso mon psy me dit que j'ai un "comportement addictif" toutes addictions confondues. J'ai de la chance de ne jamais avoir été confrontée à une drogue quelconque en gros. La bouffe est mon refuge, comme toi, mais pas n'importe quelle bouffe, le sucré de préférence, ou le bien gras. Oui je mets bien "bouffe" car on ne peut pas dire que je "mange" lorsque je subis une compulsion.

Et vous, vous craquez sur quoi ?

Sophie-lili.
Abonné

Bonjour,

Je suis Sophie, j'ai 24 ans, je viens de région parisienne, et je me suis décidée à m'inscrire il y a deux jours. Cette méthode me tentait depuis plusieurs années, j'ai franchi le pas.

Comme beaucoup, j'ai eu des expériences malheureuses avec les régimes, même si j'en ai fait assez peu. J'ai toujours été un peu ronde, mais pas excessivement (en tout cas, pas au point de me complexer). Au début de mes études, j'ai commencé à prendre quelques kilos en plus, et j'ai décidé de faire le régime weight watchers. J'ai perdu les 4 kilos que j'avais en trop, mais l'année suivante, j'ai commencé à avoir des compulsions alimentaires qui m'ont fait prendre 15kg ! Depuis, impossible de perdre ce poids. Je me sens plutôt à l'aise dans mon corps, mais je sens les kg quand je fais des efforts, et j'aimerais surtout me débarrasser de ces pulsions qui me font manger sans faim, au point de me sentir mal.

Bon coaching à tous !

hemipresente.
Abonné

Salut Sophie,

tu dois en être à découvrir la respiration en pleine conscience alors.

Bienvenue ici.

AnneM.
Abonné

Des fois, je me demande si la nourriture n'est pas ma drogue personnelle... Je craque aussi sur le gras et le sucré: chocolat, bonbons, beignets, viennoiseries en tout genre....

Cela dit, depuis que j'ai commencé le programme, je compulse un peu moins. Le fait de savoir que rien n'est interdit et que je peux manger du chocolat jusqu'au restant de mes jours m'aide énormément....

Les exercices de plein conscience aident bien aussi. Espérons que d'autres exercices dans le même style suivent, histoire de varier un peu.

hemipresente.
Abonné

Oui on se demande tous si on n'est pas addict à la nourriture. Mais le professeur Z dit que ça n'existe pas les addictions alimentaires (même pas avec le chocolat, doc ? ^_^ ). Mais on a des comportements addictifs en revanche. Ce que j'aimerais bien savoir c'est pourquoi les hommes sont si rares à subir ça ?

AnneM.
Abonné

[quote=hemipresente]

Oui on se demande tous si on n'est pas addict à la nourriture. Mais le professeur Z dit que ça n'existe pas les addictions alimentaires (même pas avec le chocolat, doc ? ^_^ ).

[/quote]

 

Ah c'est très intéressant ça!!!

 

Pour les hommes, c'est une bonne question... J'espère que quelqu'un y répondra.

Lyphaé.
Abonné

[quote=AnneM]

Des fois, je me demande si la nourriture n'est pas ma drogue personnelle... Je craque aussi sur le gras et le sucré: chocolat, bonbons, beignets, viennoiseries en tout genre....

Cela dit, depuis que j'ai commencé le programme, je compulse un peu moins. Le fait de savoir que rien n'est interdit et que je peux manger du chocolat jusqu'au restant de mes jours m'aide énormément....

Les exercices de plein conscience aident bien aussi. Espérons que d'autres exercices dans le même style suivent, histoire de varier un peu.

[/quote]

Je crois qu'on est nombreuses à être accro au sucré ici (et ailleurs !)... C'est vrai qu'apparemment le sucre n'est pas une drogue, mais si on me disait l'inverse je le croirais !!

Aquarelle.
Abonné

OUh je vois que je ne suis encore jamais passé par là.

Je suis une jeune diplomée de 28 ans et maman d'un garçon de 22 mois et épouse d'un grande régulé-de-la-bouffe. Pour financer mes études j'étais enseignante temporaire à l'universitaire. En septembre je commence un nouveau boulot... ce qui est bien entendu source de stress.

Ma mère m'a emmenée voir une nutritionniste a 7 ans alors que bon... elle avait plus peur que je ressemble à une partie de la famille que de ce que j'étais. Quand je revois les photos j'ai mal, car j'étais juste une jolie gamine avec de bonnes joues.

J'ai vécu une enfance sans maitriser ma nourriture car ma mère gérait pour moi, selon les principes que lui a expliquée la nutritionniste. Et au gouter d'anniversaire elle déposait des galette de mais soufflés aux mamans pour ne pas que je me reserve deux fois de gâteau.

Bien entendu je faisais aussi beaucoup de sport, ben oui pour me dépenser, vu que j'avais tendance à etre ronde... Au lycée je faisais 12 heures d'art martiaux par semaine, plus les compétitions... et je faisais une taille 42. Ce qui était considéré comme gros... malgrés les repas de ma mere et le sport.

Quand j'ai quitté le cocon famillial pour faire mes études (et vivre ma vie) j'ai explosée. Je filais au supermarché m'acheter des aliments que je n'avais jamais vu chez mes parents, et je les consommais en grande quantité. Et j'ai arreté le sport, mes études étant prenante. Je fais une taille 52.

Maintenant je suis une sur-diplomée en surpoids.

Je voudrais que cela s'arrete et retrouver la paix avec moi.

hemipresente.
Abonné

Pinaise merci maman ... quel parcours ... juste pour de bonnes joues étant gamine !

Aquarelle.
Abonné

C'est affreux parce que c'est la première fois que je mets cela noir sur blanc et que je relis les bouts. Désolées pour celles qui lisent ça... moi aussi ça me fait un electrochoc. Je pense que je vais dessiner cette histoire.... (vraie)

hemipresente.
Abonné

Mention spéciale aux galettes de maïs !

saha.
Abonné

....chez moi l'on dit: "maman, il n'y en a qu'une".....

heureusement, j'ajouterais....

Aquarelle.
Abonné

Ah mais j'en veux même pas à ma mère. Je pense qu'elle a cru faire ce qu'il y avait de mieux pour moi.

Elle a appris plein de notion de nutrition, fait des km pour vois une nutri. spécialiste des enfants et cie...

Elle a écouté son pédiatre ou autre.

Maintenant il faut jusque que j'arrête de fonctionner comme si j'étais une enfant frustrée :). Non ?

Lyphaé.
Abonné

Je ne pense pas non plus être passée par ce sujet-ci. C'est émouvant de lire les parcours de chacun !

De mon côté, j'ai 23 ans, je suis mariée (bientôt un an de mariage) et je n'ai pas d'enfants. J'ai terminé mes études il y a un an et je travaille depuis dix mois. Mariage, boulot, beaucoup de changement dans ma vie depuis un an !

J'ai toujours été gourmande et j'ai toujours été mince en me trouvant grosse (j'ai une vue déformante lol). Et il y a quatre ans, j'ai décidé de faire régime. Je me suis mise à compter les calories et j'ai perdu du poids.

J'étais super heureuse... Mais ça n'a pas duré ! J'ai eu des compulsions, repris les kilos perdus, recommencé mon régime, compulsions, régime...

Quatre ans plus tard, j'ai quelques kilos de plus que mon poids avant régime mais surtout, je me bats tous les jours contre des compulsions alimentaire et hyperphagie. Merci les régimes ! Et merci à mon idée débile de départ de vouloir perdre du poids alors que j'étais mince...

Me voici donc ici, cherchant à retrouver mes sensations alimentaires et surtout à enfinir avec les compulsions !!!

fandeJA.
Abonné

Bonjour Saha

ton message et celui de Hemi qui lui fait suite m'ont fait penser  à ce que j'avais lu dans les bouquins de puériculture ; lorsque j'ai été enceinte, j'ai acheté certains de ces livres, et ils parlaient de cette heure-là : 18 ou 19 h, la tombée du jour, heure à laquelle les bébés se mettent à pleurer, ont un mal-être qu'ils ne peuvent exprimer autrement que par des larmes, et que rien ne soulage, ni la nourriture, ni les câlins, ni les chansons... et un jour ça passe. Mes deux filles ont effectivement connu ces moments délicats pendant quelques semaines, pour mon fils, j'en suis moins sûre.  Alors je me demande si vos compulsions de cette heure-là, ce désir irrépressible de sucré n'est pas une réminiscence de la toute petite enfance, quand quelque chose n'allait pas et qu'il n'y avait aucun moyen d'apaiser ce chagrin? Mais pour répondre à cette question, il faudrait un psy !

hemipresente.
Abonné

fandeJA eh bien je me suis posé la même question !! J'ai deux filles, et elles ont été fortement sujettes à ces angoisses de fin du jour, qui ne coïncidaient pas avec le coucher du soleil puisqu'elles sont toutes deux nées au coeur de l'hiver. Je devais les garder aux bras, les bercer, les rassurer. Depuis que je suis en dépression, 18 heures est pour moi une heure fatidique. Ca représente aussi l'heure à laquelle ma mère rentrait du travail et dénouait mes angoisses d'être rentrée seule de l'école, d'avoir été seule à la maison, mais mettait aussi fin à une solitude que par bien des côtés j'appréciais. Ce n'est décidément pas une heure anodine dans mon histoire !

 

hemipresente.
Abonné

[quote=Lyphaé] Merci les régimes ! Et merci à mon idée débile de départ de vouloir perdre du poids alors que j'étais mince...

Me voici donc ici, cherchant à retrouver mes sensations alimentaires et surtout à enfinir avec les compulsions !!!

[/quote]

Ce cercle vicieux des régimes qui font .. grossir ca semble avoir touché la majorité d'entre nous. Bon sang quelle idiotie. Ca me met en pétard !

hemipresente.
Abonné

[quote=Aquarelle]

Ah mais j'en veux même pas à ma mère. Je pense qu'elle a cru faire ce qu'il y avait de mieux pour moi.

Elle a appris plein de notion de nutrition, fait des km pour vois une nutri. spécialiste des enfants et cie...

Elle a écouté son pédiatre ou autre.

Maintenant il faut jusque que j'arrête de fonctionner comme si j'étais une enfant frustrée :). Non ?

[/quote]

Si, sûrement. On doit pouvoir y arriver !

Ah l'aura du pédiâtre ou du médecin de famille ... la pédiâtre avec mon petit frère a décidé qu'il était trop gras ... alors qu'il n'avait que 4 mois ! Elle a fait supprimer un biberon par jour !!! Il n'a plus fait ses nuits jusqu'à ses 1 an passés et il a fallu tout reprendre de quasiment zéro en recommençant là où la c.......sse avait supprimé un biberon...! 

Badwitch.
Abonné

Bonjour ici,

Au final, il serait temps que tous ces pédiatres, nutritionnistes et diététiciens  "vieille école"  (auprès desquels nos parents ont pris conseil) reconnaissent le danger de leur "savoir" appris pendant leurs études et surtout leur limite pour ENFIN  aborder de nouvelles méthodes !

Et y'a du boulot, Doctor Z le dit lui-même dans son bouquin, au début qu'il exerçait, il a prescrit lui aussi des régimes puisque c'est ce qu'il lui avait été enseigné... avant de tomber sur des tas d'études dans le monde entier qui tendaient à prouver qu'il y avait bien d'autres moyens.

Ya plus qu'à espérer que le chemin se fasse... Inch'allah !

Badwitch.
Abonné

[quote=Aquarelle]

OUh je vois que je ne suis encore jamais passé par là.

Je suis une jeune diplomée de 28 ans et maman d'un garçon de 22 mois et épouse d'un grande régulé-de-la-bouffe. Pour financer mes études j'étais enseignante temporaire à l'universitaire. En septembre je commence un nouveau boulot... ce qui est bien entendu source de stress.

Ma mère m'a emmenée voir une nutritionniste a 7 ans alors que bon... elle avait plus peur que je ressemble à une partie de la famille que de ce que j'étais. Quand je revois les photos j'ai mal, car j'étais juste une jolie gamine avec de bonnes joues.

J'ai vécu une enfance sans maitriser ma nourriture car ma mère gérait pour moi, selon les principes que lui a expliquée la nutritionniste. Et au gouter d'anniversaire elle déposait des galette de mais soufflés aux mamans pour ne pas que je me reserve deux fois de gâteau.

Bien entendu je faisais aussi beaucoup de sport, ben oui pour me dépenser, vu que j'avais tendance à etre ronde... Au lycée je faisais 12 heures d'art martiaux par semaine, plus les compétitions... et je faisais une taille 42. Ce qui était considéré comme gros... malgrés les repas de ma mere et le sport.

Quand j'ai quitté le cocon famillial pour faire mes études (et vivre ma vie) j'ai explosée. Je filais au supermarché m'acheter des aliments que je n'avais jamais vu chez mes parents, et je les consommais en grande quantité. Et j'ai arreté le sport, mes études étant prenante. Je fais une taille 52.

Maintenant je suis une sur-diplomée en surpoids.

Je voudrais que cela s'arrete et retrouver la paix avec moi.

[/quote]

 

C'est bien de l'écrire tout ça ! c'est salvateur, bravo ! Continue à évacuer tout ça !!

 

Moi-même je m'étais laissée aller à coucher sur le papier (enfin sur mon pc) tout ce que j'avais sur le coeur il y a quelques temps et sur plusieurs sujets, pas tous relatifs à l'alimentation...

si ça tente quelqu'un de brûler quelques longues minutes... n'hésitez pas !  :)

//ladiesroom.fr/2008/10/24/grosse-vache/

 

saha.
Abonné

que ts nos dieux veuillent veiller sur nous,

sur nos ames déchirées,

sur nos yeux aveugles face à notre beauté,  

sur nos oreilles sourdes aux cris qui viennent du profond,

sur nos corps vendus au meilleur orateur

sur nos intelligences impitoyables

sur nos coeurs radins d'amour pour nous

amen

hemipresente.
Abonné

Syl je suis en train de te lire, et tu m'émeus beaucoup. Je ne me reconnais pas dans ce que je lis, mais je reconnais des camarades, et les souvenirs remontent. Oh non que j'aie jamais fait partie des moqueurs : je ne crois pas l'avoir été envers qui que ce soit ; mais je ne suis pas bien certaine d'avoir tendu la main ...

Saha très beau poème, merci.

hemipresente.
Abonné

[quote=Badwitch]

Bonjour ici,

Au final, il serait temps que tous ces pédiatres, nutritionnistes et diététiciens  "vieille école"  (auprès desquels nos parents ont pris conseil) reconnaissent le danger de leur "savoir" appris pendant leurs études et surtout leur limite pour ENFIN  aborder de nouvelles méthodes !

Et y'a du boulot, Doctor Z le dit lui-même dans son bouquin, au début qu'il exerçait, il a prescrit lui aussi des régimes puisque c'est ce qu'il lui avait été enseigné... avant de tomber sur des tas d'études dans le monde entier qui tendaient à prouver qu'il y avait bien d'autres moyens.

Ya plus qu'à espérer que le chemin se fasse... Inch'allah !

[/quote]

 

ouaip Inch'Allah

Si même le docteur Z en est passé par là, tu te rends compte du cheminement mental qu'il reste à faire pour les généralistes ... qui sont juste des gens normaux et qui se fient à ce qu'on leur a enseigné. Y'a du taf, docteur, y'a du taf !

Badwitch.
Abonné

[quote=hemipresente]

Syl je suis en train de te lire, et tu m'émeus beaucoup. Je ne me reconnais pas dans ce que je lis, mais je reconnais des camarades, et les souvenirs remontent. Oh non que j'aie jamais fait partie des moqueurs : je ne crois pas l'avoir été envers qui que ce soit ; mais je ne suis pas bien certaine d'avoir tendu la main ...

Saha très beau poème, merci.

[/quote]

 

Merci pour avoir bravé la longueur du texte !

sans voyeurisme aucun, partager tout ça (et d'autres textes), ça fait un bien fou !

 

Bon après midi, ya la vieille poule qui veut aller faire son tour dominical chez castoche et king merlin...

souhaitez moi bonne chance !

hemipresente.
Abonné

Mouaf bon courage, castoche un dimanche c'est pas loin du masochisme quand même ? !

Badwitch.
Abonné

[quote=hemipresente]

Mouaf bon courage, castoche un dimanche c'est pas loin du masochisme quand même ? !

[/quote]

 

on est des grands fous, qu'est-ce tu veux !

Vididi.
Abonné

On est encore en juillet alors je me lance....

J'ai eu 40 ans il y a quelques jours. Peut-être que j'y ai vu un signe après le billet de Caroline de Pensées de Ronde, sur ce site. Je me suis dit que ça pourrait être une solution. Alors voilà, ce matin, je me suis offert ce drôle de cadeau d'anniversaire.

J'ai fait mon premier régime en 5ème, à 12 ans, donc. Ma mère me disait toujours "A ton âge, je ne faisais que 46 kilos". J'en faisais 48 et j'ai commencé à vouloir maigrir. J'ai grossi lentement mais sûrement. Et puis moins lentement grâce à ma troisième grossesse qui m'a laissé un peu plus de 10 kilos, en plus de ceux que les régimes m'avaient apportés. La lecture de JPZ a été une révélation, mais je n'ai jamais réussi à m'y tenir sur la longueur. Je sais que je n'ai pas faim mais je n'arrive pas à ne pas manger.

Le premier pas a toujours été très difficile à faire. Cachée derrière un ordinateur, ce sera peut-être plus facile.

 

J'adore la cuisine, la découvrir, la faire, l'offrir aux autres, mais la nourriture n'est pas toute ma vie! ;-)

J'aime aussi lire, le cinéma, la déco, mon boulot, mon homme et mes 3 enfants! Et être en vacances!

Au plaisir de vous découvrir,

V.

Badwitch.
Abonné

Bonsoir Vididi,

Bienvenue parmi nous et bon anniv' du coup !

Drôle de cadeau, tu as raison, héhéhé :)

Pour la cuisine, on est soeur de lait, je suis pareille !

a très bientot par ici

hemipresente.
Abonné

Donc en résumé Vididi, tu es ici pour une histoire de 2 Kilos en 5ème. Bon dieu ! Et comment ta douce mère pouvait se souvenir de son poids en 5ème, ça je me le demande quand même ... !

saha.
Abonné

....peut-etre sa maman à elle (la mami de Vivid) lui a gentiment fait remarqué qu'elle faisait encore moins à son age.....c'est la chaine de l'amouuuuuurrrrrr!!!

Vididi.
Abonné

En fait elle était très très mince jeune fille et mince jusqu'à ses 40 ans (pas maigre, hein, juste très mince). Quand j'étais petite j'étais très fière d'elle, parce qu'elle était jeune et très chic, toujours soignée. Je trouvais qu'elle était mieux que les autres mamans. Elle me disait juste "quand j'étais jeune, je faisais 46 kilos".  Je l'ai toujours vue essayer de retrouver ce poids de "jeunesse". Je mets des guillemets parce que quand j'avais 12 ans, elle n'en avait que 32 et devait peser 51 kilos pour 1,55 m ......

En fait oui, faut croire que ça se transmet bien ces choses-là... On a grossi ensemble, et moi plus qu'elle, sans doute parce que j'ai été beaucoup plus excessive qu'elle dans les régimes.

Mais tout ça c'est du passé, n'est-ce pas? ;-)

hemipresente.
Abonné

[quote=Vididi]

En fait elle était très très mince jeune fille et mince jusqu'à ses 40 ans (pas maigre, hein, juste très mince). Quand j'étais petite j'étais très fière d'elle, parce qu'elle était jeune et très chic, toujours soignée. Je trouvais qu'elle était mieux que les autres mamans. Elle me disait juste "quand j'étais jeune, je faisais 46 kilos".  Je l'ai toujours vue essayer de retrouver ce poids de "jeunesse". Je mets des guillemets parce que quand j'avais 12 ans, elle n'en avait que 32 et devait peser 51 kilos pour 1,55 m ......

En fait oui, faut croire que ça se transmet bien ces choses-là... On a grossi ensemble, et moi plus qu'elle, sans doute parce que j'ai été beaucoup plus excessive qu'elle dans les régimes.

Mais tout ça c'est du passé, n'est-ce pas? ;-)

[/quote]

Je comprends mieux. Oui c'est du passé !!! :o)

Martine.
Abonné

[quote=Vididi]

En fait elle était très très mince jeune fille et mince jusqu'à ses 40 ans (pas maigre, hein, juste très mince). Quand j'étais petite j'étais très fière d'elle, parce qu'elle était jeune et très chic, toujours soignée. Je trouvais qu'elle était mieux que les autres mamans. Elle me disait juste "quand j'étais jeune, je faisais 46 kilos".  Je l'ai toujours vue essayer de retrouver ce poids de "jeunesse". Je mets des guillemets parce que quand j'avais 12 ans, elle n'en avait que 32 et devait peser 51 kilos pour 1,55 m ......

En fait oui, faut croire que ça se transmet bien ces choses-là... On a grossi ensemble, et moi plus qu'elle, sans doute parce que j'ai été beaucoup plus excessive qu'elle dans les régimes.

Mais tout ça c'est du passé, n'est-ce pas? ;-)

[/quote]

 

ça n'est pas du passé Vididi, la preuve, tu es ici, sur ce site. Normal, si ta mère t'a "mis la pression" dès tes 12 ans. Rivalité mère-fille ??

Vididi.
Abonné

Il y a un lourd passé de comportements alimentaires pathologiques dans la famille, et je ne le réalise qu'en vous répondant... Ma mère était celle qui s'en sortait le mieux et sans doute qu'elle en était assez fière. Elle était cataloguée comme celle qui était mince, la minette de la famille.

Et à coté de ça, peut-être aussi qu'elle s'inquiétait pour moi. Je venais d'arriver dans un nouveau collège, une nouvelle ville, elle venait de refaire sa vie après 7 années de veuvage. Beaucoup de changements dans nos vies. Elle s'est peut-être dit qu'un petit régime m'aiderait à me sentir mieux. Mais elle ne m'a jamais poussé à faire des régimes. Simplement je la voyais se surveiller. Elle ne me mettait pas la pression. Je le faisais très bien toute seule. Dans tous les domaines.

Ce qui est du passé, ce sont les régimes et mon application sans concessions de leurs principes. Et puis peut-être aussi grossir... Je veux le croire.

beasoub.
Abonné

je viens de lire les deux dernières pages, je suis toute émue. les filles, vous êtes des filles bien !!!

Je m'en vais lire le blog d'aquarelle. A tout à l'heure.

Chandler.
Abonné

Bonjour tout le monde !

J'ai 35 ans, pacsée, une fille de 5 ans.

Je suis inscrite depuis qq jours, là j'entame mon 2ème jour de carnet alimentaire.

Je n'ai jamais fait de régime, je ne connais pas cet effet "yoyo", mais c'est bien pour l'éviter que je suis venue ici (merci Caro au fait ;-)).

Je pense avoir environ 5 kg à perdre, en fait mon souci c'est qu'avec les années je grossis peu à peu. C'est pas énorme, mais j'aimerais autant pas ! Je me sens moins à l'aise, et je me dis "jusqu'où ça va aller ???"

Je n'ai pas l'impression de subir des compulsions comme pusieurs ici, mais sait-on jamais ? Il y a peut-être des choses dans mon comportement qui m'échappent.

Bref, je vais faire de mon mieux pour m'écouter, reprendre la natation et on verra ce que ça donne !!

Voilà, bon courage à toutes et tous !

nalo.
Abonné

Bonjour,

j'ai rejoint le programme il y a une semaine, j'ai 47 ans, 4 enfants entre 21 et 15 ans et j'ai pris 5 kg après chaque grossesse. Il y a 2 ans j'ai perdu 15 kg en faisant mon seul et unique régime avec un médecin, que j'ai largement repris . Mais je suis plutôt de tendance végétarienne et le fait de manger de la viande chaque jour ne m'a pas convenu du tout !

j'ai trouvé le site dans "pasychologie magazine" et j'ai décidé de me lancer ! En même temps j'ai repris la course à pied avec un programme d'entrainement trouvé sur le net. Depuis le début la balance penche du bon côté et cela fait plaisir, j'ai naturellement restreint les quantités et je suis au stade où je mange quand j'ai faim !

Le plus dur pour moi sera de conserver le rythme , c'est pourquoi je trouve que l'été est une excellente période pour un démarrage !

Au plaisr de partager avec vous toutes et tous.

Nalo

poopsy.
Abonné

Bonsoir à toutes ! (pas cru lire de garçon dans la liste, désolée si je me trompe)

Vos parcours sont tous intéressants, je me reconnais dans certains...

 

J'ai 38 ans, je suis mariée et j'ai 2 enfants. J'ai découvert Zermati lors de l'émission de M6 "J'ai décidé de maigrir", janvier 2003.

J'ai lu un ou deux de ses livres... adhéré à fond à la démarche ! Moi qui ne m'étais jamais acceptée et avais même sans trop de "vrais" régimes (mais quelques-uns tout de même !) acquis très efficacement tous les mauvais réflexes de la restriction cognitive (mais bon, moi c'est mon père qui m'a emmenée chez le médecin me faire prescrire un régime à 13 ans, hein)

J'ai tenté de prendre rendez-vous en 2004 alors qu'enceinte de ma première fille, je me suis vue gonfler à vue d'oeil, comme si je profitais de la "permission de grossesse" pour lâcher tous mes freins.  Déjà victime de son succès, il y avait des mois d'attente ! J'ai commencé une thérapie avec une de ses collaboratrices puis, les vacances scolaires ayant été immédiatement suivies du congé mater, j'ai cessé de la voir au bout d'à peine 2/3 mois.

Pas guérie, je l'ai recontactée en 2007 et ça m'a vraiment été profitable au début, même si je me suis finalement rendue compte que le transfert que je faisais sur elle n'était pas finalement efficace dans le cadre de cette thérapie : j'avais un syndrome "bonne élève" et je faisais tout bien comme il fallait, pour être dans les bonnes cases, pas pour moi. Sur la fin ça ne fonctionnait plus mais elle ne voulait pas l'entendre, et c'est ma deuxième grossesse qui a été le prétexte à interrompre cette thérapie de plus d'un an. 

J'ai fait une bonne grosse dépression post-partum dont je commence à peine à me sortir (il va bientôt avoir 3 ans tout de même...), j'ai pris pour de mauvaises raisons un travail qui non content de ne pas me convenir me détruisait à petit feu... j'en pars dans 3 mois, ou avant, si je trouve avant... J'ai essayé de prendre rendez-vous à nouveau avec Zermati en avril je crois, mais je suis toujours sur liste d'attente (enfin j'espère). 

Quand j'ai lu Caroline de Pensées de Ronde parler du site en ligne, j'étais en vacances (mais avec donc une connexion au web aléatoire, et des enfants et un mari un peu trop présents pour m'y consacrer), ça m'a donné du temps pour réfléchir à ce que ça pourrait avoir de bien ou pas pour moi (un peu trop accro au web à la base !), les contre ne pesant pas bien lourd dans la balance, je m'étais mise une alarme pour m'inscrire dès mon premier jour de retour à la civilisation (aujourd'hui, donc) et m'inscrire pour 6 mois (sans regrets !)

 

Mon rapport avec la bouffe est, comme vous toutes, complexe... Au quotidien, je n'ai pas l'impression de faire n'importe quoi (je mange bien au-delà de ma faim, ça oui, et bien des "cochonneries" mais sans les investir trop diaboliquement, enfin je crois... enfin c'est peut-être d'avoir intégré les concepts zermatiques depuis si longtemps qui m'ont fait les dédiaboliser, je sais pluuuus), et si mon corps ne tirait pas de sonnette d'alarme il est probable que je ne me serais pas inquiétée.

Et donc oui, mon but c'est de maigrir. Me réconcilier avec la nourriture et mes perceptions alimentaires, ce serait un moyen, pas une fin en soi. Je m'expose à un échec si je pars comme ça ? Peut-être. J'avais tenu en 2007 ou 2008 je ne sais plus, un blog sur Pensées de Ronde (la vache ! Il existe encore !! //www.vivelesrondes.com/poopsy ) où j'expliquais par le menu comment se passait ma thérapie, et je donnais mon poids, et j'expliquais peut-être trop franchement mes attentes par rapport à ça, et un commentaire m'avait blessé qui me disait en substance que tant que je continuais à me focaliser sur des chiffres, à avoir un poids idéal en tête, je n'arriverais à rien. Elle avait peut-être raison, sans doute... 

Mais chiffre idéal en tête ou non, OUI je suis là pour maigrir ! (D'ailleurs, il y a dans le questionnaire le poids qu'on aimerait faire, et ça m'a beaucoup surpris). Parce qu'au quotidien, ce qui me "bouffe" (ah ah), c'est pas, c'est plus mon comportement alimentaire, c'est ma silhouette ! (c'est même pas mon poids dans le fond !) Ce corps que je hais quand je le croise au détour d'une photo ou d'un miroir, ce corps qui ne se laisse pas oublier en m'envoyant ses signaux de douleur quand je me cisaille le ventre à coup de pantalon taille 44... 

Bref ! Il y aurait beaucoup à dire, et ce n'est qu'un premier post de présentation ! J'aimerais beaucoup être assidue au forum... je sais cependant d'expérience qu'il m'est difficile de me démultiplier, que je fais déjà trop d'ordi pour une vie familiale sereine... alors je ne (me) promets rien, je vais déjà tâcher de suivre le programme correctement (hm, ma deuxième séance de respiration, va falloir que je me dépêche de la faire, il reste 20 minutes avant la fin de la journée...)

Allez, je m'y mets ;)

À bientôt les juinettes/juillettes ;)

Giulia.
Abonné

Bonsoir à toutes

Je voudrais me presenter aussi même si mon français est vraiment terrible... :)

Je m'appelle Giulia, j'ai 30 ans, je suis célibataire et italienne. J'habite en Suisse depuis 3 ans (mais je travail en anglais héhé).

J'ai toujours eu une faim emotionelle qui m'a amené à avoir des épisodes de boulimie pas frequents mais constants. Quand j'ai laissé la maison familial j'ai aussi commencé à avoir des problèmes à gerer mon alimentation quand je suis seule, sourtout le soir. Peu à peu j'ai pris 10 kg.

Il y a 3 ans je me suis rendu compte que me crises ont eu un fort impact sur mon estime et je me suis decidé de visiter un médicin.

À present je vois un médicin qui m'a conseillé le livre "Maigrir c'est dans la tête" (dont la raison pour laquelle je me suis inscrite au site) et aussi chez une nutritionniste qui m'a donné quelque directives nutritionnelles.

Je commence aujourd'hui ce programme. Pour moi tout est part du même parcours: Esprit, nutrition et sport.

Je voudrais arriver à avoir une relation saine avec la nourriture, penser mince et surtout arreter les crises boulimiques.

Haut de page 
X