Le microbiote : des micro-organismes qui nous veulent du bien

2
Le microbiote : des micro-organismes qui nous veulent du bien
Les bactéries qui habitent notre tube digestif peuvent-elles influencer notre poids ? C'est à cette question qu'a tenté de répondre une équipe de l'Institut national de recherche agronomique en se concentrant sur les bactéries présentes dans l'intestin, le microbiote.

Des bactéries protectrices

Le microbiote est le nom donné à l'ensemble des bactéries qui sont présentes dans notre tube digestif. Des études réalisées pour en connaître les caractéristiques et les fonctions ont été menées à partir de l'observation du développement de rongeurs qui ont pu être maintenus sans bactéries dès leur naissance et ont été comparés à d'autres porteurs de bactéries intestinales. Plusieurs éléments ont pu être mis en évidence : les intestins des animaux sans bactéries (axéniques) sont deux fois moins vascularisés, leurs enzymes digestives moins actives et le renouvellement des cellules du colon en est ralenti.

Ces micro-organismes joueraient également un rôle fondamental dans notre système immunitaire. Ce dernier est  déficient chez les animaux axéniques, l'intestin présente un mucus plus important (indiquant une nécessité accrue de l'intestin à se protéger). L'implantation de microbiote corrige ces éléments en quelques semaines. Au-delà du système immunitaire, les chercheurs ont constaté que l'implantation de bactéries intestinales chez les animaux qui en sont dépourvus engendre un accroissement du stockage des lipides et une résistance à l'insuline accrue, malgré une diminution de leurs apports alimentaires.

Des bactéries régulatrices du poids

Ces éléments, ainsi que les résultats d'autres études conduisent à penser que les bactéries de notre tube digestif pourraient jouer un rôle important dans la régulation du poids. Les chercheurs de l'Institut français de recherche agronomique ont par exemple observé que le profil de population bactérienne des individus obèses est différent de celui des personnes minces.

L'expérience suivante, menée sur des rats, s'avère pleine de promesses. Des bactéries intestinales de rats obèses ont été transmises à des souris alors que celles de rats non-obèses ont été transmises à d'autres souris. Certaines souris ont reçu une alimentation équilibrée tandis que d'autres ont eu un accès illimité à une alimentation très riche. Les animaux ont été observés durant 8 semaines et leurs intestins ont été analysés en fin de période.

L'expérience a montré que les souris qui avaient reçu les bactéries de rats obèses ont mangé et grossi davantage que les autres.

Les conclusions des auteurs de la recherche portent essentiellement sur la relation effective entre les bactéries développées chez les personnes obèses et leur assimilation de la nourriture. Ils supposent aussi que les modifications dans le type d'aliments consommés peuvent également modifier le profil de population bactérienne. Des recherches se poursuivent pour, peut-être un jour, agir sur le microbiote en vue d'une action sur le poids. A ce jour, bien sûr, nous n'en sommes qu'au tout début de cette aventure, parsemée d'inconnu ...

 

Centre de recherches et d'informations nutritionnelles, Mars-Avril 2012

Federation of American Societies for Experimental Biology (FASEB) (2012, April 23)

2

MON BILAN GRATUIT EN 3 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page 
X