Dopamine et obésité : qui a commencé ?

2
Dopamine et obésité : qui a commencé ?
Les taux de dopamine cérébrale seraient-ils en cause chez les personnes obèses ? Des chercheurs américains émettent quelques hypothèses…

Le taux de dopamine joue-t-il un rôle dans l'obésité ?

Des chercheurs américains (GJ Wang et al. Brookhaven National Laboratory Medical Department, Upton, USA) ont mesuré par PET-scan les taux de dopamine cérébrale de personnes obèses, que l’on a comparé à des personnes non obèses : les personnes obèses sembleraient avoir moins de récepteurs à dopamine que les personnes de poids normal.

Or la dopamine joue un rôle majeur dans la perception du plaisir et du rassasiement. Les chercheurs en déduisent que les personnes obèses, ressentant moins le plaisir alimentaire, auraient donc besoin de plus grandes quantités de nourriture pour parvenir au rassasiement.

Une autre hypothèse évoquée par Wang serait que le fait de manger trop produirait une hyperstimulation des récepteurs, qui conduirait à leur saturation et à une diminution de leur nombre. Les auteurs en déduisent qu’il convient d’orienter les recherches sur des molécules susceptibles d’agir sur le circuit dopaminergique.

Et si c'était l'inverse ?

Et si les choses n’étaient pas si simples ? Certaines conduites restrictives ne pourraient-elles pas elles aussi agir sur le circuit de la dopamine ? Le fait de culpabiliser lorsqu’on ressent un plaisir alimentaire revient à interférer avec ce plaisir et le gâcher. Ce genre de conduite ne pourrait-il pas aboutir à une « maladie du plaisir » et modifier les circuits dopaminergiques ? Inversement, modifier ses comportements alimentaires, quitter la culpabilité et retrouver le plaisir de manger ne pourrait-il pas modifier le nombre de récepteurs dopaminergiques ?

C’est ce que nous observons avec les personnes que nous prenons en charge : au fur et à mesure qu’elles abandonnent la culpabilité alimentaire, qu’elles retrouvent leurs sensations de faim et de rassasiement, elles constatent que la quantité de nourriture qui leur permet d’arriver à la satisfaction diminue.

En fait, notre cerveau est d’une grande plasticité. Il n’y a nulle raison de penser a priori que les obèses ont congénitalement moins de récepteurs à dopamine que les autres, et beaucoup de raisons de penser que le nombre de récepteurs dépend des émotions, des états mentaux.

En somme, le nombre de récepteurs à dopamine modifie notre comportement, mais notre comportement modifie le nombre de récepteurs. N’attendons pas la molécule magique, agissons tout de suite !

 

Wang GJ, Nora D Volkow, Panayotis K Thanos, Joanna S Fowler. Imaging of Brain Dopamine Pathways Implications for Understanding Obesity. Addiction, 2009, Volume: 3, Issue: 1, Pages: 8-18

Wang G.-J., Geliebter A., Volkow N.D., Telang F.W., Logan J., Jayne M.C., Galanti K., Selig P.A., Han H., Zhu W., Wong C.T., and Fowler J.S.
Enhanced Striatal Dopamine Release During Food Stimulation in Binge Eating Disorder. OBESITY (Silver Spring). 2011 Feb 24.

Gene-Jack Wang, Nora D Volkow, Jean Logan, Naomi R Pappas, Christopher T Wong, Wei Zhu, Noelwah Netusil, Joanna S Fowler. Brain dopamine and obesity. The Lancet, 2001, Vol 357, February 3, 354–57

2

MON BILAN GRATUIT EN 3 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page 
X