Le raisin et la vitamine A : clés anti graisse abdominale

0
Le raisin et la vitamine A : clés anti graisse abdominale
Selon une étude menée sur des hamsters, certains composants du raisin aideraient à limiter l'accumulation de graisses dans les tissus adipeux.

Le raisin pour limiter le dépôt de graisses abdominales

Pour réaliser cette étude, deux groupes de hamsters ont été nourris, l'un avec une alimentation normale et l'autre avec une alimentation plus riche en graisses. Les repas des animaux des deux groupes ont été complétés par des procyanidines issus de pépins de raisin. Ces composants, présents dans de nombreuses plantes, sont connus pour leurs propriétés antioxydantes. Les antioxydants préviennent la détérioration des cellules et le vieillissement par leur action sur les radicaux libres.

La faible dose de procyanidines administrée aux hamsters a permis d'observer une prise de poids moins importante ainsi qu'une proportion de masse grasse plus faible (l'indice de masse grasse permet de mesurer la quantité de tissu adipeux et de le comparer à la masse musculaire). La quantité de graisse abdominale (responsable des troubles cardiovasculaires et métaboliques de l’obésité) a également été réduite, la quantité d'acides gras libérés a diminué, influant ainsi sur les dépôts de lipides et de triglycérides.

Les auteurs concluent que les procyanidines contenues dans les pépins de raisins aident à diminuer les dépôts de graisse abdominale et permet d'améliorer le profil lipidique des sujets considérés.

Vitamine A, graisse blanche et brune

Le tissu adipeux est composé de deux sortes de graisses : la graisse blanche qui protège la moelle osseuse, l'orbite et les paumes des mains et constitue une réserve énergétique, et la graisse brune qui génère de la chaleur et produit de l'énergie. Les graisses abdominale et viscérale sont constituées de graisse blanche, et leur excès favorise le développement du diabète et des maladies cardiovasculaires.

Dans le but de trouver des solutions pour aider à la perte de poids et à la prévention de l'obésité, des chercheurs de l'Université de Cambridge se sont intéressés au mécanisme qui pourrait permettre de limiter la production des adipocytes blancs au profit de la graisse brune qui, elle, n'est pas stockable. Cette dernière est régulée par un groupe de protéines, BMP8B, qui, injectées à des souris dans des endroits spécifiques du cerveau, provoquent une activation nerveuse de cette graisse. Les chercheurs indiquent que d'autres substances, comme l'hormone thyroïdienne, permettent l'activation de la thermogenèse par les adipocytes bruns, mais provoquent d'autres troubles, si bien qu’elles ne peuvent être utilisées à des fins d’amaigrissement.

Au Brigham and Women 's Hospital (BWH) et à la Harvard Medical School, les chercheurs ont constaté qu'une vitamine A modifiée permet aux adipocytes blancs stockés (constituant la graisse abdominale) de se comporter comme des bruns et donc de voir les stocks de graisses consommés par l'organisme. L’inhibition de la graisse blanche par certains composants, dérivés de la vitamine A, permet de produire de l'énergie et de la chaleur, comme le font les adipocytes bruns. Les chercheurs concluent qu'une inversion de l'expression du gène associé à ce composant de la graisse blanche, l'Aldh1a1, permet à des souris de produire moins de graisse abdominale et viscérale (blanche) et de perdre du poids.

Source :

International Journal of Obesity , (15 May 2012)

Dr Andrew Whittle Université de Cambridge

Dr Plutzky, Directeur du Programme de prévention des maladies vasculaires au Brigham and Women 's Hospital (BWH).

0

MON BILAN GRATUIT EN 4 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page 
X