Gérer ses émotions autrement qu'en grignotant

Article
Par Françoise
0

La déception, comme d’autres contrariétés, peut vous rendre triste au point que vous vous consoliez avec de la nourriture. Il est temps d’en prendre conscience pour éviter de trop manger et perdre les kilos superflus.

Déception, tristesse, vous grignotez... et prenez des kilos

Armande ouvre le courrier et découvre une lettre commençant par "Nous avons le regret de vous annoncer... ".  Immense déception : cette lettre lui annonce qu’elle n’a pas été retenue à un poste qu’elle pensait fait pour elle ! Intimement convaincue qu’elle allait être prise, Armande ne s’était pas préparée à un refus catégorique aussi froid qu’un courrier à en-tête. Elle s’assoit, pensive et triste, avant de commencer à grignoter un paquet de gâteaux pour se consoler.

Armande réagit à la déception comme à de nombreuses contrariétés en mangeant. Quand un ami annule un dîner, lorsque les promesses des autres ne sont pas tenues... La jeune femme se sent triste, abandonnée et amère car elle a l’impression que les autres répondent mal à ses attentes. Les grignotages sucrés la console.

Gérer ses émotions évite les troubles du comportement alimentaire, pensez-y !

La réaction d’Armande est assez classique. Comme tant d’entre nous, elle se sent déçue car elle attend tellement d’elle-même et des autres que son niveau d’exigence est rarement atteint. Ce sentiment de déception s’accompagne parfois d’amertume, de jalousie voire de désespoir. On peut même s’installer dans un cercle vicieux où l’on est persuadé d’être un perdant, auréolé d’un nuage noir, et tout ce qui arrive dans la vie est interprété en fonction de cette pensée négative. La nourriture peut alors devenir un refuge. Manger peut aussi venir conforter l’idée que, de toute façon,  "je n’arriverai à rien et encore moins à mincir : la preuve, à chaque contrariété, je mange et je grossis".

Il peut être utile de se faire aider pour dépasser ces sentiments négatifs. Cela permettra de mieux cerner la déception et d’y répondre autrement que par la nourriture. Mais aussi d’apprendre à formuler des projets et des envies plus réalistes pour éviter de s’infliger des déceptions. Dans son ouvrage Nice girls finish fat, la psychothérapeute Karen R. Koenig invite à sortir des schémas irréalistes voire de la pensée magique. Se défaire seul de sa frénésie d’aliments sucrés alors que notre entourage et notre mode de vie nous y entraînent peut s’avérer compliqué. Nos forums et nos spécialistes sont là pour vous y aider et vous faire perdre du poids !

Article
Par Françoise
0

Dans la même rubrique

Hyperphagie : un anticorps responsable ?

Avis d'experts
8
Gros appétit, faims anormales ? Un anticorps pourrait être responsable de l’hyperphagie. Une étude de l’Inserm a démontré que des immunoglobulines pouvaient retarder la…
Lire plus

Comment réagir face à l'hyperphagie ?

Article
12
Vous mangez souvent de manière compulsive ? Isolément ? Jusqu'à vous en rendre malade ? Il y a alors de fortes chances que vous soyez hyperphage boulimique. Que faire ?
Lire plus
Tous les articles de la rubrique
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page