Jusqu'à - 20 sur votre programme. Démarrez votre programme à partir de 4 € le 1er mois

Maladie d'Hashimoto et prise de poids : comment soigner la thyroïdite?

Voting

50 avis

0

Qu'est ce que la maladie d'Hashimoto, une maladie auto-immune qui affecte le fonctionnement de la thyroïde. Quels sont ses causes, ses symptômes et quels traitements faut il employer pour guérir de cette anomalie.

Photo
thyroide hashimoto
Body

La maladie de Hashimoto, qu'est ce que c'est ?

La maladie d’Hashimoto, également appelé “thyroïdite chronique lymphocytaire”, est une maladie auto-immune. Les maladies auto-immunes sont dues à une réaction anormale du système immunitaire qui réagit à certains tissus de l’organisme comme s’ils étaient des corps étrangers.

Comment fonctionne la glande thyroïde ?

La glande thyroïde, petite glande localisée à la base du cou, est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. La thyroïde sécrète deux types d’hormones, la triiodothyronine ou T3, et la thyroxine ou T4. Lorsque les taux de T3 et T4 diminuent, on est en hypothyroïdie ; lorsque trop de T3 et de T4 sont sécrétées, on est en hyperthyroïdie. Cette sécrétion d’hormones thyroïdiennes est sous le contrôle de la glande hypophyse, située à la base du cerveau, qui sécrète la thyréostimuline, Thyroid-Stimulating Hormone ou TSH. Les dérèglements de la thyroïde peuvent donc être dus à un problème de la glande thyroïde elle-même, ou un problème de la glande hypophyse. Les hormones thyroïdiennes jouent un rôle majeur dans le métabolisme énergétique, l’accélérant en cas de surproduction d’hormone, ou le ralentissant dans le cas contraire. Tous les organes sont touchés par un dysfonctionnement : le cerveau, le cœur, les reins, les intestins, la température du corps, et le poids. L’hypothyroïdie fait grossir, alors que l’hyperthyroïdie fait perdre du poids.

Les causes et les symptômes de la thyroïdite de Hashimoto

La maladie a été décrite en premier lieu par le docteur Hakaru Hashimoto dans les débuts du XXe siècle. C’est la première maladie d’organe à avoir été reconnue comme maladie auto-immune, en 1957. C’est une des pathologies fréquentes qui peut toucher la glande thyroïde. Elle touche nettement plus les femmes que les hommes, survient dans la plupart des cas aux alentours de la quarantaine. Il n’y a pas de cause identifiée, mais on suspecte une prédisposition génétique dans 20% des cas, un trop grand apport d’iode, l’action de certains virus et infections bactériennes, ou le tabagisme. Les personnes qui ont une thyroïdite de Hashimoto ont aussi souvent d’autres maladies auto-immunes : diabète de type 1, vitiligo, maladie cœliaque, anémie de Biermer, maladie d’Addison, polyarthrite rhumatoïde. Les risques de cancer, de lymphome sont aussi augmentés. La maladie se caractérise par une hypothyroïdie, avec un visage lunaire, infiltré, des doigts boudinés, des cheveux cassants, une peau froide et maladive, des douleurs dans les articulations et les muscles, des troubles du caractère. Tout le métabolisme est ralenti, ce qui se voit à la grande fatigue, la prise de poids, à des sensations permanentes de froid, à la constipation. Un goitre, qui est une augmentation de volume de la glande thyroïde, à la base du cou, est fréquent.

Comment diagnostiquer une thyroïdite de Hashimoto ?

Le médecin endocrinologue prescrira une batterie d’examens. Le taux sanguin d’hormones thyroïdiennes (T3 et T4) est abaissé, tandis que le taux de TSH est quant à lui augmenté. On pratique souvent une échographie, qui montre la présence d’un goitre nodulaire. Mais ce n’est pas tout cela qui permet le diagnostic de thyroïdite de Hashimoto. Celui-ci se fait essentiellement sur les dosages d’anticorps anti-thyroïdiens et anti-thyroperoxydase, qui signent la maladie.

Comment traite-t-on la thyroïdite de Hashimoto ?

Le traitement se fait en fonction des symptômes. On n’opère en cas de goitre que si celui-ci est gros et gênant, ou bien douloureux. Mais souvent, un traitement anti-inflammatoire par des corticoïdes permet d’éviter l’opération. En cas d’hypothyroïdie, on prescrit le traitement habituel dans ces cas, c'est-à-dire des hormones thyroïdiennes de synthèse, la lévothyroxine ou Levothyrox. Les posologies prescrites doivent être réévaluées régulièrement, en fonction des dosages hormonaux. Il est donc impératif d’être suivi régulièrement par son médecin.

Y a-t-il des consignes nutritionnelles ?

Sur le plan nutritionnel, certains donnent des conseils spécifiques : augmenter sa consommation d’acides gras oméga 3, qui sont anti-inflammatoires, en consommant des poissons gras des mers froides, des produits animaux (viandes, laitages, œufs) issus d’animaux ayant brouté de l’herbe (et non pas nourris au maïs et au soja), ou ayant reçu des compléments alimentaires à base de graines de lin. Les mêmes déconseillent les produits riches en saccharose, conseillent à la place les glucides à index glycémique bas, conseillent les aliments riches en fibres alimentaires (légumes, fruits, céréales complètes, légumes secs), ou encore d’éviter le gluten et les « polluants alimentaires ». Mais il ne s’agit là que d’allégations non prouvées, et la majorité des médecins endocrinologues ne donnent pas de conseils alimentaires spécifiques en cas de maladie auto-immune et de maladie de Hashimoto. Simplement, en cas de goitre, ils recommandent d’éviter les aliments goitrogènes (les légumes crucifères, c'est-à-dire les choux dans leur ensemble, les radis, raifort, rutabagas, manioc, patates douces, arachides, soja.


FAQ : Comment savoir si on a la maladie d’Hashimoto ?

Difficile à déceler au début, la maladie de Hashimoto se manifeste par une hypothyroïdie et quelquefois un goitre, c'est-à-dire une augmentation de volume de la glande thyroïde, à la base du cou. L’hypothyroïdie se manifeste par une fatigue physique et psychique, des douleurs musculaires et articulaires, un teint blafard, une grande frilosité, de la constipation, des cheveux et des ongles cassants. Le diagnostic d’hypothyroïdie se fait à partir des taux sanguin d’hormones thyroïdiennes et du taux de TSH ; celui de maladie de Hashimoto se fait sur les dosages d’anticorps anti-thyroïdiens et anti-thyroperoxydase, qui signent la maladie.


Comment guérir de la maladie d'Hashimoto ?

On traite l’hypothyroïdie par des hormones thyroïdiennes de synthèse, la lévothyroxine ou Levothyrox. Lorsqu’une personne éprouve des douleurs ou que la glande thyroïde grossit, des corticoïdes pendant 3 à 4 semaines peuvent soulager le patient. 

 


Quels sont les aliments à éviter en cas d'hyperthyroïdie ?

Les aliments goitrogènes sont à éviter en cas d’hypothyroïdie, voici plusieurs d’entre eux : les choux (fleur, de Bruxelles, frisé), le brocoli, le cresson, le navet, les feuilles de moutarde, les patates douces, les fèves de soja et le rutabaga.

 

Voting

50 avis

0

Démarrez votre bilan gratuit en 3 min

Répondre

Dans la même série

Maigrir en écoutant son corps?

Faites le bilan de votre comportement alimentaire en 3min
Vous n'avez pas trouvé votre bonheur ?

+ de 10 000 membres ont validé notre méthode !

  • "J'ai perdu 6 kilos naturellement avec la méthode minceur Linecoaching"

    La méthode Linecoaching me semble différente car elle installe ou plutôt réinstalle des habitudes naturelles. Manger quand on a faim, s’arrêter de manger quand on n’a plus faim. Je recommande cette méthode!
    Catherine, 43 ans

    Catherine, 43 ans, Gif-sur-Yvette

  • "Le suivi des coachs est très sérieux, j'ai perdu 5 kilos sans effort !"

    Mon comportement alimentaire a beaucoup progressé, je comprends mieux le fonctionnement de l’appétit telle que la satiété, la «bonne faim». Mes habitudes alimentaires ont beaucoup changées, je mange plus lentement.
    Didier, 70 ans, Compiègne 

    Didier, 70 ans, Compiègne 

  • "Avec LineCoaching, j'ai perdu 13 kilos sans régime !"

    C’est une méthode très différente de celles utilisées dans d’autres sites, ce n’est pas du tout un régime. Il s’agit d’apprendre à manger en respectant ses sensations corporelles. Je conseillerais cette méthode à mon…
    Lucie, 19 ans, Étudiante

    Lucie, 19 ans, Étudiante

  • "Je pense avoir atteint mon poids de forme, sans frustrations."

    Cette méthode est complètement différente des autres, puisqu'il s'agit de manger à sa faim, ce que l'on aime, en travaillant sur le mental. J'ai découvert la satiété, après des années de contrôle.
    Maya54, 66 ans, habite à Nancy 

    Maya54, 66 ans, habite à Nancy 

  • "Linecoaching nous apprend à réguler notre rapport à la nourriture."  

    Je n’ai jamais considéré Linecoaching comme une méthode « minceur », mais comme un moyen concret de modifier mon rapport pathologique à la nourriture. Je recommande le programme !
    Adonon, 49 ans, habite à Strasbourg 

    Adonon, 49 ans, habite à Strasbourg 

  • "Une méthode qui transforme le rapport à la nourriture !"

    Linecoching a changé ma façon de me comporter face à la nourriture mais aussi dans ma vie : la pleine conscience s’est fait une place dans mon travail, dans mon éducation avec mes enfants et dans mon quotidien.…
    Votre méthode est révolutionnaire et je pèse mes mots. Elle transforme le rapport à la nourriture et libère l’esprit !

    Meli, 34 ans, 2 enfants, habite à Anglet 

Transverse - Arguments programme

  • Un parcours adapté à votre problématique

    Un parcours adapté à votre problématique

  • nutritionniste

    Un coach du comportement alimentaire à votre écoute

  • Une communauté pour partager

    Une communauté pour partager

  • Une question ? 09 81 41 35 22

    09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h