Je pense à mon poids tout le temps et je ne maigris jamais !

3
Je pense à mon poids tout le temps et je ne maigris jamais !
Vous avez fait tous les efforts possibles pour maigrir. Vous ne savez plus comment faire, vous suivez les régimes à la lettre mais rien n'y fait: sur la balance, l'aiguille ne penche jamais du bon côté. Paradoxalement, plus vous voulez maigrir plus vous êtes attirés par la nourriture. Notre schéma vous explique pourquoi et comment votre poids peut être un facteur de stress.

Le poids, un facteur de stress parmi tant d'autres

L’impulsivité alimentaire n’est pas spécifique d’une émotion particulière. Elle peut être déclenchée par toutes sortes d’émotions : l’anxiété, la colère, la tristesse, l’ennui, la culpabilité, la honte… Ces émotions ne sont pas, elles non plus, spécifiques de situations particulières. Chaque domaine de notre vie est générateur d’émotions : le travail, la santé, les enfants, le couple, la famille, les amis… et, bien sûr, aussi le poids.

Les mangeurs impulsifs ne peuvent s’empêcher de penser à leur poids quand ils sont victimes d’une envie de manger émotionnelle. Dés lors, ils amorcent le cercle vicieux compulsif. Manger les fait grossir, grossir les fait stresser, stresser les fait manger…

Toutes situations les confrontant réellement ou mentalement à leur surpoids est potentiellement susceptible de déclencher une envie de manger émotionnelle et d’amorcer le cercle vicieux compulsif : la balance, les repas trop riches, dépasser sa satiété, l’approche de l’été, une réflexion déplaisante, l’essayage de vêtements, le shopping…

Bien souvent, les personnes qui supportent mal leur surpoids ou celles soucieuses de trop bien faire mettent une attention anxieuse à respecter leur sensation alimentaire par crainte de grossir, de ne pas maigrir ou tout simplement de mal faire leur travail. Cette attention anxieuse est une source de stress suffisante pour déclencher une envie de manger émotionnelle et amorcer le cercle vicieux compulsif.

C’est ce qu’on appelle le stresseur poids.

C’est pourquoi nous insistons tant sur le travail d’acceptation des émotions. Il est important de s’entrainer à mieux supporter les émotions générées par le surpoids afin qu’elles ne déclenchent plus les envie de manger et le cercle vicieux compulsif.

L’acceptation telle que nous l’entendons ne consiste pas à accepter son surpoids mais les émotions qui en découlent. Il s’agit d’une acceptation émotionnelle.

3

MON BILAN GRATUIT EN 4 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page 
X