Comment bien manger quand on mange en famille ?

Article
Par Françoise
2

Attentifs à votre poids, vous redoutez les interminables repas de famille et les excès alimentaires qu’ils peuvent entraîner. Ne fuyez plus ces moments privilégiés ! Apprenez à apprécier ce moment de convivialité en mangeant ce que vous aimez, et en étant à l’écoute de vos sensations de faim et de satiété.

Alexandre passe le week-end chez ses parents, et après des semaines de repas pris sur le pouce entre le travail et les fêtes entre amis, il est heureux de pouvoir bien manger en famille. Soucieux de son petit embonpoint, il aimerait ne pas faire d’excès alimentaire, sans pour autant se priver ni vexer son père qui a passé des heures en cuisine. Il se met à table avec appréhension, mange avec culpabilité et a un air gêné qui ne trompe personne lorsqu'on le sert pour la deuxième fois.

Les repas en famille deviennent vite un cauchemar lorsque l'on fait attention à sa ligne. "Tu n'as rien mangé!", "Pour une fois qu'on est ensemble, tu peux bien faire un petit écart alimentaire !" : ces phrases instaurent une véritable pression et mettent mal à l'aise. Comment bien manger lorsqu'on veut profiter de la convivialité du moment et ne vexer personne ? En retrouvant les sensations de faim et de satiété, vous saurez éviter les excès alimentaires tout en profitant du plaisir de spécialités familiales.

Le repas de famille : un ennemi de la minceur ?

Manger tous ensemble autour d'une table est l'occasion de se revoir, de retrouver les traditions familiales que l'on aimait, enfant. Mais alors que le repas en famille pourrait être un moment agréable où l'on rompt avec un quotidien de grignotage rapide et où on a le temps de déguster de bons plats, il pousse à faire des excès alimentaires, dans l'énervement. On se dispute pour un oui ou pour un non, et les assiettes sont scrutées à la loupe : gare à celui qui ne se ressert pas !

De l'apéritif au café en passant par une succession de plats, on mange beaucoup trop sans y faire attention. En famille ou entre amis, nous mangeons plus que nécessaire, et ce dans l'ambiance agitée de discussions animées. En finissant parfois par s'énerver, on ne profite de rien, on avale sans savourer.

Refuser peut être vexant et les remarques sur nos habitudes alimentaires ou notre silhouette fusent : « Tu n’es pas si gros, ressers-toi ! » ou « Ce ne sont pas mes bons petits plats qui vont te faire grossir ! » Dire « non » n'est pas facile, et comme pour Alexandre, le repas devient un moment de culpabilité.

Comment bien manger en famille

Souvenez-vous, tout d'abord, que manger excessivement lors d'un repas convivial ne perturbe en aucune façon la régulation automatique de vos prises alimentaires par les centres nerveux qui en ont la charge. Un repas qui dépasse vos besoins se traduit par une faim moins intense voire absente, suite à ce repas. Vous avez trop mangé mardi soir ? Vous aurez moins faim mercredi, vous mangerez spontanément moins et le bilan de la semaine ne sera pas modifié.

Supposons maintenant que les repas abondants s'enchaînent, ce qui peut arriver lors d'un séjour en famille. Dans ce cas, le temps nécessaire pour réguler ces excès risque d'être plus long. Mieux vaut alors revenir à vos sensations alimentaires et bien manger sans dépasser le moment du rassasiement.

Prêter attention à ses sensations alimentaires durant des repas conviviaux nécessite qu'on soit capable de partager son attention entre la conversation et ses sensations gustatives. Cette attention partagée est bien utile : on déguste, on savoure, et l'instant d'après, on écoute, on parle. Et on recommence. De toute façon, n'est-ce-pas, on ne parle pas la bouche pleine, et sur le même modèle, on n'écoute pas la bouche pleine. Souvent, ce sont les tensions, les émotions ressenties durant ces repas qui génèrent des envies de manger émotionnelles, et celles-ci empêchent l'écoute des sensations alimentaires. On peut alors avoir recours à un petit exercice de pleine conscience lorsqu'on s'en rend compte : on se recentre sur sa respiration, sur soi-même, pour retrouver ses marques.

Vis-à-vis de la personne qui vous nourrit, moins vous mangez en quantité, et plus vous devez faire des compliments sur la nourriture afin de la rassurer : quel délicieux gigot, avec cette pointe d'ail, super, ces pommes de terre sarladaises, cuites à la perfection, dans leur graisse d'oie, j'adore ça, vraiment ! Ainsi, vous vous ferez pardonner d'en avoir si peu mangé !

Ayez confiance en vos sensations de faim et de satiété, mais sans en faire une obligation rigide. Autorisez-vous à passe outre à certaines occasions. Et sachez vous affirmer, vous défendre contre un gavage abusif, tout en étant reconnaissant des efforts pour vous faire plaisir, pour vous prouver qu'on vous aime.

Basée sur des techniques de thérapie comportementale et cognitive, les activités de la méthode LineCoaching aident point par point à percevoir, respecter et supporter votre faim, savoir habituellement vous arrêter à satiété, à être souple et adaptatif, à vous affirmer lorsque c'est nécessaire.

Article
Par Françoise
2

Dans la même rubrique

Nous pouvons même maigrir en mangeant des chips...

Article
0
Cet article ne vise pas à vanter les mérites d'un régime alimentaire déstructuré, mais il prouve que notre comportement alimentaire, la valeur calorique des aliments que…
Lire plus

Enceinte / alimentation : mieux mais pas plus

Étude scientifique
1
Christine est enceinte, son entourage lui dit qu'il faut qu'elle mange plus, ou en tout cas pas moins. Elle s'inquiète du poids qu'elle prend mais ne voudrait surtout…
Lire plus
Tous les articles de la rubrique

Commentaire

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page 
X