Obésité et grossesse:quels risques pour la santé de la mère et de l'enfant ?

1
Obésité et grossesse:quels risques pour la santé de la mère et de l'enfant ?
Lorsque l'on est en surpoids, est-il dangereux pour sa santé de tomber enceinte ? Et ce surpoids ne risque-t-elle pas de nuire à l'enfant que l'on porte ? Faut-il donc maigrir absolument avant d'arrêter sa pilule ? Quels sont les risques d'une grossesse en surpoids? Touts les réponses dans cet article.

Les risques encourus en cas de surpoids et de grossesse

Tous les médecins sont d'accord sur ce point : l'obésité entraîne un risque accru de complications de la grossesse. L'hypertension artérielle est fréquente et peut entraîner des états de pré-éclampsie ou d’éclampsie. L'éclampsie consiste en des crises convulsives généralisées qui mettent en danger la vie de la femme et de son enfant. Un autre risque possible est celui du diabète gestationnel : cette intolérance au glucose durant la grossesse expose à des complications importantes pour la mère et le bébé. Ce qui explique que la tension artérielle et le taux de sucre doivent être particulièrement surveillés chez la femme enceinte et obèse.

Les accouchements s'avèrent aussi plus difficiles et plus risqués avec un risque de mort néonatale augmenté. Une étude suédoise montre que les femmes obèses ayant un indice de masse corporelle supérieure à 30 ont un risque doublé de mort fœtale, même après correction des autres facteurs de risque comme l'hypertension artérielle, le diabète, ou le niveau socio-économique. Une étude française montre que les complications pour la mère et le fœtus sont multipliées dans une proportion de 2 à 5 en cas d'obésité avec un indice de masse corporelle supérieur à 30.

Mais ce n'est pas tout ! Les mères qui présentent un diabète gestationnel durant leur grossesse ont souvent des enfants de poids élevé à la naissance. Et on estime aujourd'hui qu'un poids élevé de naissance pourrait favoriser l'obésité infantile, ainsi que favoriser des maladies telles que l'asthme ou la tendance à faire des cancers.

Ce sont sur ces arguments d’ordre épidémiologique que le corps médical dans son ensemble s’appuie pour recommander aux femmes qui envisagent une grossesse de perdre du poids autant que possible si elles sont obèses.

Qu'en est-il du poids pris pendant la grossesse ?

Et mieux vaut aussi, là encore le monde médical est unanime, ne pas prendre exagérément du poids durant la grossesse. Une étude des docteurs Ludwig et Currie publiée dans le Lancet en 2010 et menée sur 500.000 grossesses a montré qu'une prise de poids importante pendant la grossesse entraînait généralement un poids plus élevé pour l'enfant à sa naissance. Au-delà 24 kg pris pendant la grossesse, la probabilité d'avoir un enfant dont le poids dépasse 4 kg est multipliée par deux.

Faut-il donc être le plus mince possible ?

Cela voudrait-il dire que plus on est mince, mieux c’est, tant pour la mère que son bébé ? Il n'en est rien ! Lorsque la mère ne mange pas assez durant la grossesse, qu’elle ne prend pas suffisamment de poids, le poids de l'enfant s'avère insuffisant à la naissance, et il semble que cela favorise l'apparition de résistance à l'insuline, puis de diabète et souvent d'obésité à l'âge adulte.

Une étude épidémiologique menée par une chercheuse de l’Inserm a pu montrer qu’une alimentation insuffisante de la mère, même bien avant la naissance de son enfant, et même une alimentation insuffisante de la génération précédente, tant du côté du père que de la mère, peuvent aussi augmenter la prédisposition au diabète de type 2 à l’âge adulte. C'est en utilisant les registres sur la qualité des récoltes depuis le XIXe siècle en Suède et aux Pays-Bas que cette chercheuse a pu montrer ces éléments.

On connaît aujourd'hui le mécanisme sous-jacent de ce phénomène : il s'agit d'un mécanisme épigénétique. Des modifications de l'enveloppe des chromosomes, qui sont acquises de par le mode de vie et d'alimentation, peuvent se transmettre à la descendance sur plusieurs générations. Ce mécanisme de transmission des caractères acquis n'est connu que depuis peu et bouleverse profondément l'idée que l'on se fait de la transmission génétique.

Maigrir, oui, mais quand et comment ?

Toutes ces recherches nous ramènent à des conseils de grand-mère : mieux vaut ne pas être trop gros parce que suralimenté, mais mieux vaut aussi ne pas être trop maigre et sous-alimenté. Mais cela, on le savait déjà : mieux vaut être riche et en bonne santé que pauvre et malade !

Alors, que faire lorsque l'on est en surpoids ou obèse et que l'on projette une grossesse ? Sans doute faut-il garder un peu de bon sens, ne pas sombrer dans le perfectionnisme, et se souvenir que pour toute femme, porter un enfant est une merveilleuse aventure, un grand moment de son existence. Il convient donc de s'y préparer pour que cela se passe au mieux. Il convient aussi de ne pas se gâcher ce grand moment de sa vie avec des exigences que l'on ne pourrait pas tenir. Le confort psychologique de la mère durant sa grossesse est essentiel, et s’angoisser à propos de son poids en permanence peut avoir des effets néfastes pour le bébé que l’on porte. On sait aussi que les efforts de contrôle et les interdits alimentaires entraînent souvent des pertes de contrôle et des boulimies, aux effets délétères.

En préalable à la grossesse, Linecoaching propose un travail sur le comportement alimentaire afin de devenir capable de manger normalement, c'est-à-dire en écoutant ses sensations de faim et de satiété, en mangeant ce que l'on aime, sans aucune privation, mais pas plus que son appétit ne nous l'indique. Généralement, redevenir capable de manger en fonction de ses sensations alimentaires permet au poids de baisser jusqu'au poids d'équilibre. Pour celles qui mangent afin de calmer leurs émotions, un travail visant à augmenter la tolérance émotionnelle permet d'éviter les compulsions et autres boulimies.

Et que faire durant la grossesse ? Nous avons vu que les dernières études sur la question montrent les dangers qu'il y a à s’affamer. Là encore, manger en se laissant guider par ses sensations alimentaires, par ses appétences qui durant la grossesse orientent souvent vers des aliments différents de l'ordinaire, est sans doute la chose à faire. Cela permettra d'éviter de prendre trop de poids durant la grossesse.

Le poids de la grossesse

Rappelons à ce sujet qu'une femme porte sa grossesse et que c'est cette grossesse qui prend normalement du poids. La grossesse à terme pèse de 8 à 10 kg et donc, si on n'a pas pris plus de poids que cela, cela signifie que la mère, en tant que personne, n'a pas grossi durant cette grossesse. Ce n'est que lorsque la prise de poids globale dépasse une douzaine de kilos que l'on peut considérer que la mère en tant que personne aura grossi.

Dans le cas où la mère est obèse au démarrage de la grossesse, elle aura besoin d'une surveillance plus attentive de la part de son médecin pour éviter toute complication. La présence d'un taux trop élevé de sucre dans le sang, une tension elle aussi trop élevée devront être attentivement surveillées.

Mais relativisons un peu ! La majorité des femmes ayant un excès pondéral ont des grossesses qui se déroulent normalement et sans complication particulière. Certes, elles nécessitent une surveillance accrue de la part de leurs médecins, mais n’est-ce pas là le rôle du corps médical, que d’aider à ce que tout se passe bien, plutôt que de faire de la morale? Mesdames les plantureuses, lorsque vous êtes enceintes, ne vous laissez pas moraliser, ni démoraliser !

 

Bibliographie :

P. Lefebvre, J. Bringer. Obésité et reproduction. http://www.gyneweb.fr/Sources%5Cfertilite/obesite.htmMarine

Cygler, Le diabète de type 2 programmé avant la naissance, La Recherche n°463, Avril 2012

David S. Ludwig, and Janet Currie. The Relationship Between Pregnancy Weight Gain and Birth Weight: A Within Family Comparison. Lancet. 2010 Sep 18; 376(9745): 984–990.

1

MON BILAN GRATUIT EN 4 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page 
X