Obésité génétique : un lien entre le surpoids des parents et celui des enfants

Article
0
Obésité génétique : un lien entre le surpoids des parents et celui des enfants

Les traits de notre visage, la couleur de nos yeux, notre silhouette ressemblent à ceux de nos parents. Si mes parents sont gros, serai-je gros moi-même ? Mes enfants seront-ils trop gros ? S’il y a bien un lien entre le surpoids des parents et celui des enfants, sa transmission n’est pas une fatalité.

« Chez nous, on est gros de père en fils, alors pourquoi se priver ? », « Cet enfant sera gros de toutes les manières, je ne vais pas l’empêcher de manger ! ». De génération en génération, nous nous transmettons un patrimoine génétique, mais aussi des traditions culinaires et de nombreuses habitudes de vie. On ne peut écarter le facteur héréditaire du surpoids, mais le lien entre le surpoids des parents et celui de leurs enfants est aussi à chercher du côté des habitudes familiales. Et si l’on ne peut abolir les lois de la génétique, on peut composer au mieux avec elles.

Le facteur héréditaire du surpoids : la transmission d’une tendance à grossir

On n’hérite pas de la graisse de ses parents, on hérite plutôt d’une tendance à grossir plus aisément que d’autres personnes, placées dans les mêmes conditions d’environnement.

Certains gènes prédisposent au surpoids et à l’obésité. La gestion des graisses et la prise de poids est différente selon chacun et dépend de notre patrimoine génétique. Ces prédispositions ne signifient cependant pas qu’elles se concrétiseront automatiquement : tout dépendra du mode de vie et de notre mode d’alimentation.

Le comportement alimentaire au sein de la famille

Dans l’histoire familiale, le comportement alimentaire a des significations complexes. C’est autour de la nourriture que se tissent les premiers liens, et donner à manger, c’est donner de l’amour.

Certains parents surinvestissent l’alimentation de leur enfant. Parfois, dans un souci de trop bien faire, ils préfèrent le voir manger trop que pas assez, et éprouvent une certaine fierté devant l’enfant qui mange « bien » : « il se porte bien ». Un enfant qui dit « non » devant une belle assiette amoureusement préparée crée un drame. Ce refus de la nourriture peut passer pour un refus contre ses parents, qui le prennent vite très mal !

De plus, un enfant va apprendre à manger et à vivre avec ses parents comme premier modèle. Des parents qui mangent vite, goulûment, sans prêter attention à leurs sensations alimentaires ne peuvent espérer que leurs enfants se comporteront différemment. Ce qu’ils leur transmettent, au-delà de leurs gènes, c’est une certaine façon de se nourrir, de se comporter face aux aliments.

En famille, rompre avec les mauvaises habitudes

C’est donc toute la famille, dans de tels cas, qui doit modifier ses conduites alimentaires ! Souvent cela passe par des repas plus calmes, plus policés, où on mange en prenant son temps, dans la joie et la bonne humeur, en ayant des conversations ne portant que sur des sujets agréables, en s'efforçant de prêter attention davantage à ce qu’on mange et à ses sensations alimentaires.

Si donc, vous êtes parents, commencez par prendre votre propre alimentation au sérieux, et mangez avec attention. Ainsi serez-vous en position de demander à vos enfants de faire de même.

Que vous soyez vous-même plutôt ronds ou que vos enfants soient en surpoids, retrouvez les bons réflexes à partager en famille par la méthode LineCoaching. Faites ce travail pour vous-même, mais peut-être aussi pour vos enfants. Jean-Philippe Zermati, nutritionniste et Gérard Apfeldorfer, psychothérapeute, vous aident à prendre conscience de vos habitudes et à transmettre aux enfants les réflexes de bonne santé : faites-leur découvrir le plaisir de bien manger et de partager un bon repas en famille.

Article
0

MON BILAN GRATUIT EN 4 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X