Hyperphagie boulimique : comment faire pour y mettre fin

Article
2
Hyperphagie boulimique : comment faire pour y mettre fin

L'acte de manger peut avoir plusieurs fonctions : celle de gagner en énergie pour que son organisme fonctionne normalement, apporter certains nutriments et micronutriments indispensables, mais également se réconforter et se faire plaisir. En effet, la nourriture peut apparaître comme un moyen de se soulager dans des situations douloureuses ou difficiles. Même si ce comportement est normal, lorsqu'il se répète trop souvent, on parle de trouble alimentaire et plus précisément, d'hyperphagie. Elle peut malheureusement être une cause de surpoids, et a des conséquences néfastes pour la personne hyperphage. Petit à petit, la nourriture devient une obsession dont il est difficile de se défaire. La solution pour résoudre l'hyperphagie? S'attaquer à la source du problème, les émotions, en faisant un travail approfondi pour améliorer sa gestion émotionnelle. Explications.

Qu'est ce que l'hyperphagie boulimique ?

Johanna a pris l'habitude de rentrer du travail en passant devant son épicerie de quartier. Comme plusieurs soirs de la semaine, elle passe y chercher du réconfort après une longue journée. Aujourd'hui, c'est un paquet de biscuits au chocolat qui lui fait envie. Une fois à la maison, Johanna s'installe le plus vite possible devant la télévision et dévore son paquet de gâteaux sans même y penser. Avant même de s'en rendre compte, elle a déjà dévoré tous les biscuits et se souvient qu'il lui reste un paquet de chips non entamé dans son placard. Elle ouvre son paquet de chips, le finit, et se sent mal d'avoir autant mangé, en si peu de temps, et se demande comment elle a pu en arriver là.

Johanna est hyperphage boulimique. L'hyperphagie boulimique se caractérise par le fait de manger beaucoup, sans être motivé par de la faim, très rapidement, sans réfléchir. Contrairement à la personne souffrant de boulimie, la personne hyperphage boulimique ne se fait pas vomir et n’utilise pas d’autres moyens pour éviter la prise de poids comme l’alternance avec le jeûne, la prise de laxatifs ou de diurétiques, ou l’exercice physique frénétique. En revanche, comme une boulimique, la personne hyperphage boulimique vit ces moments de craquages comme des crises où la perte totale de contrôle l'empêche de s'arrêter. Après ces crises, les hyperphages se sentent souvent démunis, et coupables d'avoir craqué. Souvent, ces crises sont provoquées par des émotions pénibles, ou une sensation de vide que l'on cherche à combler par la nourriture. Malheureusement, ce vide ne peut pas être comblé, et l'hyperphage se retrouve à manger sans cesse, et cela, sans jamais trouver la sérénité.

Manger pour se sentir mieux

Comme Johanna, de nombreuses personnes recherchent du réconfort dans la nourriture. Et effectivement, certains aliments, notamment les plus caloriques, peuvent apporter du réconfort. Le problème apparaît lorsque la nourriture n'arrive plus à apporter de réconfort, et que l'on mange sans fin et sans plaisir. Il s'agit alors de remplissage, et quelle que soit la quantité ingérée, le réconfort est de courte durée et laisse place à des émotions négatives et à la culpabilité d'avoir craqué. C'est un cercle vicieux : en cherchant à aller mieux, on mange beaucoup, et après coup, on se sent mal d'avoir trop mangé. A la source de ces dérapages, on trouve les émotions. Dans le cas des hyperphages boulimiques, la nourriture devient un moyen de modérer des émotions négatives. Mais en évitant ses émotions et en faisant appel à la nourriture pour aller mieux, on ne fait qu'amplifier les émotions que l'on souhaite apaiser.

D'où viennent ces émotions qui provoquent l'hyperphagie

Les pertes de contrôle alimentaires sont souvent causées par des émotions. Pour de nombreux mangeurs émotionnels, la nourriture joue un rôle de premier plan : source de plaisir, de soulagement et de frustration, elle devient obsessionnelle. Ses conséquences sur le poids le deviennent également : après chaque craquage, l'hyperphage se contrôle, et guette le prochain dérapage. Et comme à chaque fois, le craquage est à la hauteur de la frustration : plus l'hyperphage se contrôle, plus il craque. S'ensuit ensuite un long cycle de dévalorisation et de jugement négatifs qui entretiennent les crises. Le chemin pour sortir de ces crises peut s'avérer long et douloureux, mais nécessaire pour retrouver la sérénité et un comportement alimentaire régulé.

Pourquoi les régimes enclenchent un cercle vicieux pour les hyperphages

Pour mettre fin à l'hyperphagie, les régimes sont à déconseiller fortement. En effet, tenter de se contrôler en s'interdisant certains aliments ne va qu'aggraver les crises d'hyperphagie. En fait, il faut faire un réel travail psychologique qui va traiter les émotions qui nous font manger. Cela peut être des émotions négatives mais également des émotions positives. Arriver à déterminer les émotions qui nous font le plus souvent manger est une première étape. En les repérant, on peut analyser les situations dans lesquelles les crises surviennent pour les prévenir. Ensuite, comme le prévoit le programme Linecoaching, il s'agit d'acquérir une plus grande tolérance émotionnelle grâce à des techniques de gestion des émotions.

Comment guérir de l'hyperphagie boulimique

Parmi les différentes techniques proposées par le programme, la plus utilisée est la pleine conscience. Il s'agit d'une technique pour prendre de la distance vis-à-vis de ses émotions et arriver à les observer sans jugement. Pour cela, on apprend à se concentrer sur le moment présent, par exemple en observant sa respiration, et à accueillir ses émotions et ses pensées avec bienveillance et curiosité, sans jugement de valeur. Cette technique de gestion émotionnelle a fait ses preuves dans les programmes de thérapie comportementale et cognitive sur le comportement alimentaire, mais aussi dans le traitement du stress, des troubles anxieux ou de la dépression. En acceptant la venue des pensées et des émotions, et en les acceptant dans notre champ mental, on augmente sa tolérance émotionnelle. En traitant en profondeur les émotions, on se dispense d’avoir à faire des efforts d’évitement face à elles, par exemple en mangeant impulsivement et exagérément. La pleine conscience permet de laisser passer ces pensées et ces émotions douloureuses en acceptant leur présence, toute temporaire dès lors qu’on ne lutte pas contre elles, en comprenant qu'elles sont simplement des événements mentaux, et pas des faits.

Pour maigrir durablement, le programme Linecoaching conjugue plusieurs techniques de gestion émotionnelle, mais également un programme alimentaire visant à mettre fin à la restriction cognitive. En effet, en dédiabolisant les aliments dits « interdits », on traite les comportements de restriction qui entretiennent la frustration. Si l'on sait que l'on peut manger du chocolat quand on le souhaite, on n'a plus peur d’en être privé, on n’a plus envie d'en manger en très grande quantité dès qu'on en voit. Progressivement, on apprend à manger à nouveau ces aliments dits « tabous » pour pouvoir les consommer normalement, avec plaisir et sans frustration. En mangeant ainsi, on atteint son poids d'équilibre sans faire de régime, simplement en mangeant selon ses besoins et ses envies, et en écoutant sa faim et sa satiété. C'est la façon la plus durable de mettre fin aux troubles alimentaires et de retrouver un comportement alimentaire régulé.

Article
2

MON BILAN GRATUIT EN 3 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X