Troubles alimentaires et circuits de récompense

Par Françoise
0

Vous voulez maigrir et avoir une alimentation saine ? Attention, vos attentes, vos circuits de récompense, vos croyances, vos habitudes pourraient contrarier vos plans.

Circuit de récompense programmé

Une étude de l’École de médecine de l'Université de Colorado a pu mettre en évidence que, pour un même aliment, les circuits de récompense du cerveau répondent de façon différente en fonction des troubles alimentaires (anorexie mentale ou obésité). Ce constat pourrait influencer la façon dont on prend en charge les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire.

En demandant à des femmes anorexiques et obèses d’identifier certaines formes évoquant un bonbon ou un aliment non sucré, puis de goûter des aliments pour lesquels il était impossible d’identifier s’ils contenaient ou non du sucre, des chercheurs du Colorado ont conclu que les circuits cérébraux des personnes souffrant de troubles alimentaires, obèses et  anorexiques, réagissent aux aliments de façon différente.

En effet, chez les personnes anorexiques, qui font des efforts volontaires afin de se priver de nourriture, le circuit de récompense du cerveau est plus réceptif aux produits qui n'avaient pas l'air sucrés alors que c'est l'inverse chez les personnes obèses. Ainsi la restriction peut être gratifiante chez les personnes qui cherchent à perdre du poids. Cette étude s'inscrit dans la continuité d'une autre, qui établissait déjà que l'association faite par le cerveau entre le visuel d'un aliment et son goût présupposé influence l'intensité d'activation du circuit de récompense.

Nos circuits cérébraux sont influencés par nos habitudes alimentaires et notre éducation

Eh oui, il peut s’avérer difficile de suivre telle ou telle recommandation nutritionnelle quand votre cerveau vous martèlera le contraire. Pour lui, c'est tout ou rien ! Comment s'en sortir ? Dans une étude réalisée aux Etats-Unis sur des enfants et des jeunes adultes ne présentant pourtant aucun trouble alimentaire, il a été observé que quand les jeunes étaient face à de la nourriture salée et riche, ils préféraient spontanément l'accompagner d'une boisson sucrée, alors que quand on servait aux enfants de l'eau, ils mangeaient davantage de salades et de légumes.

Associer les crudités avec du soda ou les frites avec de l'eau ne se fait pas spontanément. Cette tendance à associer repas et boissons vient de l'éducation et des schémas auxquels nous sommes confrontés tout au long de notre vie. Comme ce genre d’associations s’opère dès le plus jeune âge, cette étude suggère qu'il est opportun d'éduquer le palais à des associations bénéfiques afin que les choix alimentaires ne soient pas influencés par les seuls clichés issus d’un marketing agressif.

C'est justement ce que Linecoaching vous propose dans son programme de coaching pour mincir en régulant son alimentation, en associant la dégustation, la prise de conscience des conditionnements liés aux habitudes de vie, et la reprogrammation d'une alimentation intuititive et conforme à vos besoins.

Source :

“Anorexia Nervosa and Obesity are Associated with Opposite Brain Reward Response” Neuropsychopharmacology doi:10.1038/npp.2012.51

"The Brain on Food: Investigations of motivation, dopamine and eating behaviors" 19th annual meeting of the Cognitive Neuroscience Society (CNS).

Par Françoise
0

Dans la même rubrique

Hyperphagie : un anticorps responsable ?

Avis d'experts
8
Gros appétit, faims anormales ? Un anticorps pourrait être responsable de l’hyperphagie. Une étude de l’Inserm a démontré que des immunoglobulines pouvaient retarder la…
Lire plus

Comment réagir face à l'hyperphagie ?

Article
12
Vous mangez souvent de manière compulsive ? Isolément ? Jusqu'à vous en rendre malade ? Il y a alors de fortes chances que vous soyez hyperphage boulimique. Que faire ?
Lire plus
Tous les articles de la rubrique
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page