Un traitement de l'obésité approuvé

Article
0
Un traitement de l'obésité approuvé

Le 27 juin 2012, un communiqué de la Food and Drug Administration, autorité de réglementation de l'alimentation et des médicaments aux États-Unis, annonçait l'autorisation de mise sur le marché d'une pilule de traitement de l'obésité. La pilule a fait l'objet de tests allant d'une à deux années, sur des personnes respectant des caractéristiques précises.

Obésité: un traitement pour qui ?

Le rapport de la FDA stipule que ce traitement ne sera administré qu'à certaines personnes, certainement pour éviter tout abus. L'utilisation de Belviq est autorisé pour les adultes obèses présentant un indice de masse corporelle égal ou supérieur à 30, ainsi que pour les adultes en surpoids dont l'IMC est égal ou supérieur à 27 et qui souffrent d'un de ces symptômes liés au surpoids : hypertension artérielle, diabète de type 2 ou taux de cholestérol élevé. Il va sans dire que les personnes qui n'ont que quelques kilos disgracieux à perdre ne sont absolument pas prises en compte.

L'obésité est une maladie qui touche un tiers de la population des États-Unis et elle a de graves conséquences sur la santé physique des personnes mais également sur leur système cardiovasculaire et métabolique. Les autorités recommandent que ce traitement soit associé à une diminution des apports caloriques et à une activité physique.

Faim, satiété et pilule contre l'obésité

Certaines molécules produites par l'organisme influencent la perception de la faim et de la satiété, et de nombreuses études ont prouvé qu'une intervention sur l'une ou l'autre peut aider à perdre du poids. Ainsi c'est la sérotonine qui a été choisie pour l'action de ce traitement contre l'obésité, Belviq. Son action consiste en une activation des récepteurs de sérotonine du cerveau, qui aurait pour effet une meilleure perception de la sensation de satiété, avec moins de nourriture ingérée.

Les études cliniques ont montré que les patients soumis à ce traitement perdent environ 5% de leur poids initial. Ces résultats sont à amender de quelques contre-indications : la pilule Belviq est interdite aux femmes enceintes ainsi qu'aux personnes qui suivent déjà un traitement qui intervient sur la sérotonine, comme la plupart des antidépresseurs ou des antimigraineux. Un des effets secondaires indiqué est une perturbation de la mémoire et de la concentration. Les examens pratiqués sur les personnes traitées ne montrent aucune incidence du traitement sur l'activité cardiaque, mais de nouveaux essais post-commercialisation seront nécessaires pour valider totalement ses effets.

Mais n’est-on pas là, une fois de plus, face à un coupe-faim ? On connaît les déboires de l’industrie pharmaceutique avec ce type de médicament… Après une période d’enthousiasme médiatique et commercial, après de si belles réussites, on en vient à constater des effets d’échappement à moyen terme, et souvent aussi, une toxicité du produit, qui n’avait pas été révélée par les premières études.

Méfiance !

 

Source :

Food and Drug Administration, juin 2012

Article
0

MON BILAN GRATUIT EN 3 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X