L'embarras du choix : mythe ou réalité ?

1
L'embarras du choix : mythe ou réalité ?
Vous avez déjà hésité devant la vitrine alléchante d'un glacier ? C'est vrai qu'il est parfois bien difficile de faire son choix devant cet assortiment de couleurs et de goûts tous plus tentants les uns que les autres. Et si c'était justement le fait d'avoir le choix qui posait problème ? Des chercheurs de l'OCHA, l'Observatoire Cniel des Habitudes Alimentaires, se sont penchés sur la question. Ils se sont interrogés sur l'importance du choix dans l'alimentation et ses effets sur notre comportement.

Le choix entre deux glaciers

Les chercheurs ont mis au point une petite expérience qu'ils ont soumis à leurs participants américains et européens. Imaginez la scène: vous avez le choix entre deux glaciers. L'un propose une sélection de dix parfums, tandis que l'autre en propose cinquante différents. A prix égal, quel glacier choisiriez-vous ? Votre réponse est beaucoup plus révélatrice que vous ne le pensez.

56% des Américains ont choisi le glacier aux 50 parfums, alors que chez tous les autres participants, c'est le glacier aux 10 parfums qui a été préféré. Il semble donc que pour les Européens, la notion de sélection préalable est valorisée, alors qu'Outre-Atlantique, c’est la notion de libre choix individuel qui est primordiale.

Choisir n'est pas facile

Cette notion de libre choix est cruciale aux États-Unis car elle renvoie à un idéal de liberté individuelle, une volonté de décision d’ordre personnel, de responsabilité et d’autonomie. Cependant, certains scientifiques dénoncent ces choix pléthoriques où nous devons sans cesse mesurer les conséquences de nos décisions. Le psychologue américain Barry Schwartz dénonce les effets pervers du choix dans son livre, "The Tyranny of Choice". Pour lui, il existe un stress lié au choix, une anxiété spécifique liée aux choix à faire dans certains domaines de la vie quotidienne. Le psychologue va même plus loin en expliquant qu'un lien peut être établi entre l'excès de choix et la dépression. D'ailleurs, l'étude souligne que c'est justement dans le pays où le choix est le plus valorisé que l'anxiété est significativement la plus forte.

Le choix et la culpabilité

Les chercheurs ont ensuite proposé aux participants cinq profils de mangeurs afin d'indiquer celui qui leur ressemblait le plus. On avait là les mangeurs rationnel, convivial, gourmet, et culpabilisé. 56% des Américains se sont reconnus dans le profil du mangeur culpabilisé. Ce profil est décrit par les scientifiques comme souhaitant mieux contrôler son appétit, ayant envie de modifier ses habitudes alimentaires, mais se sentant coupable de ne pas y arriver. Ce profil n'atteignait que 40% chez les Européens. L'autre profil très répandu chez les Américains est celui du mangeur dit rationnel, qui suit les règles nutritionnelles afin de rester en bonne santé.

En France, ce sont les profils du mangeur gourmet et convivial qui sont les plus répandus. C'est d'ailleurs ce que préconise la méthode Linecoaching: mieux manger, en prenant du plaisir pendant les repas. La méthode privilégie l'écoute de vos sensations alimentaires et le respect de vos besoins pour maigrir. Grâce à la méthode, vous allez manger de façon régulée et sans stress à vie.

1

MON BILAN GRATUIT EN 3 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page 
X