Manger doit être un plaisir, pour vous et vos enfants

1
Manger doit être un plaisir, pour vous et vos enfants
La nourriture doit vous apparaître comme un petit bonheur quotidien, rien de conflictuel ni d’interdit. N’hésitez pas à transmettre ces principes à vos enfants et à préserver leur capital santé.

« Tu auras un bonbon seulement si tu es sage… » Ceux qui n’ont jamais entendu cette phrase ont de la chance car elle est dangereuse ! Elle exacerbe artificiellement le goût sucré, qui devient d’autant plus désirable qu’il est limité.

Si vous aimez ce mode de chantage, je vous propose de dire aussi, et sur le même ton : « tu auras des épinards seulement si tu es sage ».

Le dessert entre dans la composition d'un repas sain

En fait, il n’existe pas deux catégories d’aliments, des aliments "utiles" qu’il convient de manger en se bouchant le nez, et des "aliments plaisir", sans valeur nutritionnelle et vus comme des récompenses. Toutes les nourritures sont joyeuses, dès lors qu’elles sont à votre goût, qu’elles ont du sens, une histoire et une géographie, et bien sûr que notre faim, nos appétits du moment nous permettent de les accueillir.

Les aliments sucrés et gras sont très nourrissants, ce qui est une bonne chose lorsqu’on a faim. Apprenez à vos enfants à les manger en étant à l’écoute de leurs sensations alimentaires, lentement et avec attention, et à s’arrêter dès qu’ils sont rassasiés. De ces aliments-là, il en faut peu pour l’être, et vos enfants s’arrêteront d’eux-mêmes, s’ils savent qu’ils retrouveront ces mêmes aliments lorsque leur appétit sera revenu.

La sensation de faim est un bon moyen pour contrôler sa satiété

Les aliments peu caloriques, comme par exemple les légumes cuisinés avec peu de matières grasses, entraînent une saturation gustative bien moins nette, voire inexistante. Ils constituent certes de bons accompagnements pour les viandes, poissons, laitages ou céréales, mais bien des enfants n’ont guère de goût pour ces aliments-là. N’en faites pas un drame, si vous ne voulez pas les en dégoûter définitivement. Prenez patience, présentez-les de temps à autre à table, demandez à vos enfants de les goûter une nouvelle fois, afin de vérifier qu’ils ne les aiment toujours pas, et si c’est le cas, passez à autre chose.

L’éducation alimentaire ne se fait pas en un jour, mais est une longue patience, comme toute éducation. N’oubliez pas l’essentiel : apprenez à vos enfants à écouter les messages de leur corps, en l’occurrence leur sensation de faim, et à s’y fier. Apprenez-leur aussi à se réconforter ponctuellement avec la nourriture, sans drame.

1

MON BILAN GRATUIT EN 4 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page 
X