Comment la ghréline stimule-t-elle l'appétit ?

6 votes

0
Comment la ghréline stimule-t-elle l'appétit ?

La perte de poids peut-être difficile, mais il est encore plus difficile de maintenir son poids après un régime. La ghréline, ou "l' hormone de la faim", joue un rôle clé puisqu’elle signale à votre cerveau quand il faut manger. Son taux augmente pendant un régime, intensifiant la faim et rendant difficile la perte de poids. Voici tout ce que vous devez savoir sur cette hormone et comment la contrôler.

Maigrir en écoutant son corps?
Faites le bilan de votre comportement alimentaire en 3min
Je démarre mon bilan gratuit !
Sommaire

Qu’est-ce que la ghréline, l'hormone de la faim?

La production et la sécrétion d’hormones digestives est importante et agit sur nos envies de manger, donc sur les quantités consommées et en définitive sur le poids. Il existe deux hormones considérées comme antagonistes, qui modulent les sensations de faim et de satiété. Il s’agit de la ghréline, découverte en 1999, et de la leptine, découverte dans les années 1990. La première est sécrétée par l'estomac et le duodénum, elle signale que nous avons besoin de manger.

La ghréline, responsable de la sensation de faim, a donc fort logiquement un taux élevé avant les repas puis qui diminue à mesure que l'estomac se remplit. Entre en jeu ensuite la leptine, hormone de la satiété.

Comment fonctionne cette hormone de la faim? Quels sont les bienfaits de la ghréline ?

La ghréline est produite dans votre estomac et est sécrétée lorsque celui-ci est vide. Elle pénètre dans la circulation sanguine et agit au niveau du cerveau sur l’hypothalamus, qui régit vos hormones et votre appétit1. Cette hormone a en fait des rôles multiples : elle affecte le métabolisme des glucides, le cycle de sommeil, le comportement de recherche de récompense, les sensations gustatives, les capacités d’apprentissage et d’adaptation aux changements. L’hypothalamus produit aussi de la ghréline, ce qui stimule la sécrétion de l’hormone de croissance par la glande hypophyse.

Les « dysfonctionnements » de la ghréline et ses agissements sur la régulation de la faim

Alors qu’on avait tendance à supposer que les personnes obèses avaient des taux plus élevés de ghréline, en réalité, des recherches ont démontré que leurs niveaux sont plus bas que chez des personnes minces.

D'autres recherches notamment “Le rôle de la leptine et de la ghréline dans la régulation de la consommation alimentaire et du poids corporel chez l'homme” suggèrent que les personnes obèses pourraient avoir un récepteur de ghréline trop actif, connu sous le nom de GHS-R, qui entraîne une augmentation de l'apport calorique.2

Pendant un régime, votre appétit augmente et votre taux de leptine, hormone de la satiété, diminue. Ces adaptations peuvent rendre beaucoup plus difficile la perte et le maintien du poids. Il semblerait donc que vos hormones et votre métabolisme conspirent pour vous empêcher de perdre du poids ou vous conduire à le reprendre…

Une étude chez l'homme a révélé une augmentation de 24 % du taux de ghréline sur un régime de 6 mois.3

Dans une autre étude sur un régime amaigrissant de trois mois, les chercheurs ont constaté que les niveaux de ghréline avaient presque doublé, passant de 770 à 1 322 pmol/litre.4

Au cours d'un régime couplé avec de la musculation durant 6 mois, qui permet d'atteindre un niveau de graisse corporelle extrêmement faible grâce à de sévères restrictions alimentaires, le taux de ghréline a augmenté de 40 %.5

Ces tendances suggèrent que plus vous suivez un régime alimentaire long tout en perdant de la graisse corporelle, et plus votre taux de ghréline augmentera, vous poussant à manger davantage.

Les choses sont-elles si simples ? La ghréline est-elle seule responsable de la régulation du poids ?

Quand le sage montre la lune de son doigt, le sot regarde le doigt, dit-on. N’est-ce pas là ce qu’on fait en accusant la ghréline de tous les maux ? Cette hormone n’est pas à considérer comme isolée, elle fait partie, entre autres choses, avec sa compagne la leptine, d’un système de régulation du poids corporel bien plus général, qui englobe de multiples sites du cerveau, et en premier lieu l’hypothalamus, mais aussi le système limbique, et met en œuvre de multiples hormones et neurohormones, dont la ghréline et la leptine. Le tube digestif et les stocks de graisses sont eux aussi partie prenante. La leptine en particulier informe le cerveau du niveau des réserves de graisses et lorsque celles-ci augmentent au delà du poids d’équilibre, le taux de leptine augmente aussi, ce qui diminue l’appétit. Et vice-versa. Il existe une régulation à court terme, qui stimule la faim lorsque l’estomac et l’intestin sont vides de nutriments, qui déclenche le rassasiement lorsqu’on a suffisamment mangé, et une régulation sur le plus long terme, qui donne faim lorsqu’on a maigri en deçà de son poids d'équilibre, ou diminue l’appétit lorsqu’on est passé au delà.

Que faire alors pour réguler son taux de ghréline et donc sa faim ?

Eh bien, dans la pratique, les choses ne sont pas si compliquées. On a tout intérêt à ne pas entrer en guerre contre ce système de contrôle sophistiqué du comportement alimentaire. On a au contraire tout à gagner à se mettre à l’écoute de ses sensations alimentaires, qui sont autant de messages du système neurophysiologique de contrôle pondéral. On mange quand on a faim, on s’arrête quand on est rassasié, on ne mange pas quand on est à satiété, et aussi, on choisit ses aliments en fonction de ses appétences spontanées. Cela conduit tout naturellement à stabiliser son poids au niveau du poids d'équilibre, le poids que vos centres nerveux considèrent comme le poids que vous devez peser. Dans la majorité des cas, agir ainsi conduit à perdre du poids, car la plupart des personnes en surcharge pondérale mangent au-delà de leur faim et ont un poids situé au-dessus de leur poids d'équilibre.

On peut aussi conseiller, ce qui ne peut être que bon, de pratiquer une activité physique et de veiller à avoir un sommeil de durée suffisante et de bonne qualité. Un manque de sommeil peut mener à une prise de poids. Enfin, les perturbations psychologiques et émotionnelles jouent dans bien des cas un grand rôle dans les problèmes pondéraux, et lorsqu’on est un mangeur émotionnel, qui utilise la nourriture pour calmer ses émotions, la prise en compte de ce problème est un passage obligé pour perdre le poids en excès.

Linecoaching vous propose de réapprendre vos sensations de faim et de satiété, tout en gérant vos émotions pour qu'elles ne guident plus votre alimentation. Linecoaching est un programme en ligne innovant de thérapie comportementale et cognitive (TCC) fondé par Gérard Apfeldorfer, psychothérapeute et Jean-Philippe Zermati, nutritionniste pour maigrir sans régime, durablement et sainement.

 

6 votes

0

Mon bilan minceur gratuit en 3 min

ans
cm
kg
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

Comment savoir si on est en surpoids ?

Article

58 votes

4
Quelle drôle de question ! Et pourtant, pas si bête...Entre le regard subjectif que l'on porte sur soi, les représentations de chacun sur le poids « idéal » ou le calcul de l'IMC, à quoi se fier pour savoir si on est en surpoids ?
Lire plus
Tous les articles de la rubrique

Les témoignages de nos abonnés

X