Manger des plats préparés industriels est-il mauvais pour la santé ?

Par kim22
0
Les plats préparés industriels sont des plats tout prêts, très pratiques, faisant gagner du temps. Ils se déclinent aussi en plats préparés « santé » ou plats préparés « minceur »! Mais ces plats industriels sont désormais accusés de toutes parts : ils seraient plein d’ingrédients dangereux pour l’équilibre alimentaire, la santé et la ligne !

Les plats industriels sont-ils moins « nutritifs » et plus caloriques ?

Que les plats tout prêts soient surgelés, en conserve, sous cellophane au rayon frais, la nourriture industrielle implique certaines contraintes de conservation et de préparation à grande échelle.
  • Les plats cuisinés industriels contiennent souvent moins de vitamines, et certains minéraux peuvent être perdus. Les extraits et concentrés de légumes et fruits réduisent la richesse en fibres. Des additifs et des exhausteurs de goût sont souvent utilisés. 
  • Ces plats ne sont cependant pas forcément riches en calories. Les plats préparés sont dosés en fait de façon très précise de ce point de vue, pour correspondre à la valeur d’une portion qu’on considère comme « normale ». Dans le cas d’un plat minceur, la valeur calorique est diminuée et correspond aux apports calculés dans le cadre d’un régime hypocalorique. Certes, l’aliment contient, des glucides, des lipides, ainsi que du sel, qui sont des exhausteurs de goût. Mais pas forcément davantage que la cuisine maison.  On accuse aussi la transformation des aliments de booster leur index glycémique, mais là encore, tout dépend des produits et de ce à quoi on les compare.
 
Que penser des plats de régime ou allégés ? Les plats préparés allégés contiennent effectivement moins de graisses et de sucres, mais au prix d’une perte de saveur. Question poids, comme ils laissent sur sa faim, entraînent une lassitude rapide à la consommation, on a le plus souvent tendance à se consoler avec autre chose, ou encore à augmenter le nombre de plats consommés. Ils ont de moins en moins de succès. 
 

Les plats préparés industriels présentent-ils un danger pour la santé ?

Isabelle Saporta, assistante de Jean-Pierre Coffe, célèbre critique gastronomique, a déjà dénoncé la génération « boulot-surgelé-dodo » dans son livre Ne mâchons pas nos maux, contre la malbouffe et la junk food.  Qu’en est-il vraiment ?
 
Il est de bon ton s’accuser les plats tout prêts d’être dangereux pour la santé parce que :
  • Ils contiennent des additifs. Notons tout d’abord que les additifs, c'est-à-dire les colorants, conservateurs, édulcorants, sont utilisés dans des quantités calibrées, respectant des seuils établis par les instances scientifiques.

Cependant, on parle aujourd’hui de l’ «effet cocktail» : selon par exemple le toxicologue Vyvyan Howard, professeur à l’Université de Liverpool, les effets combinés de produits, même en petite quantité, pourraient avoir des effets de type endocrinien. On accuse aussi régulièrement tel ou tel additif d’être plus toxique qu’on ne le croyait. Le glutamate monosodique (E621), un exhausteur de goût, est par exemple sur la sellette et engendrerait de l’hyperactivité chez les enfants. Notons que le glutamate est employé de façon importante dans la cuisine asiatique depuis toujours, sans conséquence de ce type… 

  • Les plats industriels contiendraient de « mauvaises graisses » : ils seraient trop riches en acides gras essentiels oméga-6, pro-inflammatoires (contenus par exemple dans l’huile de tournesol, de faible coût) au détriment des oméga-3, excellents pour la santé cardiovasculaire (contenus dans l’huile de colza). A ce sujet, constatons que la cuisine maison est dans le même cas, et qu’effectivement, à la fois dans l’industrie agro-alimentaire que dans sa cuisine, il convient de veiller aux équilibres omégas 6 / oméga 3. Parmi ces « mauvaises graisses », figurent :
    • les acides gras trans (qui apparaissent lorsqu’on solidifie certaines graisses comme l’huile de palme par hydrogénation). Ces acides gras trans sont désormais reconnues dangereuses pour la santé cardiovasculaire. L’OMS préconise une interdiction complète, mais en fait, les industriels ont pris les devants et les acides gras trans ne sont aujourd’hui encore présents que dans des produits de la plus basse qualité.
    • les PAMPs : cet acronyme anglais (signifiant « motifs moléculaires associés aux pathogènes ») désigne des molécules libérées par certaines bactéries, virus ou champignons, qui provoquent des réactions inflammatoires de notre système immunitaire, et augmenteraient les risques de maladies cardiaques ou de diabète de type 2.  Certains accusent les plats préparés  à base de viande hachée (hamburgers, lasagnes, saucisses), les légumes prédécoupés vendus en sachet, les sauces, les sandwiches, certains fromages et chocolats, de contenir ces fameux PAMPs.
 

Faut-il manger des plats préparés ?

Il est de bon ton, aujourd’hui, de s’en prendre à l’industrie agro-alimentaire. Dans un pays comme la France, pour qui c’est là le deuxième poste d’exportation, c’est un peu comme cracher dans la soupe ! La réalité est différente : manger des produits industriels n’est pas dangereux. Pas plus que manger des plats maison, en tout cas… Ces produits sont pratiques, dépannent bien quand on n’a pas le temps de cuisiner. 
 
Mais doit-on ne manger que cela ? Sûrement pas, car ce serait s’exposer à un risque de lassitude gustative. Malgré exhausteurs de goût et autres ingrédients, ces produits lassent le palais lorsqu’ils sont consommés trop souvent. On finit par trouver que, en quelque sorte, ils ont tous le même goût. 
 
Aussi vaut-il mieux les considérer comme un dépannage, et cuisiner chaque fois que cela est possible, à partir de produits de base, en utilisant aromates et épices à son gré. Certes, on y passera davantage de temps, mais ce temps n’est pas à considérer comme du temps perdu : c’est le temps de vivre, de concocter des plats pour sa famille, ses amis et soi-même avec amour.
 
Ces plats préparés maison ont des goûts spécifiques, et comme vous les dégusterez avec attention, sans doute mangerez-vous moins qu’avec une nourriture trop standardisée. Car c’est cela, le secret : lorsqu’on mange de bonnes choses avec attention, on mange moins, juste ce qu’il nous faut. C’est là le principe à la base de la méthode LineCoaching !
 

ARTICLES COMPLEMENTAIRES

Vous l'aurez compris, pour bien manger il faut avant tout s'écouter ! C'est le principe de l'alimentation intuitive prônée par Linecoaching.

 
Par kim22
0

Dans la même rubrique

Zoom sur 10 idées reçues sur la minceur

Article
0
Nous avons tous des idées reçues minceur qui, en fait, ne nous font pas maigrir. Pauline, avant le printemps, a décidé de perdre ses quelques kilos en trop. Elle va se…
Lire plus

Quid des aliments qui font grossir ?

Article
0
Il y aurait des aliments qui font grossir par nature, et pour d’autres, plus on en mangerait, et plus on maigrirait. Stop à cette classification loufoque ! Manger ce qu…
Lire plus
Tous les articles de la rubrique
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Haut de page