L'obsession des calories

Article
3
L'obsession des calories

Pour perdre du poids rapidement, on se focalise sur le nombre de calories ingérées jusqu’à en oublier la cause profonde du surpoids. Attention ! Le décompte des calories peut vite nous plonger dans un stress quotidien mauvais pour la ligne.

« Combien faut-il de calories pour maigrir ? », « je suis trop grosse à cause des calories ! » : obnubilée par son poids, Aline passe son temps à calculer son nombre de calories pour maigrir. Ses assiettes sont passées au crible des chiffres. Elle ne fait plus attention à ses envies, à ses goûts, ni à la saveur des aliments, seul compte le nombre de calories qu’elle aura ingérées en une journée.

L’obsession des calories et leur décompte

Se focaliser sur les calories ingérées, comme Aline, est un véritable trouble du comportement alimentaire.

A partir d’une notion du nombre moyen des besoins journaliers en calories, Aline cherche à réduire son alimentation au maximum pour ne consommer aucun surplus. Le raisonnement est simple : il s’agit que la consommation de calories ne soit pas plus élevée que les dépenses énergétiques de la journée. C’est le principe de base de méthodes d'amaigrissement comme le régime Weight Watchers, par exemple, où peu importe ce que l’on mange, seules comptent les calories, formalisées sous forme de points. L’effet est efficace à court terme, mais n’est guère tenable dans la durée.

Le calcul tourne à l’obsession des calories lorsque l’esprit ne « voit » plus les aliments que comme des « calories sur pattes ». Il est pris par la complexité du calcul et concentre finalement toute son attention sur la valeur calorique, sans même donner la possibilité d’y prendre plaisir ! Se nourrir devient contre-intuitif, guidé par une rationalisation excessive. Pour Aline, qui refuse d’écouter ses besoins et ses désirs, manger s’apparente à une lutte contre la perte de contrôle : la journée est un calvaire, entre fringales, fatigue, stress du calcul et angoisse du « craquage », et ce en n’ayant pensé qu’à la nourriture.

Les aliments comme carburant

Considérer l’alimentation comme une simple source d’énergie n’est pas sans danger.

La moyenne des besoins énergétiques quotidiens n’est qu’une approximation. On ne peut connaître à l’avance sa dépense énergétique exacte de la journée ou de la semaine, et l’apport calorique calculé rationnellement peut s’avérer trop faible : la fatigue est au rendez-vous. De plus, les aliments ne sont plus considérés pour leurs bienfaits, et l’on s’expose alors à de nombreuses carences alimentaires.

En voyant son assiette comme un simple carburant, on se refuse le droit au plaisir de manger. Une nourriture seulement énergétique - avalée sous forme de pilules pour aller plus vite, pourquoi pas ?- serait une nourriture de science-fiction, dénuée des dimensions nécessaires à notre bien-être : le plaisir des saveurs, des odeurs et de l’aspect, le partage, la convivialité, les bons souvenirs…

Le calcul des calories nie nos besoins psychoaffectifs. Le refus du lâcher-prise peut avoir de graves conséquences sur le bien-être, et occulte souvent les vraies causes de surpoids, plus complexes que l’arithmétique du repas.

Le calcul des calories n'est pas tout : manger sans calcul

La peur de grossir, la peur des kilos ou le refus de ses émotions et de sensations sont des causes profondes de surpoids et de mal-être. Basée sur des méthodes de thérapie cognitive et comportementale, la méthode LineCoaching travaille sur l’acceptation des émotions et des sensations liées à l’alimentation : au lieu de compter les calories dans son assiette, compter sur son intuition et sur ses sensations est une excellente méthode minceur !

Plutôt que de devenir un expert en mathématiques, Jean-Philippe Zermati, nutritionniste et Gérard Apfeldorfer, psychothérapeute, vous invitent à apprécier ce que vous mangez. Faites confiance à vos sensations. Le calcul des calories ne prend pas en compte les sensations physiologiques de faim et de satiété, qui permettent pourtant aux apports caloriques de s’ajuster aux dépenses énergétiques.

Vous avez faim ? Dégustez ce que vous aimez, arrêtez-vous lorsque le plaisir gustatif s’épuise, lorsque vous arrivez à satiété, et ce sans vous soucier du nombre de calories : vous comme votre corps auront profité des bienfaits du repas, d’une collation, et vous aurez mangé suffisamment. Juste ce dont votre corps a besoin, ce qui permettra à vos stocks de graisses excédentaires de s’éliminer progressivement.

Article
3

MON BILAN GRATUIT EN 4 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X