Le poids de la colère

1
Le poids de la colère

La colère : vous ne l’exprimez pas mais à la place, vous mangez. Il est temps de comprendre pourquoi ces émotions vous font manger sans faim et comment y répondre autrement que par la nourriture. Une clé pour mincir !

Vous ne pouvez extérioriser votre colère, vous mangez... et grossissez

Emilie n’en revient pas de s’être laissée traiter ainsi par son patron. Elle est dans une colère noire. Pire, elle garde tout pour elle puisqu’elle craint d’envenimer les choses en s’énervant face à son supérieur. La colère refoulée se transforme en un paquet de cookies avalé en quelques minutes. Un processus est parfaitement décrit par Gérard Apfeldorer dans l’ouvrage Maigrir, c’est dans la tête. « Certaines personnes ne peuvent concevoir de se mettre en colère. Ce sentiment leur paraît trop dangereux, elles ne se l’autorisent pas. (...) Elles craignent de se laisser aller à la colère car il leur semble qu’elles perdraient alors totalement le contrôle (...). Perdre le contrôle de leur alimentation plutôt que de perdre le contrôle de leurs actes leur paraît un moindre mal », analyse le psychiatre.

La faim d’Emilie est une faim psychologique, telle qu’elle est définie par la thérapeute Doris Wild Helmering et la spécialiste de la santé Diane Hales dans Think thin Be thin. Cette faim, à la différence de la faim physiologique, apparaît soudainement, se ressent au-dessus du cou (comme avoir l’eau à la bouche), elle est indépendante de l’heure du dernier repas, persiste malgré la satiété et entraîne un sentiment de honte, de culpabilité.

Vous vous déculpabilisez en mangeant du chocolat...

La culpabilité ne va cesser de grandir puisque, sous le coup de la colère, on ne se satisfait pas d’un carré de chocolat. Emilie vide son paquet de gâteau car l’aliment n’est même pas réconfortant ! De la colère envers son patron, elle passe à la culpabilité de manger sous le coup d'une compulsion alimentaire et pense à ses kilos superflus. « Après quelques courts instants de plaisir, la consommation d’aliments entraîne le mangeur dans un long monologue intérieur au cours duquel il s’accable de quantités de reproches épouvantables puis se noie dans les remords. Ce discours donnera lieu à d’autres émotions négatives (...). Et ainsi la personne ne parvient plus à s’arrêter de manger », explique bien Jean-Philippe Zermati dans l’ouvrage Maigrir sans régime. A la colère, vient s’ajouter la culpabilité, voire le désespoir de ne jamais réussir à maigrir.

Il est temps d’apprendre à calmer sa colère autrement que par la nourriture. Les régimes alimentaires traditionnels, très contraignants, adoptés par Emilie jusqu’ici ne lui ont jamais appris à travailler sur ces  émotions. Cela peut changer, avec l’aide de LineCoaching !

1

MON BILAN GRATUIT EN 4 MIN

ans
cm
kg
Vous êtes

Commentaires

Commentez
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même rubrique

Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X