3 conseils simples pour bien maigrir

15 votes

0
3 conseils pour bien maigrir

Vous pensez qu'il est possible de maigrir « vite et durablement » ? Pas de doute, vous croyez encore aux promesses des régimes amaigrissants ! Certes, ils vous font perdre du poids à la vitesse de l’éclair. Mais qu’en est-il du « durablement » ? Vous voulez bien maigrir ? Ici, vous prenez votre temps, mais in fine, vous améliorez votre silhouette… à vie ! Voici nos 3 conseils et à la fin une méthode simple pour bien maigrir.

Envie de maigrir sans régime ?
Faites le bilan de votre comportement alimentaire en 3min
Je démarre mon bilan gratuit !
Sommaire

Marjorie feuillette les pages d'un magazine féminin. Comme elle aimerait ressembler à ces mannequins filiformes qui affichent avec arrogance leur taille de guêpe ! Car, Marjorie est en surpoids et son rêve le plus inavouable, c’est de devenir mince, là, tout de suite ! Moins manger fait maigrir, paraît-il… Alors, c’est parti pour un régime « éclair » qui va lui faire perdre à coup sûr 5 kilos en une petite semaine. Et c’est là que les ennuis commencent. Car peu de ceux qui maigrissent en s’imposant des privations parviennent à ne pas regrossir rapidement.

L’effet yoyo, vous connaissez ? Une étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) rendue publique en novembre dernier révèle que 95 % des femmes qui se mettent au régime reprennent les kilos perdus dans les deux ans ! Sans oublier les risques de carences et de troubles du comportement alimentaire qui ne font qu’aggraver le sentiment d'échec déjà bien installé.

Il est vrai que tout régime amaigrissant repose sur une diminution des apports caloriques, que l’on associe parfois à une augmentation des dépenses énergétiques. Mais l’idée c’est de perdre de la graisse… pas du muscle ! Or les régimes sévères, qui sont souvent carencés en protéines et en micro-nutriments indispensables, conduisent à perdre des tissus maigres, notamment des muscles. « La perte de muscle diminue le métabolisme de base. Les privations habituent le corps à faire des économies d'énergie, donc quand nous nous remettons à manger comme auparavant, nous reprenons du poids, essentiellement sous forme de graisse », confirme le nutritionniste Jean-Philippe ZERMATI.

De plus, l’état de restriction cognitive (régime permanent) est épuisant physiquement et psychologiquement. Car, lorsque l’on mange avec sa tête, on se coupe de ses sensations alimentaires, on doit combattre ses désirs d’aliments particuliers. Résultat ? On ressent une grande frustration parce que l’on doit contrôler tout ce que l’on met dans notre assiette. On privilégie les aliments « basses calories » et on chasse, à contrecœur, ceux dits « interdits » (gras et sucrés) qui nous font prétendument grossir. Et immanquablement, on finit par craquer! Ainsi, en voulant maigrir vite, on s'assure de regrossir à moyen terme !

Bien maigrir, c’est-à-dire durablement, ne se fait pas en un claquement de doigts. La patience est donc de mise. Comment ? En mettant en place une méthode simple et efficace propre à chasser en douceur vos rondeurs disgracieuses et booster votre motivation qui s’est un peu émoussée.

 

Changez d'état d'esprit

Ne vous fixez pas d’objectif pondéral

Se fixer un objectif pondéral, c’est comme se dire, sur l’autoroute, qu’on doit impérativement arriver à une heure donnée. C’est le meilleur moyen d’avoir un accident ! C’est d’autant plus vrai que ce n’est pas nous qui décidons de notre poids d'équilibre, le poids pour lequel nous sommes faits, mais notre pondérostat, un mécanisme neurologique. Ce poids d'équilibre dépend de notre génétique et de notre histoire de vie, pas de notre volonté ou bien de la mode.

Tirez un trait sur les idées reçues

Stop aux idées reçues si vous voulez bien maigrir ! Car elles vous empêchent d’agir suivant votre intuition et vous enferment dans un schéma prétendument « universel » propre à vous déstabiliser. Notamment celles qui affirment haut et fort qu’il ne faut pas manger de féculents le soir si l’on veut perdre du poids. Ou que le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. Ou encore qu’il faut arrêter de manger à partir de 20 heures !

Fiez-vous plutôt à vos sensations de faim, de satiété, de plaisir, qui sont les marqueurs les plus fiables pour une perte et une stabilisation de poids saine et durable. Chassez de votre vocabulaire le mot « restriction » ! Chaque fois que vous démarrez un régime, on vous « bassine » avec les aliments qu’il vous faut éviter, le nombre de calories à ne pas dépasser, le nombre de grammes de féculents à limiter, bref, un jargon nutritionnel inutile qui ne vous apportera que frustrations et envie de compenser…

Gérez votre stress et votre sommeil

Au risque de vous surprendre, sachez que le stress fait… grossir ! Et ce pour 2 raisons essentielles. La première, c’est que lorsque l’on est à cran on se jette sur la nourriture pour combler les angoisses, les tensions ou les pressions qui nous assaillent. C’est un peu un « pansement » émotionnel qui nous aide à surmonter les épreuves difficiles.

La deuxième, c’est que notre organisme réagit au stress. Lorsque celui-ci devient récurrent, il augmente sa production de cortisol, une hormone qui favorise le stockage des graisses, peut-être, peut-on imaginer, pour faire face à un danger réel ou fantasmé. Il existe une multitude de façons d’enrayer le stress. Le sport, la relaxation, la sophrologie, la méditation, le yoga en font partie. Mais aussi, les huiles essentielles, l’homéopathie, les Fleurs de Bach… Tout ce que vous mettrez en place contribuera à vous détendre et apaiser votre mental.

 

Saviez-vous qu’il existe un lien étroit entre le surpoids et le sommeil ? Des chercheurs de l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) de Lyon, ont démontré que la réduction du temps de sommeil entraîne une modification des hormones qui contrôlent l'appétit. La ghréline, une hormone qui stimule l'appétit, est augmentée, tandis que la production de leptine, qui augmente la satiété, est quant à elle diminuée. De plus, lorsque l’on souffre d’insomnies dues à une angoisse ou un mal-être, on a besoin de « nourrir » ses émotions avec des aliments réconfortants. Une attitude qui peut conduire peu à peu à des compulsions alimentaires récurrentes.

Pour bien dormir, les signaux du sommeil ont leur importance. Vous bâillez ? Vous ressentez une fatigue intense ? Vos paupières sont lourdes ? Il est temps d’aller au lit ! Mais la façon dont vous vous êtes alimenté(e) est aussi un facteur prédictif de « bon » sommeil. Car certains aliments peuvent faciliter ou empêcher l’endormissement. Par exemple, lorsque l’on jeûne, on met ses sens en alerte, ce qui rend difficile l'endormissement.

À l'inverse, les repas riches en glucides augmentent la sérotonine cérébrale et la durée du sommeil. Des chercheurs ont ainsi démontré que plus le nombre de calories est élevé, plus la durée du sommeil après le repas est longue. Attention toutefois à ne pas dormir le ventre trop plein, car les digestions difficiles perturbent aussi le sommeil !

 

Modifiez votre comportement alimentaire pour bien maigrir

Mangez quand vous avez faim

Vous avez la gorge serrée, un creux à l’estomac, des gargouillis dans l’intestin ? Vous avez la tête lourde ou mal à la tête, de la fatigue, une sensation de faiblesse ou malaise, une difficulté de concentration ? On devenez irritable, agressif, anxieux, sans raison ? C’est très certainement que vous avez faim et que vous devriez qu’il faut passer à table. Votre organisme sonne l’alarme pour vous informer qu’il est temps de recharger les batteries. La cause ? Vous avez une baisse de la glycémie (sucre) dans le sang.

Une fois que la faim est là, vous vous demandez certainement : de quoi ai-je envie ? Parce que, excepté lorsque l’on « meurt de faim », on n’est pas prêt à se nourrir de n’importe quoi. On a donc envie de manger quelque chose que l’on aime et qui a bon goût. L’organisme est bien fait, parce que votre appétence va aller précisément vers des aliments qui contiennent les nutriments dont votre corps a besoin !

Et vous allez en plus y prendre du plaisir. Une fois ce plaisir disparu, au bout de quelques bouchées que vous aurez consciencieusement mâchées, cela voudra dire que vous êtes rassasié(e) de l’aliment que vous êtes en train de consommer. Peut-être alors vous sentez-vous suffisamment nourri, ou peut-être avez-vous envie de passer à un autre aliment. N’est-ce pas ce qu’on fait lors d’un repas comportant plusieurs plats ? Néanmoins, si vous avez subi de longs et contraignants régimes, il vous faudra sans doute réapprendre les signaux de faim et de satiété. Ne paniquez pas. Vous finirez par y arriver si vous réglez en amont les « agents stressants » qui encombrent votre mental.

 

Ne comptez jamais les calories

Une règle simple à garder en tête : ne comptez jamais les calories des aliments que vous allez manger ! C’est l’une des attitudes les plus compromettantes lorsque l’on veut retrouver un équilibre alimentaire propice à la perte de poids. Savoir qu’une part de fromage est plus grasse qu’un yaourt ou qu’une entrecôte apporte plus de calories qu’un blanc de poulet ne vous apportera rien en termes d’équilibre nutritionnel. Au contraire, cela ne pourrait que vous diriger tout droit vers des débordements alimentaires. Mangez ce que vous aimez et à votre faim. C’est la clé de voûte d’une perte de poids efficace sur la durée.

 

Acceptez vos « Envies de Manger Émotionnelles »

Vous avez une envie soudaine de manger un énorme flan à la vanille parce que vous avez appris une mauvaise nouvelle ? Vous avez passé une très mauvaise journée et vous avez besoin de réconfort ? Cette terrine au canard qui traîne dans votre frigo arrive à point ! vous envies de manger émotionnelles sont indépendantes de la faim et constituent une raison de manger tout aussi importante.

Accueillez vos « envies de manger émotionnelles » (EME) avec bienveillance et répondez-y dans la bonne humeur. Dans la mesure du possible, mangez attentivement, en dégustant chaque bouchée comme si c’était la première. Vous pourrez ainsi vous réconforter avec bien moins de nourriture. Puis, ceci fait, vous sentant apaisé(e), attendez que la faim se manifeste avant de remanger. Ainsi, quelle que soit la quantité mangée pour vous réconforter, vous n’aurez pas mangé en excès.

 

Sortez de la sédentarité

Ayez un bon état d’esprit

Modifier son alimentation joue dans la perte de poids à 70 %. Le sport est le coup de pouce dont vous avez besoin pour atteindre les 100 %. Alors, autant pratiquer une activité que vous aimez. Le but ? Reprendre contact avec votre corps, mieux l’habiter, intensifier vos sensations de faim et de satiété, et non pas brûler des calories, vite reprises !

Pour faire du sport, votre allié dans votre désir de perdre du poids, il faut avant tout prôner la régularité. En clair, mieux vaut courir 15 minutes tous les jours que participer à un marathon une fois dans l’année ! De plus, inutile de vous lancer des défis irréalisables dès les premières séances de sport. Vous ne feriez que vous décourager et jeter l’éponge très vite. Donnez à votre corps le temps d’accepter le changement et de s’y habituer. Démarrez doucement, sans forcer, et augmentez le rythme et la fréquence petit à petit.

Choisissez un sport qui vous convient

Faites le point sur le sport que vous aimeriez pratiquer, parce qu’il va vous accompagner durant tout le temps de votre parcours « minceur », et certainement bien au-delà. Vous aimez les sports de groupe ou solitaires ? Vous préférez faire de l’exercice à l’intérieur ou plutôt au grand air ? Vous avez envie d’une activité douce et ludique ou très « physique » ? Nous vous conseillons de ne pas chercher un sport qui élimine des calories, mais plutôt une activité physique qui vous permettra de ressentir votre corps et de vous réconcilier avec lui.

Nous vous conseillons, au départ, de commencer par des activités douces, comme la méthode Pilates, le Qi Gong, le yoga, plutôt que de vous faire souffrir avec des méthodes expiatoires. Il sera toujours temps, dans un second temps, de passer à des méthodes impliquant plus de transpiration, si vous le souhaitez. Quel que soit votre choix, sachez que vous avez pris la bonne décision. Car, au-delà du fait que votre silhouette va s’affiner, votre mental lui sera au zénith !

 

Les thérapies comportementales et cognitives pour changer votre comportement alimentaire et bien maigrir

Il existe de multiples méthodes simples pour bien maigrir, mais celle qui est la plus prometteuse est sans conteste la thérapie comportementale et cognitive (TCC). La raison ? Validée scientifiquement, elle vous aide à remettre en question vos habitudes et certains schémas de pensée. La méthode vous apprend à décoder les sensations de faim et de satiété, vous aide à analyser et modifier favorablement votre comportement alimentaire. LineCoaching vous apprend à répondre à vos faims émotionnelles, souvent responsables de votre surcharge pondérable.

Vous aider à bien maigrir ? LineCoaching s’y est engagé ! Et son programme, basé sur les TCC est la preuve même que cela est possible…

 

15 votes

0

Mon bilan minceur gratuit en 3 min

ans
cm
kg
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

10 conseils pour perdre du poids

Article

26 votes

4
Perdre du poids, ça commence par quelques règles simples. Si au quotidien, vous avez du mal à maigrir, et que vous ne savez plus quoi faire pour vous débarrasser de vos kilos superflus, commencez par suivre nos conseils. Ils sont simples à…
Lire plus
Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X