L'hypnose pour lutter contre ses compulsions alimentaires : Ça marche ?

Article
0
L'hypnose pour lutter contre ses compulsions alimentaires : Ça marche ?

Vous mangez plus qu’il ne faudrait, sans faim et de manière compulsive. Vous avez grossi et malgré tous les régimes restrictif que vous vous infligez, vous n’arrivez pas à perdre de poids. Vous songez à l’hypnose pour sortir de ce que certains appellent une « addiction à la nourriture ». Le point sur une technique qui fait beaucoup parler d’elle aujourd’hui.

Maigrir sans frustration ?
Faites le bilan de votre comportement alimentaire en 3min
Je démarre mon bilan gratuit !

Compulsion alimentaire: l’hypnose, est-ce efficace?

L’addiction à la nourriture, dont on parle tant, est un mythe. En effet, aucun aliment ne peut provoquer d’accoutumance, il n’y a pas de tolérance au produit (on n’augmente pas les doses pour obtenir les mêmes effets) et on observe aucun syndrome de sevrage lors de l’arrêt de la consommation. Non, ce qui existe, c’est ce qu’on appelle une « addiction comportementale » : on devient dépendant d’un comportement qui sert à minorer des émotions ou des pensées insupportables.

La consommation frénétique d’aliments gras et sucrés peut entrer, souvent maispas toujours, dans cette catégorie. On mange de plus en plus souvent en vue de calmer ses émotions, ce qui fait qu’on supporte de moins en moins lesdites émotions, et on se trouve alors aux prises avec un véritable cercle vicieux.

La majorité des personnes qui souffrent de ces compulsions incontrôlables, essaie par tous les moyens de contrôler ce besoin excessif de manger. D’autres personnes, sans avoir de réelles pulsions alimentaires, mais obèses ou en surpoids, cherchent elles aussi un moyen de moins céder à leurs appétits, manger moins et maigrir.

L’attrait actuel pour l’hypnose, méthode qui ne cesse de faire le buzz sur la toile, les conduit à se diriger vers cette méthode. Néanmoins que peut-on vraiment en attendre ?

L’hypnose contre les compulsions alimentaires : comment ça fonctionne ?

Les hypnotiseurs tentent d’agir sur deux leviers : faire en sorte qu’on éprouve moins le besoin de manger en vue de calmer ses émotions, et faire en sorte qu’on soit davantage attiré par des aliments diététiquement corrects que par des aliments diététiquement incorrects.

Lorsqu'une addiction comportementale alimentaire est présente, pour diminuer les pulsions alimentaires,il s’agit soit d’orienter la personne vers d’autres moyens de se calmer, soit de trouver l’origine de ses angoisses et y remédier.

Grâce à des suggestions verbales, le thérapeute peut aider à se défaire de ses souffrances ou de ses croyances néfastes pour son équilibre physique et psychique. Somme toute, nous sommes là dans une forme particulière de psychothérapie.

Mais l’hypnotiseur peut aussi chercher à modifier les appétences de la personne, tenter grâce à des injonctions faites sous hypnose, de changer les préférences alimentaires en faveur d’une alimentation « saine ». En clair, vous allez adorer les « légumes vapeur » alors que vous les détestiez, et la moindre pizza « mozzarella-chorizo » dont vous raffoliez va désormais vous donner la nausée. De la même façon, il cherchera à faire en sorte que lorsque vous faites vos courses au supermarché ou que vous êtes au restaurant, vous choisissiez les « bons » aliments à mettre dans votre caddie et dans votre assiette.

Enfin,l’hypnotiseur peut aussi suggérer de prêter davantage attention à ses sensations alimentaires de faim et de rassasiement.

Les limites de l’hypnose contre les envies de manger

Le nombre de séances d'hypnose pour un résultat efficace contre l'hyperphagie

Il est bien évident que l’on ne peut pas aisément espérer un résultat probant sur vos addictions alimentaires et votre poids en une seule fois ! Il semblerait que quatre, voire cinq séances seraient souhaitables pour obtenir une once de modification de votre comportement face à la nourriture.

Le coût des séances d'hypnose pour lutter contre ses addictions alimentaires

Une séance d’hypnose varie entre 50 et 100€ selon la région où vous vous trouvez ! Alors réfléchissez avant de vous lancer dans cette aventure…

Est ce que l'hypnose fonctionne sur tout le monde pour lutter contre nos compulsions alimentaires ?

Nous ne réagissons pas tous de la même façon face à l’hypnose. Quand certaines personnes sont particulièrement sensibles à la « suggestion », d’autres ne le sont pas.

Motivation et croyance pour dire adieux à vos envies de manger !

Pour avoir des résultats avec l’hypnose, il faut… y croire ! Plus vous êtes motivé(e), plus ça marche. En revanche, si vous êtes quelque peu sceptique, vos chances de limiter vos addictions alimentaires et perdre du poids s’amenuisent…

Choix de l’hypnotiseur pour vaincre vos compulsions alimentaires

Les hypnotiseurs ne se valent pas tous. Il en existe d’ailleurs sans formation médicale. Attention de ne pas tomber sur un charlatan qui vous promet des miracles en quelques séances. C’est notamment le cas de certains thérapeutes qui vous proposent l’hypnose pour maigrir vite et bien !

Une solution contre les addictions alimentaires ? L'hypnose, efficace ?

Soigner des troubles du comportement alimentaire tels que la boulimie ou l’hyperphagie boulimique avec l’hypnose, semble difficile à atteindre. Maigrir durablement est là encore un objectif peu atteignable. C’est d’ailleurs ce que confirment certains thérapeutes qui avouent se sentir impuissants dans ce domaine, même s’il leur arrive d’avoir quelques résultats.

L’avis de Linecoaching sur l'hypnose contre les compulsions alimentaires

Des traumatismes anciens résiduels peuvent occasionner des troubles psychologiques se traduisant parfois par une addiction comportementale alimentaire. La personne présente alors des compulsions incontrôlables qui peuvent la conduire à grossir. Dans ce cas, une psychothérapie peut être indiquée. L’hypnose, ou les techniques d’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing, soit désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires), sont alors parfois utilisées.

Ceci est très différent des tentatives pour décourager l’individu de consommer des aliments gras et sucrés, considérés comme la cause de l’obésité (ce qui n’est pas vrai) et parallèlement donner le goût d’aliments plus légers, ou motiver à faire de l’exercice. En effet, on consomme les aliments gras et sucrés pour deux sortes de raisons :

  • Soit parce qu’on les aime, qu’on les apprécie, qu’on désire en manger à un moment donné. Et ils ne posent alors de problème pondéral que si on culpabilise d’en manger. Si tel est le cas, il devient très difficile de s’arrêter lorsqu’on a commencé. Mais si on les déguste sans culpabilité, avec l’idée que ces aliments sont à notre disposition chaque fois qu’on le désire, alors il est aisé de s’arrêter lorsqu’on est rassasié. On ne mange alors pas plus que nécessaire, et ils ne font pas grossir. Si on est en surpoids, ces aliments consommés tant que dure la faim n’empêchent nullement de maigrir jusqu’à son poids d'équilibre.
  • Soit parce que ces aliments permettent de calmer des émotions pénibles. On mange alors ces aliments jusqu’à ce que l’émotion pénible soit calmée. Et là encore, c’est la culpabilité à manger qui empêche l’arrivée du réconfort, et fait que la consommation tourne à la compulsion.

En fait, dans les deux cas, les aliments gras et sucrés ne sont aucunement remplaçables par des aliments plus légers. Dans le premier cas, parce que nos appétits spécifiques, qui nous font trouver désirables certains aliments plutôt que d’autres à un moment donné, ne sont pas manipulables par des suggestions, hypnotiques ou autres. Dans le second cas, parce que seuls les aliments sucrés et gras ont un pouvoir réconfortant.

Au mieux, les suggestions hypnotiques visant à nous faire aimer ce que nous n’aimons pas et nous dégoûter de ce que nous aimons, auront des effets temporaires. Mais elles ne pourront pas contrecarrer bien longtemps les systèmes de régulation neurophysiologiques contrôlant le comportement alimentaire, qui reprendront la main.

En fait, la meilleure utilisation que nous voyons à l’hypnose consiste à encourager la personne à écouter ses sensations alimentaires, et à focaliser son attention sur le plaisir de manger. Ce sera là qu’elle pourra se révéler utile.

C’est d’ailleurs là un des éléments de la méthode que propose la méthode minceur Linecoaching. Selon Jean-Philippe Zermati, nutritionniste et Gérard Apfeldorfer psychothérapeute, ses fondateurs, « c'est en mangeant dans le respect de sa physiologie et de ses états émotionnels, dans un état d'apaisement bienfaisant et non en guerre contre soi-même, que l'on peut espérer des résultats durables ».

Tout d’abord, il ne s’agit pas de chercher à contrecarrer ses appétences, mais au contraire de se mettre à leur écoute, de manger ce qu’on désire à un moment donné, jusqu’à ce qu’on n’ait plus faim, ou bien jusqu’à ce qu’on soit suffisamment réconforté.

Pour cela, on apprend peu à peu à dédiaboliser les aliments gras et sucrés, ce qui conduit en fait à moins les désirer, à moins en consommer, car on évite les compulsions. On apprend aussi à respecter ses sensations alimentaires de faim, de rassasiement, ainsi que ses appétits spécifiques. Et enfin, les mangeurs émotionnels devront apprendre à accueillir leurs émotions sans les craindre, ainsi qu’à savoir se réconforter avec les aliments lorsque cela s’avère nécessaire.

Pour lutter contre l’addiction au comportement alimentaire et perdre du poids durablement, Linecoaching se fonde sur 2 méthodes validées scientifiquement :

  • La mise en place d’une alimentation dite intuitive
  • L’abord des prises alimentaires émotionnelles par les thérapies comportementales et cognitives.
Article
0

Mon bilan minceur gratuit en 3 min

ans
cm
kg
Vous êtes
Vous aussi, donnez votre avis !

Pas encore d'identifiants ? Inscrivez-vous, c'est gratuit.

Dans la même série

Dans la même rubrique

Hypnose pour maigrir

Article
1
L’hypnose pour maigrir ? Oui, cela existe. Plusieurs méthodes vantent les mérites de l’hypnose pour maigrir. Voici quelques explications sur ces méthodes et la différence avec LineCoaching.
Lire plus
Tous les articles de la rubrique
Haut de page 
X